Archives de la catégorie ‘Italie’

Ce mercredi 13 janvier, dans un tribunal-bunker spécialement aménagé pour l’occasion, s’ouvre un procès qui concernera 325 personnes, toutes accusées de liens plus ou moins forts avec le crime organisé calabrais. Une audience censée dévoiler au grand jour l’immense pouvoir de la mafia la plus puissante et la plus méconnue d’Italie : la ’Ndrangheta.

°°°°

Un procès hors-norme, comme nous l’explique Fabrice Rizzoli, docteur en sciences politiques.

La plus puissante mafia italienne face à la justice.

Accusés de crimes, de trafic de drogue ou d’extorsion, des centaines de membres présumés de la ‘Ndrangheta comparaissent à partir de mercredi en Calabre.

Pas moins de 900 témoins et 400 avocats sont attendus lors de ce procès hors normes, le plus important depuis trois décennies.

Que faut-il en attendre ?

Les explications de Fabrice Rizzoli, docteur en sciences politiques à l’université Paris I, enseignant de géopolitique des criminalités à Sciences Po et l’institut de relations internationales et stratégiques (Iris).

Y aura-t-il un avant et un après ce procès de la ‘Ndrangheta ?Il ne faut pas raisonner seulement à l’échelle de la ‘Ndrangheta, le procès ne concernant pas toute la Calabre. En outre, il concerne très peu les relations de cette mafia à l’étranger. Il n’empêche : le procès a lieu devant la cour de Catanzaro, où le procureur Gratteri a été nommé il y a quatre ans et où, jusqu’ici, on estimait que la justice n’avait pas été assez pêchue. Gratteri a mis un grand coup de pied dans la fourmilière grâce à ses enquêtes depuis quatre ans puis ce procès. Il a tiré les fils de Vibo Valentia, une ville de Calabre très connue pour son omerta, sa loi du silence, mais moins sujet à la répression car les autorités avaient d’autres priorités.Le prisme qui consiste à se demander si ce procès peut mettre fin à la ‘Ndrangheta n’a pas de sens. Il faut surtout souligner qu’à Vibo Valentia, la loi du silence régnait, et que désormais les gens osent aller manifester dans la rue. Ils l’ont fait en décembre dernier, pour soutenir le procès et Gratteri à qui ils ont dit : « Depuis que vous êtes intervenus, on respire. »

Sur le banc des accusés, on retrouve des policiers, des élus locaux ou des entrepreneurs…. La ‘Ndrangheta se répand-elle dans tous les pans de la société italienne ? 

Cette mafia n’existerait pas sans ses complicités au sein de la sphère politico-administrative. Cette « bourgeoisie mafieuse », ce corps social dans lequel il y a des mafieux, des pauvres qui veulent devenir riche. Des avocats sont aussi sur le banc des accusés. Au même titre que des commandants de police, un ancien maire, des hommes politiques…

Le procureur de Catanzaro, Nicola Gratteri, arrive dans la salle où se tient le procès, à Lamezia Terme, en Italie, le 13 janvier 2021. PHOTO / REUTERS/ Yara Nardi

Tout cela, c’est grâce à Gratteri. Il ose. « Quand il fait des procès, y a beaucoup de relaxes », estiment ses détracteurs. Certes, mais quand on essaie de poursuivre les puissants, qui disposent des meilleurs avocats du monde, sans flagrants délits… forcément il y a des relaxes.

LIRE

000000

Les Sardes ont vendu sur l’ile de Beauté près de 100 kilos de drogue depuis 2018 : 82 kg de marijuana, 10 kg de haschisch et 5 kg de cocaïne qui devaient servir à financer, en partie, l’achat des armes, fournies par les Corses, destinées à des attaques contre des véhicules de transports de fonds. 

Selon la presse italienne, le blitz aurait été mené simultanément dans les villes sardes de Cagliari, Nuoro, Oristano, Sassari, en Toscane à Livourne et Grosseto, à Rome, à Naples mais aussi en Corse.

Ce jeudi 7 janvier 32 personnes ont été interpellées et placées en détention provisoire et Italie et en Corse.

lire

000000

Les douaniers ont localisé 670 kg de cocaïne dans une cargaison de grains de café dans le port de Santos, sur la côte de São Paulo, ce mardi 15 décembre 2020. L’envoi était destiné au port de Gioia Tauro, en Italie.

Les douaniers de Santos ont effectué des actions de routine lorsqu’ils ont localisé la cocaïne cachée dans une cargaison de café destinée à l’exportation.

La cargaison a été sélectionnée pour vérification en utilisant des critères objectifs d’analyse des risques, y compris une inspection non intrusive par balayage d’images.

Lors de l’inspection, le chien renifleur du Federal Revenue Service a signalé positivement la présence de drogues.

source

000000

 

En provenance du Chili, ces 932 kilos de cocaïne n’ont pas réussi à passer les contrôles des marchandises qui transitent par le plus grand port de Calabre

La saisie est le résultat d’une enquête suite à des informations précises. La ‘Ndrangheta, la mafia calabraise, a des ramifications dans toute l’Amérique latine.

000000

Une tentaculaire affaire conduite par les gendarmes de Marseille illustre le poids pris par la ’Ndrangheta, redoutable mafia calabraise, dans le trafic de stupéfiants sur la Côte d’Azur.

Ils doivent régler un litige sous le patronage de Domenico Magnoli. Considéré comme l’un des correspondants en France de la redoutable ‘Ndrangheta, mafia calabraise réputée la plus puissante d’Europe, il est consulté comme « juge de paix ». Deux jours plus tôt, à Arma di Taggia (Italie), une transaction portant sur 11 kg de cocaïne a manqué de dégénérer entre des Albanais et le Français Patrick Viégas, parti sans régler la marchandise estimée à 317 000 euros. Carmelo Sgro, un proche de la ‘Ndrangheta considéré comme l’intermédiaire entre les Français et les Albanais, compte sur Domenico Magnoli pour désamorcer le conflit.

Pour les enquêteurs, cette « réunion conspirative » a des airs de confirmationDepuis la saisie en juin 2018 de 20 kg d’herbe dans une voiture de location, ils entrevoient l’existence d’un réseau patronné par la mafia calabraise. L’arrestation d’une mule a mis les gendarmes sur la piste de Patrick Viégas, 32 ans. Une voiture louée au nom de sa mère escortait le convoyeur à son retour d’Espagne et le contrat de télépéage de sa femme montre qu’il s’est rendu au moins une ou deux fois par mois en Espagne ces dernières semaines. A chaque fois avec des voitures de location. En deux ans, il a dépensé plus de 30 000 euros dans une agence d’Antibes. Patrick Viégas devient un objectif prioritaire : il est suivi, filmé, écouté.

Lire l’ enquête de Timothée Boutry et Vincent Gautronneau

relire

FRANCE 🇫🇷 ITALIE 🇮🇹 (Opération Ponente Forever – Côte d’Azur et Riviera): les Magnoli dans le collimateur de la justice

000000

Une villa d’un demi-million d’euros a été saisie par la Guardia di Finanza, à la demande du procureur de Palerme.

