Archives de la catégorie ‘France’

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Ils le font dans et autour d’Algésiras et dans la zone du Campo de Gibraltar, là où les criminels sont devenus forts et où le trafic de drogue déforme les volontés, déplace des millions de personnes et amène la corruption naturellement.

Ce sont les agents de surveillance douanière. Ils agissent en coordination avec la « Policia nacional » et la « Guardia civil« , mais ils se sentent oubliés par les décideurs madrilènes. Accumulant les maux physiques – et psychologiques – dérivés de leur métier, ils craignent pour leur intégrité dans une région où les «méchants» n’oublient jamais un visage.

Dans toute l’Espagne, Il y n’a environ que 1 800 agents, l’organe armé de « Agencia tributaria« , l’Agence nationale de l’administration fiscale dans la lutte contre le trafic de drogue et de tabac et aussi contre le blanchiment d’argent, les crimes contre le Trésor public … Autant dire un foutage de gueule et la démonstration que les autorités espagnoles ne souhaitent pas lutter efficacement contre tous ces maux, dérives et autres évasions fiscales.

Au sud, en Andalousie, dans les provinces de Cadix et Malaga, c’est la zone où ils ont leur front le plus actif. Le Collectif des agents de surveillance douanière en poste à Campo de Gibraltar souhaiterait plus de moyens, plus de personnel et aussi une reconnaissance salariale tenant compte de leurs fonctions. Il réclame surtout, la déclaration du Campo de Gibraltar comme zone de singularité particulière.

Les autorités madrilènes continuent à faire la sourde oreille!


En FRANCE …

 

Fichtre, on assiste à la même situation, ou la Douane française, pourtant saisissant encore la majorité des cargaisons de drogues, n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fût.

Pléthore de directeurs et d’improductifs, de penseurs et autres cooptés à la SURV, le bras armé de la Douane! C’est la réalité d’aujourd’hui, puisque même la DNRED, mise sous tutelle de l’OFAST, est particulièrement discrète actuellement. Il faut dire que la direction actuelle n’est reconnue que pour sa retenue que d’aucuns appellent sagesse!

C’est vrai, au moins ce service ne risquera pas d’emmerder le monde par des découvertes inopportunes.

000000

 

Peu après minuit dans la nuit de mercredi à jeudi, des policiers en patrouille ont voulu procéder au contrôle d’un véhicule sur l’A25, non loin de Lille. 

Le conducteur de la voiture a refusé d’obtempérer et pris la fuite. Il a été poursuivi jusqu’à Ronchin. L’automobiliste a commis plusieurs infractions et percuté la façade d’une maison avant d’abandonner son véhicule et de tenter de prendre la fuite à pied. Il a malgré tout été interpellé dans la foulée.

De l’héroïne dans la voiture

La fouille de son véhicule a permis de rapidement comprendre les raisons de sa fuite. En effet, ce jeune homme de 20 ans transportait plusieurs paquets contenant cinq pains, soit 2,2 kg d’héroïne. Il a été placé en garde à vue. Une enquête est en cours.

LIRE

000000

La fusillade a éclaté, ce vendredi après-midi, sur le boulevard Fellen, dans le XVIe arrondissement

Un homme âgé d’une trentaine d’années a été grièvement blessé par balle sur le boulevard Fellen, dans le 16e arrondissement. La fusillade a eu lieu tout près de l’école maternelle Saint-André Boisseau, quelques minutes avant la sortie des classes.

SOURCE 1SOURCE 2SOURCE 3

000000

Une importante opération de gendarmerie a eu lieu dans le centre-ville d’Auray (Morbihan), rue Georges-Clemenceau, jeudi 17 septembre 2020. Elle a conduit à l’interpellation de cinq personnes.

Une vingtaine de militaires sont intervenus, du peloton motorisé de Brec’h et de la compagnie de Lorient,  accompagnés d’un chien spécialisé dans la recherche des drogues , précise le lieutenant Michaël Folliot, commandant de la brigade d’Auray. Les gendarmes  ont découvert 125 g d’héroïne et du cannabis .

