FRANCE 🇫🇷 (SURV de la Douane – BSI du Perthus) : interpellé avec 276 kilos de haschich , le chauffeur roumain attend son procès… libre

Le poids lourd se présente au péage du Boulou ce 15 mai. Il transporte des palettes de pièces métalliques, chargées près de Barcelone et qui doivent être livrées à Berlin.

Le chauffeur roumain a été interpellé au Boulou quand les douaniers ont découvert le cannabis caché au milieu des palettes disposées dans la remorque de l’ensemble routier.

Fait très rare lors de saisies de telles quantités, le routier n’a pas été incarcéré dans l’attente de son procès mais a été placé sous contrôle judiciaire.

Explications

000000

AFRIQUE (golfe de Guinée) : 1.730 kilos de cocaïne saisis par la Marine française sur un bateau de pêche

Une frégate française a intercepté un petit navire de pêche sans pavillon qui naviguait dans le golfe de Guinée au large de l’Afrique de l’Ouest

Le petit navire de pêche de 20 mètres de long a vu fondre sur lui une frégate de la Marine nationale française et un porte-hélicoptères amphibie. Dimanche, une importante saisie de drogue a été effectuée par les autorités françaises dans le golfe de Guinée. D’après la Préfecture maritime de l’Atlantique, 1,7 tonne de cocaïne a été découverte à bord du bateau de pêche.

Source et plus

L’opération s’inscrit dans la mission Corymbe pour défendre les intérêts français dans le golfe de Guinée, parmi lesquels figurent des missions de lutte contre l’insécurité maritime et les trafics illicites.

L’équipage de la frégate Courbet est intervenue au large de la Guinée. ©Marine nationale

0000

SANTO DOMINGO 🇩🇴 (Dirección Nacional de Control de Drogas) : confiscados 494 paquetes de presumiblemente cocaína

La Dirección Nacional de Control de Drogas (DNCD) anunció este viernes que fueron confiscados 494 paquetes de presumiblemente cocaína, en medio de una operación de interdicción realizada en las costas de la provincia Peravia.

Los agentes de la DNCD y efectivos de la Armada movilizaron equipos marítimos y terrestres, tras recibir informes de que varios individuos a bordo de una lancha rápida (tipo GoFast), intentarían introducir un alijo de presuntos narcóticos a territorio dominicano.

Iniciada la operación, que duró poco más de 12 horas, las autoridades interceptaron la embarcación de unos 25 pies de eslora, a varias millas náuticas al sur de Punta Salinas, en cuyo interior se ocuparon 20 pacas, conteniendo los 494 paquetes de la sustancia.

fuente y mas

000000

FRANCE 🇫🇷 (Tours) : un homme âgé d’une vingtaine d’années a été retrouvé mort,

Une question de territoire et de dettes

Une violente bagarre a éclaté mardi 17 mai 2022 dans une allée du Sanitas, à Tours, opposant deux dealers du quartier. Un coup de poing a été fatal à un homme âgé d’une vingtaine d’années.

source et plus

000000

ESPAÑA 🇪🇸 (puerto de Barcelona) : la Agencia Tributaria (SVA) y la Policía Nacional han intervenido unos 1.500 kilos de cocaína ocultos en un contenedor

La cooperación con la agencia antidroga norteamericana (DEA) y la Policía Nacional de Panamá ha permitido que la droga no alcance el mercado.

La investigación comenzó con la detección de una organización criminal radicada en Panamá y Colombia. Esta banda intentaba hacer llegar cuatro contenedores hasta el puerto de Barcelona. Uno de ellos estaría destinado al transporte de la droga, pese a declarar llevar cartón prensado como mercancía legal.

fuente y mas

000000

FRANCE 🇫🇷 (SURV de la Douane) : saisie de 172 kilos d’herbe de cannabis dissimulés dans un chargement de câbles électriques qui devait être livré aux Pays-Bas

Le 11 mai 2022, en fin d’après-midi, les douaniers du Perthus ont procédé au contrôle d’un camion espagnol, à la barrière du péage du Boulou, sur l’autoroute A9.

Le chauffeur a déclaré aux douaniers venir de Barcelone et se rendre en Hollande afin d’y livrer des câbles électriques. Le camion a alors été dirigé vers le scanner mobile de la douane qui permet de réaliser des radioscopies du chargement.

source et plus

000000

COLOMBIA 🇨🇴 (Cartagena) : 1,8 toneladas de cocaina incautadas

Golpe al Clan del Golfo

El vicealmirante Ricardo Rozo, comandante de la Fuerza Naval del Caribe, explicó que “en la primera operación se desplegaron unidades de guardacostas con el fin de efectuar la persecución y posterior interdicción de una embarcación a bordo de la cual se transportaban 567 kilogramos del alcaloide.

