Archives de la catégorie ‘SERVICES ESPAGNOLS’

La ‘Guardia civil’, dans le cadre de l’opération Platypus, a démantelé une organisation criminelle dédiée au transport de grandes quantités de cocaïne de la péninsule aux îles Canaries.
Pour ce faire, des véhicules équipés de «caletas» (double fond) sont montés à bord des navires des compagnies commerciales de transport de passagers qui rejoignent les deux territoires.

Dix personnes ont été arrêtées dans les provinces de Santa Cruz de Tenerife, Las Palmas, Cadix et Málaga.

L’opération a débuté en mai dernier, lorsque les agents ont appris l’existence d’une organisation qui, basée aux Canaries et dans le sud de la péninsule, introduisait, de grandes quantités de cocaïne dans le Archipel des Canaries.

source

000000

El cuerpo ha explicado en un comunicado este miércoles que hicieron las detenciones el jueves 30 de julio, con 28 registros domiciliarios en los que incautaron cocaína, hachís, marihuana y éxtasis, además de dinero en efectivo, balanzas de precisión y sustancias para adulterar la droga.

La investigación ha durado nueve meses, y la ha liderado el equipo de delincuencia Organizada y Antidroga de la Guardia Civil, apoyado por las policías locales de Vidreres (Girona), Pineda de Mar y Granollers (Barcelona).

leer

000000

La Douane espagnole (Vigilancia Aduanera), la Gardia civil et la police nationale ont mené ce jeudi dans la zone de Pontevedra une opération d’envergure qui a pemis l’arrestation de sept personnes liées à l’interception au sud des Açores d’un voilier qui se dirigeait vers Galice avec une quantité importante de cocaïne à l’intérieur.

C’est le résultat de l’opération «Bateas» qui a provoqué, après des mois d’enquêtes, l’interception mercredi matin du voilier«Nergha» battant pavillon espagnol , au sud des Açores.

À l’intérieur, une cache a été trouvée avec 1200 kilos de cocaïne. Le voilier, intercepté par des agents des trois corps à bord du patrouilleur de la marine ‘Bam Rayo’, et ses cinq équipages détenus, voyagent escortés jusqu’à Las Palmas (îles Canaries). Arrivée prévue la semaine prochaine pour  examen et pesée de la drogue.

L’enquête a été menée conjointement par l’unité opérationnelle de surveillance douanière de l’administration fiscale de La Corogne, du ‘Greco’ et de l’UDYCO Galicia de la police nationale, ainsi que ECO Galicia et EDOA Pontevedra de la Gardia civil.

L’enquête, déclenchée par la Cour centrale d’enquête numéro 4 de l’Audience nationale remonte à décembre 2019. Elle concernait des activités illégales auxquelles était engagée une organisation criminelle installée dans la région d’O Salnés (Pontevedra).

FUENTE

000000

L’Andalousie n’est plus un paradis pour les narcotrafiquants en cavale

Jérôme Conforto était en cavale depuis plus de deux ans, et avait été condamné à vingt ans de prison pour des faits de trafic international de stupéfiants. Un Français a été interpellé, lundi 13 juillet, dans les faubourgs de Malaga, dans le sud de l’Espagne.

Remis en liberté sous contrôle judiciaire en 2017, il avait pris la fuite et n’avait pas comparu à son procès, où il a été condamné à 20 ans de prison en mai 2018 à Toulon.

Arrêté par la Police espagnole, il est incarcéré à la prison d’Alhaurin de la Torre, en attente de son extradition

plus

000000

Quand la « Guardia civil » fait un job de « Vigilancia Aduanera »

 

Deux bateaux d’environ 12 mètres de longueur et équipés chacun de 3 moteurs de 300 chevaux, aperçus à plusieurs kilomètres au nord-ouest de «  Punta Almina  », ont tenté d’échapper au contrôle de la police maritime et du commandement de la garde civile de Ceuta.

——————————————————————————————————————————-

Ces derniers ont alors sollicité l’aide du service maritime du commandement d’Algésiras pour arrêter les deux embarcations dont l’une transportait des ballots de stupéfiants, et l’autre servait de support logistique.

Sentant le service de police se rapprocher, le bateau chargé a commencé à se débarrasser de la drogue en les jetant à la mer afin d’alléger son poids et pouvoir accélérer.

Lire

0000

MADRID (AP) – Victor Stemberger, un Américain de 77 ans accusé de trafic de drogue en Espagne a déclaré jeudi à un juge qu’il ne savait pas que de la cocaïne avait été cachée dans les vestes qu’il portait à travers le monde au nom d’un homme qui, selon lui, représentait le Les Nations Unies.

