Archives de la catégorie ‘AUSTRALIE’

 Un homme et un enfant sur une route de la province de Kandahar, le 27 septembre 2020  (AFP or licensors)
La culture du pavot à opium en Afghanistan est un élément crucial de l’économie de ce pays parmi les plus pauvres au monde, en proie à la guerre et à la crise du coronavirus, et les perspectives d’une sortie de ce cercle vicieux de production sont quasi inexistantes, comme l’explique le chercheur Adam Baczko.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

D’après le dernier rapport de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) publié en juin, l’Afghanistan produit 84% de l’opium mondial, ce qui lui assure plus de 2 milliards de dollars de chiffre d’affaire annuel. La production d’opiacées, en hausse continue depuis les années 2000, représente en 2017 entre 20 et 32% du PIB du pays et dépasse la valeur des exportations licites de biens et services.

Un secteur bien portant en période de crise

Cette culture représente donc un pilier de l’économie afghane, laquelle repose essentiellement sur un secteur agricole traditionnel et assure une maigre subsistance à la population. Celle-ci a par ailleurs été très affectée par la pandémie de coronavirus.

D’après une étude du ministère afghan de la Santé publiée le 5 août dernier, 10 millions de personnes ont été touchées par la Covid-19, soit près de 31,5% de la population, dont la moitié des 5 millions d’habitants de Kaboul, la capitale. Des milliers d’Afghans ont perdu leur emploi et le chômage est reparti à la hausse, phénomène causé par le confinement, la fermeture des frontières, des écoles et de nombreuses entreprises. La culture du pavot est alors devenue une opportunité de travail pour une partie de la population.

Des accords de paix qui ne profitent pas à la population

La Banque mondiale a toutefois accordé une aide de 200 millions de dollars pour aider l’Afghanistan à faire face à la crise sanitaire et ses conséquences……. lire la suite

000000

Cela ressemblait à une entreprise de vente par correspondance ordinaire

Le hangar de stockage, en Californie, était bien rangé et organisé. Les fournitures postales, le ruban adhésif et le matériel étaient empilés ou triés dans des bacs étiquetés, et une grande boîte contenait des colis adressés et prêts à être déposés au bureau de poste.

C’est là que des agents du FBI, du Service d’inspection postale des États-Unis (USPIS) et des enquêtes de sécurité intérieure (HSI) ont trouvé environ 50 livres de méthamphétamine et des sacs et des conteneurs remplis de milliers de pilules d’Adderall. Il y avait aussi des balances, des scelleurs de colis et trois armes à feu.

La recherche d’un deuxième site utilisé pour emballer les médicaments pour la même opération a produit un autre énorme approvisionnement. Les agents ont découvert plus de 100 livres de méthamphétamine et quelque 30 000 comprimés dans les deux endroits – un paquet de drogues dangereuses d’une valeur de plusieurs millions de dollars.

Les deux opérations de recherche, combinées à des mesures d’application de la loi dans d’autres endroits et à des dates ultérieures, ont conduit à l’arrestation de plusieurs personnes liées à une organisation de trafic de drogue en ligne qui a vendu sous plusieurs noms sur le darknet. Les individus sont maintenant confrontés à une combinaison d’accusations de trafic de stupéfiants, de complot, de blanchiment d’argent et d’armes à feu qui pourraient entraîner des peines de 10 à 25 ans de prison fédérale.

Les enquêteurs du FBI affirment que le groupe a réalisé plus de 18 000 ventes de stupéfiants sur plusieurs sites darknet.

Les forces de l’ordre pensent que cela pourrait être l’un des plus gros vendeurs de darknet de méthamphétamine en vrac à ce jour. Les enquêteurs ont déclaré que les preuves indiquent que le groupe fournissait d’autres vendeurs de darknet et de drogue de rue en plus d’expédier des drogues à des acheteurs individuels aux États-Unis et à l’étranger.

Ces opérations dans la région de Los Angeles et des efforts similaires aux États-Unis et en Europe faisaient partie d’un effort concentré appelé Operation DisrupTor, mené par les agences partenaires qui forment l’équipe Joint Criminal Opioid Darknet Enforcement (JCODE).

Les forces de l’ordre américaines et à l’étranger ont arrêté 179 personnes et saisi plus de 500 kilogrammes de drogues illicites dans le cadre de l’opération DisrupTor.

