BELGIQUE 🇧🇪 : démantèlement d’un réseau international de narcos soupçonné d’avoir importé en Belgique plus de 15 tonnes de cocaïne via les ports d’Anvers et de Rotterdam

Armes à feu, voitures, téléphones portables cryptés, montres de luxe, chevaux… Un large éventail de biens a été saisi, ainsi que « plus de 1,6 tonne de drogues en vrac ».

Le réseau était soupçonné d’avoir des ramifications en Espagne et en Colombie.

En Belgique, un laboratoire de transformation de la cocaïne a été « démantelé », un autre lieu de stockage perquisitionné, et « des dépôts de déchets chimiques » ont été découverts. Près de 600 kg de cocaïne ont été saisis.

SOURCE

000000

BENIN 🇧🇯 (Sèmè-Kpodji) : saisie d’un stock de 2.575 kilos de cocaïne

Mario Mètonou, le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), via un communiqué de presse, informe que 2.575.35 kilos de cocaïne ont ete découverts dans un entrepôt de stockage qui se trouvait à Ekpè PK 10 dans la commune de Sèmè-Kpodji. Il est la propriété de Zafer El Dorr, un libanais. Celui-ci l’a loué à Kouadio Kipre, un ressortissant ivoirien.

L’enquête qui s’est ouverte suite à la découverte de ces stupéfiants a déjà permis d’interpeller 11 individus. C’est ce qu’indique le communiqué du procureur spécial de la Criet

Des suspects de plusieurs nationalités

Ces suspects sont de diverses nationalités. Il y a d’un côté les africains ( béninois, des togolais burkinabé) et de l’autre les européens ( hollandais, allemands) et libanais

SOURCE

000000

PAYS-BAS 🇳🇱 : Mark Rutte dans le collimateur de la mafia de la cocaïne

Le Premier ministre dans le collimateur de criminels”, écrit De Telegraaf. “Mark Rutte bénéficie d’une sécurité renforcée après des signaux selon lesquels il pourrait être la cible d’une attaque ou d’un enlèvement.”

Selon le journal d’Amsterdam, le Premier ministre sortant est entouré, depuis peu, de policiers spécialement entraînés pour affronter ce type de dangers.

LIRE dans Courrier International

000000

PAYS BAS 🇳🇱 (Rotterdam) : les 4 tonnes de coke arrivaient du Surinam

Le conteneur contenait aussi du bois et se dirigeait vers une entreprise en Pologne.

Lire

0000

ÉQUATEUR 🇪🇨 (Quito) : dites le avec des fleurs !

Les fleurs partaient

pour

les Bataves d’Amsterdam

Un citoyen détenu et plus de 20 kilos de cocaïne saisis sont le résultat d’une opération de contrôle des drogues menée par la Police nationale dans la zone de fret de l’aéroport international Mariscal Sucre, situé au nord-est de Quito.

La drogue aurait été camouflée dans les cartons qui séparent les bouquets de fleurs d’un envoi apparemment destiné à la ville européenne d’Amsterdam, aux Pays-Bas.

source

000000

COCAÏNE (narco-transport) : EUROPOL jamais avare de constat, mais quant à se décider à sécuriser les ports, c’est autre chose!

La Belgique et les Pays-Bas sont devenus les principaux centres de transit de la cocaïne en Europe, dépassant l’Espagne comme principale route d’approvisionnement, a révélé ce mardi 7 septembre 2021 Europol, l’agence de police de l’Union européenne.

Profitant de l’augmentation de l’offre de cocaïne, principalement en provenance de Colombie, des bandes criminelles utilisent les villes portuaires de Rotterdam, Hambourg et surtout Anvers pour expédier la drogue aux Pays-Bas, d’où elle est distribuée dans toute l’Europe.

« L’épicentre du marché de la cocaïne en Europe s’est déplacé vers le nord », a déclaré Europol, qui a produit un rapport de 27 pages avec l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) basé à Vienne.

« L’augmentation des expéditions de conteneurs dans les ports à haut volume d’Anvers, Rotterdam et Hambourg a consolidé le rôle des Pays-Bas en tant que point d’étape. »

000000

BRÉSIL 🇧🇷 (terminal à conteneurs de Paranaguá) : la police fédérale a saisi 333 kg de cocaïne

La police fédérale a saisi, aux premières heures de ce samedi 28/08, un chargement de 333 kg de cocaïne.

