Archives de la catégorie ‘TRACFIN’

Image issue d'un article pour la recherche "drogue" (source : France Culture)

Lutte contre la drogue : le « tout-répressif » est-il efficace?

France Cultureil y a 10 heures
Marie Jauffret-Roustide : « La guerre à la drogue a été inventée par Nixon dans les années 1960, elle considère que la prohibition des drogues …
——————————————————————————————

Image issue d'un article pour la recherche "drogue" (source : La Gazette de la Défense)

Courbevoie – Plus de 900 000 euros saisis chez des …

La Gazette de la Défenseil y a 6 heures
Parmi ces suspects : la nourrice, qui stockait la drogue chez lui dans la rue Henri Regnault. Les trois autres auraient, quant à eux, servi à …
——————————————————————————————

Image issue d'un article pour la recherche "drogue" (source : actu.fr)

Seine-Saint-Denis. Drogue, panne d’ascenseur : à Saint-Oue 

actu.fril y a 9 heures
Drogue, panne d’ascenseur : à Saint-Ouen, la cité Charles-Schmidt se sent abandonnée. Lundi 12 octobre 2020, l’Amicale des habitants de la …
——————————————————————————————

A Marseille, deux jeunes filles blessées lors d’une fusillade …

Le Mondeil y a 4 heures
Deux jeunes filles prises sous le feu d’une fusillade à un point de vente de drogue : Marseille a vécu, dimanche 11 octobre, un drame qui …
Marseille : blessée près d’un « point de drogue », une femme est …
RTL.fr12 oct. 2020

——————————————————————————————

Trafic de drogue : à Vannes, des habitants démunis face à l …

LCIil y a 18 heures
À Vannes, comme dans beaucoup de villes moyennes, le trafic de drogue prospère dans certains quartiers. Les habitants n’y vivent plus …
——————————————————————————————

Travail au noir, prostitution, drogue… l’énorme poids de l …

Capital.fril y a 4 heures

… en hausse de 1,8% en raison de l’augmentation du trafic de drogue. Celui-ci générait 14,7 milliards d’euros, et la prostitution 4 milliards.
——————————————————————————————
——————————————————————————————

Phébé – Pourquoi le trafic de drogue ne date pas d’hier

Le Pointil y a 4 heures
Selon l’historien Benjamin Breen, dès le XVIIe siècle, l’expansion européenne a créé les conditions pour le commerce de drogues.
——————————————————————————————

Sécurité | Société. Drogue, radicalisation, sexisme : les …

Le Républicain Lorrainil y a 18 heures
Sécurité | Société Drogue, radicalisation, sexisme : les chiffres de la délinquance. Les ministres Gérald Darmanin et Marlène Schiappa ont donné …
——————————————————————————————

Six prévenus enfin jugés pour un trafic de cigarettes et de …

ladepeche.fril y a 11 heures
… témoins d’une transaction de drogue, décident d’intervenir et interpellent un Carcassonnais alors âgé de 23 ans. Six grammes de cocaïne, …
——————————————————————————————

Image issue d'un article pour la recherche "cocaïne" (source : ladepeche.fr)

Deux jeunes de 20 ans et 13 ans interpellés en possession de …

ladepeche.fril y a 2 heures
Un sachet de 100 grammes de cocaïne, 140 doses de 0,5 gramme de cocaïne, 3 balances électroniques, des gants, le nécessaire de …
——————————————————————————————

Image issue d'un article pour la recherche "cocaïne" (source : La Voix du Nord)

Lille: de l’héroïne, de la cocaïne et 6 000 euros saisis à Moulins

La Voix du Nordil y a 22 heures
Lille: de l’héroïne, de la cocaïne et 6 000 euros saisis à Moulins. Le 6 octobre, trois guetteurs et deux dealers présumés ont été interpellés dans …
——————————————————————————————

Image issue d'un article pour la recherche "cocaïne" (source : Le Télégramme)

Tribunal : un mois ferme pour 3,9 g de cocaïne

Le Télégrammeil y a 19 heures
À proximité, les policiers retrouvent une boulette de 3,9 g de cocaïne emballée dans du film étirable. Il est interpellé et placé en détention …
——————————————————————————————

Alex : deux personnes interpellées pour vente d’héroïne et de …

Le Messager13 oct. 2020
Les deux individus ont été placés en garde à vue, qui pourrait être prolongée selon les découvertes des gendarmes. Les deux personnes …

000000

Une nouvelle arme de lutte contre les trafiquants de drogue, le partage d’informations

Le  préfet Didier  Lauga a dévoilé l’entité devant voir le jour à Nîmes au groupement de gendarmerie du Gard mais qui rassemblera tous les acteurs de la lutte contre le narcobanditisme : SRPJ, section de recherches, Sûreté départementale (DDSP), Douanes et police aux frontières.  

Analyser, partager, exploiter le renseignement en matière de trafic de stupéfiants.

C’est sous ce triptyque que les services de l’État ont présenté ce mardi 13 octobre, un nouveau dispositif pour lutter plus efficacement contre les trafiquants de stupéfiants. Le  préfet Didier  Lauga a dévoilé l’entité devant voir le jour à Nîmes au groupement de gendarmerie du Gard mais qui rassemblera tous les acteurs de la lutte contre le narcobanditisme : SRPJ, section de recherches, Sûreté départementale (DDSP), Douanes et police aux frontières.

source

000000

Aujourd’hui, nous sommes tous en attente de la décision de la décision de la justice britannique d’extrader ou non Julian Assange qui sera rendue le 4 janvier 2021, a annoncé la juge Vanessa Baraitser.

Il s’agit de sa onzième année de détention arbitraire, dont sept ans à l’ambassade de l’Équateur, et maintenant bientôt deux ans à Belmarsh , la prison de haute sécurité de Londres qui risque de se terminer par une peine de prison de 175 ans, s’il est extradé aux États-Unis.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Rien n’a changé!

Au pays de Cocagne qu’est la France, on continue à faire semblant de lutter contre les trafics de drogue et les duettistes de Beauvau continuent d’alterner les instruments qu’ils utilisent passant de la flute, aux flutiaux et pipeaux dans les prestations qu’ils donnent journellement!

———————————————————————————-

Un gigantesque trafic dissimulé, et une base secrète de plus…mais ça, c’était hier!

Encore une fois, Wikileaks démontre qu’il servait à quelque chose en révélant le détail de conversations de chefs d’états sur des sujets dont personne n’a souhaité parler jusqu’ici. Je vous ai conté ailleurs en détail cette incroyable affaire d’un Boeing 727 retrouvé calciné en plein désert. Je vous ai toujours dit que cette affaire était fondamentale, car l’énorme avion bourré de coke n’était qu’un petit bout d’un énorme iceberg, et avant tout un énorme scandale planétaire. Celui d’un trafic phénoménal de transfert de cocaïne sud-américaine vers le continent africain, pour la réexpédier en Europe, ou même vers les Etats-Unis, avec l’aval de gouvernements, tant les quantités transportées sont importantes.

