FRANCE 🇫🇷 (DNRED – TRACFIN) : dans les rouages du blanchiment de l’argent des trafics de drogue, à Marseille

Quand on parle de blanchiment d’argent, on pense d’abord aux trafiquants de drogue. Mais ils ne sont pas les seuls à y recourir.

Les trafiquants d’armes ou les réseaux de la prostitution utilisent les mêmes réseaux, mais aussi les notables qui pratiquent la fraude fiscale ou l’abus de biens sociaux.

Les mécanismes du blanchiment d’argent n’ont aucun secret pour Quentin Mugg, ancien capitaine de police à l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière de 2005 à 2015.

Désormais en poste à Europol, au centre européen de lutte contre le crime organisé, il vient de publier « L’argent sale : la traque » chez Fayard.

Dans ces réseaux souterrains, le cash circule par centaines de millions d’un bout à l’autre de la planète.

Le marché du blanchiment est international et Marseille y tient « une place particulière » d’une part parce que « c’est un port et il y a dans les zones portuaires plus de trafic qu’ailleurs », comme l’indique Quentin Mugg, et d’autre part à cause des trafics de drogue.

Des courtiers occultes

Et pour blanchir de l’argent, c’est finalement « très simple » souligne le policier même si « ça peut paraître surprenant ». 

Certains montages de blanchiment peuvent être très complexes mais c’est rarement le cas dans le crime organisé, notamment le trafic de drogue à Marseille.

« On a affaire à des sommes d’argent en liquide et les mécanismes qui sont à l’œuvre pour blanchir cet argent, pour l’exfiltrer, sont des mécanismes très anciens qui existent depuis des siècles puisqu’on s’en servait déjà sur les routes de la soie », note-t-il.  

« L’idée consiste à avoir un ensemble d’agents, disposés un peu partout dans le monde et qui sont connectés entre eux et à qui on peut s’adresser pour remettre des sommes en liquide à un endroit, de manière à récupérer des sommes équivalentes – moins les commissions – dans un autre lieu », explique le policier spécialisé. 

C’est finalement aussi simple que de s’adresser à son banquier pour faire un virement à l’étranger…

Sauf que dans le cas présent, l’agent de change s’appelle « saraf » s’il est en Afrique du Nord, « moneybroker » aux États-Unis ou « dolleros » au Brésil.

plus

000000

DNRED 🇫🇷 (opérations anti-stups internationales): le regard de Jean-Henri Hoguet, ancien patron de la DNRED (1987-1991), qui a « recruté » Marc Fiévet.

Pour Rue89, Jean Henri Hoguet ancien patron de la DNRED (1987-1991) a accepté de répondre, par mail, à quelques questions.
Jean Henri Hoguet ancien patron de la DNRED (1987-1991)

Sans fioritures:

Comment expliquez-vous l’absence de soutien des responsables politiques vis-à-vis de Fiévet ?

Les dits « responsables » se sentent éventuellement concernés par les actions qu’ils ont conduites ou autorisées ou qui sont intervenues durant leur mandat, mais rarement pour celles qui sont intervenues des années auparavant. A fortiori lorsque la majorité politique a changé.


Pensez-vous que cette affaire puisse remettre en cause le système des aviseurs ?

Plus qu’un aviseur, Fiévet était un infiltré. Il est clair que ne pas soutenir un infiltré ne peut que tarir le recrutement.

L’aviseur normal ne doit pas s’attendre à une protection particulière. Il donne une information, on l’exploite et si il y a un résultat il sera rémunéré en fonction de celui-ci. Tout ce qu’on lui garantit, c’est de conserver son anonymat.


Marc Fiévet estime que certains de ses signalements n’ont pas débouché sur une intervention des douanes…

C’est vraisemblable et c’est normal. Toutes ces affaires sont internationales, elles mettent en jeu de nombreux services et les informations doivent transiter par des chaines hiérarchiques relevant de plusieurs pays.Vous pouvez ajouter le facteur temps, souvent essentiel, le facteur météo, la chance ou la malchance, pour comprendre que donner une info et réaliser une affaire sont deux choses différentes.


Comment se situe la France, en matière de lutte contre le trafic international ?

En Europe , je crois que nous sommes parmi les gens qui comptent, comme les Britanniques. Il faut tout de même savoir que l’on estime que l’on n’arrête que 5 à 10% de la drogue et qu’il a été jusqu’ici impossible de faire mieux. Beaucoup de pays font plus mal ! C’est le problème de la demande qu’il faudrait traiter, car il est illusoire de croire que l’on règlera la question en jugulant l’offre, ce qui est impossible dans un monde de plus en plus ouvert, avec des États aux motivations souvent antagonistes. Croit-on résoudre l’alcoolisme en supprimant l’alcool ?


