FRANCE 🇫🇷 (Ile-de-France) : chez les dealers, c’est la course aux armes de guerre

La saisie d’un véritable arsenal, destiné à un point de deal en Seine-et-Marne, a déclenché une enquête internationale.

Mexicanisation du narco-business

 

Lumière sur une escalade de la violence qui inquiète les autorités.

Lire

0000

FRANCE 🇫🇷 (OFAST Marseille) : la tactique des régaliennes contre les trafics de drogue

Cette méthode de « pilonnage », complémentaire des actions déjà engagées par les services contre les trafics de stupéfiants, est une priorité des forces de l’ordre. C’est une nouvelle méthode plus offensive et plus visible avec notamment des unités de CRS. Il s’agit avant tout d’entraver l’action des trafiquants de manière globale. Cela allège ainsi la pression qu’ils exercent sur les habitants des quartiers et leur vie quotidienne.

Lire

0000

Les NARCONEWS sur TWITTER

000000

EUROPE 🇪🇺 (Europol) : augmentation de la corruption liée au trafic de drogue

« Des quantités de cocaïne sans précédent entrent dans l’UE en provenance d’Amérique latine, générant des bénéfices de plusieurs milliards d’euros »

De surcroît, la pureté de la cocaïne ainsi acheminée est désormais au plus haut niveau jamais atteint dans l’UE

« Le trafic de cocaïne alimente des structures criminelles qui se servent de leurs énormes ressources pour infiltrer et saper l’économie de l’UE, les institutions publiques et la société« , relève encore Europol.

Plus sur ce sujet


FRANCE 🇫🇷 (DNRED – Douane française) : Marc Fievet, AKA NS 55, était interviewé par « Génération WeeD »

La video

000000

FRANCE 🇫🇷 (Vols de drogue, d’argent, de cigarette) : 18 ex-policiers de la Bac Nord de Marseille seront au tribunal jusqu’au 23 avril

Par Jean-Michel Décugis et Ronan Folgoas 
EXTRAITS
de l’article du Parisien

Au début des années 2010, les quartiers nord de la ville sont vampirisés chaque jour un peu plus par les trafics de drogue, sur fond de règlements de comptes entre gangs rivaux. Un phénomène relativement nouveau à l’époque. Place Beauvau à Paris, les ministres de l’Intérieur qui se succèdent réclament des saisies aussi nombreuses et volumineuses que possible. La pression redescend ensuite jusqu’aux chefs de groupe de la Bac et à leurs hommes.

Pour les méthodes, la hiérarchie préfère de ne pas savoir. Pourvu que les résultats soient au rendez-vous.

Affranchis de la procédure pénale et dopés à l’adrénaline

C’est dans ce contexte que prospère une culture déviante chez les « Baqueux » à Paris et en Seine-Saint-Denis comme dans la cité phocéenne. A Marseille, affranchis de la procédure pénale et dopés à l’adrénaline, ils s’autorisent toutes les dérives. Perquisitions illégales « à la mexicaine » dans le but de mettre la main sur des produits stupéfiants ou de l’argent, prélèvements de barrettes de shit ou de liasses de billets au cours d’interpellations réalisées hors de toute procédure, saisies pour leur compte personnel des cartouches de cigarettes de contrebande…

Sébastien Bennardo, ex-membre de la Bac Nord, publiera même un livre sur le sujet. Aujourd’hui, il ne veut plus parler de cette affaire. « Elle ne m’a causé que des problèmes », souffle-t-il.

La justice est alertée par Alain Gardère, le préfet de police de Marseille.

« C’était l’omerta »

Le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest, évoque alors l’existence d’un « système » et d’« une gangrène » qui aurait frappé la Bac Nord. L’affaire prend une résonance nationale.

Partie sur les chapeaux de roues, l’instruction s’enlise ensuite au fil de sept longues années.