 

Or, que révèle Assange à ce propos ? Ceci  : « Selon un télégramme diplomatique diffusé par Wikileaks et étudié par Le Monde, dans son édition du mercredi 05 janvier, « l’administration de l’aviation civile malienne, prévenue du fait que le certificat de navigabilité de l’appareil avait expiré, s’était vu interdire d’intervenir et d’enquêter sur le crash. En outre, les autorités de Bamako ont refusé de communiquer à ce sujet avec l’agence américaine antistupéfiants », révèle encore cette dépêche diplomatique. Mais voilà qui est plus que passionnant ! Un gouvernement qui refuse de collaborer sur une enquête concernant 5 tonnes au minimum et plutôt 10 tonnes de cocaïne selon les spécialistes ? La question que l’on se pose, avec les autorités maliennes, est évidement celle ci : « Pourquoi une telle inertie ? D’après Le Monde, qui cite une source diplomatique occidentale, « le président malien se trouverait redevable envers des personnalités qui ont négocié avec succès la libération d’otages occidentaux. Et certaines de ces personnalités seraient impliquées dans le trafic de drogue. » Que cela peut-il signifier ? Qui étaient ses négociateurs et quels étaient ces otages ? Les négociateurs auraient quelque chose à voir avec le trafic de drogue ? Le Mali, sur cette affaire a-t-il agi de son plein gré, où a-t-on fait pression sur lui pour étouffer l’affaire ?

Mieux encore : « Selon le site WikiLeaks, des éléments tendraient encore à prouver que l’aviation civile malienne avait été prévenue, notamment par le Nigeria et les Etats-Unis, des rotations de ce Boeing entre la Colombie et le Mali. Mais qu’elle n’avait rien fait, en l’absence d’ordre formel de sa hiérarchie, c’est-à-dire l’Etat malien. L’ordre d’enquêter étant tombé finalement trois semaines après la découverte de la carcasse de l’appareil… ». L’état Malien a donc freiné l’enquête, on s’en doutait un peu : logiquement, on aurait dû retrouver le numéro de l’appareil parmi les débris calcinés . Wikileaks a donc mis le nez dans quelque chose de très tordu, encore une fois. En prime, on apprenait que l’avion crashé avait déjà fait de nombreuses « rotations » avant de se faire détecter : un avion de ce tonnage atterrissant à plusieurs reprises avait fini par attirer tout le monde… y compris la DGSE, qui s’était souvenue pour sûr d’un autre 727 plein de drogue. Celui du prince Nayif bin Fawwaz al-Shaalan al-Saud. On imagine mal les services secrets français ne pas dépêcher un espion là-bas pour aller faire le tour de l’épave. Et on imagine sans problèmes le nom de celui envoyé…

L’allusion du président malien visait nécessairement un de ces concitoyens, mais pourrait aussi concerner un étranger, ce qui poserait un problème diplomatique certain : « redevable envers des personnalités qui ont négocié avec succès la libération d’otages occidentaux » aurait pu viser semble-t-il au départ le maire de Tarkint, qui avait effectivement beaucoup fait pour la libération de Pierre Camatte détenu par Abdelhamid Abou Zeid, après avoir été enlevé par des mafieux locaux (et « revendu » après à Abou Zeid). Celui-là, ou un de ceux venus complaisamment déposer à propos de la mort de Germaneau la thèse officielle… française, de la mort après l’assaut, en représailles de l’attaque du camp. Or, dans ce camp, avais-je signalé, qu’avait-on trouvé, sinon le propre fils d’un dignitaire mauritanien, Aboubacr Essidigh, qui « serait ainsi le fils de l’ancien député d’Aleg (ville mauritanienne), Yahya Ould Abdi ». Un Elu de l’Assemblée nationale mauritanienne et signataire d’un texte fustigeant l’attaque terroriste du 24 décembre 2008 à Aleg. Un texte émanant des « mauritaniens vivant aux Etats-Unis »  : « Les Mauritaniens vivant aux Etats-Unis appellent leurs compatriotes à s’unir et à mesurer à sa juste valeur la gravité de la situation. Nous avons affaire à des groupes fanatiques, idéologiquement alimentés par des Fatwas sans fondement, promues par des idéologues de la désespérance humaine et qui sont prisonniers d’une logique négationniste totalement incompatible avec le principe fondateur de l’Islam auquel se réfère le verset 256 de Sourate Al-Baghara « Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu’il croit en Dieu saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Dieu est Obedient et Omniscient. ». Notre Foi et nos convictions morales nous imposent de condamner et de combattre cette idéologie nihiliste. Il y va de notre avenir et de celui de l’humanité toute entière. » On comprend alors le problème du président malien, que Nicolas Sarkozy était venu supplier de libérer Camatte, en élargissant quatre prisonniers, des islamistes extrémistes ayant commis des attentats, justement. Yahya Ould Abdi avait-il participé aux négociations ? Etait-ce lui qui aurait été visé par la phrase d’ATT ?

Le négociateur aurait donc été lui-même empêtré dans le trafic ? Ça se conçoit aisément quand on sait comment ce dernier est sélectionné : « Le Malien Omar Ag Aly, un des médiateurs en 2008 ayant obtenu la libération de deux touristes autrichiens enlevés en Tunisie avant d’être transférés au Mali, se souvient que les commanditaires d’Aqmi ont, dans un premier temps, versé 7 500 euros aux intermédiaires ayant participé au rapt. « Les intermédiaires sont des volontaires ou des gens contactés par Aqmi pour enlever les otages. Le tarif varie selon les circonstances », affirme-t-il ». Un tarif qui peut être plus élevé encore (et qui peut donc faire naître des vocations. « Lors de l’enlèvement, le 14 décembre 2008, de deux diplomates canadiens dans la région de Niamey, rien que les intermédiaires se sont partagés plus de dix millions de FCFA (15 000 euros), car la distance était longue, les otages étant venus au nord du Mali », explique une source sécuritaire malienne. » Les négociateurs sont-ils pour autant complices ? A voir certaines transactions, on peut effectivement le penser : « Une fois la rançon versée, certains médiateurs ont droit à leur part. En 2004, « Ibrahim » faisait partie d’un groupe de médiateurs maliens ayant obtenu la libération d’une dizaine d’Européens retenus prisonniers au Mali : « Pour être franc, même les salafistes (membres d’Aqmi) ont donné de l’argent à certains d’entre nous quand ils ont eu la rançon », affirme-t-il ».

Cela semble une évidence : « Il se souvient avoir croisé, juste après la libération des otages, « un autre groupe de médiateurs, qui voulait monnayer ses services. Il y a beaucoup d’escrocs qui cherchent à se faire de l’argent ». L’un d’eux, surnommé « Monsieur commission », très connu dans le nord du Mali, est soupçonné d’être à la fois au centre d’enlèvements et de libérations d’otages : il est aujourd’hui l’un des plus importants propriétaires de bétail du Sahel ». Dans le cas de la libération de Pierre Camatte, on est même allé plus loin en relâchant des talibans : « Un autre Malien, « Omar le Sahraoui », qui avait été condamné en Mauritanie à douze ans de prison pour l’enlèvement d’Espagnols, a participé fin août à leur libération juste après avoir été extradé au Mali« . Pire encore, quand on découvre qui décide du sort des otages : « Dans le cas des sept otages (cinq Français, un Togolais et un Malgache) enlevés mi-septembre au Niger et transférés au Mali, après les preuves de vie, les revendications tardent à venir. « C’est normal. Les auteurs du rapt attendent de recevoir des ordres de leur hiérarchie basée en Algérie », affirme un responsable de la région de Kidal (nord-est du Mali) très au fait du dossier ». Et qui dit Algérie, dit plutôt RDS qu’islamiste, on le sait.

