Articles Tagués ‘stupéfiants’

Vers 1 heure du matin, la douane fait un tour au Port de Sainte-Rose pour y jeter une mission de surveillance de routine. Pas de chance pour trois individus qui s’y trouvent. Les stupéfiants sont encore dans leur voiture et attendent d’être transportés sur un bateau, le « Sweet Love Mama », qui ne va pas tarder à arriver.

À bord, trois Mauriciens qui comptent emporter la marchandise à Maurice.

Finalement, Mike Brasse a été condamné à 8 ans de prison ferme, Corine Clain et Osman Kamil Mohamed à 4 ans, Royce Capdor à 3 ans, Kévin Zettor à 2 ans dont un an avec sursis et Grégory Grondin a été relaxé.

lire: https://www.zinfos974.com/Saisie-record-d-heroine-a-La-Reunion-17-million-d-euros-de-stupefiants-prison-ferme-pour-les-trafiquants_a124050.html

0000000000000000000000000000000000000000000

Saisie réalisée par les douaniers d’Hendaye lors du contrôle d’un poids lourd.

Publié le : mardi 20 juin 2017
Près de 1,2 tonne de cannabis découverte dans un chargement de pommes de terre

1,2 tonne de cannabis dans un chargement de pommes de terre | © Douane

Le 8 juin 2017, les douaniers d’Hendaye contrôlent un camion immatriculé aux Pays‑Bas. Selon les documents présentés par le chauffeur de nationalité néerlandaise, le chargement est composé de 21,6 tonnes de pommes de terre en provenance d’Espagne et destinées à l’Allemagne.

Alors qu’ils procèdent à la fouille de la remorque, les agents découvrent, au fond du chargement, situées devant le moteur frigorifique, 2 grandes caisses en bois, renfermant au total 35 sacs de toile de jute. A l’ouverture des sacs, ils dénombrent 1 156 kg de résine de cannabis.

La valeur de la marchandise est estimée à près de 7 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

Après le dessaisissement du parquet de Bayonne au profit du parquet de la juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux, une information judiciaire a été ouverte.

Contact presse

  • Luc VERGER, Direction régionale des douanes de Bayonne : 09 70 27 58 53 / 06 64 55 00 09
  • Service de presse de la douane : 01 57 53 47 18 – presse@douane.finances.gouv.fr
Auteur : BIC – Bureau de l’information et de la communication
000000000000000000000000000000000000000

Publié le : mardi 30 mai 2017 Premières saisies de captagon en France - 750 000 comprimés à RoissyPremières saisies de captagon en France | © Douane

Deux importantes saisies de captagon ont été réalisées par les douaniers de Roissy lors du contrôle de plusieurs chargements en provenance du Liban en janvier et février 2017.

Récemment présenté comme « la drogue du conflit syrien », en raison des ravages qu’il cause dans ce pays, le captagon est un psychostimulant créé à la fin des années 50 et désormais principalement consommé au Moyen-Orient.
C’est la première fois que cette drogue est saisie en France. La valeur de la marchandise est estimée à près de 1,5 million d’euros sur le marché illicite de la revente de stupéfiants.

Le 4 janvier 2017, les douaniers de Roissy contrôlent deux moules industriels en provenance du Liban et à destination de la République Tchèque. L’ouverture du premier moule en acier d’un poids total de 700 kg nécessite l’utilisation d’outils industriels. Ce n’est qu’au bout de trois heures que les douaniers en viennent à bout. Mais, celui-ci s’avère vide. La drogue était en fait dissimulée dans les parois du moule. Le perçage de celles-ci et l’utilisation d’un endoscope permet alors la découverte du captagon. Le second moule contenait également des cachets. Au total, ce sont 350 000 comprimés qui sont extraits pour un poids total de 70 kg.

Une coopération avec les autorités allemandes et tchèques est alors mise en place grâce à l’attaché douanier français basé à Berlin dans le but d’identifier les destinataires en République Tchèque. Suite aux investigations, il s’avère que la cargaison est en réalité destinée à l’Arabie Saoudite, en passant par la Turquie.

Le 22 février 2017, les agents de Roissy ciblent une nouvelle importation de moules industriels en provenance du Liban et à destination d’Afrique. Les agents réalisent une nouvelle saisie de 67 kg de comprimés de captagon dissimulés de la même façon, dans les parois des moules en acier.

Selon les analyses réalisées en laboratoire, les comprimés sur lesquels sont inscrits les 2 « C » caractéristiques du captagon, contiennent de l’amphétamine et de la théophyline.

