Archives de la catégorie ‘Pays de transit’

Le général de brigade Mohammad Ghanbari, chef de la police du Sistan et de la province du Baloutchistan, a annoncé lundi la saisie de 1 tonne 640 d’opium lors d’un affrontement entre la police et les passeurs sur les routes principales de Zahedan.

Le convoi transportait 1 640 kg d’opium, 27 kg de haschisch et 7 kg de cristal.

La police a également confisqué deux fusils AK47 et des munitions aux passeurs.

Deux délinquants ont été arrêtés et remis à la justice.

source

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Rien n’a changé en 20 ans, au contraire, de mois en mois, le constat est fait que les volumes saisis sont en constante augmentation alors que ces derniers ne représentent qu’un faible pourcentage des tonnages transportés!

 

000000

TEHRAN – Iran is the main partner in the fight against narcotics, and if excluded, the global attempt will not be successful, Amir Abbas Lotfi, spokesman for the anti-narcotics headquarters said. Stating that the anti-narcotics field is one of the main humanitarian and non-profit international activities, he stressed that no challenge or obstacle will undermine the determination of Iran to fight against drug trafficking.

He referred to the formation of a regional cooperation program consisting of Afghanistan, Iran, Pakistan, Turkmenistan, Tajikistan, Kyrgyzstan, Uzbekistan, and Kazakhstan and said “Because the source of drug production in the region is Afghanistan, the necessity of forming this regional program has doubled, while Iran is the main partner without which the struggle will not be successful.”

The “tripartite initiative” is another regional cooperation established between Iran, Afghanistan, and Pakistan under the auspices of the United Nations., he said.

Prior to 2007, there was an Iran-Afghanistan-Pakistan intergovernmental committee, which was initiated by Iran. But later the need for a UN presence on the committee was raised, which led to a structural change and the formation of a “tripartite initiative plus the UN”, he further explained.

He went on to note that the joint planning unit of the tripartite initiative is in Tehran, highlighting, very good measures have been taken in this area, including patrolling, conducting simultaneous operations, and exchanging information.

Afghanistan and Pakistan face financial constraints, and the United Nations has agreed to pay for the mission of Afghan and Pakistani agents to help streamline and mobilize this regional initiative, he added.

Any action in the region requires special attention to Afghanistan because any counter-narcotics must start from the beginning, at the same time, European and Western countries, as the main donors to the UN Fund, should not forget their responsibility, he emphasized.

Methamphetamine production in Afghanistan: a new challenge

Lamenting that being involved in the production of opium, heroin, and morphine for many years, he said that the new challenge for the countries of the region and the world in the fight against narcotics is the increase in production of methamphetamine in Afghanistan over the past two years.

In order to find a solution to this issue, several talks were held with Afghan officials in various meetings, and promises made to address the issue. Fortunately, the Afghan anti-narcotics officer is a member of the tripartite initiative, which we hope will lead to a reduction in methamphetamine production.

Lotfi expressed regret that the production of narcotics is largely due to the unrest in some parts of the country and hoped that the Afghan government will be able to enforce the law throughout Afghanistan, insisting that Iran is also fully prepared to provide the necessary support to Afghanistan at all levels to ensure that all narcotics are eradicated in this country.

Brigadier General Eskandar Momeni, Secretary-General of Iran Drug Control Headquarters said that in 2000, the total production of narcotics in Afghanistan was about 200 tons, which in 2017 reached more than 9,000 tons, an increase of nearly 50 times.

According to Momeni, about 500 tons of drugs were discovered in the first five months of this year, which has increased by 30 percent compared to the same period last year.

Iran seized some 1,000 tons of narcotics in the previous Iranian calendar year (ended March 20), putting the country in the first place in the world, Momeni said in July.

The United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) has praised Iran’s efforts to fight against narcotics trafficking on the occasion of International Day Against Drug Abuse and Illicit Trafficking.

The organization also officially announced that the world’s first place in the discovery of opium, heroin, and morphine belongs to Iran.

According to UNODC, Iran remains one of the major transit routes for drug trafficking from Afghanistan to European countries and has had a leading role at the global level in the drug-control campaigns.

UNODC World Drug Report 2020 estimates that in 2018, 91 percent of world opium, 48 percent of the world morphine, and 26 percent of the world heroin were seized by Iran.

Iran’s drug control efforts led to the seizure of 266 tons of different types of drugs during the period of April-June 2020, a 20 percent increase compared to the same period in 2019.

During the COVID-19 pandemic in Iran, Drug Control Headquarters provided and distributed Personal Protective Equipment (PPE) and other sanitary commodities among street users and NGOs working with drug users.