Donc si l’on résume : le gouvernement du Mali, celui qui a tout fait pour libérer Camatte, était donc parfaitement au courant du trafic de drogue, et devait donc aussi savoir d’où venait ce Boeing, et à qui il était destiné. Et devait aussi savoir que celui qu’il faisait libérer sur fortes pressions françaises n’était pas venu pour faire dans l’ONG mais bien pour examiner ce trafic, et même certainement s’être rendu sur le lieu du crash pour ramener des éléments d’enquête à Paris. Le trafic a persisté bien après : le 17 octobre 2010, des touaregs, soutenus par l’armée malienne, désormais, échangeaient des tirs près de Kidal avec des trafiquants, justement. Parfaitement au courant, mais manquant de moyens pour surveiller le territoire. « Nous sommes les otages d’une situation qui nous dépasse » constatait le président Amadou Toumani Toure (di ATT), visiblement incapable d’éradiquer le problème. Un aveu qu’il réitérera en décembre de la même année :« la bande sahélo saharienne, c’est la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, l’Algérie, la Libye , le Tchad et elle va jusqu’au Darfour. C’est le quart du continent africain. Quelqu’un va-t-il me dire qu’il y a une armée pour garder ça ? Il peut aller le dire ailleurs, mais à un général comme moi, s’il le dit, je ne réponds pas, par respect, mais, je sais que ce qu’il dit n’est pas vrai. ‘’ Et c’est l’opinion d’un ancien militaire !

Une théorie renforcée par l’ambassadeur des Etats-Unis au Mali qui évoque ainsi ses rencontres avec ATT : « Il a également parlé des nouvelles fissures entre les factions AQMI. Le succès du Mali a suscité un certain intérêt des voisins. ATT avait précédemment (et désespérément) demandé une coopération. Le message central d’ATT a été que le Mali s’est engagé résolument à l’action lutter AQMI. ATT a souhaité que les Maliens puissent maintenant compter sur des amis comme les Etats-Unis pour les aider dans cette lutte. Ses demandes spécifiques restent, comme indiqué précédemment : le transport et la logistique, les communications, le soutien du renseignement, la construction de petites bases, de points de repos pour les soldats maliens postés dans le désert et la réhabilitation de la piste d’atterrissage de Tessalit comme un point clé pour réaffirmer le contrôle de l’Etat sur le Nord. Il a également parlé d’une aide financière pour soutenir ses troupes. La discussion a porté sur la valeur possible des campagnes d’information pour renforcer le désaccord entre le Nord du Mali et d’autres Arabes et AQMI, et l’importance de rapidement mettre en place des programmes de développement dans le Nord pour donner des solutions de rechange ».

Devant une telle impuissance, on reste coi

Où sont donc passés les conseillers américains venus montrer au maliens dès 2007 comment mater ces fameux islamistes d’al-Qaida, en réalité des trafiquants de cocaïne ? A quoi ont servi les avions de surveillance dépêchés sur place, ce qu’avait révélé le crash du Dash 8 de l’U.S. Africa Command (U.S. AFRICOM), le 20 novembre 2009, soit 21 jours après le crash du 727 ? Un crash survenu faute de kérosène suffisant (!) à Tarakigné, village situé à 30 kms à peine de Kolokani. 5 jours après à peine, le général Ward rencontrait le Président de l’Algérie, et deux jours plus tard ATT. Lors de ce rendez-vous, ATT avait déclaré que « le Mali allait coopérer avec les pays amis pour essayer d’obtenir des informations sur la nature du vol et allait déposer des plaintes concernant la violation de son espace aérien auprès d’Interpol et auprès du Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime ». Or on sait par la dépêche de Wikileaks qu’il n’en a strictement rien fait : difficile de croire que ce soit de sa seule initiative. Il est évident qu’on a cherché à minimiser le crash du 727, qui montrait une pratique courante de transfert de grandes quantités de drogue dans la région. En réponse, « le général Ward a déclaré avec l’ambassadeur Milovanovic, que nous sommes très attentifs à la façon dont nous pouvons accroître la capacité de l’armée malienne à éliminer la menace. Les États-Unis cherchent à assurer un continuum de formation et de renforcement des capacités de maintenance. Garder les unités entraînées ensemble et utiliser le matériel fourni de manière durable pour aider le Mali à atteindre ses objectifs. » Bref il noyait complètement le poisson. Histoire de ne pas révéler les liens avec les trafiquants colombiens d’un côté et le DRS de l’autre, l’Algérie étant le but final en territoire africain pour la drogue. Lors de la prise d’otages du Niger, tragiquement terminée pour deux français, on le sait, le convoi de quatre voitures de preneurs d’otages se dirigeait vers… le Mali.

Mieux encore : le 8 décembre, le Major General David R. Hogg, commandant de l’Africom, déclarait que les Etats-Unis n’avaient pas de base en Algérie, et refusait d’évoquer le contenu des documents de Wikileaks y faisant allusion « repris par la presse française ». Le 14 décembre, devant les révélations trop pressantes, changement de déclaration : « les Etats-Unis songeraient à établir une base en Afrique du Nord » : selon l’agence UPI, une déclaration signifiant aussi que « les Etats-Unis allaient augmenter la traque d’Al-Qaida dans la région »  : on avait affaire à un scénario écrit à l’avance : celui d’amener dans les bagages un fantomatique Al-Qaida pour trouver le prétexte idéal pour installer des bases militaires. Dès le 30 décembre 2009, l’Algérie avait déjà accordé le droit de survol de son territoire aux EP-3 Orion américains, pour de la surveillance de type SIGINT. « Sabri Boukadoum (« le directeur général Amérique au ministère des Affaires étrangères algérien »), a demandé des informations sur la trajectoire de vol prévue de l’EP-3 dans l’espace aérien algérien (DCM a confirmé que, au départ de Rota, les missions consisteraient probablement à survoler la région sud-ouest, près de Tindouf), si l’aéronef chercherait à survoler la Mauritanie et le Mali à chaque mission (DCM a répondu que les missions seraient divisés entre celles principalement survolant le Mali ou la Mauritanie, mais pas les deux), et si la collecte se produirait à l’intérieur de l’espace aérien algérien (DCM a réitéré la notation dans laquelle l’avion ne servirait pas à recueillir des informations sur l’AQMI en Algérie à moins que le GOA ne le demande expressément). En somme, L’AQMI serait surveillé par les Orions américains… mais pas en Algérie même.

