BOLIVIE 🇧🇴 : Maximiliano Dávila-Perez, un ancien chef bolivien de la lutte contre les stupĂ©fiants, a Ă©tĂ© accusĂ© aux États-Unis d’avoir conspirĂ© pour fournir une protection de haut niveau aux expĂ©ditions de cocaĂŻne vers les Ă‰tats-Unis

La police escorte l’ancien colonel de police Maximiliano Davila lors de sa présentation aux médias dans un bureau du commandement de la police bolivienne, à La Paz, en Bolivie, le dimanche 23 janvier 2022.
(AP Photo/Juan Karita)

Les autorités boliviennes ont arrêté Dávila-Perez le mois dernier, soupçonné de blanchiment d’argent alors qu’il tentait prétendument de fuir vers l’Argentine.

« Au lieu d’éradiquer le trafic de drogue dans ce pays, Dávila-Perez a travaillĂ© en partenariat avec des laboratoires de drogue boliviens et a cherchĂ© Ă  envoyer plus de mille kilogrammes de cocaĂŻne aux États-Unis Â», a dĂ©clarĂ© le procureur amĂ©ricain Damian Williams dans un communiquĂ©. dĂ©claration.

SIX ACCUSÉS DE CONTREBANDE D’ARMES ET DE MUNITIONS AU VIOLENT CARTEL MEXICAIN DE LA DROGUE

Dávila-Perez a été chef de la lutte contre les stupéfiants au cours des derniers mois de la présidence de Morales, qui s’est terminée brusquement en novembre 2019 lorsque l’ancien cultivateur de coca a démissionné au milieu des manifestations de rue après l’annonce qu’il avait remporté l’élection pour un quatrième mandat sans précédent.

Morales a expulsé la Drug Enforcement Administration américaine de Bolivie en 2008, l’accusant de comploter pour renverser son gouvernement à un moment où la hausse des prix des matières premières et une vague de politique de gauche dans toute l’Amérique du Sud remettaient en cause l’influence américaine de longue date dans la région.

L’enquête sur la drogue qui a conduit aux accusations portées contre Dávila-Perez a été ouverte par la Division des opérations spéciales de la DEA en 2017, selon les archives judiciaires d’une affaire connexe.

Dans le cadre de l’enquête, des informateurs criminels travaillant sous la direction de la DEA ont enregistré des conversations dans lesquelles un coaccusé de Dávila-Perez s’est vanté d’avoir accès à un avion cargo militaire MD-11 pour transporter 60 tonnes de cocaïne aux États-Unis.

LIRE PLUS

000000

Une rĂ©flexion au sujet de « BOLIVIE 🇧🇴 : Maximiliano Dávila-Perez, un ancien chef bolivien de la lutte contre les stupĂ©fiants, a Ă©tĂ© accusĂ© aux États-Unis d’avoir conspirĂ© pour fournir une protection de haut niveau aux expĂ©ditions de cocaĂŻne vers les Ă‰tats-Unis »

  1. Ping : BOLIVIE 🇧🇴 : la DEA accusĂ©e de vouloir dĂ©stabiliser le pays, selon Evo Morales | Aviseur International

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s