Le propriétaire Antonino Picciurro est un trafiquant de cocaïne.

Dans une condamnation, pour des actes commis en 2007, il a été rapporté  que l’homme, pendant une longue période, vivait habituellement avec le produit de la vente de drogue: lors d’une perquisition, 44 mille euros ont été retrouvés dans le chambranle de la cuisine.

source

000000

Aujourd’hui, nous sommes tous en attente de la décision de la décision de la justice britannique d’extrader ou non Julian Assange qui sera rendue le 4 janvier 2021, a annoncé la juge Vanessa Baraitser.

Il s’agit de sa onzième année de détention arbitraire, dont sept ans à l’ambassade de l’Équateur, et maintenant bientôt deux ans à Belmarsh , la prison de haute sécurité de Londres qui risque de se terminer par une peine de prison de 175 ans, s’il est extradé aux États-Unis.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Rien n’a changé!

Au pays de Cocagne qu’est la France, on continue à faire semblant de lutter contre les trafics de drogue et les duettistes de Beauvau continuent d’alterner les instruments qu’ils utilisent passant de la flute, aux flutiaux et pipeaux dans les prestations qu’ils donnent journellement!

———————————————————————————-

Un gigantesque trafic dissimulé, et une base secrète de plus…mais ça, c’était hier!

Encore une fois, Wikileaks démontre qu’il servait à quelque chose en révélant le détail de conversations de chefs d’états sur des sujets dont personne n’a souhaité parler jusqu’ici. Je vous ai conté ailleurs en détail cette incroyable affaire d’un Boeing 727 retrouvé calciné en plein désert. Je vous ai toujours dit que cette affaire était fondamentale, car l’énorme avion bourré de coke n’était qu’un petit bout d’un énorme iceberg, et avant tout un énorme scandale planétaire. Celui d’un trafic phénoménal de transfert de cocaïne sud-américaine vers le continent africain, pour la réexpédier en Europe, ou même vers les Etats-Unis, avec l’aval de gouvernements, tant les quantités transportées sont importantes.

 

Or, que révèle Assange à ce propos ? Ceci  : « Selon un télégramme diplomatique diffusé par Wikileaks et étudié par Le Monde, dans son édition du mercredi 05 janvier, « l’administration de l’aviation civile malienne, prévenue du fait que le certificat de navigabilité de l’appareil avait expiré, s’était vu interdire d’intervenir et d’enquêter sur le crash. En outre, les autorités de Bamako ont refusé de communiquer à ce sujet avec l’agence américaine antistupéfiants », révèle encore cette dépêche diplomatique. Mais voilà qui est plus que passionnant ! Un gouvernement qui refuse de collaborer sur une enquête concernant 5 tonnes au minimum et plutôt 10 tonnes de cocaïne selon les spécialistes ? La question que l’on se pose, avec les autorités maliennes, est évidement celle ci : « Pourquoi une telle inertie ? D’après Le Monde, qui cite une source diplomatique occidentale, « le président malien se trouverait redevable envers des personnalités qui ont négocié avec succès la libération d’otages occidentaux. Et certaines de ces personnalités seraient impliquées dans le trafic de drogue. » Que cela peut-il signifier ? Qui étaient ses négociateurs et quels étaient ces otages ? Les négociateurs auraient quelque chose à voir avec le trafic de drogue ? Le Mali, sur cette affaire a-t-il agi de son plein gré, où a-t-on fait pression sur lui pour étouffer l’affaire ?

Mieux encore : « Selon le site WikiLeaks, des éléments tendraient encore à prouver que l’aviation civile malienne avait été prévenue, notamment par le Nigeria et les Etats-Unis, des rotations de ce Boeing entre la Colombie et le Mali. Mais qu’elle n’avait rien fait, en l’absence d’ordre formel de sa hiérarchie, c’est-à-dire l’Etat malien. L’ordre d’enquêter étant tombé finalement trois semaines après la découverte de la carcasse de l’appareil… ». L’état Malien a donc freiné l’enquête, on s’en doutait un peu : logiquement, on aurait dû retrouver le numéro de l’appareil parmi les débris calcinés . Wikileaks a donc mis le nez dans quelque chose de très tordu, encore une fois. En prime, on apprenait que l’avion crashé avait déjà fait de nombreuses « rotations » avant de se faire détecter : un avion de ce tonnage atterrissant à plusieurs reprises avait fini par attirer tout le monde… y compris la DGSE, qui s’était souvenue pour sûr d’un autre 727 plein de drogue. Celui du prince Nayif bin Fawwaz al-Shaalan al-Saud. On imagine mal les services secrets français ne pas dépêcher un espion là-bas pour aller faire le tour de l’épave. Et on imagine sans problèmes le nom de celui envoyé…

L’allusion du président malien visait nécessairement un de ces concitoyens, mais pourrait aussi concerner un étranger, ce qui poserait un problème diplomatique certain : « redevable envers des personnalités qui ont négocié avec succès la libération d’otages occidentaux » aurait pu viser semble-t-il au départ le maire de Tarkint, qui avait effectivement beaucoup fait pour la libération de Pierre Camatte détenu par Abdelhamid Abou Zeid, après avoir été enlevé par des mafieux locaux (et « revendu » après à Abou Zeid). Celui-là, ou un de ceux venus complaisamment déposer à propos de la mort de Germaneau la thèse officielle… française, de la mort après l’assaut, en représailles de l’attaque du camp. Or, dans ce camp, avais-je signalé, qu’avait-on trouvé, sinon le propre fils d’un dignitaire mauritanien, Aboubacr Essidigh, qui « serait ainsi le fils de l’ancien député d’Aleg (ville mauritanienne), Yahya Ould Abdi ». Un Elu de l’Assemblée nationale mauritanienne et signataire d’un texte fustigeant l’attaque terroriste du 24 décembre 2008 à Aleg. Un texte émanant des « mauritaniens vivant aux Etats-Unis »  : « Les Mauritaniens vivant aux Etats-Unis appellent leurs compatriotes à s’unir et à mesurer à sa juste valeur la gravité de la situation. Nous avons affaire à des groupes fanatiques, idéologiquement alimentés par des Fatwas sans fondement, promues par des idéologues de la désespérance humaine et qui sont prisonniers d’une logique négationniste totalement incompatible avec le principe fondateur de l’Islam auquel se réfère le verset 256 de Sourate Al-Baghara « Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu’il croit en Dieu saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Dieu est Obedient et Omniscient. ». Notre Foi et nos convictions morales nous imposent de condamner et de combattre cette idéologie nihiliste. Il y va de notre avenir et de celui de l’humanité toute entière. » On comprend alors le problème du président malien, que Nicolas Sarkozy était venu supplier de libérer Camatte, en élargissant quatre prisonniers, des islamistes extrémistes ayant commis des attentats, justement. Yahya Ould Abdi avait-il participé aux négociations ? Etait-ce lui qui aurait été visé par la phrase d’ATT ?

