WORLWIDE : cinquante ans de guerre aux drogues et aucune issue en vue

Échec total !

Cinquante ans plus tard, l’ennemi à abattre est toujours non-identifié, les moyens financiers et sécuritaires pour y arriver ne cessent de croître, et les résultats ne cessent de décevoir.

En cinquante ans, la production, la consommation, le trafic, la puissance des substances, leur adultération, leur nombre, volume et diversification, la violence dans le marché illégal, la sur-incarcération, la surpopulation carcérale, la disproportionnalité des peines (allant jusqu’à la peine de mort ou les exécutions sommaires), et la puissance des organisations criminelles n’ont fait que croître.

Lire

0000

COLOMBIE 🇨🇴 (Bogota) : l’ambassade de France 🇫🇷, la valise diplomatique et la cocaïne…

Le Quai d’Orsay

Selon un document rendu public par le FBI des trafiquants auraient mis en place un système pour exporter 2 kilos de cocaïne par semaine via la valise diplomatique francaise en Colombie. La France dément, les États-Unis se murent dans le silence.

Les photos échangées par les trafiquants – Document du FBI

Au détour d’un document rendu public la semaine dernière dans le cadre de l’enquête internationale Trojan Shield, un agent du FBI expliquait que des trafiquants avaient la possibilité d’exporter deux kilos de cocaïne chaque semaine (probablement vers l’Australie) via des enveloppes scellées de la valise diplomatique de l’ambassade de France à Bogota.

Trojan shield a consisté à distribuer près de 12.000 téléphones à des groupes criminels, permettant des échanges chiffrés. De nombreux exemples d’utilisation de ces téléphones pour organiser des trafics étaient fournis dans ce document. Un seul évoquait la complicité possible de personnels d’une ambassade, c’est à dire, par rebond, d’un pays.

Voici le passage en question :

Le 23 mars 2020, l’utilisateur du JID 58f4a9, qui a été identifié par des messages An0m comme étant Baris Tukel, a demandé à l’utilisateur du JID cfdf8a, qui a été identifié comme étant Shane Geoffrey May, quel était le prix de la cocaïne en ce moment. Tukel a également demandé si May avait « cette adresse de building block » [Définition de building block]. May a répondu que la cocaïne se situait autour de 200.000 et a demandé à Tukel s’il avait des nouvelles. Tukel a écrit : « Ok, j’ai un petit boulot qui est apparu pour le building block », « Il y a 2 kg placés dans des enveloppes diplomatiques françaises scellées en provenance de Bogotta [sic] » et « Ils ont déjà reçu quelques colis ». Tukel a ajouté : « Le seul problème est que COL prend 50/4. Les partenaires, y compris toi, devront partager les 50 autres » (ce qui signifie que les distributeurs colombiens prennent 50 % des bénéfices et que quatre autres personnes se partagent les 50 autres). Tukel a écrit : « Ils peuvent le faire chaque semaine [sic] » (ce qui signifie que des colis de deux kilogrammes peuvent être envoyés chaque semaine). May a répondu que c’était une bonne idée et qu’il enverrait l’adresse sous peu. Tukel a ensuite envoyé trois photos : deux des valises diplomatiques françaises et une de la cocaïne disponible. Après avoir envoyé la photo des paquets de cocaïne, Tukel a écrit : « Il y a des paquets en attente d’être envoyés par cette équipe. »

Pourquoi le FBI a-t-il choisi cet exemple pour l’intégrer à un document dont il savait qu’il ferait surface à un moment ou un autre après la vague d’arrestation qui ne manquerait pas d’intervenir ? « Vous savez, les amabilités entre services, ce n’est pas nouveau », explique un fin connaisseur de ce type de coups de pieds de l’âne. Étrangement, la France n’était pas intégrée dans le groupe de pays participants à Trojan Shield. C’est d’autant plus intriguant que la gendarmerie française avait été un pivot dans le piratage de la messagerie Encrochat. Or la disparition de celle-ci a créé une partie du vide qui a été mis à profit par le FBI pour lancer l’opération Trojan Shield.

lire plus

000000

AUSTRALIE 🇦🇺 (aéroport de Sydney) : jusqu’à 150 employés de la compagnie aérienne australienne Qantas seraient liés à des activités criminelles

La compagnie aérienne australienne Qantas a appris que le « crime organisé » s’était infiltré dans la compagnie pour faciliter les opérations de narcotrafic.

Des articles de journaux locaux ont allégué qu’un membre d’un gang de « motos » (ou motards) de Comanchero travaillait comme directeur de Qantas à l’aéroport de Sydney, lui permettant de recruter des criminels et de renforcer les activités d’importation de stupéfiants.

Les reportages étaient basés sur l’opération « Project Brunello », qui a démontré qu’environ 150 employés de Qantas étaient liés à des activités criminelles, selon la BBC.

000000

ONUDC (Trafic de stupéfiants) : depuis ce rapport de 2010, les flux ont été multiplié par 3

Le trafic de stupéfiants est un commerce international illicite comprenant la culture, la fabrication, la distribution et la vente de substances interdites par la loi. L’ONUDC contrôle et recherche en permanence les marchés illicites de stupéfiants internationaux afin de mieux appréhender leurs dynamiques. Le trafic de stupéfiants est au cœur de cette recherche.