Que faudrait-il changer pour accroître l’action des douanes en la matière ?

Le problème ne concerne pas que la douane, mais aussi la police et la gendarmerie. Il faut développer le renseignement aux plans national et international. L’échange de renseignements se heurte à de nombreuses difficultés : égoïsme des services qui travaillent d’abord pour eux mêmes, rivalités entre services, confidentialité des sources, rémunération des indics,etc.

Après le triste exemple Fiévet, il faudrait se donner les moyens d’avoir des infiltrés, de s’en occuper, de leur fournir protection. Ce qui implique des moyens considérables, notamment juridiques. Je doute qu’on en prenne le chemin, car les efforts à consentir ne peuvent être garantis au niveau des résultats à en escompter.

Publié le 09 décembre 2007, par David Servenay

Dans la peau d’un narco infiltré au coeur de la mafia de Marc Fiévet et Oliver-Jourdan Roulot, éditions Hugodoc

Au service de l’État à travers la douane, 1954-1996 de Jean-Henri Hoguet, éditions l’Harmattan

000000

COLOMBIE 🇨🇴 (Interpol): un narcotrafiquant marseillais écroué après avoir été localisé sur l’île de San Andrés

Un narcotrafiquant marseillais de 34 ans recherché par Interpol a été localisé sur l’île colombienne de San Andrés.

Il vient d’être écroué dans une prison colombienne avant son extradition vers la France.

Source

0000

FRANCE 🇫🇷 (Canteleu – Seine-Maritime) : la garde à vue pour Mélanie Boulanger était-elle indispensable ? Assurément non !

Mélanie Boulanger, maire PS de Canteleu (Seine-Maritime), explique ce lundi avoir « passé le pire moment de sa vie » après avoir été placée en garde à vue dans le cadre d’une affaire de stupéfiants.

En milieu de journée ce lundi, Mélanie Boulanger a dit qu’elle venait de « vivre le pire moment de ma vie ». « Mon histoire est celle d’une élue de la République qui, comme tant d’autres élus, se retrouve seule, sans réponse, lorsqu’ils sollicitent les pouvoirs publics pour les aider à lutter contre la délinquance et les trafics de stupéfiants ».

Elle a également dénoncé « les rumeurs » liées à une « violation du secret de l’instruction ». « Je ne m’explique pas le régime de la garde à vue. Le régime de la garde à vue n’était pas justifié car il n’était pas nécessaire pour établir ma probité et mon combat de maire contre la délinquance. »

source et plus

000000

FRANCE 🇫🇷 (DNRED – ministre du Budget) : lorsque Michel Charasse pètait les plombs

Pour arriver à cette réunion publique, après avoir dû trouver des chemins de traverse, les gendarmes ayant établi des barrages, le contact avec Michel Charasse fut plutôt frais. C’est à la suite de cette visite que je partis pour rencontrer Nicolas Sarkozy.

000000

FRANCE 🇫🇷 (trafic entre Nantes et Malaga) : saisie de 344 kg de cannabis

Une saisie de 344 kg de cannabis et 137.825 euros en liquide, voici le résultat d’une opération conjointe entre les forces de l’ordre françaises et espagnoles.

Dans le viseur des enquêteurs, un trafic de drogue entre Nantes et Malaga (Espagne). Six personnes françaises ont été interpellées.

Lire plus

0000

FRANCE 🇫🇷 (DNRED) : lorsque Marc Fievet offrait son livre à Nicolas Sarkozy

La police m’avait pourtant fait partir !

000000

FRANCE 🇫🇷 (Normandie) : saisie de 700 kg de cocaïne dissimulés dans une cargaison de crevettes

Un camion transportant près de 700 kg de cocaïne cachés dans une cargaison d’une vingtaine de tonnes de crevettes a été intercepté vendredi matin près du Havre par les gendarmes qui ont interpellé deux personnes, a-t-on appris samedi de sources proches du dossier, confirmant une information du Parisien.

BRAQUAGE

L’affaire a débuté à la sortie du port du Havre, vendredi matin, avec l’interception du « 44 tonnes » chargé de crevettes par quatre hommes.