En 2016, la douane française a saisi 83 tonnes de drogue dont 236 kg d’amphétamines (dont 70,6 kg de méthamphétamines).

La saisie en images

Contact Presse

  • Isabelle Boustani-Dignocourt, Secrétaire général des douanes de Roissy : 01 48 62 63 79
  • Nicolas Barraud, Service de presse de la douane : 01 57 53 42 11 – presse@douane.finances.gouv.fr

Auteur : Direction interrégionale de Roissy

00000000000000000000000000000000000000000

Près de 60 kg de drogue dissimulés dans un chargement de crèmes glacées

Publié le : vendredi 10 juin 2016

Les 26 kg d’héroïne brune et 33 kg de cocaïne sont estimés à plus de 3 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

Jeudi 2 juin 2016, les agents des douanes de Calais ont découvert 26 kg d’héroïne brune et 33 kg de cocaïne dissimulés dans un poids lourd immatriculé en Bulgarie. La valeur de la marchandise est estimée à plus de 3 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

Lors du contrôle, la conductrice, de nationalité britannique, présente des documents couvrant le transport de 24 palettes de crèmes glacées depuis la Belgique vers le Royaume-Uni.

Poursuivant leurs investigations, les douaniers découvrent alors derrière les cartons de glace, au fond du camion, un grand sac en toile de jute, déposé à même le sol. La réaction du chien anti-stupéfiant confirme les soupçons des agents des douanes, qui procèdent au déchargement du camion.

À l’intérieur du sac, les douaniers découvrent deux sacs de sport, chargés de paquets de drogue entourés d’adhésifs marron, qui réagissent positivement à l’héroïne et à la cocaïne. Au total, 59,7 kg de produits stupéfiants sont saisis.

Le gérant de la société de transport a été placé en détention provisoire dans l’attente de son jugement.

En 2015, la douane française a saisi 88 tonnes de produits stupéfiants dont 17 tonnes de cocaïne (résultat annuel jamais atteint) et 243,5 kg d’héroïne.

Contacts presse

  • Direction des douanes de Dunkerque : 06 64 55 60 23
  • Service de presse de la douane : presse@douane.finances.gouv.fr : 01 57 53 42 11
Auteur : Direction régionale de Dunkerque

http://www.douane.gouv.fr/articles/a12866-pres-de-60-kg-de-drogue-dissimules-dans-un-chargement-de-cremes-glacees

0000000000000000000000000000000000000000000000

Près de 800 kg de cannabis saisis en 3 jours dans le Languedoc-Roussillon

Publié le : vendredi 3 juin 2016

La valeur des stupéfiants est estimée à plus de 6 millions d’euros sur le marché illicite de la revente de stupéfiants au détail.

Entre le 24 et le 27 mai 2016, les douaniers de Perpignan et de Montpellier ont saisi près de 800 kg de cannabis sur l’autoroute A9. La valeur totale de la marchandise est estimée à plus de 6 millions d’euros sur le marché illicite de la revente de stupéfiants au détail.

Le vendredi 27 mai 2016, les agents de la brigade de Perpignan contrôlent un ensemble routier immatriculé aux Pays-Bas. Le chauffeur déclare transporter des graines de lin et des produits textiles. A l’ouverture de la remorque, les douaniers constatent la présence de bobines et de sacs de graines de lin, mais sont intrigués par le volume intérieur de la remorque qui leur semble plus petite qu’un modèle standard. La mesure de celle-ci confirme leurs doutes. Les agents décident donc de percer la paroi réfrigérée au fond de la remorque et y découvrent 26 cartons ainsi que 6 sacs noirs, renfermant 298 kg d’herbe de cannabis.

Le chauffeur a été remis aux services de la Police judiciaire de Perpignan, les suites judiciaires étant confiées au TGI de Perpignan.

3 jours plus tôt, le mardi 24 mai, ce sont, cette fois, les agents de la brigade de Montpellier qui avaient procédé à la saisie de 376 kg de résine et 106 kg d’herbe de cannabis, sur cette même autoroute, transportés dans un poids lourds immatriculé en Italie. Le conducteur leur a déclaré avoir déchargé toutes ses marchandises en Espagne et revenir à vide vers Fos-sur-mer.

À l’ouverture de la remorque, les agents avaient alors constaté la présence de plusieurs palettes sanglées en tas, au fond de la remorque. Leur examen a permis aux douaniers de découvrir, dissimulés derrière de simples cartons, 12 « valises marocaines » (sacs en toile de jute utilisés par les trafiquants pour le transport de la résine de cannabis), et 9 sacs en toile contenant des sacs thermosoudés d’herbe de cannabis.