In the end, the anti-narcotic police and law enforcement of Iran held a burning ceremony of 90 tons of different types of drugs in provinces of Sistan-Baluchestan, Kerman, and West Azarbaijan, televised through the internet.

After the Islamic Revolution (in 1979), 3,800 were martyred, 12,000 were wounded and disabled in the fight against drug trafficking, Momeni announced.

Drug use is a complex health and social problem worldwide, with half a million people dying each year as a result of drug abuse, he lamented, adding, drug use has entered a critical condition, and the international community is determined to tackle the global drug problem.

FB/MG

source

000000

L’Histoire est toujours là pour faire comprendre des choses qui nous ont échappées et Belize n’échappe pas à la règle.

Nous avons vu dans des épisodes précédents que le trafic de cocaïne par avion s’est installé en trois étapes en Amérique Centrale ; ça a d’abord été de la contrebande, notamment des États vers le Mexique (1), puis du trafic de marijuana dans l’autre sens à l’arrivée de la vague hippie des année 70-80, pour se transformer en trafic de « colombienne », de la cocaïne à qui on a donné comme surnom celui du pays producteur principal à l’époque, qui a culminé avec la période Escobar des années 90 et ses Caravelle (2).

L’attitude des USA, durant toute cette période n’a cessé d’intriguer : le pays a déclaré officiellement faire la guerre aux trafiquants, mais officieusement il a nourri le trafic pour lui permettre en retour d’approvisionner la lutte anticommuniste devenue obsession sous des présidents tels que Nixon ou Reagan qui vont partager le même conseiller ; Edward Meese, chantre de cette guerre d’une rare hypocrisie.

 

Le célèbre Edwin Meese, le conseiller de Reagan, organisateur et planificateur du trafic de cocaïne nécessaire à la CIA, celui qui a reçu des mains du président-baudruche actuel la plus haute distinction civile existante aux USA (ici à droite) !!! Sidérant !!! Que n’a-t-on pas fait pour fournir en armes les Contras !!!

Dans ce marécage politique, la Jamaïque, point de relais obligatoire par avion de la « dope » sud-américaine se retrouve alors à utiliser un autre petit pays comme allié ; c’est bien entendu le Belize, en droite ligne le plus proche de l’île à « ganja » passée de porte-avions à coke…

Les tripatouillages américains à Belize remontent à bien des années…

lire la suite dans Coke en stock (CCCV) : la pierre de Rosette du trafic découverte à Santa Elena

000000

Dans un rapport présenté au Conseil de Sécurité le 8 juillet et publié le 7 août 2020 sur le site des Nations Unies, le groupe d’experts sobre Mali créé par le Conseil dénonce l’implication du Maroc dans le trafic de drogue au Sahel et son manque de collaboration dans la lutte contre celui-ci.

Lire

0000


La police anti-drogue de Santa Maria, en Colombie, a saisi dimanche dans le port de la ville 1.100 kilos de cocaïne à destination d’Anvers, a rapporté lundi le coordinateur du Programme de contrôle des conteneurs des Nations unies, Bob Van den Berghe.

La coke était emballée dans des caisses de bananes.

Lire

0000

D’un pays de transit, l’Algérie est devenue ces dernières années un pays consommateur de drogue, en particulier le cannabis et les psychotropes, de l’aveu même des officiels.

Les services de la Sûreté nationale ont saisi, durant les cinq premiers mois de l’année 2020, plus de 2 tonnes de cannabis, 985 014 comprimés de psychotropes et 1 kg de cocaïne, a fait savoir, fin juin, le chef de la lutte contre le trafic illicite des stupéfiants à la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), le commissaire divisionnaire Djamel Guessoum.

Ce dernier avait fait état, à l’occasion de la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues, de 19 340 affaires et plus de 23 000 individus arrêtés durant la même période. Guessoum avait souligné que la «majorité des affaires liées aux drogues ont été traitées par les services de la sûreté, grâce aux signalements des citoyens».

lire plus

000000

Quelle est la véritable capacité de feu montrée par le CJNG dans ses vidéos ?

Il a un avantage sur la plupart des forces de police et des organisations rivales, comme l’a établi l’économiste David E. Spencer dans l’analyse de cette cellule. Il a révélé que bien que le groupe de tueurs à gages surpasse les forces de l’ordre et ses rivaux rivaux, « une compagnie d’infanterie normale a l’avantage de CJNG dans de nombreuses catégories. »

Le médecin de l’Université Brigham Young a confirmé que le nombre de membres de ce groupe spécial est inférieur à celui d’une «compagnie de la force régulière»: 74 hommes visibles contre 100 à 150 pour une compagnie normale. En outre, il a souligné qu’elle était équipée comme une « armée normale » de casques, d’uniformes, de gilets de fournisseur et de bottes, mais qu’aucun membre ne portait de gilet pare-balles.

