USA 🇺🇸 (FAA) : la pourvoyeuse d’avions pour les narcos enfin poursuivie

Je vous propose aujourd’hui de vous plonger dans l’effarant listing d’avions ayant servi soit à transporter de la cocaïne, soit simplement à en dissimuler le véritable propriétaire. Des individus en majorité mexicains, comme on va le voir, dont un bon nombre d’avions se sont écrasés… pour se voir dé-enregistrer un an après parfois.  C’est l’une des surprises de ce dossier, phénomène qui éclaire beaucoup les « pannes » de registre constatées depuis des années à propos de ces appareils fantômes. On commence par un premier lot… d’une quinzaine d’avions dont plusieurs ont fait la « une » des journaux et dont une grande partie à mal fini !!!

Un impressionnant listing en forme de réquisitoire à charge

J’ignore donc si le juge Amos Mazzant (ici à droite) est venu relever les noms des avions dans les épisodes de Coke en Stock, ou si le FBI l’a fait à sa place, mais l’acte d’accusation détaillé qu’il a fourni recèle les mêmes noms et les mêmes affaires. Il en a relevé une vingtaine (22, exactement, il en manque encore donc !), que l’on va reprendre aujourd’hui, ce qui pourrait figurer comme une révision de ces six dernières années de trafic en fait.

lire la suite sur Coke en stock (CCCXXII)

000000

 

 

ETATS-UNIS 🇺🇸 (aéro-narcotrafic) : « Wright Brothers Aircraft Title Inc. » et « Aircraft Guaranty Corporation » ont immatriculés plus de 2 000 avions dans plus de 160 pays différents

Peu importe qui est impliqué dans l’achat d’un aéronef par l’intermédiaire d’un fiduciaire, la FAA considère le fiduciaire comme le propriétaire de l’aéronef.

Le propriétaire est donc responsable de la conformité réglementaire. La responsabilité des propriétaires-fiduciaires en matière de conformité réglementaire n’est pas nouvelle; la FAA a souligné cela dans une clarification de politique en 2013, décrivant clairement ce qu’elle attend des propriétaires d’aéronefs qui sont également des fiduciaires aux fins d’aider un citoyen non américain à acheter un avion et à l’immatriculer aux États-Unis.

«La FAA ne considère pas le statut du fiduciaire en tant que propriétaire de l’avion en vertu d’un accord de fiducie comme ayant un effet différent sur ses responsabilités en matière de conformité réglementaire par rapport aux autres propriétaires d’un avion immatriculé aux États-Unis», a écrit l’agence. «La FAA a déterminé qu’il n’y a rien d’inhérent au statut de propriétaire fiduciaire d’un aéronef immatriculé aux États-Unis qui affecterait ou limiterait ses responsabilités en matière de conformité aux lois et réglementations applicables. La FAA n’a connaissance d’aucune raison de traiter un type de propriétaire – comme un fiduciaire sous une fiducie non citoyenne – différemment de tout autre propriétaire d’un aéronef civil inscrit au registre américain lorsqu’elle examine les questions de conformité réglementaire. »

—-

Debbie Mercer-Erwin

L’acte d’accusation contre « Wright Brothers Aircraft Title Inc. » et « Aircraft Guaranty Corporation » a précisé:

Premièrement, les défendeurs enfreignent les règlements de la FAA et du Département du commerce concernant l’immatriculation des aéronefs aux États-Unis, tout en dissimulant la véritable propriété et l’exportation de l’avion. Deuxièmement, lorsque les forces de l’ordre saisissent un aéronef immatriculé chargé de stupéfiants, les défendeurs se désinscrivent ou transfèrent autrement la propriété de l’aéronef.

Enfin, les défendeurs ont participé à une série de fausses transactions de vente d’avions afin de dissimuler le mouvement de fonds obtenus illégalement.

Debbie Mercer-Erwin qui est la propriétaire de « Wright Brothers Aircraft Title Inc. » et « Aircraft Guaranty Corporation », a été accusé d’avoir « aidé » des narcos à enregistrer des avions aux États-Unis.