Le négociateur aurait donc été lui-même empêtré dans le trafic ? Ça se conçoit aisément quand on sait comment ce dernier est sélectionné : « Le Malien Omar Ag Aly, un des médiateurs en 2008 ayant obtenu la libération de deux touristes autrichiens enlevés en Tunisie avant d’être transférés au Mali, se souvient que les commanditaires d’Aqmi ont, dans un premier temps, versé 7 500 euros aux intermédiaires ayant participé au rapt. « Les intermédiaires sont des volontaires ou des gens contactés par Aqmi pour enlever les otages. Le tarif varie selon les circonstances », affirme-t-il ». Un tarif qui peut être plus élevé encore (et qui peut donc faire naître des vocations. « Lors de l’enlèvement, le 14 décembre 2008, de deux diplomates canadiens dans la région de Niamey, rien que les intermédiaires se sont partagés plus de dix millions de FCFA (15 000 euros), car la distance était longue, les otages étant venus au nord du Mali », explique une source sécuritaire malienne. » Les négociateurs sont-ils pour autant complices ? A voir certaines transactions, on peut effectivement le penser : « Une fois la rançon versée, certains médiateurs ont droit à leur part. En 2004, « Ibrahim » faisait partie d’un groupe de médiateurs maliens ayant obtenu la libération d’une dizaine d’Européens retenus prisonniers au Mali : « Pour être franc, même les salafistes (membres d’Aqmi) ont donné de l’argent à certains d’entre nous quand ils ont eu la rançon », affirme-t-il ».

Cela semble une évidence : « Il se souvient avoir croisé, juste après la libération des otages, « un autre groupe de médiateurs, qui voulait monnayer ses services. Il y a beaucoup d’escrocs qui cherchent à se faire de l’argent ». L’un d’eux, surnommé « Monsieur commission », très connu dans le nord du Mali, est soupçonné d’être à la fois au centre d’enlèvements et de libérations d’otages : il est aujourd’hui l’un des plus importants propriétaires de bétail du Sahel ». Dans le cas de la libération de Pierre Camatte, on est même allé plus loin en relâchant des talibans : « Un autre Malien, « Omar le Sahraoui », qui avait été condamné en Mauritanie à douze ans de prison pour l’enlèvement d’Espagnols, a participé fin août à leur libération juste après avoir été extradé au Mali« . Pire encore, quand on découvre qui décide du sort des otages : « Dans le cas des sept otages (cinq Français, un Togolais et un Malgache) enlevés mi-septembre au Niger et transférés au Mali, après les preuves de vie, les revendications tardent à venir. « C’est normal. Les auteurs du rapt attendent de recevoir des ordres de leur hiérarchie basée en Algérie », affirme un responsable de la région de Kidal (nord-est du Mali) très au fait du dossier ». Et qui dit Algérie, dit plutôt RDS qu’islamiste, on le sait.

Donc si l’on résume : le gouvernement du Mali, celui qui a tout fait pour libérer Camatte, était donc parfaitement au courant du trafic de drogue, et devait donc aussi savoir d’où venait ce Boeing, et à qui il était destiné. Et devait aussi savoir que celui qu’il faisait libérer sur fortes pressions françaises n’était pas venu pour faire dans l’ONG mais bien pour examiner ce trafic, et même certainement s’être rendu sur le lieu du crash pour ramener des éléments d’enquête à Paris. Le trafic a persisté bien après : le 17 octobre 2010, des touaregs, soutenus par l’armée malienne, désormais, échangeaient des tirs près de Kidal avec des trafiquants, justement. Parfaitement au courant, mais manquant de moyens pour surveiller le territoire. « Nous sommes les otages d’une situation qui nous dépasse » constatait le président Amadou Toumani Toure (di ATT), visiblement incapable d’éradiquer le problème. Un aveu qu’il réitérera en décembre de la même année :« la bande sahélo saharienne, c’est la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, l’Algérie, la Libye , le Tchad et elle va jusqu’au Darfour. C’est le quart du continent africain. Quelqu’un va-t-il me dire qu’il y a une armée pour garder ça ? Il peut aller le dire ailleurs, mais à un général comme moi, s’il le dit, je ne réponds pas, par respect, mais, je sais que ce qu’il dit n’est pas vrai. ‘’ Et c’est l’opinion d’un ancien militaire !

Une théorie renforcée par l’ambassadeur des Etats-Unis au Mali qui évoque ainsi ses rencontres avec ATT : « Il a également parlé des nouvelles fissures entre les factions AQMI. Le succès du Mali a suscité un certain intérêt des voisins. ATT avait précédemment (et désespérément) demandé une coopération. Le message central d’ATT a été que le Mali s’est engagé résolument à l’action lutter AQMI. ATT a souhaité que les Maliens puissent maintenant compter sur des amis comme les Etats-Unis pour les aider dans cette lutte. Ses demandes spécifiques restent, comme indiqué précédemment : le transport et la logistique, les communications, le soutien du renseignement, la construction de petites bases, de points de repos pour les soldats maliens postés dans le désert et la réhabilitation de la piste d’atterrissage de Tessalit comme un point clé pour réaffirmer le contrôle de l’Etat sur le Nord. Il a également parlé d’une aide financière pour soutenir ses troupes. La discussion a porté sur la valeur possible des campagnes d’information pour renforcer le désaccord entre le Nord du Mali et d’autres Arabes et AQMI, et l’importance de rapidement mettre en place des programmes de développement dans le Nord pour donner des solutions de rechange ».

Devant une telle impuissance, on reste coi

Où sont donc passés les conseillers américains venus montrer au maliens dès 2007 comment mater ces fameux islamistes d’al-Qaida, en réalité des trafiquants de cocaïne ? A quoi ont servi les avions de surveillance dépêchés sur place, ce qu’avait révélé le crash du Dash 8 de l’U.S. Africa Command (U.S. AFRICOM), le 20 novembre 2009, soit 21 jours après le crash du 727 ? Un crash survenu faute de kérosène suffisant (!) à Tarakigné, village situé à 30 kms à peine de Kolokani. 5 jours après à peine, le général Ward rencontrait le Président de l’Algérie, et deux jours plus tard ATT. Lors de ce rendez-vous, ATT avait déclaré que « le Mali allait coopérer avec les pays amis pour essayer d’obtenir des informations sur la nature du vol et allait déposer des plaintes concernant la violation de son espace aérien auprès d’Interpol et auprès du Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime ». Or on sait par la dépêche de Wikileaks qu’il n’en a strictement rien fait : difficile de croire que ce soit de sa seule initiative. Il est évident qu’on a cherché à minimiser le crash du 727, qui montrait une pratique courante de transfert de grandes quantités de drogue dans la région. En réponse, « le général Ward a déclaré avec l’ambassadeur Milovanovic, que nous sommes très attentifs à la façon dont nous pouvons accroître la capacité de l’armée malienne à éliminer la menace. Les États-Unis cherchent à assurer un continuum de formation et de renforcement des capacités de maintenance. Garder les unités entraînées ensemble et utiliser le matériel fourni de manière durable pour aider le Mali à atteindre ses objectifs. » Bref il noyait complètement le poisson. Histoire de ne pas révéler les liens avec les trafiquants colombiens d’un côté et le DRS de l’autre, l’Algérie étant le but final en territoire africain pour la drogue. Lors de la prise d’otages du Niger, tragiquement terminée pour deux français, on le sait, le convoi de quatre voitures de preneurs d’otages se dirigeait vers… le Mali.

