EUROPE 🇪🇺 (Eurojust): les drogues synthétiques sont en forte hausse

La production de drogues synthétiques est en forte hausse en Europe, alimentant un marché qui représente au moins 30 milliards d’euros par an, a déclaré lundi l’organisation judiciaire Eurojust

Au moins un tiers des cas de trafic renvoyés à l’unité européenne de coopération judiciaire Eurojust au cours des cinq dernières années concernaient des substances artificielles telles que la méthamphétamine et d’autres nouvelles drogues, a indiqué l’organisation dans un rapport.

Les criminels ont également intensifié leur utilisation du «darknet» et des communications cryptées pour vendre des drogues synthétiques pendant la pandémie, a souligné Eurojust, basée à La Haye.

lire plus

000000

Les NARCONEWS sur TWITTER

000000

FRANCE 🇫🇷 (cyber-enquêteurs de la Police) : les trafiquants passaient leurs annonces sur les réseaux sociaux, via des sites comme Snapchat ou Telegam.

Le travail des policiers de Saint-Malo et des cyber-enquêteurs de la police judiciaire a permis de remonter jusqu’à eux. Les perquisitions de la camionnette de livraison et de leur domicile ont permis de saisir plus de 500 grammes de résine de cannabis, un peu d’herbe, une trentaine de grammes de cocaïne et 550 bonbonnes de gaz hilarant. Quatre téléphones portables, 7.110 euros en liquide et plusieurs produits de conditionnement ont également été découverts.

Les deux jeunes ont été présentés au parquet ce vendredi 2 avril. Ils auront bientôt rendez-vous devant la justice.

Pour le commissaire Guillaume Catherine : « Cette affaire met en relief le travail des cyber enquêteurs qui occupent une place de plus en plus importante dans nos enquêtes. C’est une première pour la police judiciaire de Rennes dans le domaine de la cyber criminalité pour une affaire de stupéfiants,« .

source et plus

000000

NARCO-COMMUNICATIONS : le site Skyecc.com a été saisi par les autorités fédérales américaines (DEA, FBI, US Marshals Service) et par la Gendarmerie royale du Canada

Le site de Sky Global, réseau de téléphones chiffrés accusé de vendre principalement ses solutions à des criminels, a été fermé. Il affiche désormais une notice des autorités américaines et britanniques.

Sur la page d’accueil du site Skyecc.com, on peut en effet voir depuis mercredi 17 mars un message avertissant que « ce nom de domaine a été saisi » par les autorités fédérales américaines (FBI), avec l’appui de la police canadienne et de divers services américains.

Selon le site Vice, qui a consulté des communications internes de Sky Global, l’entreprise a annoncé à ses clients, mercredi qu’elle allait cesser temporairement ses activités, assurant chercher des solutions alternatives pour relancer le service Sky ECC. Dans ce message, le président-directeur général (PDG) argue notamment que l’un de ses partenaires, le constructeur Blackberry, a mis fin à leur collaboration.

Une grande opération des autorités belges

Sky Global, gestionnaire du service Sky ECC, est une entreprise canadienne qui vend des téléphones entièrement chiffrés, c’est-à-dire que leur contenu n’est pas lisible des forces de l’ordre si elles saisissent un téléphone : pour y accéder, l’utilisateur doit nécessairement disposer d’une clé de déchiffrement. Ces téléphones utilisent une messagerie spécifique et ne peuvent communiquer qu’entre eux. Le service Sky ECC utilisait des téléphones de constructeurs connus, comme Blackbery et Apple, et les transformait pour en renforcer la sécurité.

Cette décision intervient après que le ministère de la Justice ait inculpé le PDG de Sky, Jean-François Eap, et un ancien distributeur présumé des téléphones pour avoir prétendument vendu leurs appareils pour aider les trafiquants de drogue internationaux à éviter les forces de l’ordre. Le site Web de Sky affiche maintenant également une bannière «Ce site Web a été saisi», y compris les logos du FBI, de la DEA, du US Marshals Service et de la Gendarmerie royale du Canada.

SOURCE et plus

000000

INTERNET (Modération de contenus « illégaux ») : la Russie menace de faire disparaître Twitter du pays

Les autorités russes ont annoncé mardi donner un mois au réseau social américain Twitter pour supprimer les contenus « illégaux » de sa plateforme, sous peine de blocage dans le pays.

La Russie a donné un premier coup de semonce la semaine dernière en « ralentissant » le fonctionnement du réseau, qu’elle accuse de ne pas avoir supprimé des contenus incitant les mineurs au suicide, contenant de la pédopornographie ou des informations sur l’usage de drogues.

Lire

0000