De manera simultánea hombres de la Armada de Colombia, con el apoyo de la Fuerza aérea y la Policía Nacional, logran la incautación de 1.317 kilogramos del alcaloide dentro de un contenedor que se encontraba embarcado en una motonave de tráfico internacional que acababa de zarpar de Cartagena, tenía como destino final el puerto de Rotterdam en Holanda”.

fuente

000000

FRANCE 🇫🇷 (police judiciaire d’Angers) : les policiers saisissent 320 kilos de cannabis

Vaste coup de filet à Cholet et Nantes

La drogue était dissimulée dans un camion qui revenait d’Espagne.

Douze personnes ont été interpellées samedi 14 mai, à la suite de l’enquête menée par la PJ d’Angers.

LIRE

000000

COLOMBIE 🇨🇴 : le procureur paraguayen assassiné Marcelo Pecci, déterminé et lucide croisé anti-drogue

Marcelo Pecci enquêtait sur des affaires de corruption.

Au fil des heures, les autorités enquêtant sur le meurtre du procureur anti-corruption paraguayen Marcelo Pecci en Colombie ont commencé à découvrir ce qui pourrait être un stratagème criminel complexe à portée internationale.

« Ils l’ont tué parce qu’il dérangeait les bandits et les malfaisants ! » 

« Comment puis-je, comme procureur, comme directeur d’enquête, motiver les enquêteurs quand on se trouve confronté à ça ? » se demandait Marcelo Pecci à propos de la corruption, dans son interview à Telefuturo.

Asuncion (Paraguay) – Sans bruit, mais sans gants, Marcelo Pecci, le procureur paraguayen assassiné à 45 ans en Colombie, était un magistrat déterminé, méticuleux dans sa lutte contre le crime organisé, le narcotrafic, et n’hésitait pas à asséner des vérités à son pays, sur la corruption ou la menace des cartels.

A qui profite le plus ce crime ?

« Je demande instamment que les responsabilités soient vraiment assumées« , disait Marcelo Pecci dans une de ses dernières interviews télévisées, à la chaîne Telefuturo. « On ne peut pas utiliser comme excuse le fait qu’il y ait de la corruption« , ajoutait le magistrat dont les obsèques ont lieu dimanche dans la capitale paraguayenne. 

« La corruption est partout. Toutes les institutions abritent des acteurs de la corruption, mais il faut être ferme et chacun doit jouer son rôle. Sinon, on va sur le chemin de Juarez, de Sinaloa…« , mettait-il en garde, en référence au Mexique et à l’emprise de grands cartels de la drogue. 

Plus

000000

PERU 🇵🇪 (Lima) : incautan 800 kilos de cocaína en un camión de frutas

Las autoridades peruanas han interceptado más de 800 kilos de cocaína en una operación llevada a cabo en el área de Lima. La droga iba oculta en un camión de frutas.

fuente

000000

SALVADOR 🇸🇻 : dos ecuatorianos y un colombiano fueron capturados el 13 de mayo de 2022 por la Fuerza Naval

Dos ecuatorianos y un colombiano fueron capturados el 13 de mayo de 2022 por la Fuerza Naval de El Salvador, cuando se desplazaban en una lancha de bajo perfil a 488 millas náuticas de la costa de ese país. Según el presidente salvadoreño Nayib Bukele, los tres sospechosos llevaban 810 kilos de cocaína.

FUENTE y mas

000000

FRANCE 🇫🇷 (Douane – DNRED) : nos ‘médias de masse’ appelés ‘mainstream’ sont bien silencieux sur le déroulement du procès en cours

Des directives auraient-elles été données sous forme de conseils ou plutôt de souhaits pour que ce procès ne bénéficie pas de toutes les capacités de ces grandes rédactions ?

Espérons que le Journal du Dimanche fasse exception demain !

°°°°°°

DNRED (80 ans): ils sont venus, ils étaient tous là (ou presque)…

Belle assemblée constituée de Guy Gouin, Gérard Estavoyer, Joseph Le Louarn et Jean Henri Hoguet qui sont venus au siège de la DNRED pour fêter avec Jean Paul Garcia, les 80 ans d’existence du service.

Mais un peu d’histoire !

C’est dans ‘Association pour l’Histoire de l’Administration des Douanes’ que nous trouvons les explications de l’évolution de la DNED en DNRED

1988: de la DNED à la DNRED avec J.H. Hoguet

Dans le cadre de notre rétrospective de l’histoire des services d’enquêtes, de recherche et de renseignement de l’institution douanière française, le passage de la « DNED » à la « DNRED » constitue un séquence déterminante. C’est en 1988 que voit le jour une véritable direction du renseignement au sein du service.

Pour relater cette séquence, est reproduit ici l’éclairage apporté par Jean-Henri Hoguet, promoteur de cette mesure novatrice et chef du service à cette époque.