Or cette base existe : c’est celle où sont stationnés les Orion P-3, justement  : « et en cherchant un peu dans les différents articles de la revue, on peut retrouver un papier daté d’il y a quelques mois intitulé « Afrique : la nouvelle frontière militaire ». Il y est fait état du financement par le Congrès américain en 2005 et pour une durée de six ans de l’Initiative Transaharienne de Contre-Terrorisme (TSCTI). Doté de 500 millions de dollars, ce fond vise à financer notamment…une base en Algérie d’avions P3 Orion qui serait aujourd’hui en activité dans le sud du pays. Les avions P3 Orion sont à la fois des avions de reconnaissances et des avions de troupes. Selon un expert militaire algérien interrogé par « toutsurlalgerie.com », « il s’agit effectivement d’une base construite et modernisée par BRC Halliburton à Tamanrasset depuis 2004 pour accueillir ce type d’avions. Il y a actuellement en Algérie un P3 Orion américain ainsi que 6 avions Beech-1900 Hisar qui ont le même rôle de reconnaissance ». Ainsi après les exercices militaires communs entre les forces spéciales américaines et les forces spéciales algériennes racontés par Robert Kaplan dans son livre « Hog Pilots, Blue Water grunts » et dont « toutsurlalgerie.com » s’était fait l’écho, voici de nouvelles révélations qui attestent de la présence militaire américaine sur le territoire algérien. Déjà Kaplan citait un haut responsable militaire qui appelait à cette coopération sous forme d’une présence américaine permanente ». Et voilà comment on arrive à implanter une base fondamentale pour les USA dans un pays qui s’est toujours tourné jusqu’ici vers les russes pour ses équipements militaire : chapeau, non ?

Car c’est bien une base de la NSA qui a été installée : une base à « grandes oreilles »

Qui sert déjà à beaucoup de choses : « Depuis le début de l’épisode des deux touristes autrichiens enlevés dans le désert tunisien puis transférés dans le nord du Mali, les Américains semblent particulièrement bien informés sur la situation des otages et même l’endroit où ils pourraient se trouver. On peut difficilement ne pas faire un lien avec une éventuelle présence de forces américaines dans cette région, avec des moyens de reconnaissance efficaces de type…P3 Orion, par exemple » note El Watan. Les américains ont toujours su où étaient tous les otages, cela signifie, en effet. Grâce à des procédés bien rodés. En Irak, pour surveiller les groupes de terroristes, ils avaient laissé s’organiser un trafic de 4×4 neufs ou volés qui avaient tous une particularité : d’avoir des numéros de châssis US, tous, et d’être passés dans le même garage de Floride où leur était apposé une puce émettrice, captable de Boeing RC-135 River Joint de surveillance d’IEDs (redoutables il paraît) ou d’avion de taille d’un P-3… laissant la presse écrire « on ne sait pas où sont les otages de l’AQMI »…

Récemment, le FBI avait refait de même avec un étudiant... soupçonné d’avoir des liens avec Al-Qaida ! Une base où bientôt les Orions seront remplacés par des drones, dont les USA expérimentent aux Seychelles une nouvelle variante dotée d’un étrange chargement, à ce jour inconnue… un drone sous les ordres de l’Africom.

Il y en a déjà trois de positionnés. Pas d’armes à bord, c’est interdit avec les accords passés… avec Mahé et la République des Seychelles.

Si l’Afrique devient un nouveau Pakistan ou un nouvel Afghanistan, les drones tueurs sont déjà prêts…

source

000000

                                                                                                      

La France éternelle !

 

Rassurez vous bonnes gens, Superdarmanin veille et chasse les consommateurs de chichon tandis qu’à la Douane, Isabelle Braun-Lemaire est aux manettes.

Quand à Corinne Cleostrate, la patronne de la DNRED, elle est à son poste. Surtout pas de vagues!

 

Au TRACFIN…depuis que Carpentier a fait virer Thérondel, les agents en poste tiennent à y rester!

 

FRANCE (art. 40): au royaume des tartuffes, Politiques, Magistrats et Hauts-fonctionnaires sont princes de sang LIRE

 

RÉGALIENNES de FRANCE (Corrompus, narcos et blanchisseurs): combien de dossiers en souffrance?   LIRE

000000

Aviseur International

Le PDG de HSBC Mexique a été averti, début 2008, par un haut responsable de la lutte contre le blanchiment d’argent, que l’on soupçonnait que 60 à 70% de l’argent blanchi au Mexique passaient par HSBC.” Pourtant, “pour HSBC, 2008 a été une année record en matière de dépôts en dollars US effectués en liquide dans ses agences, partout au Mexique.”
Selon les documents du gouvernement, entre 2006 et 2010, les employés de la banque au Mexique ont accepté des dépôts de centaines de milliers, parfois même de millions de dollars US montrant des signes “évidents” de blanchiment d’argent, notamment des dépôts en liquide effectués par des personnes n’ayant aucune source de revenus identifiable, et remis dans des boîtes correspondant exactement aux dimensions d’un guichet de banque. Comme la notation “risque faible” avait été attribuée au Mexique par la branche américaine de HSBC, 670 milliards de dollars de…

Voir l’article original 91 mots de plus

FRANCE: quand un ancien DG de la douane française entrait chez HSBC et devenait inspecteur général, chef du groupe Audit France et membre du comité exécutif

lire

0000

La lutte contre la drogue est l’une des batailles du gouvernement français. Cannabis, cocaïne, ecstasy…

Le trafic a explosé ces dernières années. Depuis début septembre, la police est donc autorisée à délivrer des amendes aux consommateurs de stupéfiants dans tout l’Hexagone. Une sanction rapide, qui évite la procédure judiciaire. Mais cette approche a ses limites. À Paris notamment, le crack est l’une des drogues qui cause le plus de soucis à la municipalité. Ce dérivé de cocaïne est extrêmement addictif. Nous en discuterons avec Claire Andrieux, auteure de « La Guerre de l’Ombre ».

000000

A relire…

Aviseur International

Des policiers qui « bougent » des valises marocaines! Du grand classique des méthodes utilisées dans la lutte contre le narcotrafic!

C’était déjà le cas il y a 20 ans!

DNRED (provocation douanière): vers Caracas avec des « James Bond » des Douanes françaises

Aujourd’hui
pour marcoFRANCE (Stups): révélations sur un trafic d’Etat
OCRTIS 2016: bis repetita placent

NARCOTRAFIC (France): quand la cocaïne était rapatriée sous le regard bienveillant de l’OCRTIS et la DNRED

AIR COCAÏNE: la DNRED, l’OCRTIS, le TRACFIN avaient ils des informations sur cette affaire ?

FRANCE (OCRTIS): quant à la lutte contre le narcotrafic!

Il est grand temps de pratiquer un ménage complet dans nos institutions régaliennes si l’on veut réellement éviter de nouveau ce « Grand Bal des « Faux-culs  » auquel nous allons assister!

Car tous, j’écris bien tous, du BCS en passant par la DCPJ, la DNRED, l’ IGPN, l’ OCRTIS, le SIAT et ……… le Parquet vont rivaliser dans le port de…

Voir l’article original 10 mots de plus

LIRE ou RELIRE

l’interview de Michel Charasse par Elise Lucet

°°°°

Pour Michel Charasse, »On ne fait pas la guerre avec le code pénal dans la poche ou avec des prières ou la bible ou le portrait de Mahomet »

Elise Lucet : Invité de Pièces à conviction, Michel Charasse, bonsoir…

Michel Charasse :
Bonsoir.