Les ‘Marshalls américains’ ont perquisitionné les bureaux d’Oklahoma City de « Wright Brothers Aircraft Title » avant Noël et ont arrêté Debbie Mercer-Erwin et sa fille Kayleigh Moffett.

Les deux ont été libérées avant la nouvelle année.

Les procureurs fédéraux ont accusé Debbie Mercer-Erwin, Moffett et six autres personnes extérieures à l’entreprise de sept chefs d’accusation différents.

Divers accusés sont accusés d’avoir géré un projet complexe de Ponzi de 350 millions de dollars, et d’avoir aidé des trafiquants de drogue à se désenregistrer et à modifier les registres de propriété d’aéronefs et/ou à ne pas enregistrer les exportations d’aéronefs et à participer à une série de fausses transactions d’aéronefs. (Les projets de Ponzi incitent les investisseurs à faire des investissements et à verser des bénéfices aux investisseurs précédents avec des fonds d’investisseurs plus récents).

350 millions de dollars d’activités criminelles

Plusieurs de ces avions ont été utilisés par des cartels de la drogue en Colombie, au Venezuela, en Équateur, au Belize, au Honduras, au Guatemala et au Mexique pour faire passer de grandes quantités de cocaïne aux États-Unis. L’acte d’accusation allègue en outre que le produit illicite des ventes ultérieures de drogue a ensuite été transporté sous forme d’espèces des États-Unis vers le Mexique et utilisé pour acheter encore plus d’avions et de cocaïne. Les achats d’aéronefs ont généralement été effectués  en transférant des fonds provenant des services de change et / ou des banques au Mexique à des sociétés écrans opérant aux États-Unis en tant que vendeurs / courtiers d’aéronefs.

Ces aéronefs étaient détenus en fiducie par « Aircraft Guaranty Corporation » au profit de sociétés ou de particuliers étrangers. Debbie Mercer-Erwin, Moffett et Federico Machado, propriétaire de « South Aviation » et « Pampa Aircraft Financing » ont été accusés d’avoir participé à un stratagème de fraude lié à l’acquisition d’aéronefs.

Les actes d’accusation indiquent que Machado a recruté des investisseurs pour investir dans des dépôts d’achat d’avions pour des transactions de vente qui n’ont jamais eu lieu. Les investisseurs auraient placé leurs fonds sur un compte bloqué détenu par « Wright Brothers Title Company ». La société dirigeait un projet de Ponzi et investissait l’argent à des fins personnelles.

Machado aurait détourné des fonds vers une mine de minéraux au Guatemala.

En février 2020, les autorités béliziennes ont saisi un avion contenant 2310 kg de cocaïne, ce qui en fait la plus importante saisie de drogue jamais réalisée dans le pays. Selon les documents déposés, plusieurs autres «aéronefs immatriculés par le défendeur ont été saisis ou détruits lors de la contrebande de drogue».

Criminalité transnationale

Le procureur américain par intérim, Nicholas J. Ganjei, a déclaré: « La menace posée par la criminalité transnationale ne peut être sousestimée. Le public américain peut s’attendre à ce que le district oriental du Texas soit implacable dans sa lutte contre la menace parfois invisible, mais toujours dangereuse, du crime organisé transnational. »

« L’acte d’accusation dans cette affaire démontre que les personnes qui choisissent de contourner les réglementations fédérales relatives à l’immatriculation et à la propriété des aéronefs seront poursuivies dans toute la mesure de la loi« , a déclaré Todd Damiani, agent spécial en charge, Région du Sud, Département américain de Bureau des transports de l’inspecteur général.

S’ils sont reconnus coupables, les accusés risquent une peine de prison allant d’un minimum de 10 ans à la prison fédérale à perpétuité pour les accusations de complot de drogue et jusqu’à 20 ans pour les infractions de blanchiment d’argent, d’exportation et de fraude électronique.

Cependant, les autorités soulignent que tous les accusés restent innocents jusqu’à ce que leur culpabilité soit établie. «Il est important de noter qu’une plainte, une arrestation ou un acte d’accusation ne doit pas être considéré comme une preuve de culpabilité et que toutes les personnes accusées d’un crime sont présumées innocentes jusqu’à ce que leur culpabilité soit prouvée hors de tout doute raisonnable», selon le document du procureur américain. Bureau, District Est du Texas.