Davantage d’informations sont disponibles dans le Rapport mondial sur les drogues annuel.

Actuellement, la consommation mondiale d’héroïne (340 tonnes) ainsi que les saisies représentent un flux annuel de 430 à 450 tonnes d’héroïne sur le marché international. L’opium du Myanmar et de la République démocratique populaire lao en représentent environ 50 tonnes, alors que le reste, près de 380 tonnes d’héroïne et de morphine, est produit exclusivement à partir d’opium afghan. Bien que cinq tonnes soient consommées et saisies en Afghanistan, les 375 tonnes restantes font l’objet d’un trafic international via des routes parcourant les pays limitrophes de l’Afghanistan.

Les Balkans et les routes du Nord sont les principaux couloirs de trafic de l’héroïne entre l’Afghanistan et les grands marchés de la Fédération de Russie et de l’Europe occidentale. La route des Balkans traverse la République islamique d’Iran (souvent via le Pakistan), la Turquie, la Grèce et la Bulgarie via l’Europe du Sud-Est vers le marché de l’Europe occidentale, pour une valeur annuelle de près de 20 milliards de dollars. La route du Nord traverse principalement le Tadjikistan et le Kirghizistan (ou l’Ouzbékistan ou le Turkménistan) vers le Kazakhstan et la Fédération de Russie. L’envergure du marché est estimée à un total de 13 milliards de dollars par an.

Principaux flux d’héroïne en provenance d’Asie

Global heroin flows

Source : Rapport mondial sur les drogues 2010, ONUDC

En 2008, les saisies d’héroïne ont atteint le niveau record de 73,7 tonnes métriques. La majorité de l’héroïne a été saisie au Proche et au Moyen Orient ainsi qu’en Asie du Sud-est (39 % du total mondial), en Europe du Sud-est (24 %) et en Europe Centrale et Occidentale (10 %). L’augmentation mondiale des saisies d’héroïne sur la période 2007-2008 fait suite à l’augmentation croissante du nombre de saisies par la République islamique d’Iran et la Turquie. En 2008, les deux pays ont effectué plus de la moitié des saisies d’héroïne mondiales et ont enregistré les deux plus importantes saisies au monde, pour la troisième année consécutive.

En 2007 et 2008, entre 16 et 17 millions de personnes consommaient de la cocaïne dans le monde, soit l’équivalent du nombre de consommateurs d’opiacés. L’Amérique du Nord représentait près de 40 % de la consommation de cocaïne mondiale (le total a été estimé à 470 tonnes), alors que les 27 pays de l’Union Européenne et quatre pays membres de l’Association européenne de libre-échange représentaient plus d’un quart de la consommation totale. Ces deux régions représentent plus de 80 % de la valeur totale du marché mondial de la cocaïne, estimé à 88 milliards de dollars en 2008.

En ce qui concerne le marché américain, la cocaïne est généralement transportée depuis la Colombie vers le Mexique ou l’Amérique centrale par mer puis par terre vers les Etats-Unis et le Canada. La cocaïne est principalement acheminée vers l’Europe par mer, le plus souvent dans des cargaisons de conteneurs. La cocaïne trouvée en Europe provient majoritairement de Colombie, cependant les cargaisons du Pérou ou de l’Etat plurinational de Bolivie y sont plus communes que sur le marché des Etats-Unis.

Principaux flux de cocaïne, 2008

Global cocaine flows

Source : Rapport mondial sur les drogues 2010, ONUDC

Suite à une hausse significative des saisies de cocaïne de 2002 à 2005, celles-ci se sont aujourd’hui stabilisées, atteignant 712 tonnes en 2007 contre 711 en 2011. Les saisies se concentrent toujours en Amérique et en Europe. Cependant, la transition de 2007 à 2008 a entraîné un changement géographique dans les saisies vers les pays d’origine de la cocaïne. Les saisies en Amérique du Sud ont représenté 59 % du total international en 2008, contre 45 % en 2007.

Informations supplémentaires :

Données et analyses

000000

OPÉRATION IRONSIDE : avec son piège aux téléphones « cryptés », le FBI, la DEA, l’AFP et Europol ont réussi un énorme coup de filet mondial contre le crime organisé

Pendant trois ans, grâce à leur infiltration des réseaux criminels, des policiers triés sur le volet ont écouté en direct quelque 27 millions de conversations cryptées entre malfaiteurs ayant trait à leurs activités ou à leurs projets d’activités criminelles en tout genre. Il aura fallu 18 mois aux policiers du FBI et des 16 autres pays engagés dans l’opération pour les décrypter et les exploiter.

C’est l’histoire d’un gigantesque coup de filet mondial contre le crime organisé à l’initiative de la police australienne qui a eu l’idée géniale de noyauter une appli de messagerie cryptée prisée des criminels et grâce au FBI qui a apporté ses moyens techniques pour la réaliser.