La cargaison de cocaïne était conditionnée en comprimés et une partie du produit a été retrouvée à l’extérieur d’un conteneur par les responsables de TCP (Terminal à conteneurs de Paranaguá). L’autre partie a été trouvée par les employés du Port et par la Police à l’intérieur du conteneur.

La drogue était destinée au port de Rotterdam, aux Pays-Bas.

SOURCE

000000

BRÉSIL 🇧🇷 (opération ‘Tamoios’) : des bateaux et des ‘narcoplongeurs’ pour transporter de la cocaïne d’Espírito Santo dans l’État de Rio de Janeiro jusqu’au port de Rotterdam, aux Pays-Bas 🇳🇱

Au cours de l’enquête, qui a duré environ deux ans, les agents de PF ont saisi 14 voitures de luxe. Six propriétés haut de gamme étaient également situées à Rio et Mangaratiba, dans la région métropolitaine de l’État, et à Guarapari, Espírito Santo, en plus de 200 kilos de cocaïne (dans un bateau et dans une voiture) et 827 000 R$. En deuxième lieu, la bande a utilisé de petits bateaux de pêche et des plongeurs professionnels.
Huit suspects ont été arrêtés dans lors de cette opération Tamoios.

source

000000

NARCO-LOGISTIQUE: les grandes routes du haschisch marocain vers ses fumeurs en Europe

Si le haschisch est cultivé au Maroc, son parcours pour arriver vers les consommateurs en Europe traverse plusieurs pays que ce soit par voie terrestre ou maritime.

Lire

0000

AVISEUR INTERNATIONAL : les toutes dernières « NARCONEWS » via Twitter

NEDERLAND 🇳🇱: Tons of cocaine found in Rotterdam and Curaçao 🇨🇼

Authorities in Rotterdam discovered 2,100 kilos of cocaine in banana pulp containers on Friday.

The drugs that were found in Rotterdam were discovered in a container from Costa Rica. The company to which the container was likely not involved in the drug. 

That same day, the coast watch in Curaçao found over one thousand kilos of cocaine on a speedboat. Authorities detected the drugs after they received an alert of a speed boat near the coast which they suspected to be smuggling narcotics.

Read more

°°°°°

Les garde-côtes de Curaçao ont intercepté avant-hier un hors-bord avec à son bord douze contrebandiers, 1050 kilos de cocaïne et 275 kilos de marijuana. Des coups de feu ont dû être tirés pour forcer le bateau à s’arrêter.

Lire plus

0000

MAROC 🇲🇦 (Rabat) : depuis près d’un mois, grand bal des tartuffes au Parlement marocain

« Pour des raisons thérapeutiques », disent-ils… Depuis près d’un mois, le sujet du cannabis est au centre des débats au Parlement marocain. Non pour renforcer les contrôles et torpiller le trafic de cannabis, mais pour légiférer sur sa légalisation. Voilà qui va donner des « hallucinations » au voisin européen …

217 tonnes. C’est la quantité de cannabis et d’herbe, saisie par les services de la sûreté nationale et la surveillance du territoire national pendant le confinement sanitaire. 600 kg en octobre de l’année 2019, découverts, cette fois, par les gendarmeries de Narbonne et de Clermont-Ferrand. Trois mois plus tôt, 27,3 tonnes soigneusement dissimulées dans des véhicules de transport international, au port de Tanger-Med. En 2018, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) avait mis la main sur 52 tonnes de résine de cannabis. En 2017 : 700 tonnes, selon un rapport d’Etat américain sur le trafic de drogue.

Mais ce dernier rapport ne s’est pas contenté de jouer les comptables : il pointe les intérêts du Royaume dans ce trafic, insistant notamment sur les gains qu’il en a tirés en 2017 : le magot correspondrait “à 23 % du PIB marocain, soit plus de 100 milliards de dollars”. Une mine d’or pour le Maroc, mais un camouflet pour l’Europe: “principale destination de ce trafic, qui transite par l’Espagne, avant d’irriguer le Vieux Continent”, précise le rapport.

Il n’y a pas de fumée sans feu

Fait curieux : les autorités marocaines laissent faire les trafiquants, tout en s’empressant à pondre des communiqués victorieux sur la baisse de cette criminalité. Pourtant, il suffit d’un détour par le nord du pays pour le constater : les champs de cannabis s’étalent sur plusieurs hectares. Sans qu’il y ait un raclement de gorge de la part des autorités. Mais chut… Le dernier qui a joué à l’enfant d’Andersen – cet enfant qui criait : “le roi est nu” -, c’est l’Office des Nation-Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) : depuis quatorze ans, il est interdit de réaliser des enquêtes de terrain.