La Direction du renseignement

L’année 1988 a d’abord été celle de l’adjonction d’un pôle Renseignement à la D.N.E.D., devenue de ce fait D.N.R.E.D., suite à la parution d’un arrêté ministériel du 1er mars 1988 et de 1’Instruction Cadre du 19 mai. Comme proposé par le G.P.A. (Groupe Prospective et Action), le Centre de Documentation et d’Évaluation (C.D.E.), créé quelques années auparavant et qui, faute d’une doctrine bien établie et appliquée avec des moyens correspondant aux objectifs à atteindre, devait disparaître. Les moyens de l’ex -C.D.E, étaient transférés, au moins en partie, à la Direction du Renseignement. La partie Évaluation du C.D.E. était reprise, au niveau des principes, par la Direction générale et l’application pratique des règles relatives à la Valeur en douane relevait des Directions régionales à travers les bureaux de douane et les C.E.R.D.O.C.

Le C.D.E. avait été dirigé jusqu’ici par un directeur, flanqué de deux adjoints cadres supérieurs qui régnaient sur un effectif d’environ 70 agents. Le personnel, livré à des tâches peu exaltantes et mal encadré, relevait plus de la réserve indienne que de la troupe d’élite. Je reçus carte blanche de la D.G. – ce qui est rare – pour ne conserver que les agents que j’estimerais convenir à l’accomplissement des nouvelles tâches de renseignement. Ce contrat prévoyait toutefois que je devais garder le directeur. Je n’ai conservé qu’environ la moitié de l’effectif du C.D.E..

Pour faire fonctionner la nouvelle Direction du Renseignement, il fallait certes des « petites mains » non expertes, mais surtout un encadrement de spécialistes de la lutte contre la fraude. Or, où les trouver sinon chez les enquêteurs de la D.N.E.D. ? Je fis le tour des cinq divisions parisiennes de la Direction des Enquêtes et Recherches en expliquant aux agents ce que je voulais faire avec cette nouvelle Direction du Renseignement et de la Documentation, et les moyens que j’entendais y consacrer, y compris à l’étranger. Je demandais que chaque Division – sur la base du volontariat – me « prête » pour un an ses deux meilleurs agents, libre à eux si l’aventure leur plaisait, de rester un temps plus long à la D.R.D. Si cette expérience ne les satisfaisait pas, ils étaient assurés de retourner, au bout d’un an, dans leurs unités d’origine. Le pari était risqué – un enquêteur de classe n’aime rien plus que de faire des enquêtes avec un résultat probant au bout. Un enquêteur c’est avant tout un chasseur. S’asseoir derrière un bureau ou un ordinateur, peloter des listings ou confronter des séries de données n’a rien de très passionnant, encore que tout enquêteur prépare souvent son enquête de la sorte. Devant la réticence des enquêteurs à venir à la D.R.D., je leur racontais que j’avais rencontré à Londres, au siège de 1’Investigation Division, un enquêteur réputé qui, antérieurement, avait battu moult fois la campagne dans le cadre de ses investigations et qui maintenant se contentait de recueillir des informations, de les analyser et de lancer ses jeunes collègues sur les routes. Cet agent me disait qu’assis derrière son ordinateur, il éprouvait « une véritable jouissance chaque fois qu’il avait réuni le faisceau d’informations qui ferait tomber son client ». L’homme derrière l’ordinateur ajoutait : « avant je me déplaçais, maintenant j’envoie les autres et ça marche ». C’est ainsi qu’avec un peu de persuasion j’ai pu débaucher une petite dizaine (9 au départ) d’enquêteurs qui ont fait démarrer la D.R.D. Quelques-uns y sont restés plus d’un an. Je n’ai pas été ensuite ingrat avec ces agents qui m’ont cru et ont eu le courage de tenter l’aventure.

(…)


La mise en place de la nouvelle D.N.R.E.D.

Concernant le fonctionnement du service, on peut dire que 1988 a vu la mise en marche de la D.R.D. et le début de rapports nouveaux entre cette Direction et celle des Enquêtes Douanières. Nous revenions de loin car, au début, les enquêteurs de la D.E.D., soucieux de conserver leurs enquêtes d’initiative, niaient la nécessité, l’utilité et même la viabilité d’une Direction du Renseignement. Pour les enquêteurs, la Direction du Renseignement ne pouvait avoir qu’une tendance monopolistique et confiscatoire au regard de l’information opérationnelle.

A la D.E.D., on avait également innové. On avait monté des opérations faisant intervenir soit plusieurs échelons, soit une division parisienne et plusieurs échelons. Ces opérations concernaient des livraisons surveillées de stupéfiants naissant à la frontière espagnole et se terminant à Marseille, Lyon ou dans le nord, mais aussi d’autres opérations plus classiquement douanières relatives à un produit importé mais ayant des points de chute disséminés sur tout le territoire. L’importance de ces opérations amenait naturellement à évaluer leur coût en hommes, en matériel et en frais de déplacement et à tirer de cette évaluation des conséquences au regard de la rentabilité

(…)

La D.N.R.E.D. en 1989

Les 14 et 15 mars, je me rendis, en passant par Lille où je pris Bardu avec moi, à Anvers. Le but du voyage était d’examiner avec nos collègues douaniers belges les possibilités d’échanges de renseignements en matière de conteneurs arrivant dans ce grand port et dont une bonne partie était ensuite acheminée sur la France. Je m’aperçus qu’en Belgique la Douane a d’abord pour directive du gouvernement de ne pas freiner le commerce afin que le bon renom du port d’Anvers ne soit pas altéré. La vitesse du dédouanement primait donc la recherche de la fraude.