Elise Lucet :
Vous êtes l’ancien ministre du budget de 1988 à 1992 et sénateur du Puy de dôme, c’est la raison pour laquelle, nous sommes exceptionnellement au Sénat pour réaliser cet interview…Euh, vous ne souhaitez pas parler de, de l’affaire Marc Fievet…Est-ce que je peux vous demander quels étaient vos rapports, lorsque vous étiez ministre du budget avec ces aviseurs, je crois que vous avez souhaité les rencontrer, pourquoi ?

Michel Charasse : Lorsque je suis arrivé au ministère du budget en  mai…juin 88 , l’administration des douanes  dont l’une des fonctions importantes est de lutter contre tous les trafics …de drogue, d’argent,  euh, contre-façon..etc. prenaient par an à peu près 5 tonnes de drogue. Lorsque j’ai quitté le ministère le 2 octobre 1992, nous étions à 35 tonnes par an. C’est à dire multiplier par 5, par 7 pardon…

Elise Lucet : Oui !

Michel Charasse : En, en un peu plus de quatre ans………..Vous pensez bien que tout ceci a nécessité une organisation

Elise Lucet : Honhon !

Michel Charasse : Ou .une réorganisation….Bien entendu ce n’est pas moi qui est tout inventé, mais j’ai donné à la douane beaucoup de moyens…avec l’argent du contribuable, pour en faire une véritable arme contre les trafiquants et notamment les trafiquants de drogues

Elise Lucet : Et parmi ces armes, il y avait les aviseurs

Michel Charasse : Et parmi ces armes il y avait la collecte de renseignement et dans l’ensemble des renseignements, il y avait bien entendu les renseignements fournis par les aviseurs…

Elise Lucet : Beaucoup ?

Michel Charasse :  Des aviseurs plus nombreux, mieux organisés, des relais mieux organisés par l’intermédiaire des , des, des correspondants que la douane pouvait avoir à l’étranger sous couverture planquée ou officielle, attachés douaniers dans les ambassades etc. etc…Donc bien entendu, on a dû beaucoup, enfin beaucoup a été dû aux renseignements

Elise Lucet : Oui !

Michel Charasse : Et c’est d’ailleurs parce que l’affaire a pris une ampleur importante pendant le temps où j’étais au ministère, en  particulier avec la technique de ce que l’on appelle les livraisons contrôlées, c’est à dire l’infiltration de nos aviseurs ou quelques fois de douaniers d’ ailleurs, dans les réseaux de drogue

Elise Lucet : Oui !

Michel Charasse :  Et de fonctionnaires donc, de la douane, dans les réseaux de drogue..Euh, qui a conduit à…  justement un incident grave. ..Euh…entre 90 et 92, qui s’est retrouvé devant le tribunal de Dijon, puisqu’à l’époque la législation française n’autorisait pas la livraison contrôlée,…le code pénal

Elise Lucet : Vous parlez des quatre douaniers qui ont été incarcérés.

Michel Charasse : Voilà, donc il y a eu l’affaire de Dijon  et ces douaniers ont failli être condamné et ..euh, ils ne l’ont pas été que parce que d’une part j’ai fait voter la légalisation des livraisons contrôlées…. Comme je l’ai déclaré un jour, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre,

Elise Lucet : Oui

Miche Charasse : Quand on fait la guerre on fait la guerre…

Elise Lucet : Oui…
Michel Charasse : On ne fait pas la guerre avec le, avec le code pénal dans la poche ou avec des prières ou la bible ou le portrait de Mahomet

Elise Lucet :Donc si on veut coincer des trafiquants, il faut utiliser leurs méthodes !

Miche Charasse : Donc, très bien euh…Il faut utiliser leurs méthodes, il faut aller les chercher là où ils sont

Elise Lucet : Honhon.

Michel Charasse : Vous savez ce sont des tueurs, je parle pas du petit, du petit merdeux, du petit dealer, du pauvre gamin…

Elise Lucet : Non, non, on parle des Locatelli, des gens comme ceux qu’on a vu dans le reportage.

Michel Charasse : Etc… je parle, voilà, des gros. Ce sont des tueurs ! Par conséquent, on va pas attraper les tueurs en leur récitant des cantiques.

Elise Lucet : Alors, on en vient à la situation actuelle, si vous le voulez bien…

Miche Charasse : On tire d’abord et on discute après……………………….

Elise Lucet :……………….Euh, on va en venir à la situation actuelle si vous le voulez bien…

Michel Charasse : J’ai sur ce plan là, quand on a affaire à des tueurs, une notion  de l’État de droit qui est assez flexible…

Elise Lucet :.Michel Charasse, pour terminer, on a bien compris que vous ne vouliez pas parler du dossier de Fievet, mais est-ce qu’il y a en France … des aviseurs de la douane et là je parle pas forcément du moment où vous, vous y étiez, qu’on a laissé tomber…

Michel Charasse : ……………..A mon époque, je n’ai pas entendu dire qu’on avait laissé tomber qui que ce soit…

Elise Lucet : Donc, on laisse pas tomber les aviseurs ?

Michel Charasse :………Mais, on laisse tomber personne …Il faut laisser tomber personne. Lorsque vous êtes  engagé dans une bataille….Euh, et ben…Euh…Euh, vous faites le nécessaire pour sauver tous vos soldats…

Elise Lucet : C’est pas ce que Fievet a l’air de penser…

Michel Charasse : (6 secondes de silence) Chacun pense ce qu’il veut, moi je vous dis simplement que quand on voit les résultats qu’on voit, il faut bien que…euh, l’administration des douanes soit soutenue par son ministre et qu’elle soutienne tous ceux qui collaborent, fonctionnaires ou non à ses activités.

Elise Lucet : Michel Charasse, merci d’avoir répondu à nos questions.

0000

 

Depuis cet interview, tous les hauts fonctionnaires de la Douane française ont refusé d’assumer les actions menées par Marc Fievet pour le compte de la DNRED.

Plus fort, le TA (tribunal administratif) a refusé le témoignage de Christian Gatard, l’officier traitant de Marc Fievet certifiant que ce dernier n’avait jamais manqué d’honneur envers la Douane.

Il semblerait que l’honneur ne soit pas une vertu connue par les DG Comolli, Viala, Duhamel, Cadiou, Auvigne, Mongin, Fournel, Crocquevieille, Gintz et Braun-Lemaire.

Le dossier de Marc Fievet est toujours classé « SECRET DÉFENSE »

000000

 

NARCO-BUSINESS: le trafic se déplace, se transforme, s’adapte.