Dans l’analyse globale du véhicule, Spencer a rapporté que sur les 19 présentés dans la vidéo, 12 sont entièrement ou partiellement blindés par les magasins automobiles locaux.

Il a également révélé que les unités de transport CJNG ont des configurations différentes et 4 châssis différents, une capacité plus ou moins grande pour protéger leurs passagers et leurs moteurs, et sont conçues pour une utilisation temporaire plutôt que pour une utilisation à long terme.

Le CJNG a tué plus de 100 fonctionnaires dans l’État de Jalisco, dont des policiers fédéraux, étatiques et locaux, des soldats, des maires, des membres du conseil, un ministre du tourisme de l’État et un législateur fédéral, selon des responsables de l’État. Le mois dernier, il a tué un juge fédéral et sa femme.

« Ces gens ont la puissance de feu et l’argent pour défier l’État mexicain », a déclaré Renato Sales, le commissaire à la sécurité du Mexique de 2015 à 2018, au WSJ. « Le cartel de nouvelle génération de Jalisco est la menace la plus urgente pour la sécurité nationale du Mexique. »

source

000000

—————————————————————————————

La douane a déjà saisi 28.865 kilos de cocaïne au port d’Anvers durant le premier semestre de 2020, a communiqué mardi le SPF Finances.

C’est 24 % de plus que les six premiers mois de 2019 (23.235 kilos). « Il est clair que la mafia de la drogue n’est pas restée les bras croisés et a voulu profiter d’une crise mondiale », estime le SPF Finances.

source

 

000000

TEHRAN, Jul. 05 (MNA) – Commander of Sistan and Baluchestan Border Guards Colonel Mohammad Mollashahi said on Sunday that following comprehensive intelligence operations, the anti-narcotics police force engaged in a fight against the smuggles who were trying to smuggle the opium consignment through the Mirjaveh borders.

The offenders, incapable of countering the guards, left their vehicles loaded with 488kg of opium and escaped through the borderlines.

READ MORE

000000

Le groupe américain ADVANCED WARNING SYSTEMS INC a proposé le dernier système de numérisation automatique IGRIS (INELASTIC GAMMA RAY IMAGING SYSTEM) utilisé par le Pentagone pour inspecter de près les marchandises et les conteneurs avec précision.

La nouvelle technologie IGRIS est utilisée par ‘Le Pentagone’, le ministère américain de la Défense (Joint Improvised Explosive Device Defeat Organization – JIEDDO).

Selon les explications fournies, le système IGRIS, grâce à ses générateurs de neutrons scanne la cible avec plus d’un million neutrons par seconde, ce qui permet de divulguer des détails précis (niveau moléculaire) de tout le contenu des conteneurs et strictement avec un système tridimensionnel précis et à une vitesse de 25km/h.

Le système de contrôle central envoie également une notification immédiate aux douanes, aux services de sécurité, aux organes de contrôle des drogues, aux départements ministériels et aux ministères souverains concernés.
Ce système devrait être adopté dans les ports, les aéroports et les postes frontières de tous les États responsables et conscients des graves perturbations causées par les fraudes, le narcotrafic et le terrorisme dans le monde d’aujourd’hui.

Les seuls à détecter les céramiques et autres polymères (couteau, armes à feu, etc…)

0000

Dans le monde de la lutte internationale contre la criminalité, cette route est appelée Highway 10, référence à la dixième latitude, et c’est la route la plus courte de l’Amérique du Sud à l’Afrique de l’Ouest. Pendant des siècles, des millions d’esclaves ont été amenées en Amérique par cette route, maintenant ce sont des dizaines de tonnes de cocaïne qui partent dans la direction opposée chaque année.

La ‘Ndrangheta, entre autres, s’occupe ensuite d’assurer le transport d’Abidjan vers l’Italie et la Belgique.

Coupé décalé, sacs de coke échoués et mafia italienne, VICE s’est rendu en Côte d’Ivoire, plaque tournante du trafic de cocaïne.

Partie 1/5

« Il y avait des sacs remplis de coke sur toute la côte » : on a suivi la piste de la ‘Ndrangheta jusqu’au port de transit d’Abidjan, maillon indispensable du réseau de la mafia italienne.

Par Nicholas Ibekwe et Daan Bauwens

LIRE

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Partie 2/5

« La Guinée est devenue un État narcotrafiquant à part entière. Tout le budget de l’État, les salaires des ministres, de la police ; tout est payé par les chefs de la mafia colombienne. »

par Daan Bauwens et Nicholas Ibekwe

 LIRE

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Partie 3/5

« Le ministre de la Défense, le plus grand trafiquant de cocaïne ? Je le sais. Et tout le monde le sait. »

Par Nicholas Ibekwe et Daan Bauwens

LIRE

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
000000

Hamed Bakayoko

Le port d’Abidjan est-il un maillon indispensable du réseau de la mafia italienne ?