Mieux encore : le 8 décembre, le Major General David R. Hogg, commandant de l’Africom, déclarait que les Etats-Unis n’avaient pas de base en Algérie, et refusait d’évoquer le contenu des documents de Wikileaks y faisant allusion « repris par la presse française ». Le 14 décembre, devant les révélations trop pressantes, changement de déclaration : « les Etats-Unis songeraient à établir une base en Afrique du Nord » : selon l’agence UPI, une déclaration signifiant aussi que « les Etats-Unis allaient augmenter la traque d’Al-Qaida dans la région »  : on avait affaire à un scénario écrit à l’avance : celui d’amener dans les bagages un fantomatique Al-Qaida pour trouver le prétexte idéal pour installer des bases militaires. Dès le 30 décembre 2009, l’Algérie avait déjà accordé le droit de survol de son territoire aux EP-3 Orion américains, pour de la surveillance de type SIGINT. « Sabri Boukadoum (« le directeur général Amérique au ministère des Affaires étrangères algérien »), a demandé des informations sur la trajectoire de vol prévue de l’EP-3 dans l’espace aérien algérien (DCM a confirmé que, au départ de Rota, les missions consisteraient probablement à survoler la région sud-ouest, près de Tindouf), si l’aéronef chercherait à survoler la Mauritanie et le Mali à chaque mission (DCM a répondu que les missions seraient divisés entre celles principalement survolant le Mali ou la Mauritanie, mais pas les deux), et si la collecte se produirait à l’intérieur de l’espace aérien algérien (DCM a réitéré la notation dans laquelle l’avion ne servirait pas à recueillir des informations sur l’AQMI en Algérie à moins que le GOA ne le demande expressément). En somme, L’AQMI serait surveillé par les Orions américains… mais pas en Algérie même.

Or cette base existe : c’est celle où sont stationnés les Orion P-3, justement  : « et en cherchant un peu dans les différents articles de la revue, on peut retrouver un papier daté d’il y a quelques mois intitulé « Afrique : la nouvelle frontière militaire ». Il y est fait état du financement par le Congrès américain en 2005 et pour une durée de six ans de l’Initiative Transaharienne de Contre-Terrorisme (TSCTI). Doté de 500 millions de dollars, ce fond vise à financer notamment…une base en Algérie d’avions P3 Orion qui serait aujourd’hui en activité dans le sud du pays. Les avions P3 Orion sont à la fois des avions de reconnaissances et des avions de troupes. Selon un expert militaire algérien interrogé par « toutsurlalgerie.com », « il s’agit effectivement d’une base construite et modernisée par BRC Halliburton à Tamanrasset depuis 2004 pour accueillir ce type d’avions. Il y a actuellement en Algérie un P3 Orion américain ainsi que 6 avions Beech-1900 Hisar qui ont le même rôle de reconnaissance ». Ainsi après les exercices militaires communs entre les forces spéciales américaines et les forces spéciales algériennes racontés par Robert Kaplan dans son livre « Hog Pilots, Blue Water grunts » et dont « toutsurlalgerie.com » s’était fait l’écho, voici de nouvelles révélations qui attestent de la présence militaire américaine sur le territoire algérien. Déjà Kaplan citait un haut responsable militaire qui appelait à cette coopération sous forme d’une présence américaine permanente ». Et voilà comment on arrive à implanter une base fondamentale pour les USA dans un pays qui s’est toujours tourné jusqu’ici vers les russes pour ses équipements militaire : chapeau, non ?

Car c’est bien une base de la NSA qui a été installée : une base à « grandes oreilles »

Qui sert déjà à beaucoup de choses : « Depuis le début de l’épisode des deux touristes autrichiens enlevés dans le désert tunisien puis transférés dans le nord du Mali, les Américains semblent particulièrement bien informés sur la situation des otages et même l’endroit où ils pourraient se trouver. On peut difficilement ne pas faire un lien avec une éventuelle présence de forces américaines dans cette région, avec des moyens de reconnaissance efficaces de type…P3 Orion, par exemple » note El Watan. Les américains ont toujours su où étaient tous les otages, cela signifie, en effet. Grâce à des procédés bien rodés. En Irak, pour surveiller les groupes de terroristes, ils avaient laissé s’organiser un trafic de 4×4 neufs ou volés qui avaient tous une particularité : d’avoir des numéros de châssis US, tous, et d’être passés dans le même garage de Floride où leur était apposé une puce émettrice, captable de Boeing RC-135 River Joint de surveillance d’IEDs (redoutables il paraît) ou d’avion de taille d’un P-3… laissant la presse écrire « on ne sait pas où sont les otages de l’AQMI »…

Récemment, le FBI avait refait de même avec un étudiant... soupçonné d’avoir des liens avec Al-Qaida ! Une base où bientôt les Orions seront remplacés par des drones, dont les USA expérimentent aux Seychelles une nouvelle variante dotée d’un étrange chargement, à ce jour inconnue… un drone sous les ordres de l’Africom.

Il y en a déjà trois de positionnés. Pas d’armes à bord, c’est interdit avec les accords passés… avec Mahé et la République des Seychelles.

Si l’Afrique devient un nouveau Pakistan ou un nouvel Afghanistan, les drones tueurs sont déjà prêts…

source

000000

Maxi-opération contre le trafic de drogue dans trois provinces du centre-sud: 40 suspects

 

Le blanchiment d’argent, l’extorsion, le trafic de drogue et les délits fiscaux, c’était le business de deux associations criminelles différentes actives dans différentes régions du Centre et du Sud.

Les agents de la brigade mobile du quartier général de la police de Frosinone, ainsi que les soldats du commandement provincial de la Guardia di Finanza, ont pris de nombreuses mesures de sécurités et fouilles dans diverses villes.

La base opérationnelle était Sora, impliquait un groupe local et un groupe de criminels napolitains

Quarante suspects pour trafic de drogue, blanchiment, extorsion et délits fiscaux entre des membres de deux associations criminelles différentes actives dans différentes régions du Centre et du Sud.

Au cours de l’opération, la police a également procédé à des détentions de suspects de trafic de drogue et d’extorsion, à la disposition du parquet de Cassino, en raison d’une autre enquête qui était en cours depuis 7 mois et qui s’est focalisé sur la boutique des quartiers Storta, Monte Mario et Ottavia.