LIRE

000000

Mercredi 16 septembre, quatre Montpelliérains – trois hommes et une femme âgés de 31 à 42 ans – sont arrêtés par la police, soupçonnés de participer à un trafic de drogue dans le quartier des Sabines à Montpellier.

L’affaire commence par un renseignement anonyme. Courant juin, les policiers reçoivent l’appel d’une personne qui dit avoir vu des sacs de drogue cachés dans le local technique d’un immeuble du quartier.

Sur place, les enquêteurs découvrent trois sachets : l’un contient 3,8 kilos d’herbe de cannabis, l’autre 120 grammes de résine de cannabis et le troisième 225 grammes de cocaïne. Une enquête est ouverte et des surveillances sont mises en place.

lire

000000

Lu dans  » GENDinfo « 

 

Auteur : la capitaine Sophie Bernard – publié le

Illustration © Ministère de l’Intérieur/B.CHAPIRON

Après plus de deux ans d’enquête portant sur un trafic international de cannabis et de cocaïne, la coopération franco-italienne a fini par payer ! Mardi 15 septembre, l’engagement de près de 600 gendarmes et carabiniers de part et d’autre de la frontière a permis d’interpeller plus de quarante personnes impliquées, dont plusieurs membres de la mafia calabraise.

Ce n’est pas tous les jours que les gendarmes français traitent une affaire où la mafia italienne est partie prenante ! En juin 2018, un Varois est interpellé alors qu’il revient d’Espagne avec 20 kg de cannabis. Les militaires de la Brigade de recherches (B.R.) de Draguignan commencent à tirer le fil d’une enquête qui va se révéler riche en surprises ! Il apparaît en effet rapidement que l’ampleur du dossier nécessite de changer de braquet : cet individu, s’approvisionnant régulièrement en cannabis et cocaïne en Espagne et en Île-de-France, pour revendre sur la Côte d’Azur, possède parmi ses nombreux clients des ressortissants italiens pas tout à fait comme les autres…

Des contacts pris avec les carabiniers de Gênes montrent que certains des ressortissants italiens ciblés appartiennent à la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise de sinistre réputation, et font l’objet d’une enquête italienne dénommée « PONENTE ».

L’alliance France-Italie : « Forever » !

Dès lors, tout s’accélère ! Au printemps 2019, une cellule d’enquête baptisée « FOREVER » est créée. Placée sous la direction de la Section de recherches (S.R.) de Marseille, elle est armée par des militaires des groupements du Var et des Alpes-Maritimes, qui accompagnent les investigations de bout en bout.

Dans la foulée, elle s’associe à ses voisins génois et l’Équipe commune d’enquête (ECE) « PONENTE-FOREVER » voit le jour : une première franco-italienne s’agissant de la thématique mafieuse ! La coopération remarquable entre les forces, mais aussi entre leurs magistrats respectifs du parquet anti-mafia de Gênes et de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille, facilite grandement les investigations.

Les enquêteurs peuvent notamment poursuivre les filatures au-delà de la frontière, sans attendre les autorisations, et se communiquer plus facilement différentes pièces de procédure.

En mars 2020, la S.R. de Paris leur vient également en appui, avec le groupe interministériel de recherches de Créteil, permettant d’approfondir le volet francilien et de s’intéresser au rendement financier lié au trafic. Le GIGN et les groupes d’observation et de surveillance de Marseille et de Paris complètent le dispositif pour pister ces criminels chevronnés.

Un coup de filet impressionnant

Si les surveillances et opérations techniques confirment le cheminement de la drogue, elles mettent également en évidence le train de vie élevé des trafiquants et les autres activités criminelles auxquelles ils se livrent, comme des transactions d’armes et des vols d’argent ou de stupéfiants auprès de leurs concurrents !

Finalement, le 15 septembre dernier, une opération judiciaire internationale est lancée, engageant pas moins de 450 gendarmes et 120 carabiniers de part et d’autre de la frontière.

Avec l’appui du GIGN et de plusieurs unités d’intervention, 34 personnes sont interpellées simultanément en différents points du territoire français et 11 membres de la ‘Ndrangheta subissent le même sort en Italie.

