THAÏLANDE 🇹🇭 : les feuilles de ‘kratom’ deviennent légales

Les Thaïlandais sont désormais « autorisés à consommer et à vendre du kratom », a indiqué le porte-parole du gouvernement Anucha Burapachaisri dans un communiqué.

Les charges à l’encontre des personnes poursuivies vont être levées et plus de mille détenus vont être libérés, a-t-il précisé.

Les feuilles de kratom, dont le nom scientifique est Mitragyna speciosa, sont consommées depuis des siècles en Asie du Sud-Est pour leurs effets analgésiques et stimulants.

La substance était illégale depuis 1943 en Thaïlande.

LIRE

°°°°

La France a interdit l’achat et la détention de kratom, une plante psychotrope

Sa consommation peut être « à l’origine de dépendance, de syndrome de sevrage, d’anorexie, de perte de poids, d’une décompensation psychotique et d’une hépatite toxique ».

Elle connaît un succès grandissant aux États-Unis et au Canada. Mais en France, il est désormais interdit d’acheter ou de posséder du kratom, une plante psychotrope originaire d’Asie du Sud-Est, « compte tenu des risques graves pour la santé » liés à sa consommation, a annoncé l’Agence du médicament (ANSM).

Cette plante ainsi que ses composés « ont été inscrits sur la liste des substances psychotropes » par un arrêté publié le 1er janvier.

« En conséquence, leur détention et leur achat sont maintenant interdits », souligne l’Agence nationale de la sécurité des médicaments

SOURCE

000000

AVISEUR INTERNATIONAL : les toutes dernières « NARCONEWS » via Twitter

NARCOTRAFIC (Cocaïne, héroïne, tramadol) : l’Afrique plus que jamais à l’épreuve du narcotrafic

Ces derniers mois, les saisies records de drogues se succèdent sur le continent. Malgré l’épidémie de Covid-19, le trafic s’est intensifié, de nouvelles routes se sont créées et, surtout, la consommation locale s’accroît.

Plaque tournante de la drogue depuis 20 ans, l’Afrique est confrontée en 2021 à une augmentation sans précédent du trafic de stupéfiants.

Pour atteindre l’Europe, la cocaïne colombienne emprunte désormais presque systématiquement la route du Golfe de Guinée, avant de traverser le Sahel, où groupes jihadistes et milices ont la haute main sur tous les trafics. L’héroïne afghane, elle, emprunte la « route du Sud » plutôt que celle des Balkans, désormais plus sécurisée.

Si la majeure partie des drogues sont destinées aux marchés occidentaux, le commerce de produits dérivés – d’opioïdes notamment – pour la consommation locale explose. Alors que l’usage non-médical du Tramadol continue de faire des ravages en Afrique de l’Ouest, les héroïnomanes ont plus que triplé en Afrique de l’Est et australe et la consommation de cannabis reste toujours au dessus de la moyenne mondiale, avec un taux de prévalence d’environ 7 % chez les 15-65 ans.

lire

000000

THAÏLANDE 🇹🇭 : deux suspects allemands bientôt extradés en Allemagne pour trafic de drogue

Deux allemands arrêtés en Thaïlande devraient être extradés vers l’Allemagne car ils sont soupçonnés de faire partie d’un gang européen de trafiquants de drogue. Le général de division Phanthana Nutchanart a identifié les deux suspects comme étant Alex Kartun, 42 ans, ayant la double nationalité allemande et russe, et Alexander Wolfien, 38 ans, de nationalité allemande.

Une vingtaine de personnes soupçonnées d’être impliquées dans la production et la vente de cette drogue ont été arrêtées en Allemagne, mais les deux personnes détenues mardi se sont enfuies en Thaïlande il y a plusieurs années, a indiqué M. Phanthana. Les deux hommes doivent répondre en Allemagne de 14 chefs d’accusation liés au trafic de la drogue et de deux chefs d’accusation liés à sa production, a-t-il précisé.

source

000000

THAÏLANDE 🇹🇭 (Douane thaïlandaise) : saisie de 315 kilos d’héroïne avant de partir pour l’Australie 🇦🇺

Les douaniers thaïlandais ont saisi environ 315 kilos d’héroïne , ce qui porte à 2 tonnes le total confisqué depuis le début de l’année, ont indiqué les autorités mardi.