Les procureurs exigent une peine de 7,5 ans de prison et une amende de 278 726,91 EUR (318 000 $)

Le ministère de la Justice des États-Unis a informé l’Espagne qu’il pensait que Stemberger avait été utilisé comme un mulet de drogue pour un réseau criminel ouest-africain ces dernières années, comme beaucoup d’autres personnes âgées ou vulnérables.

Les forces de l’ordre et les autorités judiciaires espagnoles ont coopéré à une enquête menée par la DEA (US Drug Enforcement Administration) et les procureurs du district sud de New York sur le réseau de blanchisseurs d’argent, de fraudeurs et de trafiquants de drogue faisant l’objet d’une enquête pour impliquer des personnes âgées et faibles.

La famille de Victor Stemberger a précisé que ce dernier a eu des problèmes cognitifs depuis qu’il a subi une grave lésion cérébrale il y a 15 ans.

À l’audience de jeudi, l’avocat de l’accusé, Juan Ospina, a présenté au juge un rapport psychologique concluant que son client souffre de démence et que sa capacité à interpréter la réalité est altérée pour compromettre sa prise de décision.

« Il a toujours soutenu qu’il agissait dans le respect de la loi, sous le mandat de présumés officiers de l’ONU », a déclaré Ospina. « C’est clair dès le début, quand il a également pleinement coopéré avec la police de l’aéroport. »

La DEA, grâce au juge, n’aura pas à témoigner

Le juge a rejeté un autre rapport d’expert technique, affirmant que Victor Stemberger n’aurait pas pu dire que chacune des quatre vestes était lestée de  600 grammes de cocaine.

L’avocat de l’accusé, Juan Ospina a également demandé que des responsables de la DEA témoignent, mais sa demande a été rejetée par le juge.

SOURCE

000000

Accusé d’avoir importé plus d’une tonne de cocaïne en France en 2013, le Britannique a été condamné en appel par la cour d’assises spéciale de Paris.

Ses avocats, qui contestent sa participation aux faits tout en dénonçant une provocation policière, vont se pourvoir en cassation.

Lire

0000

Par Sabrina Fekih

Plusieurs polices européennes ont collaboré pour mettre la main sur des milliers de données criminelles récupérées sur EncroChat, un réseau de communication chiffré. L’investigation, révélée en fin de semaine, a permis près d’un millier d’arrestations.

Amorcée en 2017, l’enquête débute lorsque des smartphones Android utilisant le moyen de communication sécurisé « EncroChat » sont détectés. Rapidement les autorités françaises et néerlandaises appuyées par les agences de police Europol et Eurojust ont débuté des investigations techniques afin de comprendre le fonctionnement et l’étendue de l’utilisation de cette solution de communication.

Utilisé par plus de 60 000 utilisateurs, Encrochat fonctionne via des serveurs installés en France pour des utilisateurs éparpillés dans le monde entier. L’utilisation du service nécessitait un téléphone entièrement modifié pour être ensuite agrémenté d’une messagerie instantanée chiffrée.

LIRE

0000

A l’époque, ces 1 332 kilos dissimulés dans une trentaine de valises à bord d’un vol Air France Caracas-Paris étaient considérés comme la plus belle saisie dse coke sur le territoire francais .

Le 23 septembre 2013, le ministre de l’Intérieur d’alors, Manuel Valls, est venu en personne à l’OCRTIS, au siège de la ­Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), à Nanterre, pour féliciter les enquêteurs et saluer le fruit de plusieurs semaines de collaboration avec les polices espagnole, britannique et néerlandaise.

«Cette ­affaire illustre l’intérêt d’un renforcement de la coopération internationale dans la lutte contre les trafiquants», conclut Manuel Valls sur un ton martial.

A côté de lui sur la photo, le commissaire François Thierry savoure sa victoire.

Et comme dans ces grosses affaires de stups, rien n’est simple, Libération révèle aujourd’hui de nouveaux éléments sur cette saisie record de Roissy.

En particulier le témoignage d’un douanier présent ce jour-là, jamais joint à l’enquête, et oui, ça simplifie les procédures, qui montre l’opacité qui a entouré cette opération et la dissimulation d’éléments majeurs à l’autorité judiciaire.

Des révélations qui lèvent un peu plus le voile sur certaines pratiques des services régaliens en charge de lutter contre les stups et qui pourraient, surtout, remettre en cause toute la procédure devant la « Cour d’appel spéciale de Paris ».

Je n’imagine pas Robert Dawes plaider coupable pour éviter un fiasco judiciaire!