Les perquisitions menées ne laissent aucun doute sur l’envergure de l’entreprise criminelle démantelée : cinq armes de poing, un fusil et un pistolet-mitrailleur, des balises et des brouilleurs, 1 kg de cocaïne et du matériel de conditionnement, 700 000 euros en numéraire mais aussi 500 000 euros sur des comptes bancaires, six véhicules haut de gamme et des dizaines de montres de luxe. Ce montant déjà impressionnant de saisies devrait continuer d’augmenter, puisque les enquêteurs, appuyés par la Cellule régionale d’avoirs criminels (CERAC) de la région PACA, poursuivent leurs investigations pour traquer l’argent des trafiquants.

Cette très belle opération atteste de la volonté commune des pays européens de lutter ensemble contre les différentes mafias et groupes criminels sévissant sur leurs territoires respectifs.

source

000000

Joli coup de filet pour la police de Vannes, mardi après-midi, rue Sonia-Delaunay, dans le quartier de Ménimur

Quatre personnes ont été interpellées en début d’après-midi, dans le cadre d’une opération de lutte contre les stupéfiants. Un peu plus tard, vers 19 h, les contrôles se sont prolongés dans le quartier. Un jeune, suspecté d’être un guetteur, a alors été contrôlé par une patrouille.

lire

000000

Vingt-cinq personnes ont été interpellées dans le Var et les Alpes-Maritimes ce mardi

Un Azuréen est soupçonné d’avoir alimenté une mafia italienne en cocaïne.

« La ‘NDran… quoi ?«  Lors d’une comparution à Grasse dans une affaire de détention d’arme (un 357 Magnum barillet rempli retrouvé dans sa villa dont la façade venait d’être mystérieusement criblée de 44 impacts de kalachnikov), Antoine Magnoli, dit « Bubu », avait juré ses grands dieux qu’il n’avait rien à voir avec la mafia, fut-elle calabraise.

Pas blanc bleu certes, mais sans lien avec la terrible ‘Ndrangheta. C’était en 2016!

L’arrestation de Domenico Magnoli, 39 ans, son jeune frère, pourrait conforter les justices italienne et française, elles qui, depuis quinze ans, soupçonnent les Magnoli d’être, avec d’autres Azuréens également interpellés ce mardi, les correspondants la mafia calabraise dans le sud de la France.

Les Magnoli sont surveillés comme l’huile sur le feu.

C’est cette surveillance qui permet de mettre au jour en 2015 l’affaire « haschisch contre cocaïne ». Les juges antimafia italiens et français la baptisent « trait d’union ».

Les enquêteurs suivent à la trace un voilier, parti du Maroc le 30 mars 2015 avec une cargaison de 400 kg de cannabis.

Le Relmabi repart toutes voiles dehors de Martinique, les cales regorgeant de pain de cocaïne pure.

Au large de Saint-Martin, il est arraisonné par des commandos de la Marine nationale. Les magistrats auraient alors la preuve qu’Antoine Magnoli a planifié ce coup lors d’une rencontre en Calabre avec un émissaire de la ‘Ndrangheta.

 

lire plus   –   Par Jean-François Roubaud

000000

Les polices de plusieurs pays européens ont arrêté mercredi 17 personnes dans le cadre d’une vaste opération contre un réseau criminel de trafic de drogue, ont annoncé les forces de l’ordre néerlandaises.

Ces arrestations ont été effectuées notamment grâce à des informations interceptées sur le système de téléphonie crypté EncroChat utilisé par le crime organisé, a fait savoir la police dans un communiqué.

L’action, menée en collaboration avec les polices belge et espagnole, a conduit à l’arrestation de 17 personnes âgées de 25 à 68 ans.

Des raids ont été effectués simultanément dans « des dizaines d’endroits » aux Pays-Bas, en Belgique, en Espagne, en Hongrie et en Slovaquie, a indiqué la police néerlandaise, précisant que des stupéfiants, des armes à feu, des voitures et de l’argent liquide ont été saisis.

La plupart des suspects sont soupçonnés d’être impliqués dans un trafic de drogue et des activités de blanchiment d’argent. Certains sont également accusés de possession illégale d’armes, selon la police.