Résultat: ce mardi matin, la police fédérale australienne (AFP pour Australian Federal Police) annonce l’arrestation, synchrone à travers le monde, de plusieurs centaines de personnes suspectées d’activités criminelles.

Cette opération a été déclenchée par les polices de plusieurs pays: l’Australian Federal Police (AFP) en Australie (qui a mobilisé pas moins de 4.000 agents), le Federal Bureau of Investigation (FBI) et la Drug Enforcement Administration (DEA) aux États-Unis, la police de Nouvelle-Zélande; en Europe, la police nationale néerlandaise (Politie) et l’autorité de police suédoise (Polisen) étaient de la partie. L’agence européenne de police criminelle Europol précise, dans son communiqué du jour, qu’elle a également participé à l’opération en soutien des autorités précédemment citées et aux côtés de 16 autres pays.

Liste des participants :

  • Europol : Jean-Philippe Lecouffe, directeur adjoint des opérations
  • Federal Bureau of Investigation (FBI) des États-Unis : Calvin Shivers, directeur adjoint de la division des enquêtes criminelles
  • Police nationale néerlandaise (Politie) : Jannine van der Berg, Commission en chef de l’Unité de la police nationale
  • Autorité de police suédoise (Polisen) : Linda Staaf, chef du renseignement
  • Police fédérale australienne (AFP): Commandant Jennifer Hurst, Manager Europe, Afrique et Moyen-Orient

(avec AFP – pour Agence France Presse-, Europol, TV9News)

source

000000

AUSTRALIE 🇦🇺 (Nouvelle-Galles du Sud) : 100 millions de dollars misés sur des machines à sous en une semaine

Un complot visant à importer un record de trois tonnes de cocaïne en Australie en provenance d’Amérique du Sud a été découvert après qu’un homme ait été observé en train de blanchir 100 millions de dollars en une semaine sur les machines de poker du casino Star au début de l’année dernière.

Une enquête sur les finances de l’homme a conduit à une opération majeure couvrant l’océan Pacifique qui a abouti à l’arrestation cette semaine de trois hommes, dont deux qui ont travaillé à l’aéroport de Sydney et un qui était en liberté conditionnelle pour une peine de 16 ans pour importation antérieure de drogue.

LIRE PLUS

°°°°°°°°°°°°°

Year’s worth of cocaine seized by cops in mammoth drug bust

An alleged plot to import a staggering three tonnes of cocaine into Australia has come unstuck.

Three men have been charged and face life behind bars, accused of being part of an international drug cartel who were allegedly plotting to bring the mammoth haul to Australian shores.

Detectives last year received a tip-off about an individual gambling a large amount of money at a casino.

Police then began investigating his financial activity and associates.

A strike force was also established to investigate the large-scale supply of prohibited drugs across NSW, particularly cocaine.

During the course of the investigation, detectives uncovered a significant transnational organised crime syndicate facilitating the importation of illicit drugs operating across Australia and North and South America,” police will allege.

READ MORE

000000

 

AUSTRALIA 🇦🇺 (Port Botany – Sydney) : plus de 300 kilos de méthamphétamine (crystal meth) trouvés sur un cargo thaïlandais

La drogue était cachée dans des radiateurs et des barbecues sur un cargo thaïlandais amarré à Sydney. 

Source

0000

UK 🇬🇧 (Kingston Crown Court) : on 15 March last year officers at the Port of Brisbane (Australia 🇦🇺 ) discovered the drugs hidden in a specially adapted boom of the excavator

Six men have appeared in crown court charged in relation to the seizure of 450kg of MDMA hidden in an excavator that was shipped to Australia.

The men were all charged with conspiring to export Class A drugs after a joint investigation between the National Crime Agency (NCA) and the Australian Federal Police (AFP).On 15 March last year officers at the Port of Brisbane discovered the drugs hidden in a specially adapted boom of the excavator.

It had been lined with lead to mask 226 packages of MDMA concealed inside. After being emptied of the illegal load, the excavator was delivered to its intended recipient in Sydney.

NCA investigators analysing encrypted messages obtained as part of Operation Venetic – the UK investigation into the EncroChat network – uncovered an alleged criminal conspiracy by a London-based crime group to export drugs in heavy plant machinery to Australia.

EncroChat messages sent between January and June 2020 detailed plans to purchase the excavator in the UK, hand-drawn illustrations of the concealment within the boom, costs relating to the importation and confirmation that it had been loaded onto a Vessel in Southampton on 24 January and arrived in Brisbane seven weeks later.

Yesterday (Tuesday) six men appeared at Kingston Crown Court. They were remanded to appear again on 16 April for a pre-trial hearing.

The defendants are: Danny Brown, 53, of Kings Hall Road, Bromley, Kent; Stefan Baldauf, 61, of Midhurst Road, Ealing, London; Peter Murray, 57, of Trafalgar Road, Greenwich, London; William Sartin, 59, of Timberlong Lane, Basildon, Essex; Piotr Malinowski, 37, of De’Arn Gardens, Mitcham, London, and Tony Borg, 42, of Southwark Path, Basildon, Essex.