Des dizaines de recherches sont également en cours, à l’aide d’hélicoptères et d’unités canines anti-drogue.

source

000000

LIRE ou RELIRE

l’interview de Michel Charasse par Elise Lucet

°°°°

Pour Michel Charasse, »On ne fait pas la guerre avec le code pénal dans la poche ou avec des prières ou la bible ou le portrait de Mahomet »

Elise Lucet : Invité de Pièces à conviction, Michel Charasse, bonsoir…

Michel Charasse :
Bonsoir.

Elise Lucet :
Vous êtes l’ancien ministre du budget de 1988 à 1992 et sénateur du Puy de dôme, c’est la raison pour laquelle, nous sommes exceptionnellement au Sénat pour réaliser cet interview…Euh, vous ne souhaitez pas parler de, de l’affaire Marc Fievet…Est-ce que je peux vous demander quels étaient vos rapports, lorsque vous étiez ministre du budget avec ces aviseurs, je crois que vous avez souhaité les rencontrer, pourquoi ?

Michel Charasse : Lorsque je suis arrivé au ministère du budget en  mai…juin 88 , l’administration des douanes  dont l’une des fonctions importantes est de lutter contre tous les trafics …de drogue, d’argent,  euh, contre-façon..etc. prenaient par an à peu près 5 tonnes de drogue. Lorsque j’ai quitté le ministère le 2 octobre 1992, nous étions à 35 tonnes par an. C’est à dire multiplier par 5, par 7 pardon…

Elise Lucet : Oui !

Michel Charasse : En, en un peu plus de quatre ans………..Vous pensez bien que tout ceci a nécessité une organisation

Elise Lucet : Honhon !

Michel Charasse : Ou .une réorganisation….Bien entendu ce n’est pas moi qui est tout inventé, mais j’ai donné à la douane beaucoup de moyens…avec l’argent du contribuable, pour en faire une véritable arme contre les trafiquants et notamment les trafiquants de drogues

Elise Lucet : Et parmi ces armes, il y avait les aviseurs

Michel Charasse : Et parmi ces armes il y avait la collecte de renseignement et dans l’ensemble des renseignements, il y avait bien entendu les renseignements fournis par les aviseurs…

Elise Lucet : Beaucoup ?

Michel Charasse :  Des aviseurs plus nombreux, mieux organisés, des relais mieux organisés par l’intermédiaire des , des, des correspondants que la douane pouvait avoir à l’étranger sous couverture planquée ou officielle, attachés douaniers dans les ambassades etc. etc…Donc bien entendu, on a dû beaucoup, enfin beaucoup a été dû aux renseignements

Elise Lucet : Oui !

Michel Charasse : Et c’est d’ailleurs parce que l’affaire a pris une ampleur importante pendant le temps où j’étais au ministère, en  particulier avec la technique de ce que l’on appelle les livraisons contrôlées, c’est à dire l’infiltration de nos aviseurs ou quelques fois de douaniers d’ ailleurs, dans les réseaux de drogue

Elise Lucet : Oui !

Michel Charasse :  Et de fonctionnaires donc, de la douane, dans les réseaux de drogue..Euh, qui a conduit à…  justement un incident grave. ..Euh…entre 90 et 92, qui s’est retrouvé devant le tribunal de Dijon, puisqu’à l’époque la législation française n’autorisait pas la livraison contrôlée,…le code pénal

Elise Lucet : Vous parlez des quatre douaniers qui ont été incarcérés.

Michel Charasse : Voilà, donc il y a eu l’affaire de Dijon  et ces douaniers ont failli être condamné et ..euh, ils ne l’ont pas été que parce que d’une part j’ai fait voter la légalisation des livraisons contrôlées…. Comme je l’ai déclaré un jour, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre,

Elise Lucet : Oui

Miche Charasse : Quand on fait la guerre on fait la guerre…

Elise Lucet : Oui…
Michel Charasse : On ne fait pas la guerre avec le, avec le code pénal dans la poche ou avec des prières ou la bible ou le portrait de Mahomet

Elise Lucet :Donc si on veut coincer des trafiquants, il faut utiliser leurs méthodes !

Miche Charasse : Donc, très bien euh…Il faut utiliser leurs méthodes, il faut aller les chercher là où ils sont

Elise Lucet : Honhon.

Michel Charasse : Vous savez ce sont des tueurs, je parle pas du petit, du petit merdeux, du petit dealer, du pauvre gamin…

Elise Lucet : Non, non, on parle des Locatelli, des gens comme ceux qu’on a vu dans le reportage.

Michel Charasse : Etc… je parle, voilà, des gros. Ce sont des tueurs ! Par conséquent, on va pas attraper les tueurs en leur récitant des cantiques.

Elise Lucet : Alors, on en vient à la situation actuelle, si vous le voulez bien…

Miche Charasse : On tire d’abord et on discute après……………………….

Elise Lucet :……………….Euh, on va en venir à la situation actuelle si vous le voulez bien…

Michel Charasse : J’ai sur ce plan là, quand on a affaire à des tueurs, une notion  de l’État de droit qui est assez flexible…

Elise Lucet :.Michel Charasse, pour terminer, on a bien compris que vous ne vouliez pas parler du dossier de Fievet, mais est-ce qu’il y a en France … des aviseurs de la douane et là je parle pas forcément du moment où vous, vous y étiez, qu’on a laissé tomber…

Michel Charasse : ……………..A mon époque, je n’ai pas entendu dire qu’on avait laissé tomber qui que ce soit…

Elise Lucet : Donc, on laisse pas tomber les aviseurs ?

Michel Charasse :………Mais, on laisse tomber personne …Il faut laisser tomber personne. Lorsque vous êtes  engagé dans une bataille….Euh, et ben…Euh…Euh, vous faites le nécessaire pour sauver tous vos soldats…

Elise Lucet : C’est pas ce que Fievet a l’air de penser…

Michel Charasse : (6 secondes de silence) Chacun pense ce qu’il veut, moi je vous dis simplement que quand on voit les résultats qu’on voit, il faut bien que…euh, l’administration des douanes soit soutenue par son ministre et qu’elle soutienne tous ceux qui collaborent, fonctionnaires ou non à ses activités.

Elise Lucet : Michel Charasse, merci d’avoir répondu à nos questions.

0000

 

Depuis cet interview, tous les hauts fonctionnaires de la Douane française ont refusé d’assumer les actions menées par Marc Fievet pour le compte de la DNRED.

Plus fort, le TA (tribunal administratif) a refusé le témoignage de Christian Gatard, l’officier traitant de Marc Fievet certifiant que ce dernier n’avait jamais manqué d’honneur envers la Douane.

Il semblerait que l’honneur ne soit pas une vertu connue par les DG Comolli, Viala, Duhamel, Cadiou, Auvigne, Mongin, Fournel, Crocquevieille, Gintz et Braun-Lemaire.