« J’ai décidé de porter plainte contre Messieurs Ibekwe Nicholas, Daan Bauwens et les relais« , annonce Hamed Bakayoko dans un communiqué publié ce lundi 8 juin 2020 sur sa page Facebook.

Le Ministre ivoirien de la Défense entend donner une suite judiciaire aux articles des journalistes cités, parus dans le média Vice, dans lesquels il est présenté comme « un baron de la drogue ».

Dans une série d’articles publiés entre le 27 mai et le 05 juin, les journalistes nigérian Ibekwe Nicholas et belge Daan Bauwens, ont diffusé leurs investigations sur le commerce de la cocaïne en Afrique de l’Ouest. « Comment votre conso de coke fout la merde en Afrique de l’Ouest » est le titre qu’ils ont donné à leur enquête publiée via le média canadien Vice.

source

000000

Une enquête du MPF (ministère public fédéral) et de la police fédérale a détecté l’utilisation du port de Suape, à Pernambuco, comme base logistique de sortie de la cocaïne produite en Bolivie et destinée à l’Espagne. Sur la base de ces informations, le MPF a dénoncé la semaine dernière huit personnes impliquées dans le régime de délits liés au trafic de drogue.

L’enquête a commencé le 22 avril, lorsque le PF a été informé qu’un avion quitterait Goiânia pour la municipalité d’Igarassu, dans la région métropolitaine de Recife, avec un chargement de cocaïne.

La police a arrêté les responsables du transport de la drogue en flagrant délit.

L’avion transportait 650 kg de cocaïne. Il était prévu de transférer la coke au port de Suape, d’où elle devait être envoyée en Espagne.

« Les faits désormais dénoncés ont été commis et créés par une association criminelle transnationale qui n’a pas encore été entièrement dévoilée, qui a des succursales ou des activités, au moins, en Bolivie, au Brésil et en Espagne« , indique la plainte déposée par le bureau du procureur général à Pernambuco contre ceux qui sont impliqués.

 

Une femme arrêtée en tant que membre du groupe, citée par le MPF avait en sa possession un agenda dans lequel les mouvements du groupe vers la Bolivie étaient enregistrés pour organiser le transport de la drogue.

SOURCE

000000

0000000000000000000000000000000000

27 tonnes pour le Canada

Ricky Anthony Parsons, rentre au port de Clarenville-St Jones, au Nouveau Brunswick.  Son bateau, le « M/V Cutknife II » est chargé de vingt-sept tonnes de cannabis afghan qu’il a récupéré sur le supplyer  en eaux internationales. La Royal Canadian Mounted Police (RCMP)  saisit la cargaison.

5 tonnes pour l’Angleterre

Le 3 novembre, un bateau de pêche, le  » Schema  » est arraisonné par les douanes anglaises à Bideford, en Cornouailles. Il y a cinq tonnes de cannabis afghan à bord.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Aviseur International

Eté 1993

ile-de-SocotraQuelques problèmes en mer d’Oman!

L’intervention américaine en Somalie perturbe les plans. Des avions de l’US Air force ne cessent de survoler la zone où le cannabis afghan enlevé dans la région de Gwadar, sur la côte ouest du Pakistan, devait être transféré à bord du Melor, entre l’extrême Est du Yémen et le Nord de l’île de Socotra.

Le cargo iranien qui avait chargé  dans le port pakistanais n’a pu attendre le Melor et a improvisé en transférant les trente-deux tonnes  à bord d’un discret boutre local qui attend sagement le navire Melor dans la zone de Obock, au nord-est de Djibouti, sans attirer l’attention des pilotes américains.

Obock.8

D’un saut d’avion, NS 55 va rejoindre l’équipage en escale à Djibouti avant l’opération de chargement, et s’assure que tout est en ordre.

Le transbordement  s’effectuera le 14 juillet  1993 sans problème.

MELORM/S Melor finançé à l’origine par la…

Voir l’article original 230 mots de plus

Nasser Aslani (à droite)

TÉHÉRAN, 21 mai (MNA) – Nasser Aslani, vice-président international du siège iranien du contrôle des drogues, a déclaré mercredi: « quelques 26 290 kilogrammes de drogues illicites, dont 18 951 kilos d’opium et 2 356 kilos de haschisch, 556 kilos d’héroïne, 181 kilos de cristal, 37 kilos d’herbe, 152 kilos de morphine et 4 057 kilos d’autres types de drogues ont été confisqués par la police a travers le pays la semaine dernière »

Le chiffre indique une augmentation de 58% par rapport à la période correspondante de l’année dernière, a-t-il ajouté.