« Cette affaire illustre l’ambiguïté de ce qu’on attend des policiers de base »

En juin 2019, Pierre Philippon, le dernier juge d’instruction en charge du dossier, finit par ordonner le renvoi de dix-huit anciens membres de la Bac devant le tribunal correctionnel, notamment pour vols en réunion de produits stupéfiants, d’argent ou de cigarettes « par personnes dépositaires de l’autorité publique dans l’exercice de leurs fonctions ». Les charges de nature criminelle (extorsion et violences volontaires en bande organisée) sont abandonnées, faute de preuves. Près d’une décennie plus tard, ces hommes âgés entre 37 et 60 ans doivent donc être jugés à partir de ce lundi par le tribunal correctionnel de Marseille. Les charges les plus lourdes sont passibles de peines pouvant aller jusqu’à dix ans d’emprisonnement.

LIRE l’article en entier

000000

FRANCE 🇫🇷 (DNRED – Douane française) : Marc Fievet, AKA NS 55, était interviewé par « Génération WeeD »

La video

000000

FRANCE 🇫🇷 (Drôme – péage de Valence Nord) : 150 kilos de résine de cannabis saisis

Avec l’appui de la BRI de Lyon, les enquêteurs de la police judiciaire de Valence ont arrêté jeudi matin deux hommes qui étaient des « semi-grossistes » de drogue et qui approvisionnaient les « détaillants » en Drôme et en Ardèche.

C’est la conclusion d’une enquête entamée il y a plus de deux ans par les enquêteurs de la PJ de Valence.  Les trajets se font entre l’Espagne et l’agglomération de Valence à un rythme irrégulier.

Le convoi composé d’une C3 et d’un petit utilitaire Ford

C’est une Citroën C3 qui roule devant et un Ford Courier qui assure le transport de la marchandise. Jeudi matin, vers 9h30, à la sortie de l’autoroute, au péage de Valence Nord, le véhicule transportant la drogue est stoppé sans difficulté. Dans le coffre, il y a cinq ballots de résine de cannabis pour un poids total de 150 kilos. Le conducteur de la voiture ouvreuse en revanche s’enfuit. Il faudra une poursuite de vingt minutes à la BRI de Lyon pour l’arrêter enfin à Glun.

source

000000

NARCOTRAFIC MARITIME 🇪🇺: comment inspecter de près les marchandises et les conteneurs avec précision?

En France, les contrôles aléatoires sont tellement rares que la sécurité est remise en cause et nos savants continuent de réfléchir et de se refiler le dossier de ministères en ministères puis de services en services pour savoir si l’on va équiper nos ports de systèmes performants de contrôles qui existent !

Que du bonheur pour les narcos qui savent pouvoir compter sur le pinaillage des administrations françaises pour les laisser continuer à exporter des cargaisons de drogues.

Le groupe américain ADVANCED WARNING SYSTEMS INC a proposé le dernier système de numérisation automatique IGRIS (INELASTIC GAMMA RAY IMAGING SYSTEM) utilisé par le Pentagone pour inspecter de près les marchandises et les conteneurs avec précision.

La nouvelle technologie IGRIS est utilisée par ‘Le Pentagone’, le ministère américain de la Défense (Joint Improvised Explosive Device Defeat Organization – JIEDDO).

Selon les explications fournies, le système IGRIS, grâce à ses générateurs de neutrons scanne la cible avec plus d’un million neutrons par seconde, ce qui permet de divulguer des détails précis (niveau moléculaire) de tout le contenu des conteneurs et strictement avec un système tridimensionnel précis et à une vitesse de 25km/h.

Le système de contrôle central envoie également une notification immédiate aux douanes, aux services de sécurité, aux organes de contrôle des drogues, aux départements ministériels et aux ministères souverains concernés.
Ce système devrait être adopté dans les ports, les aéroports et les postes frontières de tous les États responsables et conscients des graves perturbations causées par les fraudes, le narcotrafic et le terrorisme dans le monde d’aujourd’hui.

Les seuls à détecter les céramiques et autres polymères (couteau, armes à feu, etc…)

SOURCE

000000

FRANCE 🇫🇷 (OFAST) : 400 kilos de coke, course poursuite et coups de feu à Maromme

C’est sur la zone portuaire de Moulineaux, en aval de Rouen, que le bateau en provenance d’un port d’Europe du Nord est arrivé mercredi soir. Cette fois-ci, ce n’était pas les douanes, mais l’Office anti-stupéfiant (Ofast) qui l’attendait, dans le cadre d’une enquête ouverte à la Juridiction interrégionale (Jirs) de Paris.