Two men aged 33 and 42 were also charged in Australia.

source

000000

Les NARCONEWS sur TWITTER

000000

WORLDWIDE : quant aux grosses saisies de stupéfiants

Neil Woods, ancien policier infiltré et membre de LEAP (Law Enforcement Action Partnership), expose la vérité sur les saisies de drogues illicites et les raisons pour lesquelles elles ne permettent pas de réduire l’offre du trafic.

source

Neil Woods a parfaitement décrit et résumé la situation

000000

AUSTRALIA 🇦🇺 (Sydney) : more than 200 kilograms of cocaine hidden inside a boat sailing off the NSW coast has been seized by police

The drugs were concealed inside packages and stuffed into tubs on the boat, which was intercepted by the Australian Federal Police (AFP) and Australia Border Force (ABF) on Saturday following a tip-off.
The boat was brought in for forensic analysis in Balmain, in Sydney’s Inner West, where the drugs were unloaded.
A larger 330m « mother » vessel containing shipping containers unloaded the drugs onto the smaller « daughter » vessel, which was intercepted off the NSW coast, near the Royal National Park.
The larger boat is now docked in Port Botany and has been searched by police.
°°°
Authorities believe the drugs likely came from Antwerp in Belgium, where the mother vessel originated.
°°°
The « daughter » vessel that was intercepted.

000000

USA 🇺🇸 (FAA) : la pourvoyeuse d’avions pour les narcos enfin poursuivie

Je vous propose aujourd’hui de vous plonger dans l’effarant listing d’avions ayant servi soit à transporter de la cocaïne, soit simplement à en dissimuler le véritable propriétaire. Des individus en majorité mexicains, comme on va le voir, dont un bon nombre d’avions se sont écrasés… pour se voir dé-enregistrer un an après parfois.  C’est l’une des surprises de ce dossier, phénomène qui éclaire beaucoup les « pannes » de registre constatées depuis des années à propos de ces appareils fantômes. On commence par un premier lot… d’une quinzaine d’avions dont plusieurs ont fait la « une » des journaux et dont une grande partie à mal fini !!!

Un impressionnant listing en forme de réquisitoire à charge

J’ignore donc si le juge Amos Mazzant (ici à droite) est venu relever les noms des avions dans les épisodes de Coke en Stock, ou si le FBI l’a fait à sa place, mais l’acte d’accusation détaillé qu’il a fourni recèle les mêmes noms et les mêmes affaires. Il en a relevé une vingtaine (22, exactement, il en manque encore donc !), que l’on va reprendre aujourd’hui, ce qui pourrait figurer comme une révision de ces six dernières années de trafic en fait.

lire la suite sur Coke en stock (CCCXXII)

000000

 

 

AUSTRALIE 🇦🇺 (Sydney): des gaufrettes à la cocaïne….

Une cargaison de gaufrettes de la marque Capri débarquait tranquillement à Sydney en avion depuis la Grèce.

Capri, c’est fini…

Surprise : ce sont finalement 13 kg de cocaïne qui étaient dissimulés dans les sachets des gaufrettes.

LIRE

000000

AUSTRALIE 🇦🇺 (Sydney): Scott Miller, 45 ans, et un complice ont été interpellés pour narco-distribution dans l’État de Nouvelle-Galles du Sud

L’Australien Scott Miller, meilleur nageur du monde sur le 100m papillon en 1995, a été arrêté par la police à Sydney. Il est soupçonné de diriger un trafic de stupéfiants, trafiquant notamment de la méthamphétamine.

Scott Miller, 45 ans, et un complice ont été interpellés mardi lors de descentes de police dans la banlieue de Sydney.

Ils sont accusés d’avoir fourni pour deux millions de dollars australiens (1,3 million d’euros) de méthamphétamine. La drogue était cachée dans des bougies. La police a également saisi un kilo d’héroïne, d’autres drogues et de l’argent liquide. Un porte-parole de la police a présenté M. Miller comme le chef d’un « réseau criminel » qui vendait la méthamphétamine dans l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, précisant que l’enquête se poursuivait.

source

000000

POLYNÉSIE FRANÇAISE 🇫🇷 (Drogue): la déferlante de l’ice met la jeunesse en danger

Par Suliane Favennec à Tahiti (Polynésie française) 

Arrivée des Etats-Unis dans les années 2000, cette drogue dévastatrice cause depuis 20 ans des dégâts irréversibles dans la population. Elle génère une nouvelle forme de délinquance et déstabilise profondément les structures sociales. C’est aujourd’hui un véritable enjeu de santé et de sécurité publiques. En octobre, le président de la Polynésie a rencontré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin à Paris et une antenne OFAST (office anti-stupéfiant) à été créée à Tahiti. Et mercredi 3 février, le Haut-commissaire (représentant de l’Etat sur place), le président de la Polynésie et le procureur de la République annonceront un plan de lutte, axé sur la répression et la prévention.

« Dès 14 ans, voire moins »

« On est dépassé. Il y a en partout, constate Hiti Mennesson, président de l’association Luttons contre l’ice. Les jeunes s’en procurent très facilement, on voit même des dealers aux abords des lycées. Et la consommation débute de plus en plus tôt, dès 14 ans, voire moins ».