Une information judiciaire a été ouverte.

Contact presse

  • Service presse de la douane : presse@douane.finances.gouv.fr, Tél. /
  • Direction régionale des douanes de Montpellier : François Brivet, Tél. /
  • Direction régionale des douanes de Perpignan : Didier Martinez, Tél. /

http://www.douane.gouv.fr/articles/a12854-pres-de-800-kg-de-cannabis-saisis-en-3-jours-dans-le-languedoc-roussillon


000000000000000000000000000000000

Près d’une tonne de cannabis saisie dans le Sud-OuestPublié le : jeudi 7 avril 2016 |
Cache aménagée pour dissimuler du cannabis | © Douane
Deux saisies en moins de 24 heures par les douaniers de Bayonne grâce au scanner mobile et au chien anti-drogue.

En moins de 24 heures, les douaniers de la direction régionale des douanes de Bayonne ont saisi 957 kg de cannabis lors du contrôle de deux véhicules en provenance d’Espagne. La valeur de la drogue est estimée à plus de 5,7 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

SMSLa première prise est réalisée le 30 mars par les douaniers de la brigade de Bayonne et ceux du scanner mobile spécial (SMS) suite au contrôle d’un poids lourd avec deux personnes à bord. Préalablement sélectionné par les motards sur l’autoroute A63, le camion est scanné sur une aire d’autoroute à l’aide du SMS pour vérifier la présence éventuelle de marchandises de fraude dissimulées parmi les palettes de légumes.

L’examen des résultats radioscopiques permet aux agents d’identifier une zone sombre suspecte au niveau du plancher. Les palettes de légumes sont déchargées mettant alors à jour un plancher aménagé au niveau de la zone suspecte. Après plusieurs heures de manutention et de découpe du plancher, les agents extraient 626 kg de résine de cannabis.

Le lendemain, ce sont les douaniers de la brigade d’Hendaye qui interceptent du cannabis dans le camping-car d’un couple d’allemands au niveau de la commune d’Urrugne (64). Le passage du chien anti-stupéfiant permet de trouver de la résine de cannabis dissimulée dans un faux plancher sous les couchettes. Au total, les agents saisissent 331 kg de résine.

La saisie en images

 

En 2015, la douane française a saisi 88 tonnes de stupéfiants dont près de 63 tonnes de cannabis.

Contacts presse

  • Nicolas BARRAUD, Service de Presse de la douane :
Auteur : Direction régionale de Bayonne

https://plus.google.com/+DouaneGouvFrance/posts/3mJMs4J1aJd

00000000000000000000000000000000

Publié le : lundi 25 janvier 2016 |
Hendaye - saisie de 1,8 tonne de résine de cannabis dans un poids lourd
La drogue était dissimulée dans un chargement de denrées périssables. Sa valeur est estimée à plus de 11 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

Le 21 janvier 2016, les douaniers de la brigade d’Hendaye ont saisi 1 817 kg de résine de cannabis, dissimulés dans des équipements électriques transportés derrière un chargement de fruits et légumes. La marchandise, qui effectuait un trajet déclaré Espagne-Pays-Bas, est estimée à plus de 11 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

En fin d’après-midi, les douaniers arrêtent, pour le contrôler, un camion équipé d’une remorque frigorifique, immatriculé en Espagne et circulant dans le sens Sud/Nord sur l’A63. Les documents que présente l’un des deux chauffeurs couvrent le transport, entre la France et la Hollande, de fruits et légumes et de deux générateurs.

Les douaniers procèdent au déchargement de huit palettes de fruits et légumes et constatent la présence effective des équipements électriques. Le chien de l’équipe cynophile de la douane marque rapidement un vif intérêt pour ces appareils. Les douaniers procèdent au démontage des appareils et découvrent des paquets contenant du cannabis à l’intérieur.

Au total, 1 816,92 kg de résine de cannabis sont extraits du chargement et saisis, ainsi que 22 palettes de fruits et légumes (persil, salades, pommes, brocolis et clémentines). Les deux chauffeurs du camion, un homme et une femme de nationalité espagnole sont immédiatement placés en retenue douanière.

Cette saisie suit de quelques jours à peine, l’interception, le 4 janvier 2016, par les douaniers d’Hendaye d’une tonne de résine de cannabis dissimulée dans des fûts d’olives en saumure en provenance d’Espagne destinés à une société des  Pays-Bas.