Les policiers ont observé à distance le déchargement de la marchandise et son rechargement dans une Audi par deux hommes. Ils les ont ensuite suivis jusqu’à une commune voisine où, selon nos informations, les 400 kg de cocaïne ont été transbordés dans une seconde voiture. Puis les deux véhicules sont repartis en convoi. Arrivés à hauteur de Maromme vers 4 h, les hommes de l’Ofast ont voulu procéder à l’interpellation de leurs occupants.

Les ‘transporteurs’ ont refusé de s’arrêter et un agent a tiré à plusieurs reprises.

Selon nos informations, un homme a malgré tout été interpellé et placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête ouverte pour trafic de stupéfiants. On ignore si la marchandise a été saisie.

source et plus

000000

 

FRANCE 🇫🇷 (cyber-enquêteurs de la Police) : les trafiquants passaient leurs annonces sur les réseaux sociaux, via des sites comme Snapchat ou Telegam.

Le travail des policiers de Saint-Malo et des cyber-enquêteurs de la police judiciaire a permis de remonter jusqu’à eux. Les perquisitions de la camionnette de livraison et de leur domicile ont permis de saisir plus de 500 grammes de résine de cannabis, un peu d’herbe, une trentaine de grammes de cocaïne et 550 bonbonnes de gaz hilarant. Quatre téléphones portables, 7.110 euros en liquide et plusieurs produits de conditionnement ont également été découverts.

Les deux jeunes ont été présentés au parquet ce vendredi 2 avril. Ils auront bientôt rendez-vous devant la justice.

Pour le commissaire Guillaume Catherine : « Cette affaire met en relief le travail des cyber enquêteurs qui occupent une place de plus en plus importante dans nos enquêtes. C’est une première pour la police judiciaire de Rennes dans le domaine de la cyber criminalité pour une affaire de stupéfiants,« .

source et plus

000000

FRANCE 🇫🇷 (DNRED – Gendarmerie – GIR – OFAST) : les nominés au titre de « DRUG LORD »

Depuis 2019, l’office des stups dresse un classement de ses cibles prioritaires, surnommé en interne le « top 25 » des trafiquants de drogue français.

Sans doute pour ne pas lui donner un caractère trop prestigieux, ce tableau, classé confidentiel, a été, cette année, sobrement rebaptisé « liste nationale ».

Pour intégrer ce cercle restreint des principaux narcos français, les prétendants doivent remplir un certain nombre de critères témoignant de leur puissance et de leur dangerosité : implications dans des règlements de comptes, capacité à se projeter à l’étranger, à corrompre des agents publics, des policiers, des douaniers, moyens logistiques, usage des technologies de dissimulation…(Et en capacité de rétribuer en cash les meilleurs avocats… Marc Fievet)

Voici les dix plus gros trafiquants de cette liste par Vincent Monnier

1- Moufide Bouchibi. AKA « Poto », « Mouf », « Karim », « le Parisien »

2- Reda Abakrim. AKA « Turbo », « Mourad de Poissy »

3- Nordine D. AKA « Mac Do », « Monsieur N. »

4- « Ben de Trappes »

5- Bouchaïb El Kacimi. AKA « Bouch de Dreux », « R8 ».

6- Kevin Doure. AKA « El Negro », « Cali », « le Pablo Escobar français »

7- Rachid El M. AKA « Le Chinois »

8- Nasserdine et Abdelrani T.  AKA « Tic et Tac » , « les Jumeaux ».

9- Younès L. AKA « le Nantais », « le Grand ».

10- Ali et Messaoud Bouchareb. AKA « Ryan » pour Ali

SOURCE et Plus

000000

 

 

FRANCE 🇫🇷 (Cour des miracles) : l’OCRTIS de nouveau à la « Une »

C’est un livre choc qui met à nu les dérives de la lutte antidrogue en France. Emmanuel Fansten, journaliste au service police-justice du journal Libération, publie Trafics d’Etat, enquête sur les dérives de la lutte antidrogue. Un ouvrage sous forme d’enquête qui montre comment une partie de la police française a favorisé le transit de tonnes de drogue entre l’Espagne et la France pendant des années. Invité d’Europe Soir, le reporter raconte comment il a pu mettre à jour ce qu’il appelle « un système d’État ».