LIRE

000000

Le garde champêtre Darmanin n’a pas réussi à convaincre !

Le sujet suscite de vives réactions.

Mais Alain Rigaud, président d’honneur de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa), est heureux de voir le débat relancé, rapporte le maire rémois. « Bien sûr, c’est tabou. Mais il y a la question de la définition. Si on parle de légalisation, on imagine tout et n’importe quoi.

Ça ne veut pas dire qu’on fume partout et sans contrainte. Au contraire, on encadre la consommation, vis-à-vis des mineurs notamment.

On contrôle et garantit la sécurité sanitaire des produits.

Pour un meilleur contrôle des addictions et malades, à ce jour vus comme délinquants. Et, faut être clair, ça apporte aussi des rentrées fiscales à l’État… »

Lire

0000

L’opération a été déclenchée par la convergence entre les enquêtes menées en Italie et en France qui concernaient Carmelo Sgrò, un entrepreneur du bâtiment résidant à Sanremo, lié, également par des liens parentaux, au clan Gallico de Palmi, et un trafiquant de drogue français en relation avec la famille Magnoli de Gioia Tauro, qui vit sur la Côte d’Azur depuis des années.

Les enquêtes ont permis d’identifier l’existence d’un réseau actif entre l’Italie, la France, la Belgique et les Pays-Bas intéressés par le trafic et la distribution d’armes et de grandes quantités de drogue.

Les enquêtes du Ros de Gênes, lancées en 2018, ont permis de reconstituer de multiples ventes de drogues (cocaïne, haschich et marijuana) et d’armes (dont des armes de guerre comme le Skorpion et l’AK 47 – Kalachnikov) entre Sgrò et le suspect français réputé respectivement à la tête des réseaux opérant en Ligurie et sur la Côte d’Azur, avec des ramifications en Belgique et en Hollande.

Un groupe d’Albanais a été également identifié, comme fournisseur de grandes quantités de cocaïne.

13 personnes ont été interpellées par les Carabinieri à l’issue de la maxi opération «Ponente Forever» qui, entre l’Italie et la France, a conduit à l’arrestation de 46 personnes.

Dans les heures qui ont immédiatement suivi l’opération, sont apparus les noms des personnes arrêtées côté italien:

Axel Carbone, 24 ans, Simone Calvini, 46 ans, Samuel Scurti de 34 ans, Luca Colombi, 43 ans, Carmelo Sgrò de 38 ans et Raffaele Vitale, 50 ans, tous de Sanremo; Mirko Loiacono 33 ans d’Imperia; le Français Domenico Magnoli, 39 ans, Patrick Anthony et Elisa Quentin, 32 ans; Jacopo Vargiu, 25 ans, de Boissano et l’Albanais Armand Kercuku, 33 ans.

0000

Les carabiniers de Gênes et les sections de recherche de Marseille et Paris ont mené une opération conjointe ce mardi matin dans le sud de la France et en Italie.

Ils ont saisis près d’un million d’euros. 46 personnes ont été arrêtées. Elles sont suspectées d’association de malfaiteurs en bande organisée, de blanchiment d’argent et de vol.

Des traces de cocaïne entre la Côte d’Azur et la Riviera dei Fiori…

Avec l’ombre de la ‘Ndrangheta pour faire le lien entre le crime organisé et le crime de droit commun des deux côtés de la frontière.

LIRE

0000

Une mission d’information du Sénat a évalué les moyens mis en œuvre pour lutter contre le trafic de cocaïne entre la Guyane et l’Hexagone. Pour chaque vol qui relie Cayenne à Orly, une dizaine de « mules » transportent en moyenne 1,9 kilogramme de cocaïne chacun. Les sénateurs axent leurs préconisations sur la formation et la réinsertion des passeurs.