Le dossier de Marc Fievet est toujours classé « SECRET DÉFENSE »

000000

 

NARCO-BUSINESS: le trafic se déplace, se transforme, s’adapte.

Publié: 5 octobre 2020 par Marc Fievet dans 36, Aeronarcotrafic, Afghanistan, AFRIQUE, Albanie, Algérie, Allemagne, AMERIQUE CENTRALE - CARAÏBE, AMERIQUE du NORD, AMERIQUE du SUD, Andorre, Argentine, ASIE, Asie centrale (Kirghizstan - Kazakhstan - Ouzbékistan - Tadjikistan - Turkménistan), Australian Customs and Border Protection Service., AUSTRALIE, Équateur, Balkans, BAN, Belgique, Belize, Benin, Blanchiment, Bolivie, Brésil, C3N, Canaries, Cap-Vert, Carabinieri, Côte D’Ivoire, CELTIC, Chili, CHINE, Colombie, Corse, Costa Rica, Customs and Border Protection, Cyberdouane, Cybergendarmes, DEA (USA), Djibouti, DNRED, Douane française, Drogues, Espagne, EUROPE, EUROPOL, France, FSKN (Russie), Gendarmerie, GIBRALTAR, GRC - RCMP (Canada), Guadeloupe, Guardia Civil, Guardia di Finanza, Guardia di Finanza (Italie), Guatemala, Guinée Bissau, GUYANE, Haiti, HM Customs Excise (UK), Honduras, Indonésie, INTERPOL, Irán, Irlande, Italie, Justice, La Réunion, Laos, LUXEMBOURG, MAFIA, Mali, Malte, Maroc, Martinique, Maurice, México, Narco-logistique, NARCOTRAFIC, Narcotrafic INFOS, Narcotrafic maritime, NCA, Nicaragua, NS 55, OCEAN INDIEN, OCRTIS, OFAST, Pakistan, Panama, Paraguay, Pays de transit, Pays producteurs, Pays-Bas, Pérou, Police, Policia, Puerto Rico, Saint-Martin, Sainte-Lucie, Salvador, Santo Domingo, Sardaigne, Sénégal, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, Suisse, SURV et BSI, SVA, Thaïlande, TRACFIN, Turquie, UAR, UK, Uruguay, Venezuela, Vietnam
Tags:, , , ,

Avec leur bras armé, la DEA (Drug Enforcement Administration), les États-Unis frappent fort…

Mais le trafic se déplace, se transforme, s’adapte. Une nouvelle génération de trafiquants émerge à la fin des années 1970, qui recherche à la fois l’argent et le pouvoir.

Si Pablo Escobar est le plus emblématique de tous,  Totò Riina en Sicile, Khun Sa dans le Triangle d’or, et Félix Gallardo au Mexique ont aussi bouleversé le destin de leur pays et fait exploser le trafic à l’échelle mondiale.

Ils défient les États, menacent les pouvoirs en place.

Il faut près de vingt ans pour que ces derniers s’organisent et fassent tomber les quatre barons de la drogue.

000000

Hier, 1er octobre, une opération conjointe entre plusieurs forces de police a permis d’identifier une importante cargaison de cocaïne, bien cachée dans une salle de stockage scellée du cargo « Adrienne » battant pavillon libérien, qui se trouvait à quai dans le port d’Ancône .

Suite à la fouille laborieuse, effectuée par plus de cinquante hommes à l’aide d’unités canines, 216,68 kg .de cocaïne divisé en blocs ont été saisis. Le navire, soumis à saisie, est à la disposition de l’autorité judiciaire. L’un des membres de l’équipage a été arrêté.

« Les enquêtes à l’origine de l’intervention ont été coordonnées conjointement par les directions de district anti-mafia d’Ancône et de L’Aquila, – écrivent les procureurs Monica Garulli et Michele Renzo – qui souhaitent souligner une fois de plus le professionnalisme et l’efficacité des forces de police impliqué dans l’opération. Leur capacité à concevoir et à opérer à l’unisson leur a permis de multiplier l’efficacité de l’intervention et d’aboutir à un résultat qui, en raison d’une longue série de difficultés opérationnelles (parmi toutes, l’énorme taille du navire) n’était pas du tout évident« .

Des membres du personnel du Gico de la Guardia di Finanza d’Ancône, du groupe Guardia di Finanza d’Ancône, du département opérationnel Aéronavale d’Ancône, du commandement provincial des carabiniers de Chieti et du commandement provincial de la Guardia di Finanza de Chieti ont participé à l’opération.

SOURCE

000000

Les « indicateurs suggèrent que la disponibilité de la cocaïne en Europe atteint un niveau sans précédent », alerte cette agence européenne dans son rapport annuel publié mardi, qui se fonde sur des données collectées en 2018, l’année la plus récente disponible.

Les saisies de cocaïne y ont atteint un pic historique avec près de 181 tonnes interceptées, soit plus de 40 tonnes de plus qu’en 2017, année du précédent record. Le nombre de saisies (110 000) est lui aussi sans précédent. En parallèle, le niveau de pureté de cette drogue augmente depuis dix ans, alors que son prix de revente au détail « reste stable ».

C’est en Belgique (53 tonnes), en Espagne (48 tonnes) et aux Pays-Bas (40 tonnes), dont les ports constituent les points d’entrée maritime historiques de la cocaïne en Europe, que les saisies ont été les plus importantes en 2018.

Les marchés du darknet

L’OEDT s’inquiète d’ailleurs de « l’infiltration par des groupes criminels organisés des chaînes d’approvisionnement logistiques, des routes maritimes et des grands ports ». Outre la cocaïne, l’organisme pointe « l’augmentation des saisies de grandes quantités […] de résine de cannabis et, de plus en plus, d’héroïne acheminées par la mer ».

Le rapport montre également l’impact de l’épidémie de Covid-19 sur le marché des drogues. Si le confinement quasi général en Europe a fait chuter le transport aérien, « le trafic par voie maritime s’est poursuivi aux niveaux d’avant la pandémie ».

En parallèle, « les consommateurs et les revendeurs se sont tournés vers les marchés en ligne du darknet, les plateformes des réseaux sociaux et les services de livraison à domicile ».

source et lire en totalité

°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pour lutter contre cette déferlante, ce qui nous rassure, ce sont les plateformes de signalement comme PHAROS en France!

Un bémol pourtant… surtout pas plus de dix signalements par jour!

000000

 

Lu dans  » GENDinfo « 

 

Auteur : la capitaine Sophie Bernard – publié le

Illustration © Ministère de l’Intérieur/B.CHAPIRON

Après plus de deux ans d’enquête portant sur un trafic international de cannabis et de cocaïne, la coopération franco-italienne a fini par payer ! Mardi 15 septembre, l’engagement de près de 600 gendarmes et carabiniers de part et d’autre de la frontière a permis d’interpeller plus de quarante personnes impliquées, dont plusieurs membres de la mafia calabraise.