Tout commence le 18 octobre 2015, lorsque les forces de l’ordre saisissent 7 tonnes de cannabis dans le 16e arrondissement de la capitale, un record. Durant ce coup de filet, un suspect est interpellé : Sofiane Hambli, trafiquant à la renommée internationale. Or cet homme est également le principal indic de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis). Un informateur bien connu des stups, puisqu’il a été recruté en Espagne par François Thierry. le chef de l’Ocrtis.

source et plus

000000

 

 

Les douaniers de la DOD de la DNRED, verts de jalousie des succès de François Thierry, décident de s’intéresser à ses activités … La musique sera orchestrée par Erwan Guilmin. La suite, on la connait, la saisie de 7 tonnes de cannabis Boulevard Exelmans…

En novembre 2020, Aviseur International faisait paraitre cet article

FRANCE 🇫🇷 (narcotrafic): l’OFAST remet au trou Sofiane Hambli

000000

 

FRANCE 🇫🇷 (OCLCO Lyon) : un drone, la PJ, le RAID et l’informateur qui se barre en scooter

Gang de braqueurs démantelé : où est passé le mystérieux indic de la police ?

Par Florian Loisy
Le 24 mars 2021 à 17h16 – Le Parisien

Le seul membre du commando non identifié

Mais, comme dans d’autres dossiers récents, où les liens entre les malfrats et les policiers sont trop étroits, cette affaire pourrait être remise en question par les révélations de celui qui est présenté comme le cerveau de ce gang, qui estime avoir été « piégé et incité » par un indic de la police suisse. La juge d’instruction vient de demander de nouvelles recherches à l’encontre du seul membre du commando qui a jusque-là échappé à toute poursuite et toute identification. Ces dernières semaines, la magistrate aurait entrepris de remonter la piste de ce fameux complice, passé entre les mailles des filets de la PJ ou que les enquêteurs ont délibérément laissé partir frappés soudainement d’une cécité passagère…

SOURCE ET PLUS

à suivre

000000

FRANCE 🇫🇷 (OFAST) : 11 interpellations après une vaste opération anti drogue qui a mobilisé 180 policiers et gendarmes

C’est une vaste opération qui a eu lieu ce lundi 22 mars à Mâcon en Saône-et-Loire. Près de 200 membres des forces de l’ordre, dont la moitié venus de région parisienne, ont participé à une vaste opération anti-stupéfiants. Onze personnes ont été placées en garde-à-vue.  

Le bilan est modeste puisque le procureur de la République de Mâcon, Eric Jallet reconnaitra la saisie de quelques centaines de grammes de cannabis, un peu de coke et quelques espèces…

SOURCE

000000

FRANCIA 🇫🇷 (policía de París) : solo pensando en sorprender al publico, Policía confunde golosinas de fresa con gran botín de éxtasis

En el reino de la estupidez, desafiaron las leyes del equilibrio

En Perú, hablamos de eso

—-
Mundo LR

19 Mar 2021 | 21:52 h

La policía francesa indicó que tenía una “investigación fructífera” de “un taller de envasado de estupefacientes (MDMA, éxtasis) que abastecía a fiestas clandestinas”.

Foto: Préfecture de Police / Twitter

Las autoridades policiales comunicaron que el cargamento de drogas incautado valía más de 1 millón de dólares. Pruebas toxicológicas determinaron que se trataba de dulces.

Mundo LR

En Francia, una gran cantidad de la droga MDMA, comúnmente conocida como éxtasis, incautada por la policía de París el miércoles pasado resultó ser un montón de caramelos de fresa. El cuartel de la Policía de la capital francesa informó el miércoles a través de su cuenta de Twitter que tenía una “investigación fructífera” de “un taller de envasado de estupefacientes (MDMA, éxtasis) que abastecía a fiestas clandestinas”.

Las incautaciones de estupefacientes pueden identificarse erróneamente: en 2020 se afirmó inicialmente que la mayor redada de ketamina de Tailandia era un tipo de agente de limpieza, precisó el portal BBC.