Les chiffres officiels font état de 10 000 consommateurs, mais là encore la réalité est sans doute pire.

lire plus

000000

La lutte contre le trafic de drogue nuit-elle aux politiques de développement ?

Chercheur invité au GSI, et secrétaire exécutif de la Global Commission on Drug Policy, Graduate Institute – Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID)

——————————

 

Depuis la ratification de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, le régime mondial de contrôle des drogues a tenté de changer le comportement humain et de prévenir la consommation de drogues par la punition, afin d’atteindre un « monde sans drogues ».

Cette ambition clé, basée sur la simple prédiction que la prohibition assécherait éventuellement la demande des drogues illégales, a été réaffirmée par la communauté internationale depuis trente ans à travers des déclarations politiques aux Nations unies.

Pourtant, la demande, l’offre et le trafic des drogues illégales augmentent chaque année et de manière ininterrompue dans le même laps de temps. De plus, le paradigme de la prohibition, qui base la quasi-totalité des interventions publiques sur la répression, a créé des conséquences négatives majeures qui remettent en cause l’accomplissement d’autres objectifs globaux de développement.

Contrôle des drogues et conséquences « surprises »

Ce sont ces conséquences, reconnues par les Nations unies en 2008 comme conséquences « inattendues » du régime du contrôle des drogues, qui semblent montrer que le régime de contrôle (somme toute construit sur de bonnes intentions mais mis en place par la répression) met à mal la réalisation des objectifs du développement durable et l’Agenda de 2030.

Elles incluent les dommages causés par la prohibition : déplacement budgétaire et politique dans les priorités nationales (du secteur de la santé vers celui de la justice, par exemple) ; déplacement géographique de la production et de la violence sans qu’elles soient réduites pour autant (effet ballon gonflable) ; et un marché illégal de plus de 500 milliards de dollars dans les mains d’intérêts illégaux.

Un policier se tient devant une pile de drogue lors d'une cérémonie de destruction
Cérémonie de destruction de drogue à l’occasion de la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues des Nations unies à Yangon (Myanmar), le 26 juin 2020. Sai Aung Main/AFP

Autres conséquences dont la source est corrélée au contrôle répressif des drogues : l’augmentation de la violence et de l’insécurité du fait de l’affrontement entre forces de l’ordre et trafiquants dans des quartiers souvent défavorisés ; la surincarcération et la surpopulation carcérale pour des délits mineurs ; l’enrichissement de groupes criminels ; ou encore la transmission de maladies infectieuses.

Voici deux problèmes liés que le régime international – en termes de droit international – pose aux politiques et aux objectifs de développement : alors que les conventions internationales sur les drogues sont construites autour de la notion que la dépendance est un fléau (un terme exclusif aux conventions sur les drogues dans l’arsenal normatif international), le système international n’arrive pas à y intégrer la définition même du syndrome de la dépendance par l’OMS, qui inclut un désir incontrôlable de consommation ; un risque réaliste de rechute ; et des symptômes physiques et psychologiques de sevrage. Cette situation s’aggrave même lorsqu’est pris en compte le manque d’évaluation scientifique dans la classification de ces substances, entre ce qui est légal ou pas, dangereux ou moins.

Les objectifs de développement durable mis à mal

Sur la base de ces conclusions, le récent numéro spécial de International Development Policy consacré aux politiques de développement et de contrôle des drogues tente de répondre à une question simple : ces politiques se renforcent-elles mutuellement ou sont-elles contradictoires ? Il examine un large spectre de problématiques liées au développement, afin d’identifier les impacts réels du contrôle des drogues, et d’analyser à quel point les barrières au développement durable sont endogènes ou exogènes au contrôle des drogues.

 

L’exploration des interactions entre le développement et le contrôle des drogues commence par les programmes de « développement alternatif », qui sont vus principalement du point de vue agricole ou répressif, sans prise en compte des autres problématiques socio-économiques induites par ces programmes d’éradication ou de substitution des cultures agricoles, et spécifiquement dans les communautés rurales des pays producteurs. L’Afghanistan sert de miroir de l’incapacité de ces programmes à tenir compte des besoins des populations locales, ou de leur offrir des perspectives de long terme. Toutefois les agences gouvernementales adoptent une autre position, tout en reconnaissant les lacunes du développement alternatif.

Ces interactions concernent également des dimensions du développement qui subissent elles-mêmes des changements profonds actuellement : le climat, l’égalité des genres, les droits de l’enfant ou la santé publique. En effet, comment concilier la protection des enfants et un contrôle des drogues moins répressif ? Pourquoi les femmes subissent-elles bien plus les impacts négatifs de la répression que les hommes ? Est-ce lié aux structures patriarcales des systèmes de justice ? De la même manière, le numéro spécial aborde l’impact de la production illégale et intensive du cannabis sur le climat ; le débat autour du commerce équitable en cas de légalisation globale du cannabis afin de ne pas laisser les producteurs traditionnels sur le côté ; ou la difficulté de déploiement des services sanitaires nécessaires aux consommateurs de drogues, souvent sur des bases idéologiques.