Créé en 2018, JCODE combine les efforts du FBI, USPIS, HSI, Drug Enforcement Administration (DEA), US Customs and Border Protection, Department of Justice, Financial Crimes Enforcement Network, Naval Criminal Investigative Service, Department of Defence et Bureau of Alcool, tabac, armes à feu et explosifs.

Les effets de la mondialisation

Étant donné que nombre de ces marchés traversent les frontières, Europol est également un partenaire international inestimable dans le travail de JCODE pour avoir un impact mondial sur le trafic de drogue sur le darknet.

«Le personnel des forces de l’ordre affecté à JCODE se spécialise dans les menaces où l’activité criminelle traditionnelle croise des plates-formes technologiques sophistiquées», a déclaré le directeur du FBI Christopher Wray lors d’une conférence de presse annonçant aujourd’hui les résultats de l’opération DisrupTor. «Chaque jour, ils s’efforcent de montrer à ces criminels qu’ils ne peuvent plus compter sur le fait de se cacher sur le darknet, car nous allons infiltrer leurs réseaux, fermer leurs marchés illicites en ligne et les traduire en justice, quoi qu’il arrive. ça prend. »

 

Le darknet offre à ses utilisateurs l’anonymat, et les crypto-monnaies – qui sont le mode de paiement préféré sur les sites darknet – offrent des moyens supplémentaires de voiler les transactions.

« Beaucoup de gens sont plus à l’aise de se connecter à leur ordinateur et d’acheter de la drogue en trois minutes depuis leur canapé que d’aller dans un coin de rue peu fréquent« , a déclaré l’agent spécial du FBI Los Angeles Christopher Siliciano, qui estime que la facilité et la dissimulation offertes par ces marchés ont permis de rendre la drogue plus accessible.

Mais ce qui semble de l’extérieur être un cycle impénétrable d’échanges distants et anonymes n’est pas sans fissures.

«Les vendeurs doivent encore transformer leur argent en espèces, ils doivent encore récupérer les médicaments, ils doivent encore transporter les médicaments», a déclaré Siliciano. « Tout cela ne se produit pas sur Internet. »

L’agent spécial HSI Christopher Hicks, qui soutient l’équipe JCODE à Los Angeles, a déclaré que des vulnérabilités existaient également pour les acheteurs de darknet. «Même si vous recevez des articles dans une boîte postale sous un faux nom, vous devez ouvrir cette boîte aux lettres. Vous devez toucher ce paquet.  »

L’expertise particulière de Hicks consiste à suivre l’argent de la drogue à travers le monde incroyablement complexe des échanges, des applications et des tumblers de crypto-monnaie. Il a souligné que les crypto-monnaies ont également leurs points d’exposition: «Les gens pensent que la crypto-monnaie est cette plate-forme anonyme, mais il y a des choses que nous pouvons exploiter pour découvrir qui sont les gens. Ce n’est pas vraiment anonyme. »

Bien que les marchés du darknet offrent aux enquêteurs des moyens d’entrer, ce n’est pas facile.

Nathan Cocklin, l’agent spécial qui dirige le groupe de travail JCODE de Los Angeles pour le FBI, a déclaré que le partenariat sur ces affaires complexes et chronophages est le seul moyen pour l’application de la loi d’être efficace. «Aucun de nous ne pouvait le faire seul», a-t-il expliqué. «Nous apportons chacun un ensemble de compétences spécifiques à l’enquête.»

Les inspecteurs postaux sont souvent le point de départ essentiel des cas et offrent la possibilité de suivre et d’enquêter sur les colis.

La DEA est un partenaire essentiel de partage d’informations et aide à tester, à analyser et à suivre les tendances des drogues. Le FBI fournit un puits profond de ressources d’enquête, tandis que HSI soutient les enquêtes sur les transactions financières et relie les efforts internationaux.

Et la capacité de partager des informations avec des partenaires internationaux est essentielle dans ces réseaux qui traversent si facilement les frontières. «Beaucoup de nos partenaires européens ont d’excellentes unités de cybercriminalité», a déclaré Hicks. «Nous sommes en mesure de tirer parti de leurs compétences et de ce qu’ils savent faire le mieux

Les efforts d’enquête conjoints ont donné d’énormes succès au cours des 10 dernières années, les forces de l’ordre ayant saisi plusieurs grands marchés de darknet. La saisie la plus récente a été celle de Wall Street Market en 2019, lorsque les administrateurs du site ont été accusés non seulement de gérer le marché illégal, mais également de voler tout l’argent détenu sur ses comptes séquestres et utilisateurs.