Et pourtant, tout avait si bien commencé en 2013, dans la nuit du 10 au 11 septembre.

Vers minuit et demie, un renseignement parvient à l’OCRTIS en provenance de l’Office national antidrogue (ONA) du Venezuela : le vol Air France numéro AF435, qui vient de décoller de Caracas pour Paris, contiendrait une grosse quantité de cocaïne destinée à un réseau britannique.

Des passagers fantômes

Branle-bas de combat à la DCPJ. Dès le lendemain matin, à 7 heures, un dispositif de surveillance est mis en place à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle…

la suite : A lire sur Libé

Pour mémoire

Lors d’une audition dans un autre dossier, Sofiane Hambli avait pourtant lui même reconnu sa participation à la saisie record de Roissy. «Il y a eu une importation de cocaïne en 2013 et j’ai fait croire que c’est moi qui allais permettre de faire sortir de la cocaïne de l’aéroport,a-t-il expliqué. J’ai fait croire que je connaissais des gens qui travaillaient à l’aéroport et qui allaient permettre de faire sortir la drogue

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Déjà, à la DNRED, on ne rêvait que de faire mieux!

000000

Les autorités britanniques le considèrent comme «l’un des criminels les plus influents et redoutés en Europe». *

Surnommé «le Général» ou «Drug Lord», Robert Dawes, 48 ans, est jugé à partir de ce lundi devant la cour d’assises spéciale d’appel de Paris pour l’importation de plus de 1,3 tonne de cocaïne à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle en septembre 2013.

Avant d’écoper, en décembre 2018, de vingt-deux ans de réclusion criminelle en première instance à la suite de cette saisie controversée, l’homme n’avait encore jamais été condamné pour trafic de drogue.

LIRE

°°°°

—————–

* Connaissant bien toutes ces autorités britanniques, italiennes, espagnoles ou françaises , il est certain qu’elles ne sont jamais avares, parfois de suppositions hasardeuses, pour conforter un dossier…

A l’OCRTIS de Francois Thierry, comme à la DNRED de Jean Paul Garcia, une telle saisie ne pouvait laisser indifférent et ne pouvait que conforter des rancoeurs déjà bien établies !

Marc Fievet

0000

Pour parler clairement, en espionnant les échanges sur le réseau EncroChat, “les autorités ont pu découvrir l’ampleur de la corruption au sein des services de l’État, notamment des forces de police”, relève Le Monde.

“Ce réseau non déclaré avait installé ses serveurs en France et disposait d’une clientèle mondiale”, a indiqué Carole Etienne, la procureure de Lille, citée par Le Monde.

Chaque appareil était vendu 1000 euros sur Internet, et était accompagné d’un abonnement (3000 euros par an) donnant droit à une assistance technique 24h/24 et 7 jours/7.

LIRE   Tom SWARTZ / NewZilla.NET 5 juillet 2020

000000

 

 

La droga se encontraba oculta en un doble fondo del suelo de la carrocería del vehículo.

Se llevó a cabo la incautación de un total aproximado de 20 kilos de polen de hachis.

LEER

0000

Robert Dawes, 48, connu comm ‘The Voice’ and ‘Trackie’, Ici, lors de son arrestation en Espagne

Un Druglord britannique, connu sous le nom de The Voice, est le cerveau présumé d’un réseau téléphonique secret qui serait utilisé pour inonder la Grande-Bretagne de cocaïne.

C’est Robert Dawes, 48 ans, qui est soupçonné d’être le patron de ce système de communication mondial «impénétrable», selon un rapport de la NCA (National Crime Agency).

Dawes dirigerait le réseau malgré le fait qu’il languit derrière les barreaux en France pour une énorme opération de trafic.

Les combinés « Blackberry » sont également utilisés par la mafia et tous les cartels.

Tous les utilisateurs ont une carte SIM cryptée dans un combiné Blackberry adapté.

Si l’on tombe entre les mains de la police, le gang peut simplement envoyer un «texte de code de destruction» qui détruit tout ce qui est stocké sur l’appareil.

source

Popular encryption

Initially PGP was designed as open source free-for-everyone encryption. It uses strong algorithms for data encryption and is quite difficult to crack. Breaking PGP encryption by brute force method requires enormous resources and time investments. All these factors made PGP encryption very popular among online users.

source

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Déjà dans les années 90 du siècle dernier, les moyens de communication de Pablo escobar, puis des frères Orejuela étaient très sophistiqués. Bipe et Cardell entraient en contact avec le « Boss », avec la certitude de ne pas être écoutés…

Rien de bien nouveau donc!