Ce n’est pas tous les jours que les gendarmes français traitent une affaire où la mafia italienne est partie prenante ! En juin 2018, un Varois est interpellé alors qu’il revient d’Espagne avec 20 kg de cannabis. Les militaires de la Brigade de recherches (B.R.) de Draguignan commencent à tirer le fil d’une enquête qui va se révéler riche en surprises ! Il apparaît en effet rapidement que l’ampleur du dossier nécessite de changer de braquet : cet individu, s’approvisionnant régulièrement en cannabis et cocaïne en Espagne et en Île-de-France, pour revendre sur la Côte d’Azur, possède parmi ses nombreux clients des ressortissants italiens pas tout à fait comme les autres…

Des contacts pris avec les carabiniers de Gênes montrent que certains des ressortissants italiens ciblés appartiennent à la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise de sinistre réputation, et font l’objet d’une enquête italienne dénommée « PONENTE ».

L’alliance France-Italie : « Forever » !

Dès lors, tout s’accélère ! Au printemps 2019, une cellule d’enquête baptisée « FOREVER » est créée. Placée sous la direction de la Section de recherches (S.R.) de Marseille, elle est armée par des militaires des groupements du Var et des Alpes-Maritimes, qui accompagnent les investigations de bout en bout.

Dans la foulée, elle s’associe à ses voisins génois et l’Équipe commune d’enquête (ECE) « PONENTE-FOREVER » voit le jour : une première franco-italienne s’agissant de la thématique mafieuse ! La coopération remarquable entre les forces, mais aussi entre leurs magistrats respectifs du parquet anti-mafia de Gênes et de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille, facilite grandement les investigations.

Les enquêteurs peuvent notamment poursuivre les filatures au-delà de la frontière, sans attendre les autorisations, et se communiquer plus facilement différentes pièces de procédure.

En mars 2020, la S.R. de Paris leur vient également en appui, avec le groupe interministériel de recherches de Créteil, permettant d’approfondir le volet francilien et de s’intéresser au rendement financier lié au trafic. Le GIGN et les groupes d’observation et de surveillance de Marseille et de Paris complètent le dispositif pour pister ces criminels chevronnés.

Un coup de filet impressionnant

Si les surveillances et opérations techniques confirment le cheminement de la drogue, elles mettent également en évidence le train de vie élevé des trafiquants et les autres activités criminelles auxquelles ils se livrent, comme des transactions d’armes et des vols d’argent ou de stupéfiants auprès de leurs concurrents !

Finalement, le 15 septembre dernier, une opération judiciaire internationale est lancée, engageant pas moins de 450 gendarmes et 120 carabiniers de part et d’autre de la frontière.

Avec l’appui du GIGN et de plusieurs unités d’intervention, 34 personnes sont interpellées simultanément en différents points du territoire français et 11 membres de la ‘Ndrangheta subissent le même sort en Italie.

Les perquisitions menées ne laissent aucun doute sur l’envergure de l’entreprise criminelle démantelée : cinq armes de poing, un fusil et un pistolet-mitrailleur, des balises et des brouilleurs, 1 kg de cocaïne et du matériel de conditionnement, 700 000 euros en numéraire mais aussi 500 000 euros sur des comptes bancaires, six véhicules haut de gamme et des dizaines de montres de luxe. Ce montant déjà impressionnant de saisies devrait continuer d’augmenter, puisque les enquêteurs, appuyés par la Cellule régionale d’avoirs criminels (CERAC) de la région PACA, poursuivent leurs investigations pour traquer l’argent des trafiquants.

Cette très belle opération atteste de la volonté commune des pays européens de lutter ensemble contre les différentes mafias et groupes criminels sévissant sur leurs territoires respectifs.

source

000000

Des dizaines d’arrestations, des saisies de tonnes de cocaïne et des millions d’euros: c’est le résultat de la maxi opération internationale anti-drogue de la police d’État « Los Blancos », coordonnée par le parquet de Florence, qui a impliqué la capitale toscane et d’autres villes italiennes , ainsi que de nombreux pays étrangers et qui a permis de vaincre le cartel criminel considéré comme le chef des groupes albanais spécialisés dans le trafic de drogue sur le continent.

Trente ressortissants albanais sont détenus en prison, tenus pour responsables, pour diverses raisons, des crimes d’association criminelle visant le trafic international de drogues, la possession et le trafic de drogue.

Compétence confirmée des Albanais

L’opération «  Los Blancos  » démontre que les criminels albanais ont de grandes compétences, venant traiter directement avec les «  cartels  » des trafiquants de drogue latino-américains, entretenant avec eux des relations stables. d’une superstructure criminelle albanaise », sorte de« dôme », d’où descendent les directives stratégiques, a déclaré le procureur national anti-mafia,

Federico Cafiero De Raho, lors d’une conférence de presse dans la salle du bunker de la Cour de Florence, pour expliquer les résultats de cette maxi-opération.
«Le procureur de la République de Florence, complimentant le procureur Giuseppe Creazzo, qui est le protagoniste de cette opération d’une grande importance dans la lutte contre la drogue, démontrant sa capacité à se projeter sur le territoire international. Et cette capacité trouve une base solide en présence effective d’Eurojust, qui relie et coordonne les enquêtes au niveau européen « .

« Il s’agit d’une opération internationale, qui est également très importante, qui a mis en évidence le rôle des trafiquants de drogue albanais – a expliqué le procureur national anti-mafia – et a montré la force des capacités des organisations criminelles albanaises, qui ont établi des relations stables avec les trafiquants de drogue sud-américains « .

« Les organisations criminelles albanaises, a poursuivi Cafiero de Raho, « opèrent avec une couverture extraordinaire dans divers pays européens, les trafiquants de drogue albanais agissant de manière permanente directement en Amérique du Sud et aux Pays-Bas, contrôlant les départs et les arrivées de chargements de cocaïne dans les ports européens. , en particulier à Anvers et à Rotterdam « .

« La capacité de pénétration des criminels albanais a également été démontrée par la découverte de l’existence de leur propre marque («Bello») qui était imprimée sur les tourteaux de cocaïne importés en Europe. « La marque sur les blocs, presque comme un gage de la qualité du produit, est une nouveauté absolue et surprenante, qui a émergé en cinq ans d’enquêtes« , a souligné Cafiero de Raho.

Les enquêtes ont également révélé que les importantes sommes d’argent obtenues grâce au trafic de cocaïne étaient recyclées par des sociétés chinoises opérant aux Pays-Bas et en Angleterre.

L’activité d’enquête complexe a été menée dans le cadre d’une équipe d’enquête conjointe composée du service central des opérations de la direction centrale de lutte contre la criminalité, de la brigade mobile de Florence, du Finec néerlandais et de la direction centrale des services de lutte contre la drogue, avec la coordination d’Eurojust et d’Europol. , de la Direction nationale anti-mafia et antiterroriste et de la Direction centrale de la police criminelle.