Publié: 5 octobre 2020 par Marc Fievet dans 36, Aeronarcotrafic, Afghanistan, AFRIQUE, Albanie, Algérie, Allemagne, AMERIQUE CENTRALE - CARAÏBE, AMERIQUE du NORD, AMERIQUE du SUD, Andorre, Argentine, ASIE, Asie centrale (Kirghizstan - Kazakhstan - Ouzbékistan - Tadjikistan - Turkménistan), Australian Customs and Border Protection Service., AUSTRALIE, Équateur, Balkans, BAN, Belgique, Belize, Benin, Blanchiment, Bolivie, Brésil, C3N, Canaries, Cap-Vert, Carabinieri, Côte D’Ivoire, CELTIC, Chili, CHINE, Colombie, Corse, Costa Rica, Customs and Border Protection, Cyberdouane, Cybergendarmes, DEA (USA), Djibouti, DNRED, Douane française, Drogues, Espagne, EUROPE, EUROPOL, France, FSKN (Russie), Gendarmerie, GIBRALTAR, GRC - RCMP (Canada), Guadeloupe, Guardia Civil, Guardia di Finanza, Guardia di Finanza (Italie), Guatemala, Guinée Bissau, GUYANE, Haiti, HM Customs Excise (UK), Honduras, Indonésie, INTERPOL, Irán, Irlande, Italie, Justice, La Réunion, Laos, LUXEMBOURG, MAFIA, Mali, Malte, Maroc, Martinique, Maurice, México, Narco-logistique, NARCOTRAFIC, Narcotrafic INFOS, Narcotrafic maritime, NCA, Nicaragua, NS 55, OCEAN INDIEN, OCRTIS, OFAST, Pakistan, Panama, Paraguay, Pays de transit, Pays producteurs, Pays-Bas, Pérou, Police, Policia, Puerto Rico, Saint-Martin, Sainte-Lucie, Salvador, Santo Domingo, Sardaigne, Sénégal, SERVICES ANTI-DROGUES, SERVICES ESPAGNOLS, SERVICES FRANCAIS, Suisse, SURV et BSI, SVA, Thaïlande, TRACFIN, Turquie, UAR, UK, Uruguay, Venezuela, Vietnam
Tags:, , , ,

Avec leur bras armé, la DEA (Drug Enforcement Administration), les États-Unis frappent fort…

Mais le trafic se déplace, se transforme, s’adapte. Une nouvelle génération de trafiquants émerge à la fin des années 1970, qui recherche à la fois l’argent et le pouvoir.

Si Pablo Escobar est le plus emblématique de tous,  Totò Riina en Sicile, Khun Sa dans le Triangle d’or, et Félix Gallardo au Mexique ont aussi bouleversé le destin de leur pays et fait exploser le trafic à l’échelle mondiale.

Ils défient les États, menacent les pouvoirs en place.

Il faut près de vingt ans pour que ces derniers s’organisent et fassent tomber les quatre barons de la drogue.

000000

ANVERS, port d’entrée de la coke en Europe

L’insécurité frappe particulièrement certains quartiers d’Anvers, où les habitants sont régulièrement réveillés la nuit depuis plus de deux ans par des coups de feu ou des explosions de grenades.

Selon le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, « les plus hautes sphères » de la société sont désormais ciblées par les trafiquants en quête de complicités, « c’est très inquiétant »

La preuve: un ancien chef de la gendarmerie et trois policiers ont été interpellés cette semaine dans une vaste enquête enclenchée après une saisie de 2,8 tonnes de cocaïne fin 2019 dans le Limbourg. Cette province est devenue aussi une base arrière du crime organisé et de la « quick money » (l’argent facile), selon l’expression des enquêteurs.

Jeudi, avec d’autres hauts magistrats réunis au siège du parquet fédéral, il a alerté le gouvernement sur le manque de moyens humains et matériels pour affronter les réseaux criminels. De son côté, le procureur fédéral a comparé le trafic de drogue à « un cancer », dénonçant autant l’infiltration de l’économie par l’argent sale que l’insécurité subie par la population.

LIRE PLUS

000000

L’arrestation de Vargotskii ainsi que celle d’un autre suspect, Francisco Javier Jimenez Guerrero, en octobre 2019 en Espagne, précise la GRC, s’inscrivent dans le cadre du démantèlement, en février 2019, d’un vaste réseau de blanchiment par lequel transitaient des centaines de millions de dollars. Selon la GRC, le réseau, qui s’étendait dans au moins huit pays, offrait ses services à six cellules du crime organisé de Montréal et de Toronto.

L’enquête baptisée Collecteur par la GRC s’est amorcée en 2106 après que les agents fédéraux eurent découvert que des individus déplaçaient des sommes importantes d’argent provenant du trafic de drogues de Montréal vers Toronto.

Ce  système bancaire souterrain , comme l’a appelé la GRC, possédait des ramifications au Liban, aux Émirats arabes unis, en Iran, aux États-Unis et en Chine.

Le réseau permettait ensuite d’envoyer de l’argent vers des pays exportateurs de stupéfiants, comme la Colombie et le Mexique. C’est ainsi que les organisations criminelles canadiennes pouvaient financer leurs importations de drogue.

Parmi les suspects se trouvaient les deux présumées têtes dirigeantes du réseau, Nader Gramian-Nik, 56 ans, de Vaughan, dans la banlieue de Toronto, qui dirigeait la cellule Ontario, et Mohamad Jaber, 51 ans, de Laval, à la tête de la cellule Québec

LIRE plus

000000

Un propriétaire d’entreprise de transport qui a utilisé la plate-forme de messagerie cryptée EncroChat pour diriger un réseau criminel qui transportait de la drogue et de l’argent sale à travers l’Europe a été condamné

Thomas Maher, 39 ans, de Wiltshire Close, Warrington, a comparu à Liverpool Crown Court le 25 septembre 2020 où il a plaidé coupable à deux accusations relatives à l’importation de drogues de classe A au Royaume-Uni et à deux accusations de blanchiment d’argent.

La National Crime Agency est intervenue pour arrêter Maher à la suite de preuves acquises via EncroChat – la plate-forme de messagerie cryptée qui a été supprimée en juin dans le cadre de l’opération Venetic.

Le directeur adjoint de la NCA, Craig Naylor, a déclaré

«Maher était l’homme de la logistique pour un certain nombre de groupes criminels et a joué un rôle clé dans une infrastructure criminelle importante. Il a pu utiliser ses contacts et son entreprise pour faciliter l’entrée de grandes quantités de drogues de classe A au Royaume-Uni et en Irlande, sans se soucier des dommages qu’ils infligent aux personnes et aux communautés. Dans l’autre sens, il a pu expédier de grosses sommes d’argent, qui a sans aucun doute été utilisée pour financer d’autres activités criminelles. En termes simples, les groupes du crime organisé ne peuvent pas fonctionner sans des gens comme Maher. L’opération Venetic a mis fin à des milliers de complots criminels et conduit à l’arrestation de centaines de suspects. Thomas Maher était sans aucun doute l’un des plus importants. Des agents de la NCA ont surveillé les mouvements de Maher pendant sept mois au cours desquels il a rencontré des associés dans des hôtels et dans des espaces publics du nord-ouest pour organiser le trafic de cocaïne des Pays-Bas vers le Royaume-Uni et l’Irlande.

Les messages Encrochat obtenus par la NCA dans le cadre de l’opération Venetic ont montré qu’en avril 2020, il avait orchestré la collecte et la livraison d’au moins 21 kilos de cocaïne à partir d’endroits aux Pays-Bas. Les associés ont fait rapport à Maher lorsque les cargaisons de drogues ont été ramassées, transportées et sont arrivées à leur destination finale en Irlande. Le 2 avril, un échange a eu lieu dans un garage de Lierop, aux Pays-Bas, où 11 kilos de cocaïne ont été passés entre deux véhicules.