Aslani a noté que 7 508 personnes ont été arrêtées et 399 véhicules et certaines munitions saisis au cours de la même période par les forces de police.

L’Iran, qui a une frontière commune de 900 kilomètres avec l’Afghanistan, a été utilisé comme principal canal de contrebande des stupéfiants afghans vers des opérateurs de distribution des stupéfiants en Europe.

SOURCE

000000

Las mafias del narcotráfico de Venezuela,relacionadas con el régimen de Nicolás Maduro y el Cartel de los Soles, trasladan la cocaína a Honduras, Belice y Guatemala. De allí la llevan a Estados Unidos, su destino final, utilizando México.

«Centroamérica es importante, ideal para el Cartel de los Soles», indicó Claudio Sandoval, embajador del gobierno de Juan Guaidó en Honduras.

Leer mas

0000

In the operation carried out in Saravan, police forces have busted 812 kilograms of opium in addition to confiscation a number of weapons and ammunition, he added.

According to the police chief, the smugglers fled to the highlands of the area using the darkness of the night.

In another operation in Iranshahr, the police seized two vehicles attempting to smuggle 587 kilograms of opium into the province, Ghanbari said.

Read more

0000

La Marina abate a un sicario y captura a trece sicarios del C.D.G tras enfrentamiento

Posted: 15 Apr 2020 09:17 AM PDT

San Fernando, Tamaulipas 15//04/20.-Personal de la Secretaria de Marina y Armada de Mexico logró este lunes la detención de 13 sicarios.

La Marina abate a un sicario y captura a trece sicarios del C.D.G tras enfrentamiento La Marina abate a un sicario y captura a trece sicarios del C.D.G tras enfrentamiento

Integrantes de un grupo delictivo que opera en la región de Matamoros, durante recorridos de vigilancia aérea y terrestre en la zona de la Laguna Madre, dentro del municipio de San Fernando, en Tamaulipas.  Además, fueron aseguradas en la acción 12 armas, municiones, equipo táctico y 2 vehículos. Informes iniciales indican que los sujetos iban en varias camionetas en inmediaciones de los ejidos La Loma y Barrancón del Tío Blas y al notar la presencia de los elementos de las fuerzas armadas hicieron disparos contra los marinos. La agresión fue repelida. Uno de los civiles armados murió en el hecho.

Controlada la situación se procedió a la detención de los 13 individuos, los cuales fueron trasladados por aire y tierra hacia la capital del estado para su presentación ante autoridad ministerial federal para las investigaciones y acciones legales que procedan.

Cabe mencionar que minutos después de la situación, elementos de la Policía Estatal localizaron en una zona aledaña dos camionetas abandonadas con blindaje artesanal.

La Marina apoya a las corporaciones estatales y federales en la disuasión y combate a la acción de grupos delictivos generadores de violencia en esa zona del estado.

°°°°

000000

La maman d’El Chapo et le Président

le Président Andrés Manuel López Obrador

«Je vous salue, ne descendez pas. J’ai déjà reçu ta lettre. Oui, oui, oui, j’ai déjà reçu votre lettre », répéta l’homme en tendant la main pour serrer la main d’une femme assise à l’intérieur d’un fourgon.

Cela s’est produit à Badiraguato, Sinaloa, le 29 mars. C’était la salutation entre Andrés Manuel López Obrador et María Consuelo Loera Pérez. La scène pourrait être banale, une courtoisie avec un nonagénaire.

Sauf que l’homme est le président du Mexique et que la femme est la mère du trafiquant de drogue le plus connu de la planète: Joaquín Guzmán Loera, El Chapo.

C’est dans cette lettre que la dame demande au président d’intercéder auprès des autorités américaines pour l’autoriser à voyager pour rendre visite à son fils, qui purge une peine à perpétuité dans une prison du Colorado. « Je vais faire la procédure« , a déclaré le président le lendemain, invoquant « des raisons humanitaires« .

Le geste présidentiel a été apprécié mais, connaissant peut-être que la réponse serait positive. la conclusion est significative:

María Consuelo Loera Pérez

« En attendant de continuer à compter sur votre soutien (emphase et emphase sur moi), j’espère que notre Seigneur Jésus-Christ vous illuminera et vous remplira de bénédictions dans cette tâche que le peuple du Mexique vous a assignée« .