« La drogue, c’est de la merde » déclarait il y a peu le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

Au Sénat, une mission d’information sur le trafic de stupéfiants en provenance de Guyane, préfère parler « de fléau et de drame ». Mise en place en mai dernier à la demande du groupe LREM, la mission présentait ses conclusions, ce mardi, par les voix de son rapporteur, l’élu de la collectivité territoriale d’Outre-mer, Antoine Karam (app LREM) et de son président, le sénateur centriste de Haute-Loire, Olivier Cigolotti.
Adopté à l’unanimité des membres de la commission, le rapport de 80 pages dresse le premier état des lieux de l’ampleur d’un phénomène en plein essor.  » J’espère que ce rapport ne finira pas dans les tiroirs du ministère. »

C’est l’image de la France qui est en jeu » espère Antoine Karam qui ne se représente pas aux élections sénatoriales.

2 500 passages empêchés en 2019

Ce sont d’abord des chiffres alarmants. La production mondiale de cocaïne est passée de 1000 tonnes par an en 2013 à plus de 2000 en 2020.

Lire

0000

Le camion suspect qui arrivait d’Espagne a été intercepté par les douaniers, dans le secteur d’Arles, ce mardi 15 septembre, vers 5 h.

Les melons entreposés dans ce camion étaient pourris ou dans un sale état. Intrigués, les douaniers ont décidé de stopper le poids lourd à Arles, ce mardi matin, vers 5 heures et l’ont ramené à Nîmes.

LIRE

0000

Saisie de drogue à Loon-Plage.

 

Les douaniers de Dunkerque ont mis la main sur 10,8 kilogrammes de méthamphétamine  cachés à l’arrière d’un camion.

La saisie a été réalisée au terminal ferry ce dimanche.

000000

 

 

Invitant à «ne pas se leurrer», le maire de Dijon François Rebsamen  a tenu à dénoncer ce lundi 14 septembre la vente de «cette drogue qui pourrit les quartiers».
Des points de vente qui font l’objet de missions de la police nationale qui attend toujours les renforts promis par le Premier ministre en juillet dernier. Le premier édile anticipe que «les vingt postes de policiers seront affectés à la voie publique». Pourtant, selon nos informations, une partie d’entre eux pourraient être orientés vers les renseignements territoriaux.

«Il y a des points de vente de drogue»

«Je souhaite que la police nationale démantèle ces lieux de vente de drogue» a lancé François Rebsamen. Le maire de Dijon avait été plusieurs fois interpellé sur le sujet par des habitants lors des réunions sur le thème de la sécurité.

«Il y a des points de vente de drogue, faut pas se leurrer» a martelé François Rebsamen avant de se lancer dans une cartographie des points chauds dijonnais : la Maison du Tram en contrebas du jardin Darcy, la résidence Debussy située avenue Jean-Baptiste-Greuze près du parc de la Colombière, l’avenue du Drapeau et «peut-être à Stalingrad».

Missions de sécurisation de la police nationale

Le guide de la drogue à Dijon correspond justement à des points où les policiers sont récemment intervenus pour des missions de sécurisation ou de lutte contre les trafics de stupéfiants sur réquisition du procureur de la République de Dijon : la Maison du Tram le 23 juillet, le quartier Greuze le 10 septembre ainsi que les quartiers Junot, Drapeau, Blanqui et des Grésilles le 14 septembre justement.

Plusieurs personnes ont été interpellées, certaines ont été verbalisées dans le cadre de la nouvelle amende forfaitaire délictuelle de 200 euros (lire notre article) et des saisies de drogue ont été effectuées.

Prévention, dissuasion et sanction

Durant les débats du conseil municipal, Emmanuel Bichot, président du groupe d’opposition Agir ensemble pour Dijon, a demandé «la mise en place d’une police municipale renforcée» et «une police métropolitaine des transports». Ce à quoi François Rebsamen a répondu que «la police municipale n’a pas à régler les problèmes de grande délinquance, de criminalité ou de trafics de drogue».

L’élu socialiste a rappelé son approche de la lutte contre la délinquance qui «commence par la prévention tant que nécessaire et la sanction dès que possible». «L’éducation spécialisée dans les rues» étant vue comme le moyen de faire de la prévention. François Rebsamen a renvoyé la balle dans le camp du conseil départemental de la Côte-d’Or dont le président de la majorité LR-UDI «a supprimé totalement la prévention spécialisée».