Politique et dilemmes sociétaux

Ce numéro spécial apporte surtout une première lecture « politique » du désaccord entre développement et contrôle des drogues : à travers l’analyse des flux financiers illicites dans les zones de conflits ; l’utilisation du contrôle des drogues afin d’influencer, par l’émotion politique, la compétition et la participation aux processus électoraux ; ou la définition large des acteurs du contrôle des drogues (par ailleurs tous acteurs du développement), des dimensions nouvelles sont ajoutées à la littérature existante. Ces discussions conceptuelles sont ancrées dans la théorie et dans l’empirique à travers différents exemples nationaux, de l’Afrique du Sud au Mexique, et du Maroc au Croissant d’Or (Afghanistan-Myanmar-Pakistan).

« Drogue : le Covid contre le trafic » (Arte).

Il semble ainsi certain que l’agenda de développement durable pourrait être mis en place pour la majorité des populations sans la réforme du régime de contrôle des drogues. Toutefois, ce développement laisserait de côté les personnes concernées par les drogues illégales (consommateurs, producteurs, chimistes, trafiquants, passeurs, etc.) ainsi que leurs communautés, qui sont statistiquement peu nombreuses pour influencer le résultat quantitatif de l’agenda de 2030.

La conclusion finale tirée de ce numéro spécial est la « vulnérabilisation » par la loi des personnes concernées par les drogues illégales, ces personnes perdant par leur implication dans le marché des drogues leur place dans le débat public et leur poids politique comme citoyens, et peuvent ainsi être négligées par les politiques de développement.

Ceci s’entend dans le cadre de politiques de contrôle des drogues qui ne réduisent ni le trafic ni la consommation problématique, tout en ne permettant pas aux communautés concernées d’être plus résilientes ou plus intégrées dans la société.

SOURCE

000000

AUSTRALIA 🇦🇺 (Sydney): an Iranian duo has been arrested for an alleged plot to import a quarter of a tonne of methamphetamine in shipments of chandeliers and kitchen benchtops.

The Australian Federal Police arrested Hamed Yarmohammadi, 30, and Niusha Ojaghfaghihi, 26, on January 8 and 9 in Sydney over the alleged scheme to bring in drugs with a street value of about $187 million.

An investigation by the Victorian joint organised crime taskforce was triggered in December when the Australian Border Force detected 100kg of methamphetamine hidden in benchtops, sent from Iran and destined for an address in Endeavour Hills in Melbourne.

The shipment was allegedly moved to a warehouse in Lakemba in Sydney in January, where a clandestine laboratory was set up to process the drugs.

READ MORE

000000

PAYS-BAS 🇳🇱 (Interpol): arrestation à Amsterdam de Tse Chi Lop, important producteur et fournisseur sur le plan mondial de méthamphétamines

Les autorités australiennes l’avaient dans le collimateur depuis  de nombreuses années.

« Tse Chi Lop est du niveau d’El Chapo ou peut-être de Pablo Escobar », a déclaré Jeremy Douglas, représentant de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique à l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), à Reuters en 2019.


Tse Chi Lop, citoyen canadien d’origine chinoise, a été désigné par l’Office des Nations unies contre les drogues et le crime (ONUDC) comme étant le chef présumé de l’immense cartel asiatique connu sous le nom de « Sam Gor », un important producteur et fournisseur sur le plan mondial de méthamphétamines.

« Sam Gor » blanchirait les milliards provenant de la drogue notamment via des casinos, des hôtels et des sociétés immobilières de la région du Mékong, en Asie du Sud-Est.

PLUS

MORE

Asia’s drug ‘kingpin’ more Hollywood than reality

000000

AUSTRALIE 🇦🇺 (Brisbane): l’opération Romeo Mugwort a permis la saisie de haschich, d’armes à feu et de millions de dollars

La police du Queensland a arrêté et inculpé plus d’une douzaine de personnes soupçonnées d’être impliquées dans un syndicat de la drogue interétatique, après l’interception d’un avion. Le bimoteur léger avait quitté Melbourne et a atterri à l’aéroport de Redcliffe, à l’extérieur de Brisbane, vers 14 heures lundi.

Le sergent-détective Ken Rogers de la Branche des enquêtes criminelles de North Brisbane a déclaré que deux personnes se trouvaient à l’intérieur de l’avion et ont été rencontrées sur le tarmac par une troisième personne, qui était arrivée dans un 4×4.

«Les trois hommes se sont alors tenus sur le tarmac et ont effectué ce qui semblait être une transaction de drogue», a-t-il dit.

« C’est à ce moment-là que des unités spécialisées ont fait irruption, sont entrées, ont arrêté et emmené les trois hommes en garde à vue. »

La police a déclaré qu’une fouille avait révélé environ 1 million de dollars en espèces contenus dans deux boîtes dans la partie arrière de l’avion.

Les détectives ont également fouillé le 4×4 et ont déclaré avoir trouvé cinq grands sacs de sport contenant du cannabis dans un emballage cryovac, connus sous le nom de briques de cannabis, pesant environ 120 kilos.