Lire

Démonstration est faite que le Port du Havre est une passoire et qu’aucun contrôle sérieux et efficace n’est mis en place. La CELTICS n’a pas ciblé ce conteneur arrivant d’Équateur.

lire plus

0000

FRANCE 🇫🇷 (Toulouse) : les douaniers saisissent 150 kilos de cannabis et de la cocaïne à l’aéroport

Lors de contrôles dimanche 26 septembre à Grenade, au nord de Toulouse, puis lundi sur l’autoroute près de Fronton, 153 kg de cannabis ont été saisis par les douaniers. Et de la cocaïne a été découverte sur un voyageur à l’aéroport de Toulouse-Blagnac dimanche matin.

Lire

0000

PANAMA 🇵🇦 (province de Colon) : le SENAN saisit plus d’une tonne de coke en partance pour l’Europe

Deux conteneurs en provenance du Chili, le premier destiné a être débarqué au Havre en France et le deuxième à Anvers en Belgique, ont été interceptés par le SENAN dans un port des caraïbes panaméen. Au total, ce sont 1.057 colis de cocaine qui ont été saisis.

source

000000

FRANCE 🇫🇷 (Pas de Calais) : onze paquets de cocaïne ont été découverts depuis samedi sur les plages dans le secteur d’Ambleteuse

Les gendarmes du littoral ont renforcé les patrouilles pour éviter la récupération d’autres pains de cocaïne par des « touristes » et pour trouver l’origine de la drogue.

Depuis samedi, les gendarmes surveillent activement le secteur d’Ambleteuse et contrôlent les promeneurs. 90 militaires qui sont habituellement chargés de traquer les migrants qui veulent rejoindre l’Angleterre par la mer.

plus

000000

FRANCE 🇫🇷 (SURV de la Douane) : 387 kilos de cannabis interceptés, quatre hommes écroués

Quatre hommes ont été mis en examen, lundi, par un magistrat de la juridiction interrégionale spécialisée de Lyon, avant d’être placés en détention provisoire. Ils avaient été interpellés jeudi matin dans la Drôme par les douaniers à bord de trois voitures. Dans deux d’entre elles se trouvaient 387 kilos de résine de cannabis.

Lire

0000

FRANCE 🇫🇷 (Marseille) : la lutte sanglante de territoires ou les dessous de la guerre des stups

A Beauvau, on continue à utiliser la lutte contre la drogue comme arme de propagande pour Gerald Darmanin, le locataire des lieux

°°°°

Les guerres de territoires que se livrent les réseaux de trafiquants de drogue ont fait 16 morts depuis le début de l’été à Marseille. Un enquêteur de la brigade des stups qui travaille depuis sept ans dans les cités des quartiers nord nous livre les dessous de cette lutte sanglante.

 Comment expliquer ces « réglos » en série ?

À Frais-Vallon, les Oliviers, Campagne Lévêque, la Castellane, la Paternelle, les guerres de territoires ont toujours existé. La « vague » d’homicides constatée depuis quatre mois est un phénomène bien connu des enquêteurs locaux.

Dans ces cités gangrénées par les trafics, on tue « soit pour récupérer un point de vente, soit c’est du « carottage », quelqu’un qui a volé une nourrice ou de l’argent… » explique ainsi un enquêteur de la brigade des stupéfiants qui souhaite rester anonyme.

« Il y a aussi ceux qui étaient en prison et qui essaient de reprendre leurs points de vente à la sortie, c’est tout ça qui est mélangé. Pour savoir exactement ce qu’il s’est passé pour tel ou tel règlement de comptes, c’est très compliqué ». 

L’enquêteur ne croit pas aux vertus des passages par la case prison. « Aujourd’hui, la prison c’est un lieu de rencontre! ». « La répression comme elle est faite ne fonctionne pas. J’entends parler de guerre contre les stupéfiants, nous, à la brigade des stups, on est tous morts de rire. »

Il y a aucune guerre contre les stupéfiants, c’est une guerre de com.

Lors de sa venue à Marseille le 2 septembre, Emmanuel Macron a préconisé une politique de « harcèlement des trafics », annonçant le renfort de 200 policiers en 2022, pour « pilonner les quartiers ». 

Ces descentes de flics pour faire tomber des points de vente sont sans effet sur les trafics, selon l’enquêteur de la brigade des stups. Pour preuve, la dernière opération coup de poing qui a permis de saisir 30 kilos de drogue à Campagne-Lévêque ces derniers jours.

« Combien d’interpellés ? zéro ! ça ne sert à rien, on leur a pris 30 kilos mais ils font 70 et 100.000 euros/jour… ils n’en ont rien à faire. Même si vous interpellez le guetteur qui a 15 ans et le charbonneur qui en a 17, ça ne va pas casser le réseau… Derrière, la réponse pénale est très faible, quand il y en a une ».