Drogue birmane

Ils n’ont pas précisé d’où provenaient les drogues, mais cette saisie intervient dans un contexte de crainte d’une augmentation de la production en Birmanie voisine, principal fournisseur de drogues illicites de la région, en raison de la grave instabilité qui a suivi l’éviction par l’armée d’un gouvernement élu en février.

Le directeur général du département des douanes, Patchara Anuntasilpa, a déclaré que 134 paquets d’héroïne emballés sous film rétractable, pesant chacun environ 2,4 kilogrammes, avaient été dissimulés dans une cargaison de peinture acrylique destinée à l’Australie.

Seaux de peinture

Il a déclaré que la drogue avait été découverte lundi parce que les paquets d’héroïne étaient placés dans des conteneurs en plastique carrés qui ressortaient sur les radiographies des seaux de peinture.

L’arrestation d’un suspect a permis d’identifier la personne qui l’avait engagé et qui s’est enfuie au Laos, a déclaré Wichai Chaimongkol, secrétaire général de l’Office de contrôle des stupéfiants.

La région du Triangle d’Or, où les frontières du Myanmar, du Laos et de la Thaïlande se rejoignent, est une importante zone de production d’opium et abrite de nombreux laboratoires qui le transforment en héroïne.

source et plus

000000

THAÏLANDE 🇹🇭 (Tambon Ko Yo – Songkhla) : la police des frontières saisit 100.000 pilules de methamphétamine

La police des frontières a arrêté mardi un trafiquant de drogue et saisi 100.000 pilules de méthamphétamine dans le sud de la Thaïlande. Il a été arrêté lorsque la police a contrôlé sa « Toyota Fortuner » pour une perquisition sur l’autoroute 408 à Tambon Ko Yo à Songkhla.

La police de la patrouille frontalière de Songkhla a identifié le trafiquant de drogue comme étant M. Pipat Noopan, 50 ans, de Nakhon Si Thammarat.

SOURCE

000000

THAILAND 🇹🇭 (Nakhon Phanom) : Police bust 4 drug runners with 150 million baht of meth

770,000 pills of methamphetamine pills were impounded in Nakhon Phanom today in a bust of 4 suspected drug runners. Police and military cooperated to nab 4 men, aged 21 to 36 hailing from Mukdahan. Nakhon Phanom is a northeastern Thai province that borders Laos, separated by the Mekong River.

source

000000

THAÏLANDE 🇹🇭 (Région de Nong Khai – zone frontalière du Laos 🇱🇦) : le trafic de méthamphétamine profite du coup d’Etat birman 🇲🇲

Les saisies de « yaba » – nom local donné aux comprimés de méthamphétamine – sont déjà en nette hausse, avec un record de plus de 80 millions de comprimés sur les six derniers mois. 

Et l’ONU met en garde contre un prochain déluge en raison du coup d’arrêt donné à l’économie légale en Birmanie depuis le putsch du 1er février, suivi de condamnations internationales et de manifestations quotidiennes violemment réprimées dans tout le pays.

« Si ce qui est arrivé par le passé peut servir d’indicateur, nous devrions voir une nouvelle hausse de la production de drogues de synthèse« , estime Jeremy Douglas, représentant régional de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime.

Les groupes du crime organisé et milices alliées transfrontalières s’attachent vraisemblablement à mettre à profit les troubles en Birmanie pour renforcer leurs positions, explique-t-il à l’AFP.

Bataille contre la meth

La méthamphétamine sous sa forme cristallisée, la plus puissante, est habituellement envoyée vers des marchés d’outre-mer, plus lucratifs, comme l’Australie et le Japon, même si la pandémie est venue entraver les transferts.