Contact presse

  • Direction régionale des douanes de Bayonne – Luc VERGER : 09 70 27 58 53 – 06 64 55 00 09
  • Service de Presse de la douane : 01 57 53 41 03
Auteur : Direction régionale de Bayonne
0000000000000000000000000000000000000000000
Publié le : vendredi 11 décembre 2015 |

Saisie historique en métropole de plus de deux tonnes de cocaïne

Patrouilleur garde-côtes de Boulogne-sur-Mer | © Douane
La drogue a été découverte à bord d’un cargo dérouté par le patrouilleur garde-côtes de Boulogne-sur-Mer.

Les services garde-côtes de la douane française viennent de réaliser la plus importante saisie de cocaïne jamais réalisée en métropole à ce jour.

La drogue, découverte à bord d’un cargo dérouté hier soir par le patrouilleur garde-côtes de Boulogne-sur-Mer, est en cours de pesée mais, selon les premières estimations, les quantités devraient dépasser deux tonnes.

Le navire a été intercepté hier à 18h30 en haute mer et a été ramené à quai à 20 heures à Boulogne-sur-Mer où les opérations de fouille ont débuté.

La drogue était dissimulée derrière une cloison métallique. Plusieurs personnes sont actuellement en retenue douanière.

Le parquet de Boulogne-sur-Mer est saisi de l’affaire.

Compte-tenu des quantités d’ores et déjà trouvées à bord, la prise est la plus importante à ce jour en métropole.

Contacts presse

  • Cabinet de Michel SAPIN : 01 53 18 41 13 sec.mfcp-presse@cabinets.finances.gouv.fr
  • Cabinet de Christian ECKERT : 01 53 18 45 04 / sec.sebud-presse@cabinets.finances.gouv.fr
  • Direction Générale des Douanes et Droits Indirects : 01 57 53 42 11 / dg-bic@douane.finances.gouv.fr
Auteur : Bureau de l’information et de la communication

http://www.douane.gouv.fr/articles/a12644-saisie-historique-en-metropole-de-plus-de-deux-tonnes-de-cocaine-

Posté avec WordPress pour Android

articles

Over two tonnes of cocaine seized on ship off French coast

Yahoo News – ‎il y a 6 heures‎
Lille (France) (AFP) – Customs officials have seized at least 2.4 tonnes of cocaine from a cargo ship off France’s northern coast, a record for the country, officials said on Friday. The « Carib Palm », a Moldovan-flagged freighter, had sailed from

French police make record-breaking cocaine seizure near Calais

ABC Online – ‎il y a 6 heures‎
Customs officials have seized at least 2.4 tonnes of cocaine from a cargo ship off France’s northern coast, a record for the country. The Carib Palm, a Moldovan-flagged freighter, had sailed from Colombia and was headed to Gdansk in Poland. It docked

France makes record two tonne cocaine haul

The Local.fr – ‎il y a 10 heures‎
The drugs were brought in a ship travelling from Colombia and destined for Gdansk in Poland. This is a record amount in metropolitan France. « The ship was intercepted on Thursday at 18:30 in the open sea and was brought to the docks in Boulogne-Sur-Mer …
Over two tons of cocaine seized on ship off French coast

The Daily Star – ‎il y a 8 heures‎
French police stand guard next to the moored cargo ship « Carib Palm » on December 11, 2015at the Port of Boulogne-sur-Mer, in the Pas-de-Calais region, after authorities seized a record-breaking 2.4 tons of cocaine from the vessel on December 10.

France trumpets major cocaine seizure

TradeWinds (subscription) – ‎il y a 1 heure‎
They carried out the drugs bust at Boulogne-sur-Mer on the 1,520-dwt Carib Palm (built 1977) as stopped their on the way to Poland from Colombia, according to AFP. The drugs have a street value of about EUR 50m ($55m). The Moldovan-flag ship is …

000000000000000000000000000000000000000000000000000

Nouvelle saisie exceptionnelle de la douane : 2,4 tonnes de résine de cannabis

Publié le : mardi 10 novembre 2015 |

Nouvelle saisie exceptionnelle de la douane : 2,4 tonnes de résine de cannabis
La drogue a été interceptée au Tunnel sous la Manche. Sa valeur est estimée à plus de 14 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail.

Vendredi 6 novembre 2015, les douaniers de Dunkerque ont saisi 2,4 tonnes de résine de cannabis dans un poids lourd en provenance d’Espagne et à destination du Royaume-Uni. La valeur de la marchandise est estimée à plus de 14 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

En contrôle au Tunnel sous la Manche, les agents décident de procéder à la vérification du chargement d’un ensemble routier immatriculé au Portugal. Les documents présentés par le chauffeur indiquent un transport de neuf burineurs hydrauliques pour pelleteuses à destination d’une société britannique.