Car rien ne doit venir souiller “le habits neufs de l’empereur”. Au Maroc, le cannabis n’obéit pas seulement à des intérêts économiques : il est cultivé principalement dans la région frondeuse du RIF. Là-bas, c’est le trafic qui permet de nourrir de nombreux habitants. Plus de 800.000 personnes, selon ce dernier rapport des Nations Unis. La moindre intervention des gendarmes contre les trafiquants attire des milliers de manifestants dans les rues. Depuis des décennies, le Royaume s’est retrouvé devant un choix cornélien : soit les priver de cette manne et prendre le risque de raviver les tensions, soit fermer les yeux et devenir lui-même complice. Tout compte fait, il a préféré verser dans le double jeu : l’interdire sur papier, pour faire bonne figure et le tolérer dans les faits, pour “acheter” la paix sociale. Question de stabilité du trône.

C’est sûrement pour rompre avec cette tactique que le royaume alaouite a décidé de tourner la page de l’illégalité du cannabis. Sous couvert de la dernière décision des Nations Unis de retirer cette drogue de sa liste de stupéfiants, députés et ministres marocains déboulent dans les machettes, pour puiser leur science dans la littérature médicale et préparer l’opinion : le gouvernement a conscience des vertus « thérapeutiques » du cannabis … “iI faudrait au Maroc un cadre légal et réglementaire sur ce sujet, car la répression seule a montré son inefficacité. Elle est injuste dans notre contexte“… “Il serait plus rentable, en termes de santé publique, d’être plus efficace dans la lutte contre le tabagisme…”, “Aujourd’hui, nous gagnerons tous si ce débat se faisait sereinement, loin de toutes polémiques politiciennes stériles”. Effectivement, tout le monde trouvera à y gagner : le Royaume peut compter sur les trafiquants pour renflouer ses caisses ( il pourrait gagner 1 milliard par an ) et les trafiquants peuvent compter sur le Royaume pour devenir … « officiels ». C’est royal !

Les régions concernées sont connues de tous les “aficionados” de « la marocaine » : Chefchaouen, Taounate ou Al Hoceima. Là-bas, il existe différentes qualités de poudres, appelées Chira. La plus communément produite est Sandouk, cueillie dans son état brut, puis transformée en poudre par les exploitants marocains ou des opérateurs étrangers.

Dans les rues pittoresques de Chefchaouen, grand fumoir à ciel ouvert, la beuh passe de mains en mains.

Les trafiquants courent les rues étroites. Souvent la barbe et à la casquette des policiers nonchalants. La dernière tendance ? Jouer les guides touristiques à travers les champs et les ateliers de transformation de la drogue. Pour vendre leur “science” à ces touristes qui ont les euro, mais pas le savoir-faire : comment la drogue est cultivée, comment elle est transformée, comment – surtout – repartir avec un « petit lot » et passer sous les radars des douanes : “si vous voulez acheter une grande quantité, je vous montrerais comment faire passer la marchandise en Europe, sans le moindre problème.

tout lire

000000

ESPAÑA 🇪🇸 (Benemerita y Policía Nacional) : desarticulan una red que traía droga de Países Bajos a España

La Policía Nacional y la Guardia Civil han culminado una operación contra una red de narcotráfico entre España y Países Bajos y que se ha saldado en sus tres fases con 48 detenidos y la incautación de importantes cantidades de diversas sustancias estupefacientes.

En total, los agentes realizaron en las tres fases de la operación 35 registros distribuidos en ocho provincias diferentes: A Coruña, Alicante, Badajoz, Baleares, Córdoba, Madrid, Toledo y Valencia.

También bloquearon decenas de propiedades inmobiliarias y empresas que conformaban el entramado criminal.

LEER

000000

PAYS-BAS 🇳🇱: découverte d’un énorme laboratoire de drogues de synthèse

AFP/Marcel Van Hoorn

Il s’agirait du plus grand et plus professionnel site de production de drogues de synthèse jamais découvert aux Pays-Bas

Ce qui pourrait être le plus grand laboratoire clandestin de drogues de synthèse jamais découvert aux Pays-Bas a été mis au jour dans la nuit de jeudi à vendredi dans le sud-est, a annoncé la police néerlandaise.