Des patrouilles renforcées à la frontière birmane n’ont guère dissuadé les trafiquants. Les autorités thaïlandaises estiment qu’environ trois quarts de la drogue entrant sur leur territoire transitent par le Laos. La bataille contre le trafic de meth entre les deux pays, séparés par le fleuve Mékong, pâtit d’un manque de personnels et d’équipements –matériel de vision nocturne, capteurs de mouvements, motos…

La baisse du niveau du fleuve causée par la sécheresse et les barrages hydro-électriques construits par Pékin en Chine et au Laos oblige l’unité de la Marine chargée de surveiller la frontière à accroître ses patrouilles terrestres.

source et plus

000000

THAÏLANDE 🇹🇭 (province de Tak): des policiers seraient impliqués dans un trafic de méthamphétamine

Le chef de la police thaïlandaise a ordonné une enquête sur un lieutenant général et un colonel qui seraient impliqués dans la tentative de contrebande de 1,5 tonne de méthamphétamine dans la province de Tak.

L’enquête fait suite aux revendications des députés de l’opposition lors du débat de censure de la semaine dernière au Parlement.

Le général Pol Suwat Jangyodsuk a déclaré que la tentative de contrebande avait été déjouée le 18 octobre 2019, selon une source du Bangkok Post.

 

LIRE

000000

THAÏLANDE 🇹🇭 (Bangkok): arrestation de Lee Chung Chak, citoyen de Hong Kong, ancien camarade de prison de Tse Chi Lop

Lee Chung Chak

Après l’arrestation à Amsterdam de Tse Chi Lop, présumé être le numéro un de la drogue dans le Triangle d’Or, c’est au tour de Lee Chung Chak, un deuxième haut dirigeant d’un vaste syndicat de la drogue, d’être arrêté, a déclaré un responsable thaïlandais des narcotiques, alors qu’un filet transnational se resserre sur le groupe Sam Gor, qui, selon la police, domine le commerce annuel de la drogue dans la région Asie-Pacifique, d’une valeur de 70 milliards de dollars.

lire plus

more

000000

THAÏLANDE 🇹🇭 (Province de de Chai-Nat): un moine thaïlandais de la province de Chiang Rai arrêté avec 4,8 millions de pilules de méthamphétamine

°°°°

Entre-temps, les autorités ont saisi un colis contenant des millions de roupies indiennes, trouvé dans le compartiment à bagages d’un bus de Mae Sot à destination de la province de Chiang Rai mercredi.

lire plus

000000

NARCOTRAFIC: les routes de la drogue se multiplient en Afrique, avec le Maroc 🇲🇦 comme épicentre des expéditions de cocaïne vers l’Europe 🇪🇺 et le Maghreb

Photo tirée d’une video diffusée par LCI en novembre 2019

Par Abdelkader Abderrahmane

Analyste géopolitique et consultant international sur les questions de paix et de sécurité en Afrique

Le Maroc est depuis des décennies le plus grand cultivateur de haschich au monde.

Et si Rabat s’est engagé à partir de 1992 dans une «guerre contre la drogue», diminuant de manière considérable les surfaces de terres utilisées pour cette culture, la production de résine de cannabis n’a toutefois pas diminué dans les mêmes proportions.

En outre, au fil des années, du fait de sa position géographique et de sa longue histoire de producteur de cannabis, le Maroc est aussi devenu une voie de transit-clé pour d’autres trafics de drogues, telles que la cocaïne, l’héroïne et les drogues de synthèse. Ce faisant, le royaume chérifien est en passe de devenir aussi un pays de consommation, créant ainsi de nouveaux défis de santé publique pour la société marocaine et au-delà.

EXTRAITS des différents paragraphes

Histoire du cannabis

Les premières plantations de cannabis au Maroc sont apparues au XVe voire au VIIe siècles, sans doute introduites par les Arabes après leur invasion de l’Afrique du Nord. Au XIXe siècle, le sultan Moulay Hassan autorisa ensuite la culture du cannabis dans des zones restreintes. Cette politique fut poursuivie sous les protectorats espagnol et français, puis pour des raisons économiques, sous le règne du roi Mohammed V qui toléra lui aussi cette culture après l’indépendance du Maroc en 1956.