A l’ouverture de la remorque, les agents des douanes découvrent neufs burineurs conditionnés chacun dans une cage en acier de plus de 2 mètres de long sur 1,40 mètre de haut. Poursuivant leur recherche, les douaniers entreprennent de vérifier le chargement à l’aide d’un chien anti-stupéfiant. Celui-ci marque alors un vif intérêt pour les jointures des deux premières machines situées à l’arrière du camion.

Après avoir démonté la première cage d’acier servant d’emballage, les agents dévissent un bouclier métallique à l’avant de la machine. Derrière celui-ci, ils découvrent un tiroir métallique sur roulette à l’intérieur duquel se trouvent plusieurs sacs contenant de la résine de cannabis. Dans chaque machine, ils découvrent ainsi entre 214 kg et 294 kg de résine de cannabis pour un total de 2 399 kg de drogue.

 

La saisie en images

Douane TV [Vidéo – 1’47]

 

Album photo (Google+)

https://apis.google.com/u/0/_/widget/render/post?usegapi=1&href=https%3A%2F%2Fplus.google.com%2F%2BDouaneGouvFrance%2Fposts%2FR5ZpxYZhCuj&gsrc=3p&ic=1&jsh=m%3B%2F_%2Fscs%2Fapps-static%2F_%2Fjs%2Fk%3Doz.gapi.fr.BHw2uKQhqF8.O%2Fm%3D__features__%2Fam%3DAQ%2Frt%3Dj%2Fd%3D1%2Ft%3Dzcms%2Frs%3DAGLTcCMv4_Hxv2AVS8utDdSQD4n1ErfVsg#_methods=onPlusOne%2C_ready%2C_close%2C_open%2C_resizeMe%2C_renderstart%2Concircled%2Cdrefresh%2Cerefresh%2Conload&id=I0_1447366070767&parent=http%3A%2F%2Fwww.douane.gouv.fr&pfname=&rpctoken=19316433

 

En 2014, la douane française a saisi 158 tonnes de résine de cannabis, un record historique.

Contact presse

  • Nicolas BARRAUD, Service de presse de la Douane : 01 57 53 42 11
  • Arnaud DELMULLE, Direction régionale des douanes de Dunkerque : 09 70 27 07 03
Auteur : Direction régionale de Dunkerque

Documentation

http://www.douane.gouv.fr/articles/a12615-nouvelle-saisie-exceptionnelle-de-la-douane-2-4-tonnes-de-resine-de-cannabis

Posté avec WordPress pour Android

Près de 700 kg de cannabis saisis par les douaniers d’Arles en moins d’un mois

Publié le : vendredi 16 octobre 2015 |

Près de 700 kg de cannabis saisis par les douaniers d’Arles en moins d’un mois | © Douane

Deux saisies, de 326 et de 342,6 kg de résine de cannabis, réalisées avec l’appui de l’équipe cynophile.

Dans la nuit du 10 au 11 octobre 2015, les douaniers d’Arles ont saisi 342,6 kg de résine de cannabis dans un poids lourd en provenance d’Espagne, se dirigeant vers l’Italie. La marchandise est estimée à près de 2 millions d’euros sur le marché de la revente au détail des stupéfiants.

En contrôle sur l’A54, les douaniers décident d’inspecter un semi-remorque immatriculé en Espagne. Le chauffeur ne possède aucun document de transport et déclare voyager à vide. Les agents de la brigade des douanes d’Arles, accompagnés du chien anti-stupéfiants, procèdent alors à la fouille de la remorque réfrigérée. Cette dernière est vide mais le chien détecte une odeur suspecte au niveau des deux coffres à palettes, situés sous le camion. Poursuivant leur recherche, les agents découvrent alors, dissimulés à l’intérieur des deux coffres à palette, 9 sacs en toile de jute ou « valises marocaines » contenant plusieurs centaines de pain de résine de cannabis.

L’individu a été placé en retenue douanière puis remis au service de police judiciaire de Marseille sur instruction du Parquet de Tarascon.
Moins de trois semaines auparavant, le 23 septembre 2015, les agents de la brigade des douanes d’Arles, accompagnés de la même équipe cynophile, avaient découvert 326 kg de résine de cannabis dissimulés dans des panneaux de bois évidés à bord d’un semi-remorque immatriculé en Espagne effectuant le même trajet.