Les échanges internationaux de renseignements sur la fraude ne s’en développèrent pas moins en 1989. Le nombre des dossiers traités augmenta de 14% par rapport à 1988 et de 67% par rapport à 1985. Compte tenu des facilités que j’avais obtenues pour envoyer des agents en mission à l’étranger, le nombre des missionnaires passa de 26 en 1987 à 51 en 1989. Certaines de ces missions donnèrent d’excellents résultats sur le plan contentieux. Pour la première fois, une permanence H 24 fut instituée dans le secteur de l’assistance mutuelle avec l’étranger, en raison du développement de celle-ci et de la nécessité, dans certains cas, de réagir très vite. En 1989 également un système international de surveillance des navires suspects a été mis sur pied – Mar-Info – et une partie de la gestion du système fut confiée à la D.R.D. par nos collègues étrangers, Pour la première fois, un pays gérait en temps réel un fichier douanier et le mettait à la disposition des autres.

La D.R.D. commençait à être victime de son succès, car si les besoins en informatique pouvaient à peu près être satisfaits, il n’en allait pas de même pour ce qui concerne le renfort en personnel. Cette mème pénurie nous empêchait de nous lancer dans l’élaboration d’une structure apte à traiter l’information en matière de blanchiment.

A partir de septembre, la D.R.D. eut un nouveau patron. En remplacement de Pla, j’avais pu, en insistant beaucoup, faire nommer sur ce poste de directeur le chef d’échelon de Lille, Jacques Bardu. Tout son passé, y compris lorsqu’il était chef de subdivision dans l’Est, montrait qu’il savait recueillir l’information, développer des réseaux d’informateurs et faire des affaires sur renseignements. Son efficacité était même dérangeante pour certains, d’autant qu’il agissait et rendait compte après, chaque fois qu’il pressentait que la diffusion préalable de I’information était susceptible de retarder ou d’arrêter l’action. De plus, sa notoriété auprès de ses collègues chefs d’échelon était de nature à donner une crédibilité accrue à la jeune D.R.D.. Dès son arrivée, il mit sur pied un nouveau système de diffusion mensuel de l’information sur la fraude qui incitait les services destinataires à faire du retour d’information et créait 1’émulation entre ces services en publiant leurs résultats. Ce bulletin était en outre présenté sous une forme attractive, relevant plus de la bande dessinée que de la note administrative. Yvon Pelafigue, directeur interrégional à Lille, nous donna un très sérieux coup de main en mettant pendant plusieurs mois à notre disposition le dessinateur-douanier qui illustrait si bien notre document mensuel.

La D.E.D. quant à elle, si elle avait achevé sa reconversion du Change vers la Douane, n’en avait pas moins deux problèmes à résoudre pour s’adapter aux évolutions en cours. Alors qu’elle fonctionnait auparavant en circuit fermé concernant le renseignement qu’elle recueillait et exploitait directement, il lui fallait maintenant, non seulement admettre l’existence de la D.R.D., mais aussi participer à son fonctionnement en la pourvoyant en informations. Des progrès restaient à faire, spécialement pour les recherches, car le changement des habitudes mentales ne se réalise pas immédiatement à la suite d’une injonction, même forte. Le deuxième problème pour la D.E.D. était que ses unités apprennent à travailler entre elles compte tenu des dimensions nationales et internationales prises par la fraude, qu’il s’agisse de stupéfiants ou de fraudes commerciales communautaires. Devant la complexité ou la difficulté des dossiers à traiter, les agents se rendaient compte que la matière était en train de changer de nature et de dimension et que, pour mener à bien les enquêtes, il fallait mettre en jeu des moyens juridiques, techniques et matériels dont certains faisaient encore défaut (écoutes légales, coopération judiciaire internationale, mesures conservatoires sur les biens situés à l’étranger, etc.).

Jean Henri Hoguet

°°°°°°°°

Un peu d’histoire aussi !

Pour rejeter ma demande d’indemnisation, c’est Erwan Guilmin qui a été chargé de pondre un document mensonger.

Marc Fievet avec Gérard Estavoyer à Nice

____________________________________

Marc Fievet avec Jean Henri Hoguet à Saintes

0000000

FRANCE 🇫🇷 (Dordogne) : après la rave party de Jumilhac-le-Grand, les gendarmes ont dressé 400 amendes pour consommation de drogue

C’est SUD OUEST qui rapporte que le parquet de Périgueux a dévoilé que quatre procédures étaient diligentées pour trafic de drogue. 410 amendes délictuelles ont été infligées pour de la consommation de stupéfiants. 43 personnes ont été verbalisées pour conduites sous stupéfiants et sept pour alcoolémie.