000000

« Prépare m’en deux bonnes comme j’aime. »

Isco Tejón, Castaña, affirme que lorsqu’il a fait cette demande au Marocain qui l’écoutait de l’autre côté d’un téléphone sur écoutes policières, il ne parlait que de femmes. Avec le roi du haschich et ses 30 millions d’euros de fortune, c’est presque un acte de foi de croire qu’il ne faisait pas référence à deux de ces narco-bateaux qui alimentent l’Europe avec des tonnes de drogues, dans un flux constant que même la crise des coronavirus n’a pas atteint.

Dans le détroit de Gibraltar, les services de la Vigilancia Aduanera, de la Guardia Civil et de la Police ont arrêté Tejon, son frère Antonio et bien d’autres encore, mais le trafiquant de drogue du sud sait toujours s’adapter à toutes les situations qui perturbent ses rotations.

« Une réserve de drogue prise en flagrant délit à côté de l’urbanisation luxueuse de Sotogrande, du coté de San Roque. La remorque d’un bateau semi-rigide abandonné dans le sable d’une plage d’Almería. Un ‘Ceutí’ avec une expérience dans le trafic de drogue, découvert à un barrage routier à Jerez avec 278 000 euros en billets de 10, 20 et 50 euros emballés dans trois sacs en plastique. »

Ce sont toutes des actions de la police, de la Guardia civil et du SVA  qui se sont produites en pleine pandémie.

« Nous pensions que le trafic allait baisser, mais non. Ils continuent jour et nuit! », explique un chercheur qui lutte contre le trafic de drogue en Andalousie. Les chiffres lui donnent raison. Les deux premières semaines de détention, OCON Sur, le corps créé par la Guardia civil pour lutter contre le trafic de drogue plus particulièrement dans le Campo de Gibraltar, a arrêté 58 personnes et saisi 5,5 tonnes de haschisch, des chiffres très proches des périodes antérieures au coronavirus.

———————————————

Lire le reportage d’El Pais

 

Operación Mayis. Operaciones de la Guardia Civil. OCON sur, EDOA Málaga, Policía Francesa

Enquête conjointe de la garde civile et de la police française

Démantèlement d’une organisation dédiée au trafic de drogue à destination de Madrid et de la France

Il y a 16 personnes arrêtées et 2400 kilos de haschisch, neuf kilos de marijuana et 17 véhicules ont été saisis.

000000

 

Suite au signalement transmis par la DEA, une opération a été déclenchée par la Policia nacional, la Guardia civil avec les agents de la Douane du port de Valence.

Une fois le conteneur arrivé au port de Valence, à bord du ‘Singapore Express‘, son ouverture a été effectuée et a permis de constater qu’à l’intérieur se trouvaient de nombreuses boîtes contenant des noix de Californie comme marchandise légale, mais après inspection approfondie de l’intérieur du conteneur, dix-neuf colis ont été trouvés, contenant au total 561 colis d’environ un kilogramme de cocaïne.

C’est la DEA qui a averti la Policia nacional et la Guardia civil qu’un conteneur de Californie (USA), pourrait contenir une quantité importante de cocaïne à l’intérieur.

A cette heure, le ‘Singapore Express’ vient de passer Gibraltar en route pour le port de Cartagena en Colombie.

000000

 

Una operación conjunta agentes de la Agencia Tributaria, de la Policía Nacional y la Guardia Civil se ha saldado con la incautación de 650 kilos de cocaína en un almacén de contenedores en Quart de Poblet.

El alijo de droga llegó al Puerto de Valencia hace unos días.

Los agentes antidroga confiscaron la cocaína el miércoles por la tarde tras realizar un dispositivo de vigilancia en la base de contenedores.

En la operación participaron agentes de la Policía Nacional, la Guardia Civil y la Agencia Tributaria.

Leer

0000

Une enquête du MPF (ministère public fédéral) et de la police fédérale a détecté l’utilisation du port de Suape, à Pernambuco, comme base logistique de sortie de la cocaïne produite en Bolivie et destinée à l’Espagne. Sur la base de ces informations, le MPF a dénoncé la semaine dernière huit personnes impliquées dans le régime de délits liés au trafic de drogue.

L’enquête a commencé le 22 avril, lorsque le PF a été informé qu’un avion quitterait Goiânia pour la municipalité d’Igarassu, dans la région métropolitaine de Recife, avec un chargement de cocaïne.

La police a arrêté les responsables du transport de la drogue en flagrant délit.

L’avion transportait 650 kg de cocaïne. Il était prévu de transférer la coke au port de Suape, d’où elle devait être envoyée en Espagne.