Lire plus

Culture hybride

La raison pour laquelle la quantité de drogue n’a pas diminué en parallèle de la diminution des terres utilisées pour la culture du cannabis est essentiellement due à la nouvelle culture hybride du cannabis, de plus en plus utilisée par les trafiquants marocains. Selon Pierre-Arnaud Chouvy et Kenza Afsahi, auteurs de Le haschich marocain, du kif aux hybrides, c’est l’introduction de variétés hybrides, au rendement trois à cinq fois supérieur au cannabis traditionnel qui explique que malgré une baisse réelle des surfaces utilisées pour la culture du cannabis, la production de résine de cannabis demeure stable.

lire plus

De producteur de cannabis à consommateurs de drogues

En sus du trafic de résine de cannabis, la cocaïne ainsi que d’autres stupéfiants ont aussi fait leur entrée sur le territoire marocain depuis plusieurs années. Si la cocaïne demeure encore inaccessible pour la plupart des Marocains, au cours des quinze dernières années, le prix d’un gramme de cocaïne a toutefois considérablement diminué, coûtant aujourd’hui environ 600 dirhams (60 euros). Cette baisse est aussi une indication de la disponibilité croissante de la cocaïne au Maroc, en particulier au sein des classes moyennes. Ceci dit, le pays est surtout devenu une zone de transit vers l’Europe ou les pays du Golfe à travers les routes du Sahel, du Maghreb et maritimes.

Lire plus

Drogues de synthèse

Mais comme dans le reste de la région du Maghreb et d’Afrique de l’Ouest – voire à travers le monde –, c’est la présence croissante de drogues de synthèse qui est en train de faire une percée au sein de la population marocaine. Tramadol, Captagon, Rivotril, Lyric ou encore Artane (aussi connu sous le nom de Madame Courage) sont de plus en plus populaires parmi la jeunesse marocaine. Ces drogues de synthèse, telles que le karkoubi ou al shaghala anglyzyya (une colle) utilisée en Egypte ne sont pas sans conséquence pour la santé des utilisateurs souvent très pauvres. Le karkoubi, très répandu au Maroc, est un mélange de psychotropes, tels que le Xanax, le Valium ou le Rivotril. L’utilisation croissante de ce médicament est due au fait qu’il est facilement disponible ainsi qu’à son prix extrêmement bas, qui varie de 1 à 10 dirhams (0,50 à 1,00 euro) par dose selon les régions. Ces prix bas qui les rendent attrayants pour de nombreux consommateurs aux ressources et aux revenus limités représentent un énième défi sanitaire pour les autorités marocaines.

lire plus

Violence et questions sanitaires

Cette consommation croissante de drogues est devenue source d’inquiétude et de préoccupations pour les autorités marocaines et professionnels de la santé. Contrairement aux drogues traditionnellement dominantes, telles que le cannabis – il est estimé que près d’un million de Marocains sont des consommateurs réguliers de cannabis –, ces médicaments, qui devraient normalement être obtenus sur ordonnance, sont souvent utilisés à des fins récréatives et leurs effets addictifs ont des conséquences négatives sur la santé des utilisateurs, les rendant souvent très agressifs. La criminalité et la violence des jeunes sont d’ailleurs souvent imputables à la drogue. En outre, beaucoup au Maroc s’interrogent sur le fait que la consommation croissante de substances n’érode la morale culturelle et cultuelle.

lire plus

Business as usual

Comme l’indiquent les trafics de cocaïne et de drogues de synthèse provenant respectivement d’Amérique latine et d’Asie, le Maroc est devenu en quelques années un hub majeur pour toutes sortes de trafics de drogues liés à l’Europe et à l’Afrique de l’Ouest. Le fait que les Marocains consomment de plus en plus de drogues autres que le cannabis ne fait que renforcer cela.

Le trafic de drogues au Maroc a ainsi de beaux jours devant lui. Et si les difficultés de transports et d’acheminements vers l’Europe et ailleurs se dressent devant les trafiquants de manière régulières, ceux-ci ne sont pas à court d’idées pour poursuivre leurs activités illégales. Dans le passé, de la cocaïne a bien été trouvée dans des copies du Coran dont les pages avaient été arrachées au préalable !

Par ailleurs, le trafic de drogues de manière générale bénéficiant aussi à de nombreux notables, officiers de l’armée et autre fonctionnaires, il demeure donc très peu probable que cela cesse de sitôt.

lire plus

000000

par Marc Fievet

Le Mahkzen est-il impliqué et jusqu’à quel niveau ?