Deux jours plus tard, l’arrivée de la drogue par Dunkerque à Douvres et éventuellement à Donabate, près de Dublin, est confirmée. Des messages ont montré que Maher avait discuté de la répartition des bénéfices avec un membre de son groupe. Dans un autre travail, Maher a pris des dispositions pour que 10 kilos de cocaïne soient collectés dans une zone près de De Stru aux Pays-Bas et livrés à nouveau à la périphérie de Dublin, ce qui a généré des bénéfices supplémentaires.

Outre la drogue, Maher a également contribué à faciliter le mouvement de grosses sommes d’argent.  L’une des accusations porte sur l’organisation du transport de 305 000 euros d’Irlande vers les Pays-Bas pour le compte d’un de ses associés, à qui il a facturé une commission pour son implication.

En mai, la « Garda Síochána »* à Drogheda, en Irlande, a saisi 600 000 euros supplémentaires en transit, arrêtant trois personnes. Maher a organisé le mouvement de cet argent.

Des agents de la NCA ont arrêté Maher le 13 juin 2020 à son domicile de Warrington. Il a été inculpé deux jours plus tard et placé en détention provisoire jusqu’à l’audience de plaidoyer  à Liverpool Crown Court.

Le commissaire adjoint John O’Driscoll, responsable de la criminalité organisée au sein de la Garda Síochána, a déclaré:  «La Garda Síochána et la National Crime Agency du Royaume-Uni ont développé une relation de travail très productive, ce qui a permis de mieux protéger les communautés du Royaume-Uni et d’Irlande. Le pouvoir d’enquête combiné d’une telle collaboration entreprise au niveau international empêche les personnes impliquées dans des crimes organisés et graves d’exploiter les frontières internationales pour éviter des poursuites

000000

À défaut de pouvoir recycler l’argent sale dans l’économie régulière, les filières de drogue se sont attaquées au secteur informel, où le cash fait gravement défaut depuis l’éclatement de la crise sanitaire.

Séduits par l’offre de microcrédit proposée par des trafiquants de la drogue à Casablanca, de nombreux marchands ambulants se sont précipités pour signer les reconnaissances de dette ou remettre des chèques en blanc, informe Assabah.

Pour les centaines de marchands dupés, l’opération était facile, simple et surtout arrivait au moment opportun. Ils ignoraient qu’ils allaient devoir rembourser leur prêt trois fois plus cher.

lire

000000

La dernière phrase de l’entretien donné par le tandem Gérald Darmanin – Marlène Schiappa à Olivier Beaumont et Jean-Michel Décugis dans un article publié par Le Parisien précise que toute la politique et donc le combat que mènera le ministère de l’intérieur sera aussi d’empêcher la progression du RN…

A relire

Du Plan anti-drogue présenté le 17 septembre 2019 à Marseille, à l’époque,  un ancien des stups faisait un constat  accablant: « c’est de la gesticulation, de l’affichage politique »

Un ancien des stups n’y croit pas

Ancien commandant de police, Jean-Pierre Colombies, a été enquêteur pendant dix ans à la brigade des stupéfiants, dont cinq à Paris (aux fameux 36, depuis transféré au Bastion dans le XVIIe arrondissement de la capitale) puis cinq ans à Marseille. Contacté par RT France, il estime que le phénomène du trafic de stupéfiants n’est pas considéré de la bonne manière par le ministère de l’Intérieur : «Ce plan antidrogue ne résoudra jamais rien tant que ce gouvernement ne raisonnera qu’en terme de fric et de répression. On parle de toxicomanie, mais le ministre de la Santé n’est pas présent, alors que c’est en réalité un sujet de santé publique. De toute façon, je rappelle que la détention de stupéfiants est déjà punie dans le droit français, il faudrait relire l’article L.627 du code pénal ! Par ailleurs, pour information, il y avait 50 fonctionnaires aux stups de la Sûreté départementale à Marseille en 1993 et il y en a une trentaine aujourd’hui. Si Castaner s’intéresse tant que ça à Marseille, il pourrait réfléchir à cette donnée-là
C’est de la démagogie motivée par la peur de passer pour des mous et de laisser le terrain sécuritaire au Rassemblement national

L’ancien policier va plus loin et considère que l’usage des drogues doit également être considéré comme un marqueur social : «La consommation de stup, c’est le baromètre d’une société qui va mal, au même titre que la consommation d’antidépresseurs et il n’aura échappé à personne que les Français en consomment beaucoup. Ce plan, c’est de la gesticulation, de l’affichage politique. Pendant ce temps, on a des quartiers entiers qui vivent de ça et qui se considèrent comme des quartiers retranchés… Alors les mesures de ce type se succèdent, mais elles ne résoudront jamais rien si on ne travaille pas en profondeur. Il faut dénoncer le malaise social qui sous-tend cette consommation. Pour mettre fin à la crise de l’héroïne dans les années 1980, on a eu recours aux produits de substitution sous contrôle médical et ça a fonctionné parce qu’on a pris en compte les utilisateurs au lieu de chercher à faire du chiffre. Ce que je vois là, c’est de la démagogie motivée par la peur de passer pour des mous et de laisser le terrain sécuritaire au Rassemblement national dans les urnes

En savoir plus sur RT France

000000

 

000000

Depuis 30 ans les régaliennes sont alertées!

Depuis 30 ans, ces mêmes régaliennes n’ont fait qu’amplifier l’énorme marché!

000000

Le 18 aout 2020, Aviseur international publiait cet article

FRANCE 🇫🇷 (Douane – Gendarmerie – Police): nos régaliennes sont-elles incapables de faire face à la déferlante des propositions de livraisons d’armes et de stupéfiants ?

Le commentaire INTÉGRALE à lire

« En réaction au sujet évoqué et les manquements du pouvoir en place.

Je ne voudrais pas être la seule à dénoncer la réalité du quotidien de quelques Français qui s’insurgent, qui dénoncent les réseaux mafieux très bien installés en France avec la complicité passive d’un état qui ne fait rien.

Chaque jour, un peu plus, il y a des témoignages poignants de citoyens français qui vivent un enfer dans des arrondissements parisiens, des petites villes françaises où se sont réfugiés des trafiquants de tous poils. Franchement, c’est un secret de polichinelle !

La France est une terre de prédilection pour les trafiquants qui ne sont jamais inquiétés et qui s’enrichissent.Savez-vous que de jeunes hommes âgés de 28 ans n’ont jamais travaillé de leur vie ? et savez-vous à quoi ils pensent ces jeunes ? ils envisagent de prendre leur retraite à l’âge de 35 ans ? Je confirme avoir reçu ce témoignage à trois reprises d’un individu insoupçonnable car ses oncles sont officiers de gendarmerie et ses cousins exercent le métier d’officiers de police judiciaire.

Recueillir un tel témoignage fait froid dans le dos. De plus, ce jeune homme m’a confié qu’il était « multimillionnaire » à 28 ans !

Voilà la France d’aujourd’hui pour les ignorants, pour les journalistes qui se contentent d’être à la botte d’un directeur de rédaction ! Ras-le-bol de voir ou d’entendre des journalistes faire la morale ou essayer de détourner l’attention des Français sur des sujets fades.