Les agents ont ensuite effectué des descentes simultanées sur des maisons, des locaux commerciaux et un certain nombre de hangars de stockage dans le nord de Brisbane.

« Ces raids ont rapporté de la drogue et plus d’argent », a déclaré le sergent-détective Rogers.

« Il y a eu 50 kilos supplémentaires de cannabis saisis dans l’un des hangars de stockage et plus de 1,5 million de dollars en espèces ».

La saisie fait partie d’une ‘opération Romeo Mugwort’ commencée il y a 18 mois qui a abouti à la saisie d’un total de 8,5 millions de dollars en espèces, armes, munitions, cocaïne et cannabis.

Jusqu’à présent, 14 hommes, âgés de 25 à 60 ans, ont été arrêtés pour 144 chefs d’accusation. Huit ont été accusés de trafic.

Un certain nombre ont fait face à la Magistrates Court de Brisbane ce matin, notamment Adam Lee King, 36 ans, Michael Pires, 44 ans, et Christopher Chapman, 29 ans, accusé de narcotrafic.

Le service de police du Queensland a déclaré que l’enquête couvrait le Queensland, la Nouvelle-Galles du Sud, Victoria et le Territoire du Nord et que les enquêtes se poursuivent sur les liens avec la Thaïlande.

« Des enquêtes sont toujours en cours et bien qu’il s’agisse de la clôture d’un aspect de l’enquête, ce n’est pas la fin; c’est en fait le début », a déclaré le sergent-détective Rogers.

 

SOURCE

000000

ÉTATS-UNIS 🇺🇸 (Commission de la chambre basse du Congrès à Washington): le rapport plaide pour des changements profonds et systématiques dans la manière dont les États-Unis combattent le trafic de drogue

Pour la Commission américaine de la politique antidrogue dans l’hémisphère occidental, le plan Colombie a échoué dans la lutte contre la drogue

Le Congrès des États-Unis a publié un rapport détaillé sur la politique en matière de drogues dans les Amériques, dans lequel il établit une longue liste de recommandations pour arrêter le trafic de drogue et résoudre les problèmes de santé publique créés par la consommation de drogues.

Le rapport donne un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler la lutte contre le crime organisé pendant l’administration du président élu Joe Biden.

Publié par la Western Hemisphere Drug Policy Commission de la chambre basse du Congrès à Washington, le rapport plaide pour des changements profonds et systématiques dans la manière dont les États-Unis combattent le trafic de drogue. Il propose également une plus grande coordination internationale, une approche plus holistique de la formulation des politiques et une révision des sanctions obsolètes imposées aux pays qui n’atteignent pas les objectifs annuels.

«Nous ne mettrons peut-être jamais fin au commerce de drogues illicites, tout comme nous ne pouvons pas éliminer la consommation de substances», lit-on dans le document. « Mais nous pouvons mieux gérer ces graves problèmes grâce à une stratégie globale. »

Le rapport recommande que les États-Unis concluent des «accords d’assistance étrangère» pluriannuels élaborés par des ambassadeurs avec des dirigeants politiques et de sécurité dans les pays. Il souligne que de tels accords permettraient un meilleur échange d’informations, une plus grande transparence entre les pays et des solutions plus rentables pour des problèmes tels que la criminalité organisée, la réforme de la justice pénale et les droits de l’homme.

Les plans pourraient également inclure des efforts de synchronisation pour empêcher les transactions numériques illicites, qui, comme le dit le rapport, sont de plus en plus utilisées par les groupes du crime organisé pour blanchir les produits de la drogue.

« Ce dont un pays comme la Colombie a besoin est très différent de ce dont un pays comme le Mexique, El Salvador ou le Honduras pourrait avoir besoin« , a déclaré Shannon O’Neil, présidente de la Commission, faisant référence à la proposition lors d’une réunion sur le rapport tenue le 3 décembre.

« En ce sens, cela permet d’économiser de l’argent et d’éviter de mettre en œuvre des politiques inefficaces dans un contexte particulier », a-t-il ajouté.
Le rapport rejette les approches traditionnelles de la formulation des politiques en matière de drogues, qui se sont jusqu’à présent avérées limitatives, et propose de ne pas succomber à de faux compromis tels que «la sécurité publique contre la santé publique», qui, souligne le rapport, peuvent entraver des stratégies plus efficaces. holistique et multiforme.

Le rapport a largement utilisé les propres recherches et analyses d’InSight Crime.

SOURCE

Ce que les décideurs doivent faire, poursuit le rapport, c’est de prendre les meilleurs aspects des deux côtés du débat: continuer à investir dans les stratégies traditionnelles, telles que le financement de la formation de la police et la destruction des laboratoires de drogue, mais les compléter en améliorant la santé publique, les droits de l’homme et le développement économique alternatif.

Tout cela exigerait que la communauté internationale se réunisse et associe le secteur privé afin de discuter des moyens créatifs d’apporter des changements à long terme, souligne le rapport.