Le rôle confirmé de la structure financière Attijariwafa Bank dans la dissimulation des fonds engrangés par le trafic de cannabis ne laisse aucune place au doute quant à l’implication personnelle du roi Mohammed VI dans ces activités criminelles.

En juin 2015, à Mornas, une bourgade du Vaucluse, les douaniers français mettent la main sur la somme rondelette de 300 000 euros en espèces à l’intérieur d’un véhicule.

L’affaire est confiée à des enquêteurs de Marseille, membres d’une section spécialisée dans la délinquance financière. En coopération avec leurs confrères de plusieurs pays d’Europe, un travail de fourmi permet de remonter la filière aux ramifications importantes et dont le quartier général se situerait au sommet de l’Etat marocain.

Comme toujours, la DG des douanes, bien qu’interrogée, n’avait pas souhaité communiquer.

La conférence de presse animée par Xavier Tarabeux, le procureur de Marseille, restera dans les annales de la justice française.

Les 300 000 euros saisis à Mornas, ce n’est donc que de la petite monnaie. Selon l’AFP, Xavier Tarabeux, qui représente le ministère public, annonce le chiffre faramineux de 400 millions d’euros qui ont été blanchis sur ces quatre dernières années.

Une partie aurait transité par la France où Attijariwafa Bank possède plusieurs agences.

Parce que si la presse française avait évoqué une «Hawala (système traditionnel de paiement informel dans la culture arabe)», les milieux initiés n’ignorent pas que la banque marocaine Attijariwafa Bank couvre un important flux financier, notamment en Afrique de l’Ouest. Malgré la bienveillance des autorités de ces pays et malgré le système de blanchiment efficace, les experts antiterroristes ont repéré, dès l’année 2012, les mécanismes frauduleux du financement de groupes terroristes proches du Makhzen tel le Mujao dont les mercenaires ont tenté d’infiltrer les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf en même temps qu’ils ont investi le nord du Mali avant de disparaître dans la nature…

Ou comment faire pour que ça fasse ‘Pschitt’ !

En novembre 2016, des dizaines de personnes ont été arrêtées en France, en Belgique et aux Pays-Bas, et la montée au créneau des relais de Mohammed VI ont réussi à liquéfier cette affaire d’État, à coups de gros millions ou de demeures somptueuses à Marrakech (Rien de plus anonyme qu’une SCI …), dans les limites de corruptibilité des responsables européens chargés de l’enquête et… comme il est toujours bon de le rappeler, la complaisance créent toujours beaucoup d’amis!

°°°°°°

AQMI, main dans la main avec les cartels de drogues

L’Ameripol s’est aussi penchée dans son rapport sur le conflit malien qui, pour les cartels, n’a fait qu’interrompre momentanément les principales routes de la cocaïne dans la région.

L’A-10 (autoroute 10), nom donné à cette route par les experts, est la voie la plus importante au large du 10e parallèle menant en Europe. Le rapport cite Alain Rodier du Centre français de recherche sur le renseignement, lequel assure que «les trafiquants ont démontré leur capacité à anticiper la politique internationale et continuent à faire des affaires à travers d’autres voies». Mathieu Guidere, spécialiste en géopolitique et en histoire immédiate du monde arabe et musulman, souligne, quant à lui, que «les trafiquants de drogues payent aux mouvement islamistes radicaux un droit de passage représentant 10% de la valeur totale de la cargaison. Certains groupes armés «facturent» plus pour garantir la protection du convoi».

000000

NARCO-BUSINESS: le trafic se déplace, se transforme, s’adapte.

Avec leur bras armé, la DEA (Drug Enforcement Administration), les États-Unis frappent fort…

Mais le trafic se déplace, se transforme, s’adapte. Une nouvelle génération de trafiquants émerge à la fin des années 1970, qui recherche à la fois l’argent et le pouvoir.

Si Pablo Escobar est le plus emblématique de tous,  Totò Riina en Sicile, Khun Sa dans le Triangle d’or, et Félix Gallardo au Mexique ont aussi bouleversé le destin de leur pays et fait exploser le trafic à l’échelle mondiale.

