La Russie aidera à conserver une base anti-narcotique en Afghanistan

La Russie aidera à conserver une base anti-narcotique en Afghanistan

Par La Voix de la Russie | Selon les médias, les Américains réduisent le financement de la base de la police anti-narcotique dans la province afghane de Kuduz.

Or, le personnel ne sera pas abandonné à son sort. Le Service fédéral de contrôle des stupéfiants entend leur prêter concours. Le Service est en train d’élaborer un programme d’assistance à l’Afghanistan, a dit à notre correspondant son directeur Viktor Ivanov :

« Il sera fondé, explique Ivanov, sur des mesures concrètes en vue de conserver et d’élever l’efficacité du fonctionnement de la base anti-narcotique au Kunduz. Leur application rendra plus efficaces les efforts visant à détruire les narco-laboratoires au Badakhchan où il y en a près de 2000. »

La Russie entend accorder à ces fins les moyens nécessaires. Il est prévu d’organiser dans plusieurs établissements d’enseignement des cours de recyclage pour le personnel du centre anti-narcotique au Kunduz.

La plupart des habitants du Badakhchan sont entraînés dans la culture du pavot à opium et la fabrication d’héroïne et d’autres stupéfiants. C’est un phénomène très dangereux qui a, cependant, une alternative favorable, affirme Viktor Ivanov.

« C’est l’aménagement d’une zone de plantation de cultures alimentaires sur le territoire du Badakhchan. Il est nécessaire d’offrir à la province la possibilité de satisfaire les besoins de l’Afghanistan en produits les plus nécessaires. Il faut détourner les paysans et d’autres habitants du Badakhchan de la fabrication de stupéfiants et d’opium. »

Le Badakhchan a sans doute besoin d’assistance et la Russie se montre disposée à la prêter.

Le programme russe d’assistance suppose la construction à Kaboul et le financement d’un centre cynologique de la police anti-narcotique d’Afghanistan. L’absence d’un tel centre rend les activités des narco-policiers locaux moins efficaces.

Il n’existe pas de centre de réhabilitation pour les dépendants des stupéfiants. Le programme russe suppose l’institution d’un tel centre.

Des programmes analogues sont déjà réalisés au Tadjikistan et en Kirghizie. Les partenaires entreprennent plus souvent les opérations conjointes.

Les services anti-narcotiques russes et afghans ont accumulé une riche expérience en la matière. Il suffit d’évoquer l’action conjointe engagée le 14 mai au Badakhchan d’où l’héroïne et d’autres stupéfaits sont expédiés au Tadjikistan et par la suite en Russie. Pus de 300 kilogrammes d’opiats et plus de huit tonnes de précurseurs ont été alors confisqués. /N


Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_08_13/La-Russie-aidera-a-conserver-une-base-antinarcotique-en-Afghanistan-7004/

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Narcotrafic – Stupéfiants: important coup de filet de l’OTSC (service antidrogue)

The international informant

Stupéfiants: important coup de filet de l’OTSC (service antidrogue)
15:40   27/05/2014  

198745658A l’issue de l’opération spéciale « Canal – Chausse-trappe du Sud », réalisée par les pays membres de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), les policiers ont saisi plus de 12 tonnes de drogue, a annoncé mardi le Service fédéral russe de contrôle des stupéfiants (FSKN).

« Les actions coordonnées des forces de l’ordre des pays participant à l’opération ont permis de saisir 12,5 tonnes de drogue dont plus de 10 tonnes d’opiacés d’origine afghane, 900 kilos de haschisch, 250 kilos d’héroïne, 19 kilos de drogue synthétique et près de 700 kilos de marijuana », précise le communiqué.

13.700 actions pénales ont été ouvertes et plus de 1.500 personnes sont poursuivies en justice, selon le communiqué du FSKN.

L’opération a impliqué plus de 21.000 policiers russes, arméniens, biélorusses, kazakhs, kirghizes, et tadjiks.

Des observateurs afghans, iraniens, pakistanais et chinois assistaient …

Voir l’article original 31 mots de plus

NARCOTRAFICO – Policía de San Petersburgo incauta una importante carga de cocaína

The international informant

ImagePolicías de San Petersburgo impidieron la introducción en Rusia de una importante carga de cocaína procedente de Ecuador, comunicó hoy el Ministerio ruso del Interior.

“Nuestros agentes averiguaron que un lote de cocaína llegaría por vía marítima de Ecuador a Rusia”, reportó.

Se llevó a cabo una operación especial que permitió detener a un moscovita de 41 años que llevaba 28 kilos del estupefaciente en su auto.

El costo de la droga decomisada se estima en más de 173 millones de rublos (más de 5 millones de dólares), según precios del “mercado negro”.

Se abrió expediente penal por “contrabando de droga de grandes proporciones”.

http://sp.ria.ru/neighbor_relations/20140620/160510133.html

00000000000000000000000000000000000000000000000000

Voir l’article original