Chaque succès donne aux enquêteurs des pistes supplémentaires pour alimenter davantage d’enquêtes. «Les données et les informations que nous recevons de chaque retrait ultérieur nous donnent une image plus claire de la prochaine cible», a déclaré Cocklin.

L’effet boule de neige des mesures d’application de la loi, combiné à certaines fraudes très médiatisées, comme celle pratiquée sur le marché de Wall Street, a érodé la confiance des acheteurs et des vendeurs sur le marché. «Nous commençons à voir un impact de ce que les mesures d’application de la loi ont fait», a expliqué Cocklin. «Il y a une grande méfiance et des bouleversements sur les marchés.»

Cela n’a pas mis les marchés à la faillite, mais a poussé les acheteurs et les vendeurs vers des sites moins centralisés. «Nous voyons plus d’applications cryptées peer-to-peer», a déclaré Cocklin. «Cela crée un nouveau défi pour les forces de l’ordre, mais ils ont également supprimé une partie de la facilité offerte par le darknet. Les tactiques changent et nous devons simplement rester avec le jeu. »

Siliciano a déclaré que s’il était plus difficile de trouver et d’acheter les drogues, il espérait que davantage de personnes chercherait de l’aide.

Atteindre les acheteurs de darknet a toujours été un autre objectif des enquêtes JCODE, car elles révèlent souvent des listes de personnes qui ont acheté de la drogue.

Les agents visitent certains de ces acheteurs pour leur faire savoir que leurs achats ne sont pas aussi anonymes qu’ils le croient et pour leur offrir des informations et des ressources de traitement dans l’espoir qu’ils n’achètent plus.

« Vous ne pouvez pas traiter ces cas sans être touché par le bilan humain dévastateur de ces drogues – les vies et les êtres chers perdus« , a déclaré l’agent spécial Maggie Blanton, une superviseure de l’Unité du crime organisé de haute technologie au siège du FBI. « C’est pourquoi ces marchés en ligne sont si inquiétants et pourquoi JCODE a été créé pour les combattre. »

sources

SUPERDARMANIN protège les FO, il l’a dit! Jamais, il n’a dit qu’il mettrait en place la bonne politique pour protéger la population!

Deux jeunes de 17 et 25 ans ont été retrouvé morts après une fusillade dans la nuit de lundi à mardi à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis. Leurs prénoms : Sofiane et Tidiane.

Dans la ville, les habitants vivent de plus en plus mal cette montée des violences, et les parents s’inquiètent de plus en plus.

LIRE PLUS

Avis à la population!

 

Le garde champêtre Darmanin ne fait que des roulements de tambour!

Depuis que les réseaux sociaux proposent des armes, les jeunes, voire très jeunes gens y ont accès. Et quand on sait que la violence des jeux sur la toile a totalement modifié le comportement de ces addicts des jeux violents, ne soyons pas surpris de l’explosion de ces réglements de compte à coups de kalachnikov ou autre scorpion…

C’est désormais l’utilisation des armes pour régler les différents commerciaux!

Dans le même temps, les cyberservices n’acceptent via la plateforme dédiée au recueil de ces infos que 10 signalements par jour…alors que des centaines de comptes twitter proposent armes, stups et offres pédo-criminelles par des milliers de tweets.

0000

Six mois de sursis requis en appel contre Karl Anihia

Karl Anihia lors de sa présentation en comparution immédiate le 31 mars dernier.

Le président de Tahiti Herb Culture (THC), Karl Anihia lors de sa présentation en comparution immédiate le 31 mars dernier.

Tahiti, le 20 août 2020 – ​Le procès de Karl Anihia, poursuivi pour avoir planté un pied de paka devant l’Assemblée de Polynésie française, s’est tenu jeudi matin devant la cour d’appel de Papeete. Si le prévenu a été condamné à trois mois de sursis en première instance, l’avocat général a cette fois requis six de mois de sursis. La décision sera rendue le 17 septembre. 
Le président de Tahiti Herb Culture (THC), Karl Anihia, a comparu devant la cour d’appel de Papeete jeudi matin pour répondre de “transport et détention” non autorisés de paka. Alors qu’il avait été condamné en comparution immédiate le 31 mars dernier à trois mois de prison avec sursis, l’avocat général a cette fois-ci requis six mois de sursis à l’encontre du prévenu. La décision sera rendue le 17 septembre.