Le «soutien» et l’empathie de Andrés Manuel López Obrador ne peuvent être considérés comme mineurs. Les actes d’un chef d’État sont toujours des actes de cet État, d’autant plus s’ils incluent la diligence diplomatique dans le contexte des relations bilatérales les plus importantes du pays. Cela est inexplicable, étant donné que trois jours plus tôt, le 26 mars, le ministère américain de la Justice a inculpé Maduro et 14 autres dirigeants de son régime pour terrorisme de drogue et délits connexes.
En d’autres termes, alors que le gouvernement des États-Unis intensifie sa pression sur le Cartel des Soleils, soutien à la dictature vénézuélienne, le président du Mexique décide d’intercéder auprès de ce même gouvernement au nom de la mère du chef d’un autre cartel, celui de Sinaloa. Incompréhensible pour dire le moins.

Arrestation et libération d’Ovidio Guzmán

Cette approche n’est pas non plus le premier signe de Andrés Manuel López Obrador envers le cartel de Sinaloa et la famille Guzmán. En octobre dernier, à Culiacán, les forces de l’ordre ont arrêté le fils d’El Chapo. Avec une puissance de feu accrue, le cartel a lancé une offensive massive contre l’armée et la police. Ovidio Guzmán a ensuite été libéré sur ordre du président lui-même, véritable capitulation de l’État. Soit dit en passant, Badiraguato est le berceau de Chapo lui-même.

Cela illustre et colore les nouvelles expressions de la narco-politique au Mexique, la constitution définitive du trafic de drogue en tant qu’acteur politique.

Deux structures de pouvoir interagissent avec de plus en plus d’intensité, dans une géographie large, présentant une plus grande capacité de pénétration des institutions publiques.

Séparément, ils ont fait du mal; en combinaison, des ravages.

Le premier est la double nature du système politique. Depuis la transition de 2000, deux ordres contradictoires ont coexisté au Mexique. L’une, fondée sur des institutions nationales démocratiques, adjacente et superposée à une série d’autocraties d’État. C’est «l’autoritarisme infranational», un pacte de complaisance entre les élites régionales, qui maintiennent leurs enclaves, et celles du centre, qui neutralisent ainsi les demandes. Une sorte de décentralisation perverse, sinon illégale.

Le second est l’émergence de nouvelles formes de criminalité organisée. Plus violent et organisé en cellules relativement autonomes, cette conception la rend plus résistante à la coercition du centre. Cela a permis au trafic de drogue de s’emparer des institutions du pouvoir infranational. C’est la collusion de la politique et du cartel, que j’ai appelé un jour l’autoritarisme sous-national « criminel ».

Avec cela, des économies d’échelle ont été développées, un modèle d’affaires ainsi qu’une stratégie de contrôle territorial, une condition qui garantit les profits. Cela ne suffit plus avec les fiefs provinciaux limités, Sinaloa, Chihuahua, Jalisco ou Michoacán. Il faut grandir ou périr, c’est l’impératif, au Mexique et au-delà. Les violences se sont multipliées, les morts sont comptés par dizaines.

Si l’entreprise est transnationale, le marché est mondial.

Ici aussi, le cartel de Sinaloa est le leader de l’industrie. Leur présence est courante dans l’État vénézuélien de Zulia, à la frontière de la Colombie, et le nombre croissant de vols illégaux et de délits collatéraux est une réalité quotidienne. Cela donne à penser qu’une stratégie de fusion de cartels (fusions et acquisitions) sera rationnelle, comme dans de nombreux secteurs de l’économie.

Trafic de drogue et domination, donc, économie d’échelle et contrôle territorial.

C’est un véritable État parallèle qui imprègne et compromet l’intégrité de l’État mexicain lui-même. Les gestes d’Andrés Manuel López Obrador avec la famille Guzmán ne font qu’exacerber le problème, normalisant le cartel de Sinaloa. Avec cela, l’État cesse d’être « de jure« . Il n’y a aucune excuse à cette naïveté. Il ne semble pas que le président perçoive le principal risque de ses actes. Les concessions explicites aux narcos ne servent qu’à nationaliser l’autoritarisme criminel infranational. Si cela se produit, l’avenir du Mexique sera identique à celui du Venezuela, précisément, où l’autoritarisme est national criminel et dont le siège est le palais de Miraflores lui-même.

L’enjeu est d’une importance vitale et au-delà du Mexique. Il s’agit de déterminer si la présence du trafic de drogue dans la politique de la région et sa politique en matière de drogue, est légitime. Si la réponse est oui, l’Amérique latine, autrefois appelée «zone de paix» lors d’un sommet régional, n’aura pas la paix et, bien sûr, encore moins la démocratie.

source

0000

L’OFAST, officiellement opérationnel depuis le premier janvier 2020, a remplacé l’OCRTIS qui présentait quelques sources d’ennuis judiciaires à venir pour la haute hiérarchie policière.