000000

NARCO-BUSINESS : qui est donc Sergio Roberto de Carvalho ?

Connu aussi sous le nom de Paul Wouter et Carlos Sola, il s’avère qu’officiellement, Paul Wouter est décédé du Covid-19 à 10h50 le 29 août 2020 dans un appartement de la Calle San Juan Bosco à Marbella.

Sa mort à 54 ans, due au Covid, l’a empêché d’être poursuivi en Galice dans le procès alors pour les 2.500 kilos de cocaïne interceptés dans l’Atlantique en 2018 sur le remorqueur Titán III. (ex «Zumaia II»).

Les autorités brésiliennes ont informé les autorités espagnoles que les empreintes digitales et le visage de Wouter coïncidaient parfaitement avec ceux de Sergio Roberto de Carvalho, le trafiquant de cocaïne le plus recherché au Brésil .

Pour la police espagnole, Wouter était un homme d’affaires qui avait plusieurs entreprises d’importation de fruits de mer au Maroc et à Dubaï. Cependant, dans le dossier médical envoyé par les autorités brésiliennes en Espagne, Carvalho a organisé des opérations au Portugal, en Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Espagne.

Le major Carvalho, comme on l’appelle au Brésil depuis qu’il a été expulsé en 2008 de la police militaire pour ses relations avec le trafic de drogue, a été interpellé plusieurs fois en Europe et laissé une dernière trace en Russie, bien que l’on suppose aujourd’hui, « post mortem », qu’il aurait établi sa résidence à Dubaï.

000000

SANTO DOMINGO 🇩🇴 (DNCD) : 659 paquetes presumiblemente de cocaína fueron decomisados en las costas de la provincia Peravia

Un total de 659 paquetes presumiblemente de cocaína fueron decomisados en medio de un operativo de la Dirección Nacional de Control de Drogas (DNCD), la Armada de República Dominicana, la Fuerza Aérea y agencias de inteligencia del Estado, coordinados por miembros del Ministerio Público. 

Fueron apresados tres hombres: dos dominicanos y un colombiano.  

« Los equipos operacionales, desplegaron un amplio operativo aéreo, marítimo y terrestre, tras recibir informes de que los ocupantes de una lancha rápida (tipo eduardoño), procedente de Sudamérica, pretendían introducir un cargamento de presuntas sustancias narcóticas a territorio dominicano », informó la DNCD en un comunicado de prensa.

FUENTE

000000

BRASIL 🇧🇷 : sete traficantes são presos com mais de 400kg de droga no DF

Sete traficantes foram presos em flagrante, na noite deste sábado (7/5), com mais de 400kg de maconha.

O grupo criminoso vinha em três carros e, segundo as investigações, iriam fornecer a droga para todo o Distrito Federal. As prisões fazem parte de uma megaoperação desencadeada pela Polícia Civil (PCDF) com apoio do Ministério Público (MPDFT) e Polícia Rodoviária Federal (PRF).

mais

000000

ESPAÑA 🇪🇸 (Burgos) : la Policía incauta 4-CMC, una droga jamás vista en España

20 kg de esta droga se han incautado en Burgos y 240 kg en Amsterdam, en una operación que ha contado con la participación de la DEA.

Agentes de la Policía Nacional han intervenido en la ciudad de Burgos más de 20 kilogramos de una sustancia estupefaciente desconocida en España hasta ahora. Se ha identificado como 4-CMC, y por la que han sido detenidas tres personas. La operación ha contado también a la vez con la incautación de más de 240 kilogramos de 3MMC en Ámsterdam en una operación internacional.

La incautación de este alijo se ha llevado a cabo durante una operación policial que ha contado con la colaboración de la Administración de Control de Drogas de Estados Unidos (DEA) y la Policía Nacional de Países Bajos, informan desde la Dirección General de la Policía.

fuente y mas

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La 4-MEC (4-methylethcathinone) est une drogue de synthèse de la famille des cathinones. C’est un stimulant dont les effets sont proches de ceux de la MDMA/ecstasy.

La 4-MEC est principalement vendue sur internet.

Elle se présente sous forme d’une poudre blanche cristalline. Elle peut être vendue seule, ou en association à d’autres cathinones dans des mélanges appelés NRG-1 et NRG-2.