Ils défient les États, menacent les pouvoirs en place.

Il faut près de vingt ans pour que ces derniers s’organisent et fassent tomber les quatre barons de la drogue.

000000

THAÏLANDE 🇹🇭: lutte contre le trafic de drogue dans le triangle d’or

Gita Sabharwal, coordinatrice résidente des Nations unies en Thaïlande, et Jeremy Douglas, qui représente l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique, expliquent comment les Nations unies et le gouvernement thaïlandais travaillent ensemble pour s’attaquer à ce problème.

« La Thaïlande a fait des progrès considérables dans la lutte contre le commerce de l’opium au cours des dernières décennies et représente les bonnes pratiques mondiales.

L’ONUDC a établi un partenariat à long terme avec le gouvernement thaïlandais et d’autres parties prenantes pour lutter contre le trafic de drogue dans le Triangle d’Or.

Depuis la base militaire de Doi Chang Mub, qui surplombe le Myanmar, des patrouilles conjointes sont régulièrement menées pour lutter contre le trafic.

Toutefois, le commerce de l’opium ayant diminué, les mouvements transfrontaliers de drogues de synthèse, et notamment de méthamphétamine, ont considérablement augmenté.

LIRE

000000

THAÏLAND 🇹🇭 (Bangkok): Thai Narcotics Control Office handed 600kg of marijuana to researchers

The Office of the Narcotics Control Board (ONCB) handed 600 kilograms of seized marijuana to Rangsit University and the.Department of Medical Sciences for medical use and research.

ONCB secretary-general Niyom Termsrisuk said his office handed 500kg of marijuana to the Drug and Herbal Product Research and Development Center of the College of Pharmacy at Rangsit University and the rest 100 kg to the Bureau of Drug and Narcotic at the Department of Medical Sciences.

Source

0000

CHINE 🇨🇳 (province du Yunnan): depuis le premier janvier, 11,4 tonnes de stupéfiants et 794 tonnes de matériel de fabrication de drogues ont été saisies

Depuis le lancement d’une campagne anti-drogue d’un an en janvier 2020? les autorités chinoises de contrôle des stupéfiants ont arrêté 11 496 suspects.

A la date du 15 mai, un total de 11,4 tonnes de stupéfiants et 794 tonnes de matériel de fabrication de drogues avaient été saisies.

Lancée par la commission, cette campagne spéciale a fait de la province du Yunnan qui borde le Triangle d’or de l’Asie du Sud-Est , dans le sud-ouest de la Chine, sa principale ligne de front dans la lutte contre la drogue.

Malgré les efforts continus pour réduire la criminalité liée à la drogue le long de la frontière sud-ouest au cours des deux dernières années, le trafic de drogue en provenance du Triangle d’or a augmenté, ce qui représente une menace majeure pour la Chine.

source

 

000000

THAILAND 🇹🇭: U.S DEA and Thailand Take Down Drug Trafficking Networks

The US Consulate in Chiang Mai has reported the U.S. DEA assisted the Thai Government in a large-scale operation to take down 5 drug trafficking networks with money laundering operations worth over 3
billion baht.

With support from U.S. Drug Enforcement Administration (DEA) Chiang Mai Sensitive Investigative Unit (SIU), the Royal Thai Government arrested 15 suspects who are involved in laundering millions of U.S. dollars across the Thailand-Myanmar border.

The Thai authorities arrested Drug Trafficking suspects in Chiang Rai, Pathum Thani, Bangkok, Chiang Mai, Tak, Saraburi, Chachoengsao, Nonthaburi, and Songkla Provinces and seized assets worth approximately
72 million baht.

The U.S. DEA providedinvestigative mentorship, operational funding, and technical assistance to a part of this operation.

Source

0000

THAÏLANDE: futur eldorado de la culture de cannabis ???