Personne de « Wright Brothers » n’était disponible pour répondre aux questions de « Corporate Jet Investor » au sujet des allégations.

Les spécialistes des transactions de l’Oklahoma affirment que « Wright Brothers » est l’une des six sociétés les plus actives impliquées dans les transactions aériennes. Le site Web de « Aircraft Guaranty Corporation » affirme que la société «contrôle plus d’un milliard de la valeur des avions. Avec plus de 2 000 avions immatriculés dans plus de 160 pays différents ».

source

000000

 

USA 🇺🇸 (aéro-narcotrafic) : Debbie Mercer-Erwin, pourvoyeuse d’avions pour le narcotrafic, a été arrêtée

Debbie Mercer-Erwin, une dame bien sous tous rapports, qui pointe au Rotary-Club…

Membre du Rotary Club d’Oklahoma, elle présente tous les aspects d’une personne bien ordinaire et bien insérée dans la vie sociale quand les avions qu’elle vend se retrouvent aux mains de trafiquants notoires et que sa société ne sert qu’à dissimuler leur véritable propriétaire. Aux dernières nouvelles, comme on l’a dit, il y en avait un peu moins d’une centaine sous sa responsabilité directe (et bien plus, dix fois plus, avec l’héritage des avions de Connie Wood).

A Onalaska, où était installé Connie Wood (lire ici sa saga), il y avait déjà plus de 1000 avions d’enregistrés de la sorte qui se partageaient deux boîtes aux lettres seulement. Un joli scandale en perspective ! La création d’un nom d’entreprise fictive coûtait alors à peine 5 dollars…  Pire qu’au Delaware !!!

A droite, Debbie Mercer-Erwin en tenue de détenue…

On comprend son absence de sourire sur cette photo-là : elle risque gros désormais. La perpétuité, annonce-t-on déjà, parmi les options possibles pour son sort…

Le premier document qui avait alerté

Cela fait plus d’un an qu’elle était dans le collimateur de la justice US, dont la lenteur la concernant surprenant, à vrai dire. L’examen de ses transactions depuis 2014 étant sans appel, en effet.

Il faudra un reportage TV bien mené pour que ça change, avec deux hommes dont j’ignore s’ils ont lu les textes parus sur Coke en Stock depuis des années. Un document visible ici de février 2019 cite le cas de ces deux enquêteurs curieux dépêchés par WFAA-TV, une chaîne texane justement (il s’agit Stephen Lynch, député démocrate du Massachusetts, ici à gauche, membre du House National Security Subcommittee, et de Joe Gutheinz, ancien lui-même de la Federal Aviation Administration (FAA)) qui avaient trouvé des éléments fort troublants dans ces registres bidons, qui outrepassent aussi la simple crainte de les voir être utilisés par des trafiquants seulement (la crainte d’un autre 9/11 pointe toujours à l’horizon quand il s’agît d’avions gros porteurs « anonymes »):

Leur verdict avait été très net : « deux des avions enregistrés auprès de la société de fiducie ont été nommés lors d’une enquête fédérale sur une opération massive de trafic de drogue, selon les dossiers du tribunal fédéral déposés en 2013. Voici ce que les officiers de justice fédéraux ont détaillé dans les dossiers judiciaires pour saisir l’un de ces deux avions: il avait été enregistré dans une fiducie en 2012 au nom d’une société mexicaine. Le représentant légal de la société, Fausto Velez Urbina, a été condamné en 2005 pour trafic fédéral de cocaïne et renvoyé au Mexique en 2010. Urbina a acheté l’avion auprès d’un courtier en aéronefs nommé Mauricio DeLeon pour 1,69 million de dollars. DeLeon avait été lié par des enquêteurs à l’ancien chef du Cartel du Golfe Osiel Cardenas-Guillen. Cardenas-Guillen, désormais enfermé dans une prison fédérale aux États-Unis. Il a fondé le très redouté groupe de Los Zetas, composé d’anciens commandos militaires qui ont servi d’assassins impitoyables pour le cartel. Et ce n’est pas tout… (ici à droite l’arrestation le 9 février 2018 de José Maria Guizar Valencia alias Z43,  un des chefs du cartel, avec devant lui et ses acolytes l’impressionnante panoplie d’armes saisies.)