Con información de AFP.

leer todo

000000

NARCO-BUSINESS (OFAST 🇫🇷 ) : le « Who’s Who » des narcos français

—-

Les noms des protagonistes, leurs surnoms, leurs affinités avec d’autres clans, leur point d’ancrage y figurent.

Depuis 2019, l’office des stups dresse un classement de ses cibles prioritaires, surnommé en interne le « top 25 » des trafiquants de drogue français. Sans doute pour ne pas lui donner un caractère trop prestigieux, ce classement a été, cette année, sobrement rebaptisé « Liste nationale », ce qui a permis également, au gré des enquêtes en cours et des renseignements récoltés, de l’allonger au-delà de 25 personnes.

Stéphanie Cherbonnier

A quoi sert ce document classé confidentiel ? « Ce n’est pas un simple album photo » explique Stéphanie Cherbonnier, la patronne de l’Ofast

« Derrière chaque nom, il y a une stratégie opérationnelle, des enquêtes en cours, des mises à jour des informations. »

source

000000

NORVEGE 🇳🇴 : projet de loi pour une vaste réforme de dépénalisation des drogues

Intitulé « De la punition à l’aide », le projet de loi plaide en faveur d’un changement de paradigme : privilégier le dialogue à la sanction, en espérant que la personne en face finisse par saisir la main tendue.

Amendes et condamnations seront remplacées par une convocation obligatoire chez un conseiller spécialiste des addictions, sans que cela donne lieu à une inscription au casier judiciaire.

Par

Si le projet de loi, élaboré par le gouvernement de centre droit et examiné par les députés depuis le 16 mars, est adopté, l’achat, la possession et l’usage d’une dizaine de drogues – dont le cannabis, la cocaïne et l’héroïne – seront dépénalisés.

Le projet de loi présenté par le gouvernement conservateur prône le dialogue plutôt que la sanction.

Certains craignent une hausse de la consommation !

FRANCE 🇫🇷 (OFAST) : Stéphanie Cherbonnier et Corinne Cleostrate de la DNRED vont-elles enfin réellement travailler ensemble ?

Stéphanie Cherbonnier – OFAST

L’Office anti-stupéfiants a permis l’identification de près de 4 000 points de deal, 450 ont été démantelés, mais « Entre connaître des points de deal et conduire des opérations visant à leur démantèlement, ce sont deux étapes différentes, c’est un processus compliqué« , a rappelé Stéphanie Cherbonnier.

Corinne Cleostrate – DNRED

L’objectif de l’Office anti-stupéfiants (Ofast) est de permettre « une meilleure coordination des acteurs chargés de la lutte contre les stupéfiants« , a expliqué à franceinfo sa cheffe Stéphanie Cherbonnier, mercredi 17 mars. Cet office, recomposé en février 2020, a pour but de mener des opérations anti-drogue, notamment pour « éradiquer les points de deal ».

000000

 

FRANCE 🇫🇷 (Drogues) : dans un entretien au Parisien – Aujourd’hui en France, Gérald Darmanin dresse un un bilan positif sur près d’un an d’action contre le trafic de stupéfiants

QUID de la cyber-distribution via Twitter ?

QUID de l’incapacité de nos cyber-services pour supprimer les milliers de propositions de stups, d’armes et d’offres pédocriminelles ?

QUID de l’implantation des nouveaux points de vente ?

QUID du contrôle efficace possible dans nos ports maritimes ?

QUID de l’embouteillage des services judiciaires ?

QUID de l’économie souterraine qui alimente des quartiers défavorisés ?

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

EXTRAITS

de

l’interview cocorico !

Par Jean-Michel Décugis et Damien Delseny

Il y a neuf mois vous avez fait de la lutte contre le trafic de drogue une priorité. Quel est votre bilan ?

Nous sommes en train de regagner le terrain. Et c’est sans précédent. Nous menons la bataille sur deux fronts : l’offre et la demande. L’offre, avec la lutte contre les trafics internationaux, les grossistes et tous les points de deal que nous avons recensés et ciblés, mais aussi en travaillant sur la demande, avec les consommateurs et les amendes forfaitaires délictuelles (AFD) pour usage de stupéfiants (NDLR : 200 euros et une inscription au fichier des antécédents judiciaires).