Un travail de Sisyphe

En fait, pour lui, la saisie de stups n’est pas le plus important. Pour frapper fort et désorganiser un réseau, il faut identifier et « taper » tous les maillons de la chaîne, du livreur jusqu’au gérant de point.

« Dernièrement sur Tarascon, on a pris 11 personnes, du guetteur au jusqu’au patron, le point n’a pas rouvert à ce jour », assure l’enquêteur, qui ne se fait pas pour autant d’illusion. « Bien sûr qu’il va réouvrir, mais là, vous avez de l’impact ».

À Marseille, un point de vente qui tombe rouvre… quasi instantanément. « Ma plus grosse saisie, c’est 324 kilos sur une cité, une heure et demi après, le point était rouvert parce qu’on a tapé que dans les approvisionneurs pas dans la hiérarchie », raconte l’enquêteur de la brigade des stups. « Si vous enlevez les têtes, pour se réorganiser c’est très compliqué. Je ne dis pas que ça ne se remontera pas, mais ça va prendre du temps ». 

Si les descentes régulières sont à ses yeux nécessaires, la vraie solution pour lui, c’est une présence policière permanente au pied des immeubles.

« Si on veut faire la guerre, il faut se donner les moyens, mettre une compagnie de CRS, à l’année, nuit et jour, 365 jours par an, 24 heures sur 24, dans chaque cité, et il n’y a plus de réseaux, plus de deals. Aujourd’hui, on met des CRS mais de 10h à 16h, et à 16h quand ils s’en vont, le point de vente rouvre… »

La guerre contre les trafics de drogue doit se livrer « à la source ». À Marseille, les trafics s’organisent principalement autour de l’herbe et de la résine de cannabis. 90 % du shit arrive du Maroc.

« Tout le monde sait que ça vient de là-bas, alors qu’est-ce qu’on attend ?, interroge l’enquêteur, c’est bien de faire une guerre contre les stups, mais si on ne va pas à la source, ça ne sert à rien… c’est de la com. Si on veut vraiment s’attaquer au fond du problème, il faut verrouiller les frontières, c’est diplomatique. »

Le constat est amer. Le policier, qui a fait dix ans de Bac avant d’entrer aux stups, est allé voir le dernier film de Cédric Gimenez BAC Nord qui cartonne au cinéma. « C’est romancé, mais c’est totalement ça, ça colle à la réalité, j’ai vu des scènes que j’ai vécues », confie-t-il.

À Marseille, la réalité dépasse tristement la fiction !

source et plus

000000

FRANCE 🇫🇷 (Montchanin – RCEA) : 160 kilos d’herbe de cannabis saisis par les gendarmes

Lors d’un banal contrôle routier organisé vendredi à Montchanin sur réquisition du procureur de la République de Chalon, les gendarmes ont découvert 160 kg d’herbe de cannabis dans un camion de transport polonais.

plus

000000

FRANCE 🇫🇷 (Trafic de drogue) : la colère du maire de Salon-de-Provence

Deux jours après une fusillade dans l’un des quartiers de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), Nicolas Isnard, le maire de la ville, a décidé de raser tout ce qui pouvait abriter le trafic de stupéfiants.

« Ici, il y avait des arbres, des bancs insalubres. Dès qu’il y aura du trafic, de la délinquance, nous opposerons le bulldozer à la kalachnikov » , explique Nicolas Isnard, le maire LR de la ville

source

000000

FRANCE 🇫🇷 (anti-drogues) : la politique de Gérald Darmanin remise en cause

Un an après la mise en place de l’amende forfaitaire délictuelle (AFD) qui vise les consommateurs de drogue, le Syndicat de la magistrature – qui milite pour la dépénalisation et la légalisation – ne voit pas l’utilité de cette nouvelle mesure.

« On se félicite du nombre d’amendes, on montre les muscles et après ? C’est une nouvelle politique du chiffre », juge Thibaut Spriet, son délégué régional en Bretagne.
Ajoutant : « En 2007, c’était déjà la même chose. Le gouvernement a mis en place les ordonnances pénales délictuelles qui devaient permettre des procédures simplifiées pour s’attaquer à la demande afin de réduire les débouchés pour les vendeurs. Il y a eu beaucoup d’amendes prononcées, beaucoup de communication sur les chiffres, le bilan c’est que la consommation de stupéfiants a continué à progresser en France. Mais aujourd’hui on refait pourtant la même chose… »