Dans notre France, existe-t-il un journaliste capable d’employer les mots justes pour décrire les « maux » d’une société à la dérive, d’un pouvoir qui tente de « museler » les Français chaque jour un peu plus ?

Quelques Français ne sont pas dupes du jeu exercé par le pouvoir. Quand nos dirigeants perdent la face quoi de mieux que la surenchère par des milliards annoncés et distribués au gré du vent et des affinités ministérielles.

Pourtant, en juin 2020, le pouvoir en place a pu constater le taux d’abstention aux municipales. C’est une sacré claque pour les partis politiques dont les Français ne veulent plus.

Ce ne sont pas les hommes politiques qui vivent au coeur des cités sensibles, dans les villes gangrénées par les trafics qui prennent de l’ampleur et avec le confinement décrété un beau jour de mars 2020, les trafiquants se sont complètement adaptés sur les réseaux sociaux. Livraison à domicile des produits stupéfiants ou autre.

Aucun homme politique ne se déplace dans les petites villes françaises infestées d’hommes inquiétants qui diffusent un discours anti républicain, anti Français.

Nous, Français, allons-nous bâtir des églises en territoire étranger ?

152 mosquées installées sur le sol français au moins sans compter les salles obscures… que des salafistes dirigent ! Les salafistes sont des individus néfastes qui dirigent les pensées d’hommes qui ensuite utiliseront des kalachnikovs pour tuer des « Français ». Les salafistes font de la publicité sur internet et qui les arrête aujourd’hui ? personne ! Pourtant les services soi-disant spécialisés comme la DGSI connaissent ces maudits individus. Que font nos services secrets français ?

Si des services secrets compétents existaient en France, des Français n’auraient pas été exécutés par des individus qui, pourtant, étaient suivis paraît-il !

Combien de morts faudra-t-il encore pour que le pouvoir, notre gouvernement prenne les mesures qui s’imposent quand des individus détruisent nos « valeurs », notre France ! Quand des individus sèment la terreur dans les villes et les campagnes françaises car il se passe beaucoup de choses dans les campagnes qui sont ignorées du public.

Les exemples sont nombreux et le pouvoir en place fait quoi pour éradiquer ces monstres qui n’ont rien à faire sur le territoire français ? J’oubliais, il est vrai que la France est une terre d’accueil. Quand une ministre de la justice fait rapatrier les familles des jihadistes impliqués dans des attentats, des jihadistes qui ont « exécutés » des Français !

C’est ça la France d’aujourd’hui ?
En tant que citoyenne française, il m’est impossible de rester silencieuse face au pouvoir qui manque à ses devoirs envers nous, Français. »

———————————————–

Le 4 septembre Aviseur international publiait cet article

FRANCE 🇫🇷 (OFAST): l’Office anti-stupéfiants, fer de lance d’un combat contre le narcotrafic

le commentaire INTÉGRALE à lire

« OFAST ou OCRTIS = bonnet blanc ou blanc « benêt »….
Le NARCOTRAFIC est au sommet de son « art » tant en France que dans le monde !
Les trafiquants se sont parfaitement adaptés à la « pandémie ».

Si des officiers « compétents » se penchaient de façon plus sérieuse aux trafics tenus depuis des années, voir des dizaines d’années par des individus « ULTRA PROTÉGÉS », la France ne serait pas devenue une terre misérable….. quand quelques officiers ne « trempent » pas eux-mêmes dans les dits trafics.

La réalité quotidienne sur le terrain des trafiquants, des dealers est loin d’être celle évoquée par les médias à la botte d’un pouvoir qui essaye d’éteindre « désespérément » le feu qui couve un peu partout en France.

Alors, force est de constater que l’état français ne protège pas « ses citoyens », car ne l’oublions pas, l’état est garant de la sécurité publique mais ça, c’est une autre histoire.

Au vu du nombre d’armes automatiques en circulation en France et la facilité pour se les procurer, nous avons pu voir les images télévisuelles diffusées en boucle sur ces porteurs d’armes, nullement inquiétés par ailleurs. La France : terre d’accueil et terre « d’écueil » !

L’OFAST = la panacée anti-trafic ? cela prête à sourire.
Super Darmanin = où est la cape ? les supers pouvoirs ?
Un ministre de l’Intérieur = est-ce juste un « Titre » ?

Puisque des « politiques » donnent de la voix, à défaut d’en récolter dans les « urnes », nous sommes dans l’obligation de dresser le constat dramatique d’une France laissée à l’abandon par ces mêmes hommes de tous partis.

Avé Macron ! »

000000

Bart De Wever l’a annoncé avec fierté.

Il lance « la plus grande opération de sécurité dans la ville en vingt ans ». C’est surtout une opération de communication qui vise à cacher le manque de résultat de sa fameuse war on drugs, cheval de bataille de son début de mandat.

par Muriel Lefevre

Les critiques contre un certain laxisme se font entendre ces dernières semaines à Anvers.

Les habitants se sentent abandonnés par leur bourgmestre et la police, tandis qu’autour d’eux, des gangs liés à la drogue lancent des grenades et tirent avec des mitraillettes. Et c’est vrai que les règlements de comptes ont été particulièrement nombreux au sein de la mafia anversoise. La police et les douanes ont saisi plusieurs cargaisons de cocaïne ces dernières semaines, ce qui aurait engendré du ressentiment et de la méfiance entre les membres des gangs de drogue et entraîné cette nouvelle recrudescence de violence. Rien de bien neuf cependant puisque le port d’Anvers, ou la cocaïne rentre par tonne, est le cadre d’une guerre sans fin.

lire sur Le VIF

En France, on a un ministre qui roule des mécaniques pour cacher également son impuissance!

Effets d’annonce, matraquage d’autosatisfaction, remises de décorations à tout va, déplacements tous azimuts….

000000

Le trafic de drogue ne cesse de se recomposer, d’emprunter de nouvelles routes, d’utiliser de nouveaux supports. D’où la nécessité.pour les forces de sécurité de se réformer à leur tour, d’adopter un fonctionnement plus horizontal et de renouer le contact avec une population exaspérée.

Une transformation que nous explique Samuel Vuelta-Simon, ancien procureur de Bayonne (où il s’est occupé des affaires de terrorisme basque), aujourd’hui contrôleur général de la police, chef-adjoint de l’office anti-stupéfiant (OFAST), agence totalement rénovée dans un plan national de lutte contre les stupéfiants.

 

On a constaté que les zones de production tendent plutôt à augmenter dans le monde.

C’est vrai pour le pavot en Afghanistan, pour la feuille de coca dans les Andes, en Colombie et au Pérou. C’est vrai aussi pour certaines parties d’Afrique du Nord, où le cannabis est cultivé.
Néanmoins, je ne doute pas que ces pays-là fournissent un effort pour lutter contre les trafics et réduire leurs productions.

Le lancement de ce plan contre les stupéfiants de l’automne dernier, en 2019, c’est une nouveauté car les trois ministres de l’époque (Justice, Intérieur, Economie et Finances) se sont mis d’accord, sur un plan anti-drogue dans lequel a été créé l’Ofast, une structure inter-agences interministérielles pour lutter contre les trafics, c’est ça la première grande nouveauté.

LIRE et écouter

0000