En 2014, la douane française a saisi près de 158  de cannabis.

http://www.douane.gouv.fr/articles/a12590-pres-de-700-kg-de-cannabis-saisis-par-les-douaniers-d-arles-en-moins-d-un-mois

000000000000000000000000000000000000000000000000000

Publié le : jeudi 15 octobre 2015 |
Saisie de près de 2 tonnes de résine de cannabis
Après avoir identifié l’ « éclaireur » d’un go-fast, les douaniers de Nantes ont intercepté une fourgonnette abandonnée contenant la drogue.
Dans la nuit du 13 au 14 octobre 2015, les douaniers de Nantes ont saisi 1 920 kg de résine dans une fourgonnette sur l’autoroute A11.

Le chargement de drogue, composé d’une soixantaine de « valises marocaines » en toile de jute, était probablement destiné à la région nantaise. Une personne a été interpellée.
En opération au péage à Ancenis (Loire-Atlantique), les agents des douanes ont procédé au contrôle d’un véhicule, immatriculé en région parisienne. L’attitude du chauffeur et divers éléments amènent alors les agents à suspecter le conducteur d’être le pilote éclaireur d’un convoi de go-fast.

Des recherches sont rapidement engagées sur l’autoroute et permettent de trouver une fourgonnette abandonnée sur une aire d’autoroute à l’intérieur de laquelle les agents découvrent 1,9 tonne de résine de cannabis.

 

La saisie en images

Douane TV [Vidéo – 4’16]

Contact presse

  • Service Presse du Bureau information et communication, Nicolas BARRAUD : 01 57 53 42 11
Auteur : Direction régionale de Pays de la Loire
00000000000000000000000000000000000000000000000000

 

Vidéo : Saisie aux Antilles de 808 kg de cocaïne
Cette saisie d’une valeur estimée à plus de 53 millions d’euros a été réalisée à bord d’un voilier au nord-est de la Guadeloupe.

Cette saisie est le fruit d’une enquête menée sur une année par les agents de la Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières (DNRED).

Le voilier de 15 mètres battant faussement pavillon américain a été arraisonné samedi 3 octobre 2015 au matin par la frégate de surveillance « Le Ventôse », dans le cadre d’une action de coopération internationale associant la France, les États-Unis et le Canada. Les moyens des forces armées aux Antilles et de la Douane ont été mobilisés sous l’autorité du Préfet de la Martinique, délégué du Gouvernement pour l’action de l’État en mer.

 

 

Le navire, les trois personnes mises en cause et les stupéfiants ont été ramenés à Fort-de-France où ils ont été remis aux services de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) chargés des suites de l’enquête judiciaire par le Procureur de la République de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Fort-de-France.

Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics, et Christian ECKERT, secrétaire d’État chargé du Budget soulignent que « la précision des informations exploitées par les services douaniers a donné une orientation déterminante à cette opération coordonnée de lutte contre le trafic international de drogue en Caraïbe ».

Après les saisies de 2,2 tonnes et de 212 kgs effectuées en avril dernier en Martinique, celle de 3,2 tonnes réalisée le 23 avril au large de l’Écosse, celle de 1,1 tonne appréhendée à Horta (Açores) le 27 mai, ainsi que celle de 100kg réalisée en juin dernier au sud-est de la Martinique, cette nouvelle interception de cocaïne illustre la détermination et l’efficacité de la douane française dans la lutte contre le trafic de produits stupéfiants sur la zone Antilles-Guyane.

Contacts presse

Auteur : Bureau de l’information et de la communication
0000000000000000000000000000000000000000000
Triple saisie de cocaïne par les douaniers d'Orly
 Photo d’illustration | © Douane
La drogue, dissimulée dans le double-fond de valises, est évaluée à plus de 860 000 euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

Lundi 5 octobre 2015, les douaniers d’Orly ont saisi près de 13,5 kg de cocaïne lors du contrôle d’un groupe de trois voyageurs en provenance de République Dominicaine.

La drogue est évaluée à plus de 860 000 euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

A l’arrivée d’un vol en provenance de Saint-Domingue, les douaniers contrôlent deux hommes et une femme. Le plus jeune des deux hommes, qui affirme ne pas avoir de marchandises à déclarer, présente les autres voyageurs comme étant sa femme et son oncle.

Le passage de leurs bagages aux rayons X permet aux douaniers de détecter des zones suspectes dans chacun d’entre eux. La fouille approfondie permet alors la découverte d’un double-fond dans l’armature en plastique des trois valises. A l’intérieur, les agents trouvent trois plaques de cocaïne compactée et filmée de plastique noir. Au total, ils extraient près de 4,5 kg de cocaïne de chacune d’entre elles, soit un total de près de 13,5 kg.

Les trois individus, âgés de 30, 43 et 74 ans ont été confiés à l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) et une information judiciaire a été ouverte par le Parquet de Créteil.