Cela signifie que la demande reste forte ?

Oui. La preuve, c’est que dans une année 2020 marquée par le confinement et le couvre-feu, les saisies de drogue ont été très importantes.

Est-ce lié, selon vous, à la création de l’Office anti-stupéfiants, l’OFAST ?

Il y a tout un dispositif. Avant, les services travaillaient en silo, l’ OFAST, voulu par le président de la République, c’est la task-force au service d’une mobilisation générale anti-drogue, une DEA (la Drug Enforcement Administration aux Etats-Unis) à la française. Dans chaque département, désormais, une cellule du renseignement opérationnel sur les stupéfiants coordonne l’action. Cela a contribué à démanteler 12622 réseaux l’an dernier.

Vous aviez recensé en septembre 3952 points de deal en France, combien ont été démantelés ?
Quatre cent cinquante. Et nous allons accélérer la cadence.
Justement, ces attaques contre la police vous les attribuez à la lutte contre le trafic de drogue ?
Il y a un lien évident entre le trafic de drogue et la violence. Mais pas seulement contre les forces de l’ordre.
Vous pensez aux règlements de compte et aux rixes entre bandes ?
En tout cas, tous les règlements de compte commis pendant l’été étaient en lien avec le trafic de drogue, à l’exception des épisodes violents survenus à Dijon avec la communauté tchétchène. C’est une inquiétude et, en même temps, la conséquence du travail mené par la police sur le terrain.
Il y a aussi les armes ?

Les dealers se sont beaucoup armés aussi. A titre d’exemple, en novembre 2019, quand on démantelait un trafic, 8% des personnes interpellées étaient porteuses d’armes à feu. Aujourd’hui, c’est 22%. C’est la preuve d’une militarisation du trafic de drogue.

Y a-t-il toujours une loi du silence dans ces quartiers ?
De moins en moins, et je m’en réjouis. C’est tout l’intérêt de la plate-forme de signalement mise en place (moncommissariat.fr et la brigade numérique de la gendarmerie).
Cela veut-il dire que les méthodes des trafiquants s’adaptent à la conjoncture ?
Entre mars et juin, période de confinement, le trafic s’est effondré. Notamment en raison de l’arrêt du trafic aérien et de la limitation de la circulation routière. Mais, en réalité, ce trafic s’est transformé avec le développement de la livraison à domicile. On a vu arriver des plates-formes sur les réseaux sociaux comme sur Snapchat pour passer les commandes et, ensuite, des livraisons avec scooters, motos ou même voitures. Il y a aussi les livraisons par voie postale.
Votre action vise aussi les consommateurs. Grâce aux AFD, les amendes forfaitaires délictuelles, peut-on dresser une cartographie précise de cette consommation, et un profil des clients ?
J’ai demandé une analyse plus fine de cette question. Il y a d’abord une consommation de proximité par des habitants de ces quartiers populaires. Mais il y a aussi une population plus bourgeoise qui consomme et qui, elle, se fait livrer à domicile. La consigne que j’ai donnée, notamment à la préfecture de police de Paris, c’est aussi d’être présent dans les quartiers plus « huppés » pour contrôler ces livraisons à scooter ou moto. Arrêtons d’accepter la consommation mondaine de la drogue.
Dans votre guerre contre le trafic, vous comptez aussi sur les élus ?
Nous allons proposer aux 100 maires les plus concernés de travailler étroitement avec nous. Parce que nous avons besoin d’eux aussi pour un travail plus social, afin de sortir certains consommateurs de leurs addictions, de travailler sur la re scolarisation. Dans les écoles parmi les plus touchées, nous allons renforcer, avec Jean-Michel Blanquer, la vidéoprotection et les contrôles aux abords.
Pour lutter contre ces équipes très organisées, il faut aussi du matériel. Où en est-on de l’utilisation des drones ?
Cela va être débattu cette semaine devant le Sénat dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la sécurité globale. Pour l’instant, faute de cadre législatif, ils sont au garage.
L’occupation des halls d’immeuble se poursuit même durant le confinement ou le couvre-feu…
C’est un délit, mais il est difficile à réprimer puisque personne ne témoigne. Donc nous allons mettre en place en octobre, là aussi, un système d’amende forfaitaire, ce qui permettra de verbaliser mais aussi d’inscrire ces personnes contrôlées au fichier des antécédents judiciaires et ainsi de mieux identifier ceux qui travaillent comme petites mains dans les réseaux.
A Paris, la consommation de crack reste un problème récurrent…
Le problème du crack, c’est qu’il engendre une très forte dépendance. Les effets sur la santé physique et mentale sont dévastateurs et la détérioration de ceux qui consomment est rapide et souvent inéluctable. C’est une toxicomanie qui touche particulièrement des personnes fragilisées déjà, venant des classes populaires et parfois une population immigrée clandestine. L’intervention et le rôle de la police sont très compliqués. Il y a des saisies et des revendeurs arrêtés tous les jours, mais c’est une drogue très facile à fabriquer. Il faut travailler avec le corps médical et social des villes touchées pour pouvoir faire un accompagnement qui ne soit pas que policier.
Vous parlez de prévention. Votre plan de bataille comporte-il un volet préventif ?
Oui, et nous devons être plus efficaces sur la prévention. Nous n’avons pas encore gagné la bataille pour expliquer que la drogue, c’est vraiment de la merde. Le Premier ministre a donné son accord pour lancer une vaste campagne de communication sur le sujet. Il n’y en a pas eu depuis le début des années 1980. Il faut démontrer la nocivité absolue des stupéfiants dans le décrochage scolaire, dans les maladies psychologiques, dans les violences conjugales, dans les accidents de la route.  La drogue n’est pas un produit sympathique. La drogue, c’est la mort.