Lire

Le laboratoire pouvait fabriquer plus de 100 kilos de drogues de synthèse quotidiennement, d’une valeur marchande d’un million d’euros par jour.

PLUS

0000

Hollanda’nın Rotterdam limanında 1 ton 760 kilogram kokain ele geçirildi

Rotterdam Savcılığından yapılan açıklamada, Kosta Rika’dan gelen bir gemideki konteynerde, güvenlik güçlerinin yaptığı kontroller sırasında, patates çuvallarının içerisine yerleştirilmiş 1 ton 760 kilogram kokaine el konulduğu belirtildi.

Okuman

0000

PAYS-BAS 🇳🇱 (Rotterdam) : la cargaison de patates douces était assaisonnée à la coke

Saisie de 1.760 kilos de cocaïne dans le conteneur chargé de patates douces en provenance du Costa Rica.

Source

0000

ROTTERDAM 🇳🇱 : drei Tonnen Kokain zwischen Bananenpüree

Der niederländische Zoll hat im Hafen von Rotterdam drei Tonnen Kokain im Straßenverkaufswert von 225 Millionen Euro entdeckt. Das Rauschgift wurde vor zwei Tagen in einem Container aus Ecuador zwischen Fässern mit Bananenpüree entdeckt, teilte die Staatsanwaltschaft am Freitag mit.

LESEN

000000

PAYS-BAS 🇳🇱 (Rotterdam) : la cargaison de 500 kilos de cocaïne destinés à l’Irlande 🇮🇪 avait été transformée en charbon de bois

La cocaïne qui était présentée sous l’aspect de charbon de bois a été retrouvée dans deux conteneurs maritimes en provenance d’Amérique du Sud, arrivés au port de Rotterdam, aux Pays-Bas.

Selon les enquêteurs de la Garda Síochána, la police nationale et le service de sécurité irlandais, ces envois faisaient partie d’une tentative d’importation d’une demi-tonne de drogue dans leur pays.

source

000000

PAYS-BAS 🇳🇱 (Port de Rotterdam) : les 3 tonnes de cocaïne saisies par les douaniers bataves devaient partir en Suisse 🇨🇭

Les douaniers néerlandais ont saisi trois tonnes de cocaïne cachées dans des cuves de purée de banane dans un conteneur en provenance d’Équateur.

La coke, cachée dans un conteneur en provenance d’Amérique du Sud était à destination de Bâle (Suisse), a été découverte dans le port de Rotterdam lors d’un contrôle de routine……

source

0000000

PAYS-BAS 🇳🇱 (Amsterdam) : le journaliste néerlandais Peter R. de Vries meurt une semaine après s’être fait tirer dessus

Grièvement blessé par balles le 6 juillet en pleine rue à Amsterdam, le journaliste d’investigation, spécialisé dans les affaires criminelles, est décédé ce jeudi après une semaine entre la vie et la mort.

source

000000

MOCRO MAFIA : Qui est Ridouan Taghi qui avait mis Peter R. de Vries sur liste noire ?

Qui est donc ce Ridouan Taghi, dont le nom revient inlassablement depuis la tentative d’assassinat du journaliste néerlandais Peter R. de Vries ?

Et pour cause : celui-ci faisait partie de la liste noire du mafieux, pour avoir été le conseiller et le confident du principal témoin à charge contre lui, l’ex-criminel le plus recherché du pays, arrêté à Dubaï en 2019. L’hypothèse selon laquelle l’organisation a mis ses menaces à exécution est aujourd’hui la plus pesante.

Lire

0000

PAYS-BAS 🇳🇱 (Amsterdam) : Peter R. De Vries, le journaliste blessé par balles en pleine rue, était une cible pour la narco mafia  

Peter R. De Vries

Un journaliste star, spécialisé dans les affaires criminelles, a été grièvement blessé par balles.

L’ombre de la Mocro Maffia plane.

Cette organisation dirigée par Ridouan Taghi, un Marocain résident au Pays-Bas, était devenue dans les années 2010 un acteur majeur du trafic de cannabis et de cocaïne aux Pays-Bas mais aussi en Europe. Finalement arrêté à Dubaï en 2019 et extradé, Taghi est actuellement jugé pour six meurtres ou tentatives.

Lire

0000