Les quantités de cocaïne saisies par les agents des douanes à Orly ont significativement augmenté ces dernières années, passant de 110 kg en 2012, à 420 kg en 2014.

La saisie en images sur

http://www.douane.gouv.fr/articles/a12575-triple-saisie-de-cocaine-par-les-douaniers-d-orly

Contact presse

  • Nicolas BARRAUD, Service de Presse de la douane : 01 57 53 42 11
  • Christophe BERTANI, Direction régionale des douanes d’Orly : 01 49 75 84 13
Auteur : Direction régionale de Orly
0000000000000000000000000000000000000000000000000000

Saisie de 80 kg de cocaïne dissimulés dans une cachette sophistiquéePublié le : mardi 25 août 2015 |

Lors du contrôle d’un véhicule, les douaniers d’Halluin (59) ont mis à jour des cachettes aménagées derrière le pare-choc et sous les sièges avant.
Le 20 août 2015, les douaniers d’Halluin (59) ont saisi près de 80 kg de cocaïne lors du contrôle d’une voiture en provenance des Pays-Bas. La marchandise est évaluée à plus de 5 millions d’euros sur le marché illicite de la revente au détail de stupéfiants.

En opération de surveillance près de la frontière franco-belge, les agents des douanes contrôlent un véhicule avec un homme et une femme à bord.

photo illustration source www.eurodouane.com

Le chien anti-stupéfiant de la brigade marque rapidement un intérêt pour le pare-choc arrière et les parties latérales du véhicule. Un examen minutieux de la voiture permet aux agents de trouver une cache aménagée particulièrement sophistiquée derrière le pare-choc. Deux caches supplémentaires sont ensuite identifiées sous les sièges avant. Dissimulées par de la moquette et de l’isolant, elles étaient constituées de caissons métalliques verrouillés qui devaient être actionnés par un dispositif mécanique pour les ouvrir.

Au total, les douaniers extraient 73 pains de cocaïne des trois caches pour un poids total de 79,3 kg.

Sur instruction du TGI de Lille, les deux individus ont été remis à la PJ de Lille à l’issue de la procédure douanière.

La saisie en image

Douane TV [vidéo – 1’28]

 

En 2014, la douane française a saisi 198,4 tonnes de stupéfiants dont 6,6 tonnes de cocaïne.

Contact presse

  • Service Presse de la douane – Nicolas BARRAUD : 01 57 53 42 11
  • Gil LORENZO, Directeur régional des douanes de Lille : 09 70 27 13 01
Auteur : Direction régionale de Lille
 0000000000000000000000000000000000000000000

Photomontage: Benoît Gougeon
Quatre-vingt-dix millions de dollars au bas mot. Voilà le montant des ventes de drogue estimé pour une année sur Silk Road, le premier cryptomarché à abriter des activités illicites en ligne. Depuis, les ventes de cocaïne, d’héroïne et d’ecstasy auraient explosé sur le Web avec la venue d’autres sites semblables.

« La demande est très forte et les trafiquants sont habiles à camoufler et sceller leurs colis afin qu’ils ne soient pas interceptés par Postes Canada ou par les agents des services frontaliers », rapporte David Décary-Hétu, professeur à l’École de criminologie de l’Université de Montréal et chercheur au Centre international de criminologie comparée de l’UdeM. Avec Judith Aldridge, de l’Université de Manchester, en Angleterre, il a étudié les réseaux criminels virtuels afin de déterminer la taille des marchés de drogue sur Internet et de tracer le profil des consommateurs.

En septembre 2013, les chercheurs ont réussi à copier l’historique des transactions faites sur Silk Road 1. « C’était à peine deux semaines avant la fermeture du site par le FBI », signale le criminologue. Sur ce cryptomarché, on vendait des vêtements, des livres, mais surtout des stupéfiants livrables à domicile par la poste partout dans le monde ! À l’époque, il s’agissait du seul réseau en ligne garantissant l’anonymat qui permettait de se procurer des substances psychoactives.

En analysant plus de 12 000 annonces et commentaires de clients, David Décary-Hétu et sa collègue ont pu calculer les revenus générés en multipliant le nombre de messages des acheteurs par le prix des produits. Ils ont ainsi démontré que les ventes de stupéfiants sur le site avaient grimpé en flèche en l’espace d’un an, passant de 17 à 90 millions de dollars, une augmentation de 600 %.