La conférence de presse a été suivie par le vice-président d’Eurojust, Filippo Spiezia; le procureur en chef de la République de Florence Giuseppe Creazzo; le directeur de l’Unité du crime organisé d’Europol, Georgios Raskos; le procureur adjoint au parquet d’Amsterdam, Justine Asbroek; le directeur de la direction centrale de lutte contre la criminalité, Francesco Messina; le directeur central des services antidrogue – Division générale de la Guardia di Finanza Antonino Maggiore; le directeur du service international de coopération policière de la direction centrale de la police criminelle, le général de brigade des carabiniers, Giuseppe Spina.

source

000000

Vingt-cinq personnes ont été interpellées dans le Var et les Alpes-Maritimes ce mardi

Un Azuréen est soupçonné d’avoir alimenté une mafia italienne en cocaïne.

« La ‘NDran… quoi ?«  Lors d’une comparution à Grasse dans une affaire de détention d’arme (un 357 Magnum barillet rempli retrouvé dans sa villa dont la façade venait d’être mystérieusement criblée de 44 impacts de kalachnikov), Antoine Magnoli, dit « Bubu », avait juré ses grands dieux qu’il n’avait rien à voir avec la mafia, fut-elle calabraise.

Pas blanc bleu certes, mais sans lien avec la terrible ‘Ndrangheta. C’était en 2016!

L’arrestation de Domenico Magnoli, 39 ans, son jeune frère, pourrait conforter les justices italienne et française, elles qui, depuis quinze ans, soupçonnent les Magnoli d’être, avec d’autres Azuréens également interpellés ce mardi, les correspondants la mafia calabraise dans le sud de la France.

Les Magnoli sont surveillés comme l’huile sur le feu.

C’est cette surveillance qui permet de mettre au jour en 2015 l’affaire « haschisch contre cocaïne ». Les juges antimafia italiens et français la baptisent « trait d’union ».

Les enquêteurs suivent à la trace un voilier, parti du Maroc le 30 mars 2015 avec une cargaison de 400 kg de cannabis.

Le Relmabi repart toutes voiles dehors de Martinique, les cales regorgeant de pain de cocaïne pure.

Au large de Saint-Martin, il est arraisonné par des commandos de la Marine nationale. Les magistrats auraient alors la preuve qu’Antoine Magnoli a planifié ce coup lors d’une rencontre en Calabre avec un émissaire de la ‘Ndrangheta.

 

lire plus   –   Par Jean-François Roubaud

000000

Les polices de plusieurs pays européens ont arrêté mercredi 17 personnes dans le cadre d’une vaste opération contre un réseau criminel de trafic de drogue, ont annoncé les forces de l’ordre néerlandaises.

Ces arrestations ont été effectuées notamment grâce à des informations interceptées sur le système de téléphonie crypté EncroChat utilisé par le crime organisé, a fait savoir la police dans un communiqué.

L’action, menée en collaboration avec les polices belge et espagnole, a conduit à l’arrestation de 17 personnes âgées de 25 à 68 ans.

Des raids ont été effectués simultanément dans « des dizaines d’endroits » aux Pays-Bas, en Belgique, en Espagne, en Hongrie et en Slovaquie, a indiqué la police néerlandaise, précisant que des stupéfiants, des armes à feu, des voitures et de l’argent liquide ont été saisis.

La plupart des suspects sont soupçonnés d’être impliqués dans un trafic de drogue et des activités de blanchiment d’argent. Certains sont également accusés de possession illégale d’armes, selon la police.

LIRE

000000

L’opération a été déclenchée par la convergence entre les enquêtes menées en Italie et en France qui concernaient Carmelo Sgrò, un entrepreneur du bâtiment résidant à Sanremo, lié, également par des liens parentaux, au clan Gallico de Palmi, et un trafiquant de drogue français en relation avec la famille Magnoli de Gioia Tauro, qui vit sur la Côte d’Azur depuis des années.

Les enquêtes ont permis d’identifier l’existence d’un réseau actif entre l’Italie, la France, la Belgique et les Pays-Bas intéressés par le trafic et la distribution d’armes et de grandes quantités de drogue.

Les enquêtes du Ros de Gênes, lancées en 2018, ont permis de reconstituer de multiples ventes de drogues (cocaïne, haschich et marijuana) et d’armes (dont des armes de guerre comme le Skorpion et l’AK 47 – Kalachnikov) entre Sgrò et le suspect français réputé respectivement à la tête des réseaux opérant en Ligurie et sur la Côte d’Azur, avec des ramifications en Belgique et en Hollande.

Un groupe d’Albanais a été également identifié, comme fournisseur de grandes quantités de cocaïne.

13 personnes ont été interpellées par les Carabinieri à l’issue de la maxi opération «Ponente Forever» qui, entre l’Italie et la France, a conduit à l’arrestation de 46 personnes.

Dans les heures qui ont immédiatement suivi l’opération, sont apparus les noms des personnes arrêtées côté italien:

Axel Carbone, 24 ans, Simone Calvini, 46 ans, Samuel Scurti de 34 ans, Luca Colombi, 43 ans, Carmelo Sgrò de 38 ans et Raffaele Vitale, 50 ans, tous de Sanremo; Mirko Loiacono 33 ans d’Imperia; le Français Domenico Magnoli, 39 ans, Patrick Anthony et Elisa Quentin, 32 ans; Jacopo Vargiu, 25 ans, de Boissano et l’Albanais Armand Kercuku, 33 ans.

0000

Selon les carabiniers italiens, cette
opération conjointe entre les carabiniers de Gênes (Ligurie, nord-ouest) et la gendarmerie de Paris et Marseille, avec l’aide de l’agence européenne de coopération judiciaire Eurojust, a permis d’arrêter à requête de la justice italienne 14 personnes «pour détention et trafic d’armes et de drogues, fabrication et détention de fausses pièces d’identité, ou aide à la cavale d’un membre de la «’Ndrangheta», la mafia calabraise.

En outre, 32 autres personnes soupçonnées d’»association de bande armée, trafic de drogues et vol» ont été arrêtées sur requête de la justice française, toujours selon ce communiqué des carabiniers, qui évoque des saisies, dont la nature n’a pas été précisée, d’un montant de 900’000 euros.

«Cette opération de grande envergure conduite dans le cadre d’une équipe commune d’enquête placée sous l’autorité conjointe de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille et du parquet anti-mafia de Gênes a permis de démanteler une équipe criminelle française sévissant dans le sud de la France ayant partie liée avec la mafia calabraise, la «’Ndrangheta», a-t-il ajouté.

Cette enquête, lancée en 2018, a permis de «mettre en évidence l’existence d’un réseau actif entre Italie, France, Belgique et Hollande dans l’approvisionnement et la distribution d’armes et d’énormes quantités de stupéfiants», ont encore précisé les carabiniers.

Source

0000