PHILIPPINES đŸ‡”đŸ‡­ : vers une enquĂȘte sur la « guerre contre la drogue » de Rodrigo Duterte

La « guerre contre la drogue » du prĂ©sident philippin Rodrigo Duterte a fait des milliers de morts. L’ouverture d’une enquĂȘte par la Cour pĂ©nale internationale pourrait mettre un terme Ă  ce cycle d’impunitĂ©.

Le 14 juin 2021, la procureure de la Cour pĂ©nale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncĂ© qu’elle demandait officiellement l’ouverture d’une enquĂȘte sur la « guerre contre la drogue » meurtriĂšre menĂ©e par le gouvernement des Philippines. Il s’agit d’une Ă©tape cruciale en vue de rendre justice aux milliers de familles endeuillĂ©es.

Si les Philippines connaissaient dĂ©jĂ  de gros problĂšmes en matiĂšre d’impunitĂ© pour les violations des droits humains bien avant l’arrivĂ©e au pouvoir du gouvernement de Rodrigo Duterte, la situation s’est nettement dĂ©gradĂ©e avec l’homicide gĂ©nĂ©ralisĂ© et systĂ©matique de milliers de consommateurs ou trafiquants de drogue prĂ©sumĂ©s depuis 2016.

Pour la justice et contre l’impunitĂ©

Le dernier jour de son mandat, Fatou Bensouda a demandĂ© aux juges de la Cour l’autorisation de mener une enquĂȘte exhaustive sur les actes commis par le gouvernement philippin. Dans le viseur ? Les crimes contre l’humanitĂ©, les tortures et d’autres actes inhumains commis dans le contexte de la « guerre contre la drogue » menĂ©e dans le pays entre le 1er novembre 2011 et le 16 mars 2019.

Cela englobe les exĂ©cutions extrajudiciaires commises par la police lors d’« opĂ©rations anti-drogue », sur incitation et encouragement de hauts responsables philippins, dont le prĂ©sident. Sous la prĂ©sidence de Duterte, les homicides cautionnĂ©s par l’État et l’incitation Ă  la violence sont devenus la norme. Étant donnĂ© le rĂŽle du gouvernement philippin dans ces vagues d’homicides et l’impunitĂ© absolue qui rĂšgne dans le pays, l’enquĂȘte de la CPI est une Ă©tape cruciale pour faire avancer la justice.

En fĂ©vrier 2018, la CPI a dĂ©marrĂ© un examen prĂ©liminaire des Ă©ventuels crimes commis dans le pays. Le mois suivant, le prĂ©sident Rodrigo Duterte a annoncĂ© que les Philippines allaient se retirer de la CPI. Ce retrait a pris effet un an plus tard, le 17 mars 2019. Toutefois, la CPI continue d’exercer sa compĂ©tence pour enquĂȘter sur les crimes perpĂ©trĂ©s dans le pays.

Des meurtres commis de sang-froid

Depuis l’arrivĂ©e au pouvoir du prĂ©sident Rodrigo Duterte en juin 2016, des milliers de personnes, majoritairement issues de milieux pauvres et marginalisĂ©s, ont Ă©tĂ© tuĂ©es – soit par la police, soit par des individus armĂ©s soupçonnĂ©s d’avoir des liens avec la police. Tout cela dans le cadre de la « guerre contre la drogue » du gouvernement.

Dans des rapports prĂ©cĂ©dents, nous avons dĂ©taillĂ© les exĂ©cutions extrajudiciaires et autres violations des droits humains imputables Ă  des policiers et Ă  leurs supĂ©rieurs. Ces meurtres commis de sang-froid sont des crimes contre l’humanitĂ©.

Lire plus

000000