Autre constat : une grande part des achats aurait été effectuée par des vendeurs qui s’approvisionnaient sur le cryptomarché pour ensuite revendre la drogue dans la rue ou sur le Web. Le professeur Décary-Hétu a établi un an plus tard l’identité de quelque 250 vendeurs canadiens actifs sur les cryptomarchés. Ils expédiaient leur marchandise comme une lettre à la poste !

Il aura fallu deux ans et demi au FBI pour mettre la main au collet de l’administrateur de Silk Road 1, Russel Ulbricht, un physicien de 30 ans habitant San Francisco. Celui-ci aurait même été traqué par hasard, raconte-t-on. Depuis son arrestation, une quinzaine de cryptomarchés voués à la vente de drogue ont vu le jour, dont Agora, Nucleus, Middle Earth et Silk Road 2 (fermé lui aussi par le FBI). « Les cryptomarchés représentent une telle innovation criminelle qu’ils pourraient transformer le marché de la drogue et faire reculer les efforts de régulation de plusieurs décennies », estime David Décary-Hétu. Ses travaux ont permis la mise au point d’un outil de surveillance des marchés de vente de drogue en ligne.


David Décary-Hétu a lui-même plongé dans le dark Net et procédé à des achats de drogue.

 

Le Web invisible

Mais comment de telles activités passibles de prison sont-elles possibles sur Internet? En fait, il s’agit de la face obscure du Web, le dark Net, comme la nomment les spécialistes, ou Web invisible. On accède à ce monde parallèle grâce à Tor Browser, un fureteur configuré pour y naviguer. « Cela permet aux individus de se connecter aux cryptomarchés sans que le site Web connaisse leur identité et leur adresse IP », précise David Décary-Hétu. Pas moyen de connaître précisément la source des produits.

« Il existe maintenant un grand nombre de cryptomarchés qui permettent de commander des drogues en ligne, ajoute le professeur. Ces marchés criminels sont calqués sur des sites marchands comme Amazon et eBay. Ils en diffèrent cependant par le fait que les paiements sont faits en bitcoins, une monnaie virtuelle anonyme, et l’argent des acheteurs est gardé en fidéicommis jusqu’à ce qu’ils reçoivent leur commande. Toutes les connexions des utilisateurs sont anonymisées. »

Selon le chercheur, les cryptomarchés sont un petit canal de distribution non approprié pour les cartels de la drogue. En revanche, ils sont efficaces pour approvisionner les vendeurs intermédiaires à la recherche de stupéfiants potentiellement de meilleure qualité et moins chers. Et, compte tenu de leur aspect sécuritaire, le nombre de transactions virtuelles illicites n’a pas fini de croître, juge le professeur.

Les criminels en ligne, des nationalistes ?

Depuis son doctorat en criminologie à l’UdeM sous la direction des professeurs Carlo Morselli et Stéphane Leman-Langlois, de 2009 à 2012, David Décary-Hétu étudie l’influence d’Internet sur la criminalité et l’adaptation des criminels à cet environnement virtuel pour tenter d’approfondir la compréhension du phénomène de la déviance en ligne.

Ce spécialiste des cryptomarchés, l’un des rares au Québec, a même plongé dans l’univers du dark Net et procédé à des achats de drogue alors qu’il accomplissait un travail de maître d’enseignement et de recherche à l’École des sciences criminelles de l’Université de Lausanne, en Suisse. L’objectif ? Comparer le profilage chimique des produits achetés en ligne avec ceux qu’on trouve dans la rue. « On peut ainsi avoir une bonne idée d’où vient la drogue, affirme David Décary-Hétu. Par exemple, si la cocaïne est pure à 85 %, elle provient sans doute directement des fournisseurs d’Amérique du Sud, car la pureté des drogues locales oscille généralement entre 25 et 35 %. »

Pour l’heure, il est prématuré de généraliser les données obtenues par le professeur. Mais les résultats préliminaires révèlent des différences entre les deux canaux de distribution et ce ne sont pas nécessairement les mêmes individus qui vendent sur les cryptomarchés et en dehors du Web. « Au Canada, on n’analyse pas la pureté de la drogue saisie, souligne le chercheur. On ne peut donc pas établir le même parallèle entre les produits. » Mais les données accumulées au fil des ans tendent à confirmer une tendance : plus la réputation des trafiquants est grande et plus ceux-ci expédient leurs marchandises principalement dans leur pays d’origine. Les clients semblent aussi préférer acheter à des vendeurs issus du même pays afin d’éviter les inspections aux frontières. « Les cryptomarchés sont des plateformes mondiales, mais on croit qu’elles sont d’abord utilisées de manière nationale. C’est du moins ce qu’on tente actuellement de montrer. »

00000000000000000000000000000000000000000