« Les faits désormais dénoncés ont été commis et créés par une association criminelle transnationale qui n’a pas encore été entièrement dévoilée, qui a des succursales ou des activités, au moins, en Bolivie, au Brésil et en Espagne« , indique la plainte déposée par le bureau du procureur général à Pernambuco contre ceux qui sont impliqués.

 

Une femme arrêtée en tant que membre du groupe, citée par le MPF avait en sa possession un agenda dans lequel les mouvements du groupe vers la Bolivie étaient enregistrés pour organiser le transport de la drogue.

SOURCE

000000

Agentes de la Guardia Civil y de la Policía Nacional, en el marco de una operación conjunta denominada ‘Florapurda’, han detenido a dieciséis personas de diversas nacionalidades –con nueve detenciones en la provincia de Sevilla– y han incautado diversas cantidades de marihuana y de dinero en metálico, así como armas de fuego dispuestas para su uso y varios vehículos de alta gama, según informan en un comunicado conjunto.

Esta operación ha sido llevada por los equipos de Delincuencia Organizada de la Policía Judicial (EDOA) de las Comandancias de la
Guardia Civil de Girona y Sevilla y por el Grupo 2º de la Brigada Local de Policía Judicial de la Comisaría de la Policía Nacional de Dos Hermanas (Sevilla) y la investigación se inició en septiembre de 2017.

En este sentido, ambos cuerpos policiales comprobaron que un grupo de personas estaría transportado importantes cantidades de marihuana desde diferentes puntos de la provincia de Sevilla hasta la localidad de Figueres (Girona).

Los agentes pudieron constatar que los arrestados eran miembros de clan familiar denominado ‘Los Porros’, asentados principalmente en las localidades de Figueres, Dos Hermanas (Sevilla) y Perpignan (Francia), desde donde, supuestamente, «se repartirían, según tiempo y ocasión, una serie de tareas perfectamente definidas para facilitar todos los pasos en el traslado de la droga cultivada, hasta su último escalón: su venta a organizaciones del resto de Europa, principalmente de Francia, obteniendo con ello suculentos beneficios».

Leer mas

0000

La Guardia civil a localisé dans un contrôle routier effectué à Diezma (Grenade) une cargaison de plus de 257 kilos de haschich cachée sous les entrailles d’animaux et a arrêté le chauffeur du van, de nationalité polonaise.

La découverte a eu lieu vers 23h00 le 26 mai sur l’A-92, au kilomètre 278, dans la commune de Diezma.

À ce stade, les agents effectuaient un contrôle et ont intercepté une camionnette se dirigeant vers Puerto Lumbreras chargée de fûts pleins d’intestins d’animaux salés.

Cette intervention fait partie du « plan Telos », qui a lieu dans le Campo de Gibraltar et sa zone d’influence pour lutter contre le trafic de drogue en provenance d’Afrique du Nord.

source

000000

0000000000000000000000000000000000

27 tonnes pour le Canada

Ricky Anthony Parsons, rentre au port de Clarenville-St Jones, au Nouveau Brunswick.  Son bateau, le « M/V Cutknife II » est chargé de vingt-sept tonnes de cannabis afghan qu’il a récupéré sur le supplyer  en eaux internationales. La Royal Canadian Mounted Police (RCMP)  saisit la cargaison.

5 tonnes pour l’Angleterre

Le 3 novembre, un bateau de pêche, le  » Schema  » est arraisonné par les douanes anglaises à Bideford, en Cornouailles. Il y a cinq tonnes de cannabis afghan à bord.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Aviseur International

Eté 1993

ile-de-SocotraQuelques problèmes en mer d’Oman!

L’intervention américaine en Somalie perturbe les plans. Des avions de l’US Air force ne cessent de survoler la zone où le cannabis afghan enlevé dans la région de Gwadar, sur la côte ouest du Pakistan, devait être transféré à bord du Melor, entre l’extrême Est du Yémen et le Nord de l’île de Socotra.

Le cargo iranien qui avait chargé  dans le port pakistanais n’a pu attendre le Melor et a improvisé en transférant les trente-deux tonnes  à bord d’un discret boutre local qui attend sagement le navire Melor dans la zone de Obock, au nord-est de Djibouti, sans attirer l’attention des pilotes américains.

Obock.8

D’un saut d’avion, NS 55 va rejoindre l’équipage en escale à Djibouti avant l’opération de chargement, et s’assure que tout est en ordre.

Le transbordement  s’effectuera le 14 juillet  1993 sans problème.

MELORM/S Melor finançé à l’origine par la…

Voir l’article original 230 mots de plus