Appellations : 4-MEC, ecstasy légale, 4-methylethcathinone, 4-methyl-N-ethylcathinone, p-methyl-N-ethcathinone, 2-(ethylamino)-1-(p-tolyl)propan-1-one, Energy-1, Energy-2, Energy-3, NRG-1, NRG-2, NRG-3, Nutrition Rapid Growth…

source

000000

TANZANIE 🇹🇿 (Dar es Salaam) : suite à des renseignements, les policiers tanzaniens saisissent 180 kilos de cannabis et arrêtent 34 personnes

La police tanzanienne a affirmé samedi avoir saisi dix sacs de cannabis pesant 180 kilogrammes et arrêté 34 suspects suite à une opération qui s’est déroulée à Dar es Salaam.

Muliro Jumanne, commandant de la police de la zone spéciale de Dar es Salaam, a expliqué que le cannabis a été saisi dans la banlieue de Kinondoni de la capitale économique après que la police a été informée par des membres du public.

source et plus

000000

EUROPE 🇪🇺 (DROGUES) : un marché en pleine expansion et toujours rien d’efficace pour enrayer cette pandémie

Cocaïne et méthamphétamine, « menaces croissantes » pour l’Europe

C’est le Journal de Saône et Loire qui nous rapporte que : « Le vaste marché de la cocaïne dans l’Union européenne (UE) et celui de la méthamphétamine, plus petit, sont en pleine expansion et constituent une menace croissante pour la sécurité publique et la santé, ont averti vendredi Europol et l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA)« .

Ces deux agences de l’UE, dont le dernier rapport commun remontait à 2019, ont exposé le rôle pivot de l’Europe dans le développement des marchés de la cocaïne et de la méthamphétamine, lors d’une conférence de presse à Bruxelles. 

Un marché des drogues « plus diversifié »

L’UE est confrontée à une « menace croissante découlant d’un marché des drogues plus diversifié et plus dynamique, qui repose sur une collaboration étroite entre les organisations criminelles européennes et internationales », souligne le rapport.

« Cela s’est traduit par des niveaux record de disponibilité des drogues, une augmentation de la violence et de la corruption et une aggravation des problèmes de santé », a commenté Alexis Goosdeel, directeur de l’EMCDDA, organisme établi à Lisbonne. 

000000

MALI 🇲🇱 (Cocaïne et Héroïne) : ce pays enclavé, désormais consommateur, est depuis la décennie 1990 utilisé comme plate-forme logistique vers les marchés européens pour la cocaïne et l’héroïne

C’est le Journal du Mali qui nous rapporte que l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans un rapport d’évaluation de la réduction de la demande de drogues publié en 2017 précisait que :« Le phénomène a connu une expansion rapide au milieu des années 2000, comme conséquence directe des mesures répressives drastiques prises par les États-Unis. Désormais, les cartels des drogues latino-américains vont élire l’Europe comme marché de remplacement du marché américain et l’Afrique de l’Ouest comme plateforme d’acheminement vers ce marché » .

La nouveauté est que le pays de transition est devenu un consommateur considérable des stupéfiants.

Deux facteurs coexistants sont en cause, note l’ONUDC : l’immigration des Maliens en Europe et l’essor du tourisme européen au Mali. Un premier groupe de dealers d’héroïne est découvert dans les années 80 dans le quartier huppé de l’époque, l’Hippodrome. « Ces deux groupes ont importé les produits au pays et ont initié des personnes proches aux modalités de leur consommation. Quelques années auraient suffi pour faire émerger une génération d’usagers autochtones qui n’a jamais immigré en Europe ni été contact avec des touristes européens », indique-t-il.

Itinéraires divers

La drogue au Mali transite principalement, selon l’OSC, par l’axe Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) – Yorosso (Mali). Du cercle de Yorosso, une quantité est propagée à Ségou, qui ravitaille des villes du centre et du nord. Le reste s’achemine vers Koutiala, qui approvisionne Sikasso et Bamako par la route en contournant les points de contrôle des forces de sécurité. Souvent camouflés et dispersés dans des sacs de céréales ou de légumes, les stupéfiants traversent des localités de la région avant d’être stockés dans des fermes agricoles près de Bamako puis versés discrètement dans les marchés.

Au nord, « les psychotropes quittent le Niger, passent par Labbezanga et Ansongo et se retrouvent à Gao. Quant à la cocaïne, elle transite par la frontière algérienne », assure un notable de la localité. Selon ce dernier, de la ville, les drogues sont souvent acheminées par bateaux dans les localités, sur l’axe fluvial  Gao – Tombouctou – Mopti.

« Quant au réseau de la cocaïne, il opère par voie aérienne et sur l’axe Guinée – Kourémalé – Bamako. La route transahélienne, communément appelée autoroute A-10, qui passe par le nord du Mali, est à présent peu pratiquée en raison de la forte présence militaire et de la montée en puissance des FAMa », explique M. Keïta. Mais en 2009 un avion cargo, renommé par la suite « Air Cocaïne » s’est posé en plein désert à Tarkint, à une centaine de kilomètres de Gao. L’avion, qui venait du Venezuela, a été déchargé de son contenu puis incendié. D’autres réseaux du cannabis – haschich pratiquent « l’axe Ghana – Burkina Faso – Mali, celui Maroc – Mauritanie – Mali et l’axe Côte d’Ivoire – Mali ».