Les têtes pensantes de Beauvau ont pensé qu’en changeant de nom pour sortir des comportements parfois douteux pour le citoyen lambda de l’OCRTIS, ils feraient oublier la guéguerre entre policiers et douaniers, alors que l’ensemble du personnel a été intégralement absorbé par l’OFAST…

L’esprit et la façon de fonctionner ont-ils changé?

Les affaires de la DNRED avec Erwan Guilmin et de l’OCRTIS avec François Thierry, malgré la lenteur de la justice à trancher, n’arrangent pas le relationnel et l’esprit et la façon de fonctionner de l’ensemble du personnel qui a été intégralement absorbé par l’OFAST…n’ont pas changé!

Pour lancer ce vieux nouveau service, les ‘mamamouchis’ de Beauvau ont donc définis 6 grands objectifs avec 55 mesures pour répondre à l’attente d’efficacité et de changement…oubliant de préciser que d’être opérationnel H 24, 7 jours sur 7* et réactif étaient les conditions premières à respecter.

Mais sans embauche comment réussir?

L’OFAST a pour  »originalité » de faire travailler au sein d’une même structure policiers, gendarmes, douaniers et magistrats, pour favoriser l’échange d’informations et agir à tous les niveaux de la lutte contre les trafics. « De l’arrivée des drogues en France, jusqu’au point de deal au coin de la rue. De la cage d’escalier, à l’international », avait indiqué Christophe Castaner, en fixant le cap de cette nouvelle structure : « partager l’information, décloisonner les enquêtes et collaborer entre services »

Les sources

Oh surprise! Alors que la quasi totalité des saisies sont réalisées à la suite de renseignements fournis par des « sources », rien de concret sur ces informateurs sans lesquels, l’OFAST (policiers et Gendarmes) comme la DNRED de la Douane, ne seraient que des aveugles.

Mais, peut-être, qu’enfin, les liaisons dangereuses ** entre indics et régaliens ne seront plus source première d’informations et que les actions d’infiltration, toutes aussi dangereuses d’ailleurs, seront alors privilégiées…mais, là aussi rien de concret. On croit rêver!

Certes, en ces périodes de confinement d’une grande partie des consommateurs, le deal a déjà revu sa copie et passe par les snapchat, wathsapp, instagram et twitter pour permettre à tous les addicts de satisfaire le manque possible.

Là on se dit, bravo, quand l’Objectif n°1, qui est l’amélioration de la connaissance des trafics ainsi que du pilotage stratégique au niveau national et à l’échelon territorial dans sa mesure N° 8, nous annonce que les équipes en charge de l’analyse des cybertrafics seront renforcées…Mais Cyber-gendarmes et cyber-douaniers n’ont, jusqu’à ce jour, pas réussi à faire diminuer l’offre proposée de tous types de stupéfiants. Rien que sur TWITTER, plus de 1.300 lignes de propositions de livraisons à domicile sont toujours actives et se renouvellent sans cesse. L’offre se concentre autour de 20 utilisateurs qui représentent environ la moitié des lignes.

En Mesure 12, la détection et le ciblage des conteneurs permettant d’obtenir des saisies de gros volumes, qui réduisent l’offre dans des proportions structurelles; des objectifs quantitatifs et qualitatifs seront établis par l’Ofast sur une base annuelle, donc on espère que l’arrivage de quantité importante de cocaïne de l’Amérique du sud vers l’Europe et les ports du Havre, de Fos sur mer et de Dunkerque va sérieusement être diminué sauf…sauf que le nombre d’agents affectés à la CELTICS n’est pas à la hauteur des flux de conteneurs.

Mardi 11 février 2020, Christophe Castaner a inauguré le siège de cette structure à Nanterre

L’OFAST est basé à Nanterre, pas à Lourdes, le miracle de la réunification sans arrières pensées n’a donc pas eu lieu!

Depuis maintenant trois mois, l’OFAST a donc en charge la lutte contre le narcotrafic à l’international destiné à l’hexagone et à ses DOM/TOM.

En liaison avec l’ensemble des administrations concernées, l’Office anti-stupéfiants est chargé de l’évaluation de la menace liée aux trafics de stupéfiants.
Pour accomplir cette mission, l’office, dans le cadre de la législation applicable, centralise, analyse, exploite et communique aux services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, ainsi qu’aux autres administrations et services publics de L’État toutes documentations et données statistiques, en lien avec le service statistique ministériel de la sécurité intérieure, relatives à son domaine de compétence.
Dans le cadre de la législation applicable, les services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, ainsi que les autres administrations et services publics de L’État susceptibles d’apporter leur concours à l’office lui adressent, dans les meilleurs délais, les informations relatives à son domaine de compétence dont ils ont connaissance.
Pour les infractions qui relèvent de sa compétence, l’office, dans le cadre de la législation applicable, adresse, aux services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, et aux autorités judiciaires, toutes indications utiles à l’identification ou à la recherche des délinquants ainsi que, sur leur demande, tous renseignements nécessaires aux enquêtes dont ils sont saisis.