Lors d’une manifestation organisée le 5 mars dernier, Karl Anihia avait planté un pied de paka de deux mètres devant l’assemblée de la Polynésie française (APF) afin de revendiquer la légalisation du cannabis à usage thérapeutique. Dès le lendemain, il avait été convoqué à la Direction de la sécurité publique (DSP) de Papeete puis placé en garde à vue. Il avait ensuite été déféré devant le procureur de la République puis présenté devant le juge des libertés et de la détention qui l’avait placé sous contrôle judiciaire dans l’attente de sa présentation en comparution immédiate.

Liberté d’expression

Au terme de l’audience devant la cour d’appel jeudi, l’avocat de Karl Anihia, Me Thibaud Millet a réaffirmé que ces poursuites constituaient notamment une atteinte à la liberté d’expression : « On reproche à mon client d’avoir planté un pied de cannabis devant l’Assemblée, en présence des médias, et sous le regard de la police, dans le contexte d’une manifestation autorisée par le haut-commissaire, visant à étendre à la Polynésie les essais prévus en France métropolitaine sur le cannabis thérapeutique, dans l’unique but d’interpeller les autorités locales sur cette question d’intérêt général et de santé publique, ce qui ne devrait pas pouvoir être incriminé pénalement, sauf à ce qu’il en résulte une ingérence disproportionnée dans l’exercice de la liberté d’expression, et dans le débat démocratique. »

 

source

000000

A 200 miles nautiques au large des côtes de Newcastle, les Douaniers australiens ont intercepté un bateau de pêche, le ‘Coralynne, qui transportait 1 tonne 890 kilos de cocaïne.

 

SOURCE

000000

The Coralynne, on which police allegedly found more than a tonne of cocaine.

Un itinéraire d’apparence inhabituelle a attiré l’attention des autorités et, lorsque les enquêteurs sont montés à bord du bateau de pêche ‘Coralynne’ , il n’a pas fallu longtemps pour confirmer leurs soupçons – il transportait plus d’une tonne de cocaïne.

Le bateau rentrait au port après avoir pris la mer pour rencontrer un autre bateau qui avait quitté la Chine à la fin de la semaine dernière lorsque les enquêteurs des forces frontalières australiennes ont remarqué son étrange trajectoire, ce qui a conduit les enquêteurs à monter à bord vers 10 heures samedi, à 200 miles nautiques au large des côtes de. Newcastle.

video

000000

Un Cessna s’est écrasé le 26 juillet, entre 13h et 14h30, alors qu’il tentait de décoller d’une piste d’atterrissage isolée, au nord de Port Moresby, en Papouasie Nouvelle-Guinée.

La police fédérale australienne (AFP) – en collaboration avec la police du Queensland et de Victoria, l’Australian Border Force, l’Australian Criminal Intelligence Commission et la Royal Papouasie-Nouvelle-Guinée Constabulary (RPNGC) – a inculpé cinq hommes, tous passibles de la réclusion à perpétuité.

Le pilote de l’avion s’est livré à la police deux jours plus tard et cinq suspects ont été arrêtés dans le Queensland et à Victoria par les autorités australiennes

000000

 

Par Sabrina Fekih

Plusieurs polices européennes ont collaboré pour mettre la main sur des milliers de données criminelles récupérées sur EncroChat, un réseau de communication chiffré. L’investigation, révélée en fin de semaine, a permis près d’un millier d’arrestations.

Amorcée en 2017, l’enquête débute lorsque des smartphones Android utilisant le moyen de communication sécurisé « EncroChat » sont détectés. Rapidement les autorités françaises et néerlandaises appuyées par les agences de police Europol et Eurojust ont débuté des investigations techniques afin de comprendre le fonctionnement et l’étendue de l’utilisation de cette solution de communication.

Utilisé par plus de 60 000 utilisateurs, Encrochat fonctionne via des serveurs installés en France pour des utilisateurs éparpillés dans le monde entier. L’utilisation du service nécessitait un téléphone entièrement modifié pour être ensuite agrémenté d’une messagerie instantanée chiffrée.