La Thaïlande pourrait devenir le premier pays d’Asie à légaliser la culture de cannabis, s’ouvrant un marché pourrait peser plus de 50 milliards d’euros d’ici à 2025

La Thaïlande envisage de légaliser la culture de cannabis, à usage médical, ce qui ferait d’elle le premier pays d’Asie à se lancer dans un marché dominé jusqu’ici par le Canada, l’Australie ou encore Israël. Ce marché de la culture légale de cannabis, qui se développe aussi dans plus de la moitié des États américains, pourrait peser plus de 50 milliards d’euros d’ici à 2025 selon l’organisation américaine Grand View Research. Un projet de loi autorisant son utilisation limitée a été soumis à l’Assemblée nationale législative mise en place par la junte au pouvoir depuis un coup d’État en 2014. La culture du cannabis, si elle est autorisée par cette Assemblée nommée par les militaires au pouvoir, « serait uniquement à usage médical et non récréatif », a assuré mercredi à l’AFP Jet Sirathraanon, président de la commission chargée de la Santé publique. « La Thaïlande a la meilleure marijuana au monde », a plaidé ce partisan de ce projet de loi qui doit être examiné courant novembre. La marijuana reste illégale en Thaïlande, avec des sanctions sévères pour le trafic de drogue, même si le pays est une plaque tournante régionale et un producteur de stupéfiants. Le Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha a d’ailleurs tenu à souligner qu’il n’était pas question de décriminaliser l’usage récréatif du cannabis. « Il n’est pas question ici de permettre aux gens de fumer de l’herbe et de se marrer toute la journée, la lutte contre les problèmes de drogue continue », a-t-il déclaré mercredi. LIRE PLUS

0000000000000000

ASIA (methamphetamine pills and 35 kilograms of heroin): large drug busts in Thailand’s north and south

In Sukhothai province, police arrested one man and three women who were alleged drug couriers from northern Tak province. They were stopped near the Sukhothai-Tak bypass in front of the Dairy Farming Promotion Organization of Thailand.

A total of 10 million methamphetamine pills and 35 kilograms of heroin were discovered hidden under chicken manure in the back of the vehicle.

Read more

http://www.atimes.com/article/large-drug-busts-in-thailands-north-and-south/

0000000

BIRMANIE (précurseurs): saisie de 15 tonnes de cyanure de sodium destinées à fabriquer des millions de comprimés de méthamphétamine

Le chauffeur du camion, Sawat Kaewdam, 41 ans, fait aujourd’hui face à des accusations d’entrée illégale présumée n’ayant pas obtenu de permis pour transporter une substance dangereuse au Myanmar.

Le cyanure de sodium saisi pourrait être synthétisé en phényl-2-propanone, un substrat narcotique et utilisé pour produire environ 295 millions de pilules de méthamphétamine.

Sawat a été capturé dans la ville frontalière de Tachileik au Myanmar, grâce à la collaboration entre la police thaïlandaise et le Myanmar, a annoncé dimanche un haut responsable.

Le secrétaire général du Bureau du contrôle des stupéfiants (ONCB), Sirinya Sidthichai, a déclaré lors d’une conférence de presse à Bangkok sur l’interception et l’arrestation par des membres du Comité central pour le contrôle de l’abus des drogues du Myanmar (CCDAC).

L’ONCB avait reçu en mai un rapport du point de contrôle personnalisé Chiang Saen de Chiang Rai selon lequel quelqu’un avait demandé de transporter du cyanure de sodium de la Thaïlande vers la ville de Yangon au Myanmar à travers le Mékong. Le point de contrôle a refusé la demande car l’Accord sur la navigation commerciale sur le fleuve Lancang-Mékong interdisait le transport fluvial de substances dangereuses telles que le cyanure de sodium.

L’exportateur a ensuite conservé le produit chimique dans un entrepôt de Chiang Saen.

Le cyanure de sodium est désigné comme une «substance dangereuse de type 3» en vertu de la Hazard Substances Act 1992, et sa fabrication, importation et exportation, ou possession nécessite un permis du Département des travaux industriels (DIW), a déclaré Sirinya. Il figure également sur une liste de substances qui, en vertu d’une ordonnance du Conseil national pour la paix et l’ordre de 2016, doivent être surveillées pour importation et exportation par les agences de sécurité nationale en raison de leur utilisation potentielle dans la fabrication de drogues illicites.