Si François Rebsamen aspire à augmenter les effectifs de la police municipale, effectifs qui sont parfois difficiles à recruter (lire notre interview de la première adjointe), il souhaiterait surtout voir dans les rues «des policiers nationaux qui soient chargés de la lutte contre la drogue et c’est cette drogue qui pourrit les quartiers et qui rend la vie des gens insupportable».

Les magistrats ne sont pas assez nombreux

Après la prévention par l’éducation spécialisée, après la dissuasion par la présence policière, «il faut de la sanction» a lancé François Rebsamen tout en précisant l’avoir dit au ministre de la Justice lors de sa venue à Dijon (lire notre article).

Souhaitant se différencier des critiques de l’extrême-droite sur la justice, l’élu socialiste a pris de soin de préciser que «les magistrats ne sont pas assez nombreux parce qu’on a jamais donné les moyens à la justice d’être suffisamment équipée». Ce qui explique que «les dossiers sont reportés un an après et, un an après, la sanction n’a plus aucun sens». Une tirade applaudie dans les rangs de la majorité municipale.

Jean-Christophe Tardivon

source

000000

Ville dans la ville

Peuplée de 18.000 Bisontins, le quartier de Planoise est rongé par un trafic de drogue endémique, qui brasse chaque année des dizaines de millions d’euros.

Il y a un an éclatait une guerre de territoire entre deux bandes rivales, « Norma » et « La Tour ». Des fusillades à répétition ont fait une douzaine de blessés par balle et un mort, Houcine Hakkar, 23 ans, victime collatérale d’une vengeance aveugle.

Que fait la police ? Dans l’ombre, elle assemble des preuves et orchestre ses arrestations : une quarantaine de suspects ont déjà été mis en examen, alors que se poursuivent les investigations.

Entre usure et espoir, les habitants de Planoise, attachés à leur quartier par ailleurs plein de vie, rêvent d’un avenir apaisé.

Retour sur un an de violence et d’enquête

LIRE

0000

Interpellés mardi à La Bourdonnaye, à Vannes, deux Albanais ont été condamnés à de la prison ferme pour trafic de drogue.

Leur « nourrice », un quinqua Vannetais, a écopé d’une peine avec sursis.

Acceptant d’être jugés en comparution immédiate ce vendredi 11 septembre 2020, ils avancent à la barre.

Crâne dégarni, jambe tremblante, il y a là Bernard (*), la « nourrice », âgé de 54 ans. Physique d’haltérophile, collier de barbe, il y a là Antonjo, le « touriste albanais » recyclé en guetteur impromptu. Troisième homme, voici le meneur, le revendeur, un petit détaillant en survêtement répondant au prénom de Klévis. Lui aussi vient d’Albanie. Mais le jeune majeur a été élevé en Turquie.

lire

000000

Le nouvel occupant de la Place Beauvau a fait venir une garde rapprochée de Bercy et de l’Élysée

L’objectif étant de saturer les médias des exploits, prouesses et autres actions de nos forces de l’ordre en précisant toujours que les duettistes ont enfin pris la mesure du problème que pose la drogue, enfin certaines,  et qu’on allait voir ce qu’on allait voir!

Des spécialistes du tweet de complaisance, du tweet de soutien, du tweet de félicitations, du tweet de statistiques savamment présentées sont aux manettes.

Pendant ce temps la, les cyber-services sont incapables de réagir aux vrais menaces que l’on retrouve sur le web.

Armes, tous types de drogue et pédocriminalité sont au programme!

Quand à la Douane, qui a elle seule tape plus de 80 % des saisies avant de refiler les affaires à l’OFAST, elle a carrément disparu du paysage….

0000000

 

 

DROGUE – Un réseau de trafic de stupéfiant de la cité des Oliviers à Marseille a été démantelé après plusieurs mois d’enquête, 180 kg de drogue ont été saisis, ainsi que deux fusils d’assaut et 3.000 euros

Un coup de filet très médiatisé.

Les enquêteurs de l’office anti-stupéfiant de la police judiciaire de Marseille ont interpellé mercredi matin un individu dans la cité des Oliviers, dans les quartiers Nord de Marseille. Agé de 25 ans, il a été identifié comme le chef d’un point de vente de produits stupéfiants après plusieurs mois d’enquête.

Lire

0000