LIRE PLUS

000000

AUSTRALIE 🇦🇺 (Sydney): 137 personnes arrêtées dans une affaire de drogue

La police de la Nouvelle-Galles du Sud a arrêté 137 personnes en novembre et décembre, dans le cadre d’une opération mise en place dans le cadre d’un effort continu pour traquer l’approvisionnement en cocaïne de Sydney.

000000

GUYANA 🇬🇾 (Narcologistique): un point de transit idéal pour la cocaïne

Une série d’interceptions très médiatisées d’opérations internationales de trafic de drogue a confirmé que le Guyana reste un point de transit crucial pour la cocaïne à destination des États-Unis et de l’autre côté de l’Atlantique.

InSight Crime a examiné le rôle essentiel de la Guyane en tant que plaque tournante du trafic de drogue qui relie l’Amérique latine aux marchés lucratifs de la cocaïne.

Une extradition historique

La récente extradition d’un ancien officier de police guyanais vers les États-Unis pour trafic de stupéfiants met en lumière la pertinence actuelle de la Guyane en tant que point de transit vers le pays du nord.

Le 10 novembre, le ministère américain de la Justice a publié un communiqué de presse annonçant que Shaun Nebblett, alias «Dapper», était le premier ressortissant guyanais à faire face à des accusations fédérales aux États-Unis depuis 1999.

La DEA affirme que Nebblett a recruté des mules en Guyane pour prendre des vols commerciaux vers les États-Unis en transportant plusieurs paires de chaussures « chargées de cocaïne » dans leurs bagages.

Les États-Unis entretiennent une collaboration constante avec le Guyana pour lutter contre le trafic de drogue entre les deux pays.

Les agents guyaniens ont bénéficié de la formation supplémentaire offerte dans le cadre de la Caribbean Basin Security Initiative (CBSI), financée par les États-Unis, qui vise à aider les autorités guyaniennes à intercepter la cocaïne qui passe par ce pays, en provenance en particulier de La Colombie.

Un point de transit idéal

La situation stratégique du Guyana et la corruption dans ses ports favorisent le rôle actuel du pays en tant que point de transit  pour la cocaïne à destination de l’Amérique du Nord comme de l’Europe et au-delà.

Les frontières poreuses du pays avec les principaux pays trafiquants de drogue – dont le Brésil et le Venezuela – en font un tremplin idéal pour les trafiquants qui transfèrent de la cocaïne aux États-Unis, au Canada, en Europe et dans les pays de transit d’Afrique de l’Ouest et des Caraïbes.

James Singh, nouvellement nommé chef de l’Unité de lutte contre les stupéfiants des douanes du Guyana (CANU), a déclaré à InSight Crime que le pays est ciblé par des réseaux de trafic de drogue qui opèrent entre les pays de «l’offre» et de la «demande».

Il a ajouté que les solides mesures anti-stupéfiants adoptées par les pays voisins ont provoqué un «effet ballon», qui a conduit les trafiquants à ouvrir de nouvelles routes via le Guyana.

Selon le rapport du Département d’État sur le contrôle des stupéfiants, la cocaïne colombienne est introduite au Venezuela et se poursuit au Guyana par voie maritime ou aérienne. La drogue peut également traverser les frontières terrestres et le réseau fluvial partagé par le Brésil, le Venezuela et le Suriname avant d’atteindre le pays.

Le rapport ajoute que les narcotrafiquants «profitent des ports mal gardés du pays, des pistes d’atterrissage éloignées, des réseaux fluviaux complexes, des frontières terrestres poreuses», ainsi que d’un «environnement permissif créé à la suite de la corruption».

Pendant des décennies, le Guyana a offert aux narcotrafiquants un point de transit idéal pour la cocaïne sud-américaine à destination des États-Unis et de l’Europe.

Diálogo, un magazine militaire américain en ligne, a rapporté qu’à la fin de 2012, les autorités malaisiennes avaient intercepté un volume considérable de cocaïne, d’une valeur de 7,1 millions de dollars américains, dans des boîtes scellées de lait de coco expédiées du Guyana. Des inspections supplémentaires ont porté sur la cocaïne expédiée du territoire guyanais au Niger et en Chine.

Compte tenu de son utilisation comme centre de transit, le pays a attiré les années précédentes de grandes organisations criminelles, dont la mafia italienne.

Par exemple, début 2014, les autorités américaines et italiennes ont interrompu une opération de trafic de drogue d’un milliard de dollars impliquant des membres de la fameuse famille criminelle Gambino de New York et des «Ndrangheta du sud de l’Italie».

Aujourd’hui, comme hier, on ne peut que faire le constat de l’incapacité des autorités d’enrayer tout ou partie du trafic et ce malgré la coopération mise en place.

L’Unité des stupéfiants travaille avec plusieurs agences internationales des drogues à travers le monde, notamment avec le Canada (GRC et ASFC), le Royaume-Uni (NCA), le Brésil (police fédérale et militaire), la France avec la DNRED de la Douane française et la Marine française, l’Afrique du Sud (unité HAWKS), Unités de lutte contre la drogue des Caraïbes (police et douanes), ainsi que la DEA, l’Agence américaine de lutte contre les drogues, qui est maintenant hébergée au Guyana.

source

000000