Le 2 juin, les 300 gallons de Sodium Cyanide, pesant 15 tonnes et d’une valeur d’environ 1,5 million de Bt, ont été envoyés à Tachileik via le poste de contrôle personnalisé de Mae Sai avec un permis de DIW, a précisé Sirinya. L’ONCB a alors alerté le CCDAC à Tachileik pour enquêter.

Les agents du Myanmar ont constaté que pour ce lot manquait un permis d’importation au Myanmar, et l’ont saisi pour inspection puis arrêté le chauffeur Sawat.

Confronté à des accusations, le natif de Chiang Rai a affirmé avoir été engagé pour transporter le lot vers une mine d’or à Yangon. Le cyanure de sodium est également utilisé pour extraire l’or.

Sirinya a indiqué que le lot – qui pourrait produire 295 millions de pilules yaba ou 9 500 kilogrammes de crystal meth ou «glace» – avait été commandé à la Chine pour être livré à Yangon, mais il a été introduit via Tachileik.

L’eloignemment de Tachileik de la capitale du Myanmar est un des faits qui ont conduit les fonctionnaires à soupçonner que son usage prévu pouvait être la fabrication de stupéfiants.

Sirinya Sidthichai s’est félicité de la collaboration entre la Thaïlande et le Myanmar dans la répression des stupéfiants et l’arrestation et le transfert des suspects.

SOURCE: THE NATION

000000000000000000000000000000000000000000000000

THAÏLANDE: importante saisie de stupéfiants dans quatre grandes opérations de drogue en une semaine

Selon la police, quatre opérations récentes ont abouti à la confiscation d’une importante quantité de stupéfiants, dont plus de 1 000 kilogrammes de marijuana, trois kilogrammes d’huile de haschich très concentrée, plus de 100 000 amphétamines, quelque 5 300 grammes de méthamphétamine en « cristaux glace », et 850 grammes de kétamine.

Le chef adjoint de la police Pol General Chalermkiat Srivorakhan et le chef du Bureau de la répression des stupéfiants (NSB), Sommai Kongvisaisuk, ont annoncé les quatre cas hier lors d’une conférence de presse au siège de la NSB à Bangkok:

Deux suspects ont été arrêtés avec 5196 grammes de « glace » dans une opération policière jeudi dans la province de Samut Prakan.

Un résident de Bangkok, Pornchai Embrayage, 24 ans, a été arrêté avec 106 000 pilules, 200 grammes de «glace» et 850 grammes de kétamine dans le district de Taling Chan vendredi.

Quelque 490 kilogrammes de marijuana séchée d’une valeur marchande de 15 millions de baht ont été saisis samedi dans la province de Bung Kan, mais les quatre trafiquants présumés laotiens ont réussi à s’enfuir.

Quatre hommes de Nakhon Phanom âgés de 27 à 53 ans ont été arrêtés samedi avec 598 kilogrammes de marijuana séchée et trois kilogrammes d’huile de haschich très concentrée dans une station-service de la province d’Udon Thani.

source: La NATION

000000000000000000000000000000000000000

 

 

 

THAÏLANDE (ville frontalière de Hatyai): Thai anti-narcotics police intercept 447kg of ‘Ice’

BANGKOK – La police anti-narcotique thaïlandaise a arrêté deux hommes et saisi 447 kg de « ICE » (Crystal Methaphetamine) dans la ville frontalière de Hatyai, au sud du pays, avant que qu’ils ne soient introduits clandestinement en Malaisie.

Le chef du Bureau de la répression des stupéfiants (NSB), le général Gen Sommai Kongvisaisuk, a déclaré que l’opération, qui s’est déroulée hier, a également bénéficié d’une bonne coopération de la police anti-drogue malaisienne stationnée le long de la frontière. Deux hommes de Hatyai et Narathiwat, âgés de 22 et 52 ans, ont été appréhendés hier vers 18h30 (heure locale) alors qu’ils se trouvaient à l’intérieur de la camionnette chargée de  cette importante quantité de drogue.

Cette drogue était destinée à la Malaisie d’abord et ensuite à d’autres pays.

SOURCE:

00000000000000000000000000000000000000000