Un fonctionnement qui questionnait

L’article évoquait Onalaska (1764 habitants seulement, aujourd’hui !) de façon provocante, « une ville avec 1000 avions déclarés et pas d’aérodrome« .

L’avion atterri aux mains du cartel avait une histoire intéressante en effet : tout avait commencé il y a un peu plus de quatre ans avec cet appareil… introuvable :  « en 2016, la Drug Enforcement Administration a saisi l’un des avions de la société alors qu’elle enquêtait sur un complot international de trafic de drogue et de blanchiment d’argent, selon des archives déposées devant un tribunal fédéral de New York. L’avion a été saisi lorsque des agents ont arrêté l’un des chefs de file accusés, qui dirigeait une entreprise dans le Nevada. Lynch a déclaré à WFAA qu’une grande quantité d’héroïne avait été saisie avec l’avion. Le véritable propriétaire de l’avion, un ressortissant mexicain, n’a pas été inculpé. Cependant, selon les archives, il a payé plus d’un demi-million de dollars pour récupérer l’avion. « Quelqu’un arrive et est en mesure de récupérer son avion avec 550 000 $ en espèces », a déclaré Lynch (le député démocrate effectuant l’enquête)  « Je veux dire qui fait ça ? Que pensez-vous que l’on  fasse de l’avion maintenant? »… 

« selon les archives de la FAA, Aircraft Guaranty a initialement enregistré l’avion monomoteur à six places en 2013 pour le compte d’un résident de Nuevo Leon (au Mexique). Aircraft Guaranty a transféré le titre de l’avion au véritable propriétaire à la fin de 2017. La société est redevenue le fiduciaire de l’avion en mars 2018. Les défenseurs de l’industrie ont déclaré à WFAA que les exigences strictes en matière de citoyenneté de la FAA peuvent être onéreuses. Selon eux, il peut être difficile pour les sociétés cotées en bourse de déterminer si elles satisfont à toutes les exigences. Pour être considéré comme une entité américaine, le président d’une entreprise doit être citoyen. Les deux tiers de ses dirigeants ou administrateurs doivent également être des citoyens. Soixante-quinze pour cent de ses actionnaires doivent également être des citoyens américains. (…). Nous pensons que les informations mises à la disposition de la FAA aujourd’hui sont suffisantes », a déclaré le journal de la NBAA. La NBAA a également fait valoir dans le «livre blanc» que la législation de Lynch «entraînera des conséquences imprévues et des préjudices potentiels pour l’industrie aéronautique». Lynch se moquait des inquiétudes. Il a déclaré à la WFAA qu’il attendait avec impatience le résultat de deux enquêtes – l’une menée par le les enquêteurs du Congrès, le General Accountability Office, et celle de l’inspecteur général du ministère des Transports – sur la pratique. Le rapport du GAO devrait être publié plus tard cette année. «Tout dépend du résultat net du dollar pour les sociétés de fiducie», a déclaré Lynch. «Ils négocient et exploitent les lois qui existent dans notre pays pour leur gain financier privé. Mais ils mettent le public et la sécurité nationale en danger. » Les résidents d’Onalaska ont déclaré à la WFAA qu’ils n’avaient aucune idée du fait que de nombreux avions étaient enregistrés dans leur ville. «La majorité des personnes qui vivent ici en permanence et qui résident à Onalaska n’ont pas les moyens d’acheter un avion», a déclaré Zachary Davies, un agent immobilier local et père de cinq enfants. L’oncle de Davies, Roy Newport, ancien maire d’Onalaska, pensait que le nombre élevé d’avions immatriculés devait être une erreur. « Quel est le problème ? » Dit Newport. « Je n’achète pas ça. C’est un problème informatique ou quelque chose comme ça. Quel serait l’avantage de les enregistrer ici ? » Ce n’est pas un problème informatique. Et le secret est maintenant révélé… »

LIRE

000000