Nombreux acteurs

Autant les routes sont diverses, autant le sont les acteurs et les ramifications vont souvent loin. L’affaire Air Cocaïne et les récentes saisies et arrestations de personnes transportant de la drogue à l’aéroport international Modibo Keita de Sénou le prouvent. Certaines de ces personnes « sont issues des importantes diasporas ouest-africaines d’Europe et d’Amérique du nord et latine. Elles servent à la fois à établir des liens avec les cartels, les producteurs, les revendeurs et les intermédiaires sur le terrain, qui peuvent les aider et les soutenir en cas de problème, mais aussi à rapatrier les bénéfices vers l’Afrique sous diverses formes », explique la Commission ouest-africaine sur les Drogues (WACD). Selon elle, un baron de la drogue ouest-africain peut aussi bien être avocat, cadre supérieur ou homme politique que jeune déscolarisé ou passeur de diamants.

Dans le Septentrion malien, traditionnellement, ce sont les tribus Arabes lamhar du Tilemsi (région de Gao) et Bérabiche (principalement à Tombouctou et à Taoudénit) qui détiennent le quasi-monopole le trafic de drogue, indique une enquête d’International Crisis Group de 2018. Depuis, la sociologie des acteurs s’est complexifiée, à cause « des revenus générés par la drogue ». Selon notre source à Gao, « les groupes terroristes, sous couvert du djihad, et certains groupes d’ex-rebelles » s’adonnent également à la pratique. Ce qui est attesté par plusieurs rapports, dont celui très détaillé d’International Crisis Group. Ces groupes profitent de la déstabilisation de l’État et de plusieurs « No go zone » pour leurs trafics. De fait, le petit vendeur de la Tour de l’Afrique n’est que la partie immergée de l’iceberg.

Narcotrafic : le Mali en a plein le nez

par Aly Asmane Ascofaré

Source et plus

0000

FRANCE 🇫🇷 (Seine-et-Marne) : plus de 350 kilos de cannabis saisis

Lors de l’opération, la sûreté départementale était appuyée par différents effectifs : DCPJ, BRI, SOP 77 et échelon central du RAID.

Dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 avril dernier, interception de deux véhicules qui remontaient d’Espagne avec un chargement.

L’ensemble des objectifs visés ont été interpellés et tous placés en détention provisoire à l’issue de leur déferrement. Plus de 350 kg de résine de cannabis ont été saisis ainsi que d’importantes sommes en espèces.

SOURCE

000000

FRANCE 🇫🇷 (SURV de la Douane – BSI de La Rochelle) : 80 kg de cannabis saisis sur l’autoroute A10, près de Niort

Les douaniers de La Rochelle ont mis la main sur 80 kilos de cannabis dans la nuit du 2 au 3 mai, à Vouillé (Deux-Sèvres ). L’opération s’est déroulée sur l’aire d’autoroute de Poitou-Charentes. 

Source

0000

000000

NARCOTRAFIC : à l’heure de la Colombie, ‘InSight Crime’ organisera une table ronde virtuelle sur les principales conclusions de sa plus récente enquête : la révolution de la cocaïne au Venezuela

Aujourd’hui

À l’heure de la Colombie, InSight Crime organisera une table ronde virtuelle sur les principales conclusions de sa plus récente enquête : la révolution de la cocaïne au Venezuela.  

000000

🇻🇪 VENEZUELA’S COCAINE REVOLUTION

In 2013, Nicolás Maduro became president of Venezuela following the death of his charismatic predecessor Hugo Chávez. Since then, the country’s cocaine trade has undergone revolutionary changes.

Today, Venezuela is at risk of becoming the world’s fourth cocaine-producing country. And the Maduro regime has positioned itself as the gatekeeper to the country’s drug trade, controlling access to cocaine’s riches not only for drug traffickers but also for corrupt politicians and the military-embedded trafficking network known as the “Cartel of the Suns.”

The product of more than three years of investigations, hundreds of interviews and field work in all of Venezuela’s key drug trafficking territories, this InSight Crime investigation looks at one of the world’s most important cocaine trafficking hubs – and the authoritarian regime that keeps the drugs flowing.