LIRE

0000

Pour parler clairement, en espionnant les échanges sur le réseau EncroChat, “les autorités ont pu découvrir l’ampleur de la corruption au sein des services de l’État, notamment des forces de police”, relève Le Monde.

“Ce réseau non déclaré avait installé ses serveurs en France et disposait d’une clientèle mondiale”, a indiqué Carole Etienne, la procureure de Lille, citée par Le Monde.

Chaque appareil était vendu 1000 euros sur Internet, et était accompagné d’un abonnement (3000 euros par an) donnant droit à une assistance technique 24h/24 et 7 jours/7.

LIRE   Tom SWARTZ / NewZilla.NET 5 juillet 2020

000000

 

 

Wyoming’s largest drug bust leads to two decades in prison

CASPER, Wyo. – Chief Federal District Court Judge Scott W. Skavdahl sentenced Arnold Devonne Butler, 54, today in Casper. Butler was convicted on January 17, 2020 after a 4-day jury trial and found guilty on all counts, including possession with intent to distribute and conspiracy to distribute methamphetamine, heroin, cocaine, and fentanyl.

—————————————————————————————————————-

Fourteen members of methamphetamine trafficking ring charged with drug conspiracy and related charges

CHARLOTTE, N.C. – Fourteen members of a methamphetamine trafficking ring have been charged with federal drug conspiracy and related drug and firearms offenses, announced Robert J. Murphy, the Special Agent in Charge of the DEA Atlanta Field Division and Andrew Murray, U.S. Attorney for the Western District of North Carolina. The federal indictment was unsealed in court today.

—————————————————————————————————————————————

Indiana doctor surrenders DEA registration « for cause »

CHICAGO – Special Agent in Charge Robert J. Bell, DEA Chicago Division, announced today that on June 23, 2020, pediatrician Jonathon W.

—————————————————————————————————————————————

Madison, Wisconsin man sentenced to five years in prison for possessing cocaine with intent to distribute

Madison, Wis. – Scott C. Blader, United States Attorney for the Western District of Wisconsin, announced that Charles Dickerson, 46, Madison, Wisconsin, pleaded guilty last Friday to possession with intent to distribute cocaine in front of U.S. District Judge William M. Conley.  Immediately following the guilty plea, Judge Conley sentenced Dickerson to 60 months in prison.

—————————————————————————————————————————————

West Hartford Pharmacy to pay $150K to settle Controlled Substance Act allegations

HARTFORD, Conn. – DEA New England Division Special Agent in Charge Brian D. Boyle and John H. Durham, United States Attorney for the District of Connecticut, today announced that Suburban Pharmacy LTC. Inc.

—————————————————————————————————————————————

Buffalo man going to prison for selling heroin and fentanyl

BUFFALO, N.Y. – U.S. Drug Enforcement Administration New York Division Special Agent in Charge Ray Donovan and U.S. Attorney James P. Kennedy, Jr. announced today that Julian Rivera, 30, of Buffalo, New York, who was convicted of possessing with intent to distribute heroin, butyryl fentanyl, and U-47700, was sentenced to serve 38 months in prison by U.S. District Judge Lawrence J. Vilardo.

—————————————————————————————————————————————

Five Tampa residents charged in $21 million money laundering conspiracy of drug trafficking proceeds

TAMPA, Fla. – A 37-count indictment was unsealed today charging five individuals with money laundering and conspiracy to commit money laundering.  If convicted, each defendant faces a maximum penalty of 20 years in federal prison per count. The indictment also notifies the defendants that the United States is seeking a money judgment of $21,567,939 and forfeiture of approximately $167,008 seized from a bank account, which represents the proceeds of the offenses. .

—————————————————————————————————————————————

Alors qu’ils inspectaient une cargaison de gel et de masques destinés à la lutte contre le coronavirus, les douaniers ont découvert deux kilos de méthamphétamine, une drogue dure aux effets ravageurs.
Lire

0000

L’homme, un jeune de 18 ans, originaire de Marion dans le sud d’Adélaïde, aurait tenté de trafiquer 20 000 comprimés de LSD, achetés sur le dark web.

La police allègue que l’homme s’était organisé pour que cette importante quantité de drogue achetée aux Pays-Bas, soit envoyée par la poste à une adresse au CBD d’Adélaïde.

000000

 

Un Néo-Zélandais, âgé de 33 ans, et un Sud-Africain de 34 ans ont été arrêtés après que leur yacht battant pavillon britannique, enregistré à Gibraltar, a été intercepté par les autorités australiennes au large du lac Macquarie, dans l’état de la Nouvelle-Galles du Sud, tôt ce samedi matin.