SOURCE et l’intégralité de l’interview


Étant tous égaux devant la loi, merci de signer la pétition pour un contrôle dépistage de drogues sur l’ensemble de nos élus faiseurs de lois, des décideurs, des douaniers, des policiers, des gendarmes et des magistrats

Pour signer la pétition

000000

BELGIQUE 🇧🇪 : quand les gendarmes jouent aux pirates pour rattraper les voleurs !

« Il est clair qu’on ne pouvait pas moralement se permettre de laisser passer certaines choses. Les images sont pires que ce que j’ai déjà vu dans certaines séries » entame Frédéric Van Leeuw. Concrètement ? « Des règlements de compte, des tueurs à gage, des photos de victimes, des personnes qui sont envoyées d’un pays à un autre pour tuer quelqu’un, des messages qui disent que si on ne trouve pas une cible, on s’attaque à la famille. C’est une violence incroyable, un monde où la morale a totalement disparu. »

Les policiers ont intercepté au total 1 milliard de messages, dont la moitié a déjà pu être décryptée à ce stade. Pour donner une idée : 3 millions de messages cryptés, écrits, enregistrements ou photos, s’échangent chaque jour entre les utilisateurs de Sky ECC.

Belgique, plaque tournante du trafic de drogue

Si l’on peut parler en ces termes, 2020 a été une année record : 65 tonnes de cocaïne ont été saisies au port d’Anvers l’an dernier. C’était 62 en 2019 contre 50 en 2018. Un chiffre qui augmente donc d’année en année. Selon plusieurs experts, le port d’Anvers capitalise à lui seul 20 à 25% des importations européennes de cocaïne.

 Frédéric Van Leeuw, procureur fédéral.

« La lutte contre le trafic de drogue devrait devenir une priorité absolue dans le monde entier« , commente le procureur fédéral. « C’est en train de tout pourrir : il y a évidemment le côté catastrophique de la consommation de drogue, mais il y a aussi ces sommes d’argent extravagantes qui pourrissent des systèmes entiers et qui génèrent une extrême violence. La vie n’a plus de valeur avec cet argent. »

Des structures venues de l’étranger et dont les méthodes arrivent en Belgique pour notre interlocuteur : « Je suis allé au Brésil il y a deux ans pour un accord de coopération. Le parquet général de Brasilia m’a présenté des situations de violence que je pensais inimaginables en Belgique. Force est de constater qu’en deux ans, chez nous, les attentats à la grenade et les tirs à la kalachnikov deviennent quasiment hebdomadaires. »

lire

000000