Chapter 1

Venezuela’s Move to Cocaine Production: Crops, Chemists and Criminal Evolution:

CARTEL OF THE SUNS / 2 MAY 2022

In October 2021, the Venezuelan Ministry of the Interior issued an ordinary looking statement about an antinarcotics operation in the state of Zulia that had extraordinary implications: the military had…

READ

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Chapter 2

Maduro Seeks to Regulate the Cocaine Trade

CARTEL OF THE SUNS / 2 MAY 2022

In 2013, Nicolás Maduro became president of one of the world’s most important cocaine hubs, inheriting a unique drug trafficking eco-system where the line between the underworld and the state…

READ

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Chapter 3

Beyond the Cartel of the Suns

CARTEL OF THE SUNS / 2 MAY 2022

In 2020, the US Department of Justice released a bombshell indictment charging sitting Venezuelan President Nicolás Maduro and other senior members of his government with “narco-terrorism” and accusing them of…

READ

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Chapter 4

The Paraguaná Cartel: Drug Trafficking and Political Power in Venezuela

CARTEL OF THE SUNS / 2 MAY 2022

On April 3, 2021, police in the east Venezuelan state of Anzoátegui acted on a tip-off to intercept a silver Toyota Corolla. They interrogated the driver, a middle-aged woman accompanied…

READ

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Chapter 5

Gordito González and Venezuela’s Narco-brokers

CARTEL OF THE SUNS / 2 MAY 2022

In 2016, two adopted nephews of Venezuelan President Nicolás Maduro were found guilty of a conspiracy to bring 800 kilograms of cocaine into the United States.

READ

000000

000000

FRANCE 🇫🇷 : le trafic de cocaïne s’intensifie

Le nombre de consommateurs en France qui s’établit à 2,2 millions selon un chiffre du Parisien a quadruplé en 20 ans. Évidemment, aucun de ces usagers de la coke ne se perçoit comme un drogué ou un accro.

Lire

0000

FRANCE 🇫🇷 (Nîmes) : les gabelous interpellent un ressortissant allemand avec 30 kg de pollen de cannabis

C’est 20 minutes qui nous signale qu’un homme de nationalité allemande âgé d’une trentaine d’années sera jugé ce lundi en comparution directe par le tribunal correctionnel de Nîmes. Il a été interpellé jeudi soir sur l’autoroute A9, à hauteur de Vergèze, une commune du Gard située à mi-chemin entre Montpellier et Nîmes.

Les douaniers ont découvert, cachés dans l’habitacle, 30 kg de pollen de cannabis.

000000

SANTO DOMINGO 🇩🇴 (DNCD): incautan 700 paquetes de presunta cocaína en SPM

Agentes de la DNCD y efectivos militares, recibieron informes… Activaron las unidades navales y aéreas, que iniciaron un  operativo de persecución por aire, mar y tierra, que duró varias horas.

Logrando interceptar una embarcación de unos 27 pies de eslora, donde arrestaron a dos hombres e incautaron 24 sacos conteniendo la cantidad de 700 bloques.

En la operación conjunta, se ocuparon dos motores fuera de borda de 75 caballos de fuerza cada uno, 14 garrafones de combustibles, equipos de radio navegación y otras evidencias.

fuente

000000

ITALIA 🇮🇹 (Droga) : sequestrati 650 kg di cocaina nel porto di Gioia Tauro

Oltre 650 chilogrammi di cocaina purissima nascosti in un container carico di banane proveniente dal Sudamerica sono stati sequestrati nel porto di Gioia Tauro. 

Piu

0000

USA 🇺🇸 (DEA) : le premier ministre des Îles Vierges britanniques 🇻🇬 arrêté en Floride pour trafic de drogue

Le premier ministre Andrew Fahie, des Îles Vierges britanniques, a été arrêté jeudi en Floride et inculpé pour trafic de drogue et blanchiment d’argent, a annoncé le gouverneur de ce territoire d’Outre-mer du Royaume-Uni

«Il est de mon devoir, en tant que gouverneur, de vous informer que ce matin le premier ministre Andrew Fahie a été arrêté à Miami en raison de poursuites liées à l’importation de stupéfiants et de blanchiment d’argent», a déclaré le gouverneur des îles Vierges, John Rankin dans un communiqué.

ENTRAPMENT ?

Ce sont des « agents sous couverture » de la DEA, qui devaient lui donner , ainsi qu’à la directrice des services portuaires des Îles Vierges britanniques, Oleanvine Maynard, et au fils de cette dernière,  700.000 dollars en liquide pour les récompenser d’avoir fait passer de la cocaïne depuis la Colombie vers Miami et New York

Source

Les Iles Vierges britanniques qui comptent environ 35’000 habitants sont situées à l’est de Porto Rico et sont connues pour être l’un des principaux paradis fiscaux de la planète.

0000

ESPAGNE 🇪🇸 : démantèlement d’un réseau de trafic de cocaïne depuis le Maroc

La police nationale espagnole a démantelé un réseau de trafic de cocaïne transitant via le Maroc. En tout, dix personnes ont été arrêtées et une demi-tonne de cocaïne ainsi que 800 kilos de tabac saisis entre Séville et Cadix.

L’opération a été ordonnée par le tribunal de Séville après que la police a été informée de l’introduction d’une importante quantité de cocaïne dans des conteneurs dans la ville en provenance d’Amérique du Sud. À Algésiras, deux conteneurs ont été détectés en mars au port en provenance d’Asunción (Paraguay), en passant par l’Argentine et le Maroc.

source

000000