Pour cela, l’Office anti-stupéfiants est chargé de :
-1° Procéder sur l’ensemble du territoire national à des enquêtes judiciaires relatives à des trafics de produits stupéfiants d’importance nationale et internationale ou présentant une sensibilité particulière ;
-2° Sous le contrôle de l’autorité judiciaire, coordonner les enquêtes de grande envergure diligentées par des services de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, en particulier les enquêtes qui présentent une dimension internationale marquée et visent des filières d’importation complexes ;
-3° Coordonner l’action des services territoriaux de la police nationale, de la gendarmerie nationale, des douanes et droits indirects, le cas échéant dans le cadre de saisines conjointes décidées par l’autorité judiciaire ;
-4° Centraliser les informations concernant les demandes adressées aux fonctionnaires ou agents publics visant à permettre la mise en œuvre des opérations de surveillance prévues par l’article 706-80-1 du code de procédure pénale, par le I de l’article 67 bis et par l’article 67 bis-3 du code des douanes ;
-5° Coordonner avec l’ensemble des partenaires concernés la mise en œuvre des mesures de prévention, de recherche et de constatation des infractions constitutives de trafic de stupéfiants dont les modalités sont fixées par la loi n° 94-589 du 15 juillet 1994 relative à l’exercice par l’Etat de ses pouvoirs de police en mer pour la lutte contre certaines infractions relevant de conventions internationales.

Pour lutter efficacement contre le narcotrafic, l’une des solutions consiste aussi à faire baisser la demande. Mais rien n’est vraiment prévu pour enrayer l’arrivée de nouveaux consommateurs.

-Que font ces hauts fonctionnaires chargés de définir les politiques à mettre en œuvre pour tenter de diminuer cette « épidémie de zombies » ?

-Que font les chargés de l’analyse criminelle et/ou de l’intelligence économique et diplomatique qui, normalement doivent englober la prospective?

-Qui fait de la prospective ‘stups’ à Beauvau et à Montreuil ? Et si des services s’y consacrent, sont-ils encore en osmose avec le terrain ?

Non, ils sont comme ceux qui n’ont pas su prévoir le coronavirus ?

Notre haute administration et ses cohortes d’énarques, inspecteurs des finances, administrateurs civils et autres cooptés ne seraient ils pas le véritable MAL FRANÇAIS?

000000

« De tous les régimes qu’a connus notre peuple, pas un n’a su éviter la catastrophe. Des héros qu’on nous apprenait à admirer, pas un qui n’eût fini dans la tragédie, ou du moins dans l’échec… Quand la chance s’acharne à être mauvaise, elle est plus qu’un effet de hasard. » Alain Peyrefitte

000000

 

* Pour remplir les postes affectés aux tâches régaliennes, un poste à couvrir dans un secteur donné de lutte anti stups nécessite au minimun 5 hommes à temps complet. Par exemple, avec + ou – 8.000 douaniers affectés à la SURV, pour les BSI, BSE, navigants marins, navigants aériens et pour les opérations de contrôles suite aux signalements de la DNRED, en considérant les 35 heures comme base de calcul, il reste moins de 2.000 hommes mobilisables et opérationnels sur l’hexagone et l’ensemble des DOM/TOM. Quand on sait d’autre part qu’avec les fermetures successives des Brigades, l’éloignement des hommes des lieux de contrôles nécessite parfois plus de deux heures AR pour être effectivement opérationnel, un constat s’impose: de ces 2000 hommes, après avoir retirer les plantons de Bercy, de Montreuil et des DI et DR, qui représente environ 300 hommes plus… la kyrielle de sous-directeurs végétato-improductifs évaluée à une cinquantaine de tête, il ne reste donc que 1.650 opérationnels! Lors de ce décompte, les malades, les enceintes et les congés parentaux n’ont pas été chiffrés…

** Liaisons dangereuses pour les policiers et douaniers de fréquenter des malfaiteurs qui peuvent alors les utiliser, les manipuler…Les exemples des dernières années sont là! Quand aux actions d’infiltration, elles comportent toujours le risque majeur d’être découvert et/ou de ne pas pouvoir brandir à un moment critique le Dalloz pour dire stop, j’arrête! Quand on est en situation d’infiltration, on ne peut l’interrompre et c’est alors que la lâcheté des donneurs d’ordre, qu’ils soient politiques ou autres énarques en charge de grands services régaliens, peut s’exprimer en se reniant devenant alors non seulement des couards mais aussi des renégats démontrant alors la bassesse des motivations qui les ont amenés à ces postes de responsabilité.

000000