Et le juge Thibaut Spriet en remet une couche: « On dépense autour d’un demi-milliard par an pour la répression, alors que les sommes allouées à la prévention et aux soins sont infimes à côté […] Cela fait cinquante ans en France qu’on a choisi l’angle de la répression, il est temps de se rendre compte que ça ne marche pas. »

000000

FRANCE 🇫🇷 : activités et réactions anti drogue de ce 9 septembre 2021

MONTAUBAN : un vaste trafic de drogue démantelé dans la cité Beausoleil
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
MARSEILLE: des armes, de la drogue et de l’argent liquide saisis à la Renaude
La police a effectué une importante saisie ce mercredi après-midi, moins de 24 heures après une fusillade qui a fait un mort dans ce …
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
BRETAGNE – Amende à 200 € pour les consommateurs de drogue à Rennes : « On montre les muscles et après ? »
Un an après la mise en place de l’amende forfaitaire délictuelle (AFD) qui vise les consommateurs de drogue, le Syndicat de la magistrature – qui milite pour la dépénalisation et la légalisation – ne voit pas l’utilité de cette nouvelle mesure. « On se félicite du nombre d’amendes, on montre les muscles et après ? C’est une nouvelle politique du chiffre », juge Thibaut Spriet, son délégué régional en Bretagne.
 
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
MARSEILLE : des caméras pour régler les problèmes de drogue dans les cités
Lors de sa venue à Marseille le 2 août, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place de 500 caméras de vidéosurveillance, notamment dans les …
 
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
PERPIGNAN :  on rase un immeuble pour chasser les dealers
Cette semaine, grand branle-bas de combat au cœur du quartier Saint Jacques de Perpignan. La municipalité dirigée par le maire RN Louis …

000000

 

DARKNET : Gal Vallerius, condamné à vingt ans de prison aux Etats-Unis 🇺🇸, finira sa peine en France 🇫🇷

Il avait été condamné à vingt ans de prison par la justice américaine. Incarcéré en Floride depuis son arrestation alors qu’il se rendait au concours de la plus belle barbe du monde en 2017, il pourrait venir purger la fin de sa peine en France.

D’après Le Télégramme, celui que l’on surnommait le baron breton du darknet, aurait demandé à être transféré en France.

source

000000

FRANCE 🇫🇷 (Chenôve) : 58 kilos de cannabis et des armes de poing saisis par la police

Dans la ville de Chenôve, en Côte-d’Or, au sud de Dijon, 58 kilogrammes de résine de cannabis ainsi que plusieurs armes de poing ont été saisis par les équipes de la police judiciaire de Dijon.

Lire

0000

FRANCE 🇫🇷 (Narco-business) : alors Macron, l’idiot utile des gros trafiquants ?

Mercredi à Marseille, le Président a repris sa rengaine répressive contre les stupéfiants, accusant les consommateurs d’alimenter le trafic, alors que le statu quo sur la prohibition fait prospérer les réseaux illicites.

par Charles Delouche-Bertolasi

A six mois de la présidentielle, le président et quasi-candidat Macron a trouvé la solution pour régler la question du trafic de drogues : accuser les consommateurs d’en être les complices. L’ex-banquier nous ressort la règle d’or de la demande qui crée l’offre. «Il faut que tout le monde comprenne dans notre pays que les consommateurs de drogue sont des complices de fait» des trafiquants, a déclaré le chef de l’Etat, mercredi soir face à un parterre de policiers à Marseille, où les règlements de compte ont fait huit morts cet été. «L’idée que dans certains quartiers ce serait branché de prendre de la drogue pour que, dans d’autres, on ait des jeunes qui se fassent tuer parce qu’ils la vendent ou surveillent [le trafic], c’est terminé», a-t-il martelé, martial, dans une cité Bassens soigneusement nettoyée en prévision de sa venue.

SOURCE

000000

FRANCE 🇫🇷 (Marseille) : Kamel Meziani a été arrêté en Seine-et-Marne

Kamel Meziani, narco-trafiquant marseillais, a été arrêté fin août en Seine-et-Marne. Depuis sa condamnation, en janvier 2021, il était en fuite. Il a été interpellé à Fleury-en-Bière.

source

000000

FRANCE 🇫🇷 (Justice) : dix-huit ans de prison ont été requis ainsi qu’une amende d’un million d’euros contre Moufide Bouchibi

Le vice-procureur Mathieu Fohlen a requis 18 ans d’emprisonnement, assortis d’une période de sûreté des deux tiers, et un maintien en détention. Le magistrat a souligné le « risque de fuite à l’étranger » du prévenu, et les « ressources dont il y dispose ».

Le jugement devrait être mis en délibéré.

SOURCE

000000