Selon 9News, l’opération a impliqué la police de la Nouvelle-Galles du Sud, la police fédérale australienne, les forces frontalières australiennes, les autorités ADF et la Nouvelle-Calédonie (Douane et Gendarmerie) qui a signalé ce voilier.

Source

0000

Ces drogues, responsables en deux siècles de millions de morts, ont d’abord été mises au point, le plus légalement du monde, par l’industrie pharmaceutique occidentale.

Les systèmes bancaires et les services secrets du monde entier, en lien plus ou moins direct avec des organisations criminelles, ont contribué à les faire prospérer.

La répression s’est toujours révélée impuissante à mettre fin à ce commerce immensément lucratif, car le secteur des stupéfiants, « le plus agile du monde », selon l’un des passionnants analystes interrogés ici, parvient à se recomposer chaque fois qu’un coup lui est porté.

Surtout, les masses d’argent qu’il injecte dans l’économie mondiale ne cessent de remodeler les frontières d’une légalité dont Julie Lerat et Christophe Bouquet (Mafia et République) démontrent la porosité.

Les logiques cachées du trafic de drogue et ses liens organiques avec les pouvoirs en place.

Lire et regarder

000000

Il s’agit de la première saisie effectuée par le HMAS Toowoomba depuis son arrivée dans cette zone, il y a plus d’un mois.

La frégate de classe Anzac de la Marine royale australienne est déployée dans le cadre de l’opération Manitou, la contribution de l’Australie pour soutenir les efforts internationaux visant à promouvoir la sécurité, la stabilité et la prospérité dans la région du Moyen-Orient.

Au cours de son déploiement, le HMAS Toowoomba travaille également avec des partenaires internationaux pour surveiller et décourager les activités déstabilisatrices et soutenir le passage en toute sécurité des navires commerciaux et civils dans le cadre de l’International Maritime Security Construct.

 

 

SOURCE

000000

Guarulhos / SP – La police fédérale, avec l’IRS, a saisi samedi 29 février, plus de 20 kg de cocaïne sur des passagers qui souhaitaient se rendre en Afrique, en Asie et en Europe.

Comunicação Social da Polícia Federal no Aeroporto Internacional de São Paulo/Guarulhos

Contato: (11) 2445-2212

0000000

Les sachets d’ice ont été trouvés après passage au rayon X dans le double-fond d’un sac d’équipements de boxe.

5,5 kilos de méthamphétamine ont été saisis samedi par les douaniers de l’aéroport de Tahiti, en Polynésie.

Cette drogue de synthèse a été découverte dans les bagages d’un homme de 44 ans qui revenait des Etats-Unis.

LIRE

Depuis Paris, dans un communiqué, Le ministre Darmanin relate ainsi l’affaire : “Les douaniers de l’aéroport de Faa’a ciblent un voyageur en provenance des États-Unis. Le passage aux rayons X de ses bagages permet de détecter des masses compactes inhabituelles dans des sacs de frappe destinés à l’entraînement aux sports de combat. Le découpage de ces sacs permet aux agents d’extraire des sachets d’ice thermosoudés. Malgré ce conditionnement sophistiqué, ce sont au final 5,452 kilos d’ice qui ont été découverts par les douaniers.”

Au même moment, hier, à Papeete, le procureur de la République entouré des autorités des douanes et de la gendarmerie livrait moins de détails pour préserver les besoins de l’enquête. Ouverte pour infractions à la législation sur les stupéfiants et association de malfaiteurs celle-ci a été confiée à la section de recherche. Hier, à l’issue de quatre jours de garde à vue, l’individu a été présenté au parquet qui a ouvert une information confiée au juge d’instruction Laurent Mayer.

source

Dès qu’il s’agit de se faire mousser, Gérald Darmanin est toujours en tête…

0000

00000

La consommation de cocaïne est devenue un véritable fléau en France.

Le nombre d’intoxications et de décès a doublé au cours des deux dernières années. 2,2 millions de Français en ont déjà consommé. 450 000 le font régulièrement.

A l’autre bout de la chaîne, il y a les producteurs, essentiellement basés en Amérique du Sud. Des cartels hors la loi, qui fonctionnent comme des multinationales.

LIRE

0000